Roadtrip Carnaval en Louisiane et en Alabama : le bilan

Vous vous souvenez quand nous pouvions encore partir en roadtrip, que le mot confinement était utilisé une fois tous les dix ans, que les seuls masques que l’on portait étaient ceux d’un déguisement, et que l’on pouvait tout simplement sortir de chez soi sans remplir une attestation ?

Et bien, à cette époque-là, c’est-à-dire il y a à peine deux mois (comme l’impression que c’était dans une autre vie tellement ça paraît loin), nous étions aux Etats-Unis pour un roadtrip spécial.  Vous savez qu’on aime les expériences. Et fêter le Mardi Gras en Louisiane et en Alabama, c’en est une qui nous tentait vraiment. Nous avions déjà visité les lieux, en été, et « bavé » en visitant les musées sur le thème du carnaval… Jusqu’à ce qu’on se décide, en 2020.

L’idée : voir le carnaval sous toutes ses formes. A l’origine, à la campagne, à la ville, dans sa forme la plus excentrique comme dans sa forme la plus traditionnelle. C’était comment ?  Merveilleux, coloré, festif, intense… Au-delà de tout ce qu’on avait imaginé. On en retient la capacité des Américains à savoir s’amuser, tous ensemble, mais aussi leur propension à la démesure. En une douzaine de parades, on a attrapé des dizaines de peluches, de petits cadeaux et des kilos de beads, les colliers de Carnaval. Coucou la troisième valise pour en ramener le maximum (et encore, on s’est cantonnés aux plus recherchés, on a laissé les « simples » derrière nous).

 

 

En parallèle, c’était, après 2013 et surtout 2016, une nouvelle plongée dans ce Sud qu’on aime d’amour. Ce Sud rempli d’Histoire, de musique, de bouffe. Là où l’ambiance n’est jamais feinte. Allez, voici notre bilan, nos bons plans, notre parcours, nos bonnes adresses, nos coups de coeur et nos coups de gueule.

 

 

 

 

 

 

 

 

Mardi Gras en Louisiane et en Alabama : le roadtrip plein de colliers

 

 

Objectif et préparation du trip

Notre objectif était de vivre la « fin » des festivités de Mardi Gras (elles durent plusieurs semaines à partir de l’Epiphanie, le 6 janvier) en Louisiane et en Alabama. Le tout en voyant les différentes façons de le fêter, dans des villes de plusieurs tailles, du plus traditionnel (Church Point) au plus « touristique » (La Nouvelle-Orléans), en passant par le plus ancien (Mobile). Il a donc fallu concevoir, avec une souplesse folle, un itinéraire autour de ça, sachant qu’il y a un calendrier précis dans chaque ville, avec des dates et des parades incontournables, et parfois des jours off. C’es pourquoi, par exemple, nous avons filé immédiatement en arrivant à Nola pour rejoindre Mobile en Alabama. Une parade s’y déroulait le soir-même, puis plus pendant deux jours.

L’idée, c’était aussi de profiter un maximum de la Nouvelle-Orléans, pour notre troisième visite dans cette ville, et passer une nuit dans une ancienne plantation.

 

 

Comment on l’a préparé ? Sur un coup de tête. C’était notre deuxième roadtrip court hivernal, après celui en Floride en 2019. Avec cette organisation (long roadtrip en été, court en hiver), nous n’avons pas énormément de temps pour la préparation. Alors, cela s’est fait plutôt en début d’année. On a juste sauté sur les billets d’avion début décembre puis nous avons sécurisé notre hébergement à la Nouvelle-Orléans, les trois nuits autour de Mardi Gras (dimanche soir, soir de Lundi Gras, soir de Mardi Gras), pour être tranquilles. Le reste s’est fait plus tardivement.

 

 

 

 

Timing et parcours

Le roadtrip s’est déroulé sur une douzaine de jours, du 17 au 29 février 2020.

 

 

  • J1. Lundi 17 février : départ de Lyon à 11 h du matin. Arrivée prévue à 18h à la Nouvelle-Orléans. En raison de problème d’avion, nous avons dû tut changer. Nuit à Nola au Higgins Hotel remplacée par une nuit à Houston au Ramada Airport East

  • J2. Mardi 18 février : arrivée tardive à NoLa (15h) en raison du brouillard. Petit tour en ville (Marigny, French Quarter) avant de prendre la route pour Mobile. Parade à Mobile. Nuit à Mobile au Mardi Gras House

  • J3. Mercredi 19 février :  visites du musée du Mardi Gras et fort Condé. Dauphin St. Route pour Lafayette, en passant par la côte (Pascagoula, Ocean Springs, Biloxi…) puis par Abita Springs. Nuit à Lafayette au Comfort Suites Oil Center

  • J4. Jeudi 20 février : journée dans le Pays Cajun à zigzaguer (Breaux Bridge, Saint-Martinville, New Iberia, Morgan City, Houma) pour aller à Grand Isle. Nuit à Grand Isle au Blue Dolphin Inn & Cottages

  • J5. Vendredi 21 février : visite de Grand Isle puis de Houma. Parade à Houma. Nuit à Lafayette au Comfort Suites Oil Center

  • J6. Samedi 22 février : breakfast zydeco à Breaux Bridge, airboat sur l’Atchafalaya Basin à Henderson, visite de Vermilionville et de Lafayette. Parade à Lafayette. Nuit à Lafayette au Comfort Suites Oil Center

  • J7. Dimanche 23 février : Courir de Mardi Gras à Church Point. Puis Eunice, Mamou, Opelousas. Parade de Bacchus à la Nouvelle-Orléans. Nuit à la NOLA Guest House

  • J8. Lundi 24 février – Lundi Gras : visite de la Nouvelle-Orleans, parade des Red Beans, parade d’Orpheus. Nuit à la NOLA Guest House

  • J9. Mardi 25 février – Mardi Gras : parade des Skull & Bone Gang puis Zulu, Rex, Elks Orleans, Crescent City. Nuit à NOLA Guest House

  • J10. Mercredi 26 février. Visite de la Nouvelle-Orléans (City Park, Bywater, Dixie Beer…). Nuit en plantation à la Destrehan Plantation 

  • J11. Jeudi 27 février. visite de la Destrehan Plantation puis Great River Road (Evergreen, Laura, Oak Alley…). Soirée sur Frenchmen Street dans Marigny. Nuit à NOLA au Frenchmen Hotel

  • J12. Vendredi 28 février : départ à 11h37. Arrivée à Lyon le 29 à 11 heures

 

> Roadtrip de Mardi Gras en Louisiane et en Alabama, le live

 

 

Et si c’était à refaire ? Si nous avions connu la météo à l’avance (lol), on n’aurait pas poussé tout au sud jusqu’à Grand Isle (mais on est contents de l’avoir fait quand même). De même, nous serions bien restés un jour de plus à la Nouvelle-Orléans, pour profiter notamment de la super parade d’Endymion (samedi avant Mardi Gras), avec ses stars, mais nous aurions alors raté le Courir de Church Point. Un jour de plus en fin de voyage dans NoLa post-Mardi Gras aurait aussi été apprécié. Enfin, pourquoi pas un peu plus de temps à Mobile, ce qui était prévu au départ avant nos galères d’avion.

 

 

Je veux partir en Louisiane et en Alabama, vous me conseillez quoi ? Alors, pour ce qui est d’un roadtrip pendant le Carnaval, ce qu’on a fait était bien : arrivée à la Nouvelle-Orléans, tour des « petits » carnavals pour finir en apothéose à celui de la nouvelle-Orléans. Et garder quelques jours ensuite pour redescendre. 10 à 15 jours au total.

 

 

Dans l’idée d’un roadtrip hors Carnaval, vous pouvez arriver à la Nouvelle-Orléans, visiter la ville quelques jours (au moins trois nuits), partir vers Mobile (pourquoi par une nuit en route à Dauphin Island), passer une nuit à Mobile (et pourquoi pas aller à Fairhope pour le coucher du soleil), revenir par le nord du lac Pontchartrain via Abita Springs (sa Mystery House, sa brasserie) et passer 3 nuits au moins dans le Pays Cajun (Breaux Bridge, Lafayette, Saint-Martinville, Avery Island, Thibodeaux, Houma…) avant de revenir à NoLa par les plantations… Le mieux est d’adapter son roadtrip pour être dans le Pays Cajun un week-end, au moment où il se passe beaucoup de choses. Parmi les activités, zydeco breakfast à Breaux Bridge, concerts à Lafayette, swamp tour sur le Lake Martin et/ou sur l’Atchafalaya Basin.

 

 

La Louisiane peut aussi se combiner avec le Texas (Dallas, Houston, Galveston), le Mississippi et le Tennessee (route du Blues, Natchez, Clarksdale, Tupelo, Memphis, Nashville), la Géorgie (Atlanta) ou la Floride (la Panhandle, vers Pensacola, Miramar, Destin ou Panama City). Pour des idées, relisez notre long roadtrip dans le Sud. Si vous avez un projet et des doutes, contactez nous par mail à contact@lostintheusa.fr.

 

 

 

 

Le budget

Selon notre méthode, avec tous les postes de dépenses, absolument tous, voici notre budget (1).

  • ESTA : 0 euro (on les avait depuis l’été)
  • Avion : 1900 euros. 1740 euros (Lyon-NoLa x2 via Londres) + 70 euros de bagage supplémentaire + 90 euros places dans l’avion
  • Location de voiture : 381 euros pour 12 jours de location de GMC Denali chez Alamo.
  • Essence, parkings et péage : 130 euros environ
  • Uber/taxis : environ 70 euros, à l’aéroport de Houston et à la Nouvelle-Orléans
  • Hébergement : 11 nuits au total, 11 dans des hôtels/motels. 1825 euros soit 165 euros/nuit (dont presque 1000 euros pour les trois nuits Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans).
  • Nourriture/boissons/courses alimentaires : 1090 euros soit 45 euros par jour et par personne
  • Activités  : 190 euros environ : 110 pour l’airboat, environ 60 pour les divers musées (Vermilionville, Mardi Gras, Fort Condé…), 20 pour la plantation Destrehan
  • State parks : 5 euros pour Grand Isle
  • Frais bancaires : 20 euros (pour les commissions quand nous ne pouvions pas payer en liquide)
  • Cadeaux : c’est toujours secret ^^

 

 

Soit 5611 euros. Soit 233 euros par jour et par personne (12 jours). Comme l’an dernier en Floride, nous sommes, roadtrip court oblige, période spéciale en plus (et l’envie de voire des coups hein), qu’on est dans une fourchette très haute donnée dans notre article sur le budget en roadtrip.

(1) Ayant travaillé pour ce voyage en partenariat avec l’office de tourisme de la Louisiane, nous avons été invités dans certains hébergements et à certains activités. Pour ne pas fausser le budget, nous avons indiqué le prix équivalent aux mêmes dates

 

 > Lecture utile : combien coûte un roadtrip aux USA ? 

 

 

 

Comment alléger la note ? Partir en dehors de Mardi Gras ! Quelle question. Forcément, notre budget a été un peu plombé par les nuits d’hôtels à NoLa en période de Mardi Gras et certains prix légèrement augmentés pour l’occasion (location de voiture, avion, alcool, taxis…). En période de Mardi Gras, on peut alléger la note en s’éloignant du centre de la Nouvelle-Orléans mais, dans ce cas, il faut prévoir un bon budget parking/taxis. Et aussi réserver à l’avance (ou au contraire au tout dernier moment, mais ça peut être risqué).

 

 

 

Combien de kilomètres ?

2340 kilomètres au total avec un SUV GMC Denali loué chez Alamo. Soit une moyenne de 195 km/jour (l’essentiel de ces kilomètres ont été fait lors des quatre premiers jours)

Essence ? Avec le refill payé à l’aller au loueur et 3 pleins entre 20 et 35 $, on arrive à 120 dollars d’essence sur le roadtrip.

  • Prix de l’essence : En moyenne, le gallon vers 2,30 $

 

 

 

 

Météo et températures

On est toujours surpris quand on part aux USA en hiver (et qu’on a l’habitude d’y aller l’été). En Louisiane, il fait  clairement un peu plus chaud que « chez nous » mais la météo est capricieuse. Nous sommes passés de 25 degrés à 3 degrés en quelques heures et le ciel était imprévisible.

Nous avons eu un jour horrible de pluie (trajet Lafayette – Grand Isle) mais, en dehors, nous avons eu plutôt de la chance : nous avons fait toutes les parades au sec. Le beau temps a souvent été synonyme de températures un peu plus fraîches.

 

 

 

 

Parcs et autres merveilles

Il n’y a pas de parc national en Louisiane, mais une vingtaine de state parks (parcs d’état) et des national refuges. Beaucoup de bayous, ces zones humides où croiser des alligators et beaucoup d’oiseaux est monnaie courante. Et bien sûr, en terme de patrimoine, l’héritage francophone du Pays cajun.

Nos visites « nature » : Gulf Islands National Seashore (Ocean Springs, Mississippi), Mandalay National Wildlife Refuge (Houma, Louisiane), Lake Martin (Breaux Bridge, Louisiane), Atchafalaya National Wildlife Refuge (Henderson, Louisiane), Great River Road (Louisiane), Grand Isle State Park (Louisiane)…

 

 

 

 

Qu’est ce qu’on ramène dans ses valises ?

Des beads !!! Ce sont les colliers de Carnaval typiques lancés depuis les chars des parades. On a sélectionné les plus beaux, à l’effigie des « krewes » (les confréries qui organisent ces parades). Sinon, il faut prévoir plusieurs valises en plus. Le must est apparemment d’attraper une noix de coco de la parade Zulu, qui se déroule le Mardi de Mardi Gras. On nous a lancé le défi d’en avoir une… Ils connaissaient mal Delphine, elle en a chopé cinq… Vous pouvez aussi ramener une muffuletta (ce sandwich typique se conserve bien, JP’s favorite), du tabasco d’Avery Island (où il est produit), des épices cajun, des goodies en forme d’écrevisses, un king cake (et sa fève bébé)…

 

 

 

 

 

On a aimé

 

L’ambiance unique du Sud. C’est à la fois très concret et indescriptible. C’est surtout unique aux Etats-Unis. Le Sud, dont la Louisiane et l’Alabama, nous entraîne chaque fois dans son ambiance incomparable. Les bayous, les vieux chênes bardés de mousse espagnole, la musique à chaque coin de rue, ce satané Mississippi planqué derrière les levées et une langueur qui n’est pas seulement estivale. Tout est dans l’atmosphère.

 

 

Nola, tu es toujours aussi folle. Qu’est ce qu’on n’a pas encore écrit sur la Nouvelle-Orléans ? Meurtrie par Katrina, la ville est un modèle de résilience. Vibrante, colorée, élégante, folle sur les bords, parfois un peu crade, mais juste ce qu’il faut. « Quand je suis arrivé à la Nouvelle-Orléans, j’ai fait gaffe de ne pas m’installer dans un bordel, bien que toute la ville me parût en être un », lâchait Charles Bukowski, qui en était parfois une beau, de bordel… Elle est surtout humaine jusqu’au bout des ongles. Un trottoir ou une simple porte a sa propre personnalité. Et quand on compare à certains downtowns un peu trop lisse et proprets d’autres villes américaines, c’est complètement rassurant pour les Latins que nous sommes. L’immense Tennessee Williams écrivait lui : « L’Amérique n’a que trois villes : New York, San Francisco et La Nouvelle-Orléans. Tout le reste n’est que Cleveland ». Sorry Ohio

 

 

Au-delà du Vieux Carré. Nombreux sont ceux qui se limitent au Vieux Carré en venant à la Nouvelle-Orléans. Il n’y a pas débat : le Vieux Carré est magnifique, il y a des dizaines de choses à voir, c’est vrai, mais il a aussi ce côté « parc d’attraction pour adultes », et centre ultra-touristique. Pour profiter de la Big Easy, allez aussi au-delà. Les clubs de jazz du Faubourg Marigny, les maisons colorées de Bywater, l’immense City Park en passant par le bayou Saint John et la sublime Esplanade Avenue, le Warehouse District en plein boom hipster, le distingué Garden District, le coeur de la culture afro à Tremé ou l’Audubon Park pour le coucher du soleil. Voilà déjà une bonne sélection pour votre prochaine virée louisianaise.

 

 

Pays Cajun forever. Pour nous, c’est l’autre immanquable de l’état. Le Pays Cajun, le berceau des acadiens en Louisiane, arrivés ici après le Grand Dérangement, chassés de Nouvelle-Ecosse ou du Nouveau-Brunswick par les soldats de la Perfide Albion, se trouve à deux heures de route à l’ouest et au sud de NoLa. L’Acadiane, c’est 22 paroisses (l’équivalent des comtés dans d’autres états) sur les 64 que compte la Louisiane. Il y a Lafayette, le centre culturel et économique, Breaux Bridge, la capitale de l’écrevisse, les charmantes Saint-Martinville, Franklin, Thibodaux, Houma, Abbeville, New Iberia, l’industrieuse Morgan City, la prairie cajun (Eunice, Mamou, Opelousas…), la bassin d’Atchafalaya, l’île Avery où l’on produit le tabasco… L’Acadiana est un ensemble cohérent, passionnant. Vous trouverez encore quelques personnes qui parlent le français cadien. Et une ambiance de bayou, celle des romans de James Lee Burke.

 

 

Musique partout, ennui nulle part. C’est aussi dans l’ADN de la Louisiane. Du jazz à la Nouvelle-Orléans (foncez passer une soirée ou plus dans un club), du zydeco dans la Pays Cajun (soyez le week-end dans le secteur pour profiter d’un max de concerts), les « brass bands » ou « street bands » au détour de chaque rue… Et en période de Mardi Gras, les Marching Bands dans les parades.

 

 

La vision du carnaval. Toute la Louisiane et l’Alabama tendue vers une période de fêtes durant plusieurs semaines. C’est beau, tout le monde joue le jeu. Les décorations, les parades, les déguisements. Le carnaval n’est pas un truc à touristes. Mardi Gras, c’est un concentré de ce qui fait le Sud : la joie de vivre, la musique, la nourriture, l’excentricité… Le tout offert au monde.

 

 

L’hospitalité. Ça aussi, c’est une caractéristique du Sud. Et ce n’est pas usurpé.

 

L’entrée de magasin « gueule de requin ». Bah ouais.

 

 

Lost sans bière tourner de travers. En parlant bière, ce n’est pas forcément la Louisiane qui vient à l’esprit aux Etats-Unis. On se tourne plus volontiers vers le Wisconsin, le Colorado, l’Oregon… En fait, la Louisiane est très active sur le front du houblon. Abita, Parish Brewing, Dixie, Gnarly Barley, Canebrake, Bayou Teche… C’est du velours.

 

 

La bouffe cajun. Là encore, un récital. Un peu lassé des classiques burgers, pizzas, fried chicken, BLT ? Persuadé que les Etats-Unis n’ont pas de signature culinaire ? Allez faire un tour dans le Sud et particulièrement en Louisiane. On vous en parle un peu plus bas avec notre sélection de restaurants. Mais voilà, écrevisses, huitres gratinées, muffuletta sont nos best.

 

 

Dormir dans une plantation. C’était un rêve et on l’a presque réalisé. Nous avons dormi dans un charmant cottage à deux pas d’une plantation, la Destrehan (peu de plantations offrent la possibilité de dormir dans la « main house »). Seulement deux cottages à côté de la sublime bâtisse et l’ambiance est palpable… Par contre, les branches qui balaient le toit toute la nuit… Brrrrrrr….

 

 

 

Croiser des Roadies. Parce ça arrive toujours dans des endroits improbables. Cette fois-ci, à Houma, au Mandalay Bay Nature Preserve. La bise à Chloé et Thomas, Roadies du bayou.

 

 

Les beignets. Franchement, qui n’aime pas les beignets ? Vous êtes sans coeur ? Non, mais franchement, les beignets !

 

 

Les toilettes pour les Marching Bands des parades. C’est magnifique. Pour ne pas s’arrêter en chemin. Et on valide aussi, le BBQ de char de parade.

 

 

Geaux Tigers. Ça, c’est juste un clin d’oeil. En vous promenant dans le Pays Cajun, vous verrez souvent ce mot. « Geaux »… Comme dans « Geaux Tigers ». Pour marquer leur différence, leurs racines acadiennes, c’est ainsi que les Cajuns écrivent « Go » (même si on sait bien qu’on le prononcerait « Jo » ^^). Héritage.

 

Ce déguisement. Il a tué le game.

 

 

La bouffe cajun. On l’a déjà dit, non ?

 

Laisser les bons temps rouler. Parce que c’est ça le Sud.

 

 

 

 

On n’a pas aimé

Les galères d’avion. On va vous la faire courte mais ce sera déjà long. On devait mettre 19h pour faire Lyon-Nola avec seulement deux vols, on a mis 36 heures. On a commencé par une alerte à la bombe à Lyon, puis notre Lyon-Londres qui a pris 45 minutes de retard car, je cite « notre place de stationnement est prise, c’est inacceptable… ». Ce retard nous a fait rater le vol Londres-Nola. British Airways nous a proposés un Londres-Houston-Nola devant arriver en soirée. Correspondance encore trop courte, quand on arrive à Houston, on manque le dernier avion pour Nola. Nous voilà au Texas, ce qui n’était pas prévu, à choper un taxi et à prendre une nuit de motel. On arrive à booker un vol  à 7h15. Il ne partira pas avant 13 heures. En effet, en raison d’un brouillard intense à Nola, aucun avion ne se pose dans le secteur. Cette petite aventure (hey, au moins, on n’a pas perdu les bagages…) nous a coûté de l’argent mais surtout du temps, nous faisant rater une nuit à la Nouvelle-Orléans. A ce jour, malgré tous les documents, British Airways refuse l’indemnisation (600 euros par personne), au prétexte que le premier retard est le conséquence de la tempête Dennis qui a eu lieu… deux jours avant notre départ. Pourtant, la compagnie nous a fourni un document expliquant que ce retard était « opérationnel ». On lâche rien, on envisage toutes les possibilités. Qui va gagner ? Réponse dans les prochains mois.

 

 

 

La « battle » dans certaines parades pour attraper des colliers. On a commencé doucement, bonne ambiance, avec des parades rurales où l’on n’était pas agglutinés les uns à côté des autres. Bref, tout se passait bien. A Lafayette, c’est monté d’un cran. A la Nouvelle-Orléans, c’était la « guerre ». Plusieurs rangées de spectateurs, parfois installées avec chaises, barbecues, glacières depuis plusieurs heures, et certains, petits malins, usaient d’artifices pour attraper les colliers et les cadeaux : escabeaux, parapluies retournés, épuisettes… Le premier soir, il y avait même une nana qui montrait ses seins à chaque passage de char. Autant qu’on n’a pas fait une razzia… Le jour de Mardi Gras, c’était même assez chaud lors de la parade Zulu… Delphine en mode « battle de regards » avec des mamies déchaînées…

 

 

Le gaspillage. Comment ne pas être choqué par la débauche de jouets et de colliers pendant ces festivités ? A mettre  Greta Thunberg en PLS. Il suffit de voir la masse de plastique qui reste à terre quand la parade se termine, c’est fou. Une opulence très américaine. Heureusement, souvent, les derniers chars servent de « ramasse-colliers » pour ceux qui n’emportent pas tout. Il existe aussi des lieux où les déposer ensuite. Beaucoup de jeunes Louisianais s’en servent notamment pour des travaux pratiques.

 

 

Chili’s. Vous le savez, on n’est pas hyper chaîne, pas hyper fast-food. Là, pas le choix, à Lafayette, vu l’heure, on a testé Chili’s, une espèce de Denny’s. C’était infâme.

 

Certains prix un peu boostés. Mardi Gras oblige. On le savait pour l’hébergement, on s’y attendait un peu moins pour le reste. Payer sa bière 8 à 10 dollars, c’est douloureux.

 

Burp. La gerbe à l’arrière du SUV. Petit instant de vie pris sur le vif.

 

 

Parfois, tu sens un peu le vomi. Il faut l’avouer, le coeur du Vieux Carré, c’est parfois odorant, surtout après une bonne petite pluie. Donc, parfois, tu sens un peu le pipi et le vomi, Nola.

 

 

Covid-19, on ne saura jamais. A notre retour, l’épidémie de Coronavirus a franchi un palier en Europe. Puis les Etats-Unis ont été durement touchés. Mi-mars, certains articles ont commencé à sortir sur le mode « Mardi Gras, cet immense bouillon de culture, ce foyer épidémique« , dépeignant un festival qui aurait permis la propagation du virus en Louisiane et aux USA. Il est vrai que la Louisiane est en danger aujourd’hui mais impossible de savoir si on a été contaminés sur place (on ne sait pas si on est positifs/asymptomatiques). Quoiqu’il en soit, se lancer d’immenses quantités de colliers, s’agglutiner au bord des routes, n’étaient pas franchement les choses les plus conseillées à faire au regard de ce que nous avons appris ensuite.

Le premier cas en Louisiane est apparu le 9 mars, soit pile 15 jours après Mardi Gras (le nombre a enflé plus tard, vers le 20 mars). Cela semble peu pour un rendez-vous qui rassemble plus d’un million de personnes. Alors, Mardi Gras maxi-vecteur du Covid-19 ? Les spécialistes le diront.

 

 

 

 

Les awards

 

Notre top des hébergements

Voilà notre classement des hôtels testés durant ce voyage. Un mix entre circonstances, emplacement, accueil, chambre… Pas de faute de goût donc il n’y aura pas de flop. On les conseille tous.

 

 

  1. Mardi Gras House (Mobile, Alabama) : une maison victorienne classée, aux couleurs du Carnaval, une hôte géniale, un chat, l’impression d’être à la maison. Voir et réserver et la fiche détaillée
  2. New Orleans Guest House (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : emplacement sympa à la limite du quartier de Treme, mais à une rue du Vieux Carré français. Super extérieur, accueil sympa.  Voir et réserver et la fiche détaillée
  3. Frenchmen Hotel (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : emplacement top, sur Frenchmen street dans le Faubourg Marigny, à une rue du Vieux Carré français, avec pléthore de clubs de jazz et de restos sympas. Cela peut faire un peu de bruit, on dirait une auberge de jeunesse pour adultes et c’est la loterie des voisins. Nous, on a eu des touristes asiatiques hyper bruyants dans le jacuzzi. Mais on y retournera avec plaisir. Voir et réserver et la fiche détaillée
  4. Destrehan Plantation (Destrehan, Louisiane) : une nuit dans une plantation, c’est une expérience ! A Destrehan, il y a deux cottages super bien équipés pour le vivre. On est seuls au monde (le wifi en plus !). On vous conseille d’y rester plusieurs jours.  Voir et réserver et la fiche détaillée
  5. Comfort Suites Oil Center (Lafayette, Louisiane) : un motel classique (où l’on a a été invités) mais franchement de très belles prestations, bon emplacement pour rayonner, grandes chambres (des suites), super petit-déj et équipe au taquet.  Voir et réserver et la fiche détaillée
  6. Blue Dolphin Inn & Cottages (Grand Isle, Louisiane) : des hébergements (nombreux) qui ressemblent à des appartements pour une semaine de vacances en Floride (ou à la Grande Motte). Ils sont tout équipés (et un peu vintage). Voir et réserver et la fiche détaillée
  7.  Ramada by Wyndham Houston Intercontinental Airport East (Houston, Texas) : Houston n’était pas au programme mais nous  y avons atterri à cause d’un retard d’avion. Cet hôtel d’aéroport n’était pas cher et l’expérience plutôt drôle (des colonnes grecques, une galerie marchande, un resto, un bar, une chouette chambre). Si ça vous arrive aussi, ça le fait.  Voir et réserver  et la fiche détaillée

 

 

Notre top des restos

Ahhh la Louisiane et sa cuisine, toute une histoire ! On aime beaucoup (pas tout); on préfère clairement la cuisine cajun à la créole, même si elles sont assez proches. Delphine n’avait pas aimé la première fois, on s’est régalés celle-ci. Bienvenue au royaume des écrevisses (en étouffée ou pour nous, le mieux, est « boiled »), du gumbo (soupe-sauce), du jambalaya, du boudin (pas comme chez nous), de la soupe de tortue (pas goûté), des cuisses de grenouilles géantes, de l’alligator, des plateaux de fruits de mer frits, des po-boys (sandwiches), des crevettes, des drives de Daiquiri (comme un fats-food mais pour des Daiquiris), de la muffuletta (sandwich italien inventé à la Nouvelle-Orléans dont JP est dingue), des huîtres farcies, des beignets généreusement saupoudrés de sucre glace (nos bugnes en mieux)… Miam.

 

 

En période de Carnaval, vous pourrez aussi découvrir le King cake, l’équivalent de notre galette des rois. La leur est un gâteau, tricolore, très très très parfumé à la cannelle, avec un bébé comme fève à l’intérieur.

 

 

  1. Wintzell’s (Mobile, Alabama) : une institution en Alabama. La maison-mère est à Mobile. Leur spécialité ? Les huîtres, sous toutes leurs formes. En vous conseille le plat découverte des gratinées à… tout. Mais tout est bon et l’accueil était parfait. Voir la fiche Lost In The USA
  2. Crazy Bout’ Crawfish (Breaux Bridge, Louisiane) : vous avez envie d’écrevisses dans leur capitale, Breaux Bridge ? Et bien, foncez  chez Crazy Bout’ Crawfish (« fou d’écrevisses »). Ils la déclinent sous toutes ses formes. Le must selon nous ? « Boiled », c’est-à-dire « bouillies », une grosse plâtrée d’écrevisses cuites dans un bouillon d’épices à décortiquer (pour moins de 10 dollars le pound, environ 500 grammes). Le tip ? Vous tournez la tête et dépecez la queue (les puristes sucent la tête, on n’est pas fans). Une adresse de locaux toute simple mais très bonne. Voir la fiche Lost In The USA 
  3. Boudreau & Thibodeau’s (Houma, Louisiane) : autre institution, cette fois à Houma. Elle porte le nom de deux personnages folkloriques de la culture cajun. Là aussi, toutes les spécialités sont au rendez-vous.  Service un peu long mais c’est toujours plein. Voir la fiche Lost In The USA
  4. Le Fête au Fête (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : super resto genre food-truck mais à l’intérieur de la brasserie ressuscitée Dixie (rouverte début 2020) dans Nola East. Classiques de brasserie revisités comme la poutine cajun, des burgers, etc.  Un vrai délice.
  5. GW Fins (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : des amis (merci Marion et Ben) nous ont offert pour Noël un repas gastro dans cet établissement, réputé parmi les meilleurs de la Nouvelle-Orléans. On s’y est régalés. Un peu guindé, mais sympa et excellent.
  6. Brasserie Marigny (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : on a une tendresse particulière pour cette adresse. D’abord parce que c’était notre dernier repas du roadtrip (et qu’en général on les rate), mais surtout parce que c’était vraiment sympa et qu’on s’est littéralement fait péter le bide. Dans le Faubourg Marigny, cette brasserie (un peu à la française) propose les grands classiques (sa spécialité, le mac’n’cheese) et des concerts. Les mac’n’cheese sont incroyables, et c’est ici que JP a décidé de goûter un burger au beurre de cacahuètes (pas la meilleure idée). Accueil très sympa. Voir la fiche Lost In The USA
  7. Buck & Johnny’s (Breaux Bridge, Louisiane) : c’est un resto, déjà très bien, dans un ancien garage. Mais c’est surtout celui qui a repris le flambeau des petits-déj zydeco de l’historique Café des Amis. Si vous êtes dans le coin le samedi matin, ne le manquez pas ! Voir la fiche Lost In The USA
  8. Spoonbill Watering Hole (Lafayette, Louisiane) : un resto branchouille dans une ancienne station-service Conoco. C’est très bon, local, pas très cher. On adore. Happy hours. Voir la fiche Lost In The USA
  9. Flamingo-A-Go-Go (La Nouvelle-Orléans, Louisiane) : dans le quartier qui monte, le Warehouse District, une adresse jeune, presque floridienne avec flamant rose et une énorme terrasse. On y a fini pendant le Mardi Gras, et ça nous a bien plu.
  10. Rock’n Bowl (Lafayette, Louisiane) : un resto insolite, puisque installé dans un bowling (toujours en fonctionnement). Il y a des concerts, et il sert tard. Leur spécialité?  Les boulettes de viande! Sympa, fun et bon.

 

 

Testé aussi (et c’est ok) : Squid Ink (Mobile, Alabama), Starfish (Grand Isle, Louisiane), Blue Dog (Lafayette, Louisiane), Three Legged Dog (La Nouvelle-Orléans, Louisiane), Crawfish House & Grill (Opelousas, Louisiane), B & C’s Cajun Seafood & Market (Vacherie, Louisiane)

 

Vraiment si vous avez envie de manger sur Bourbon St : Mambo’s (La Nouvelle-Orléans, Louisiane). Mais privilégiez le patio à l’étage. Et sinon, à deux pas, on nous a conseillé l’Acme Oyster House.

 

Le pire : Chili’s (Lafayette, Louisiane). Une soirée tardive, le resto juste à côté de l’hôtel, l’inconnu (on n’avait jamais testé cette chaîne). Accueil méga sympa à quelques minutes de la fermeture, bar encore ouvert et là le drame. Le sandwich au poulet était réellement immangeable. Denny’s, c’est de l’étoilé Michelin à côté.

 

Les meilleures bières.Car là aussi, il y a de quoi se régaler. Nos préférées : Abita Purple Haze, Strawberry Lager et Amber, Canebrake de Parish Brewing Company, Jucifer de Gnarly Barley Brewing Company, 7th St Wheat de Nola Brewing Company, Dixie Beer, Swamp Thing et Ragin’ Cajun de la Bayou Teche Brewing…

 

 

 

Top des parades

En douze jours sur place, nous avons assisté à douze parades au total, une en Alabama, les autres en Louisiane. Les voici :

  • Mardi 18 février : nous avons débuté notre tour à Mobile (Alabama) avec l’Ordre de La She’s. Longue parade avec de nombreux chars
  • Vendredi 21 février : deuxième parade dans le pays cajun, grâce au Krewe d’Aphrodite à Houma. Ambiance très familiale, chars un peu moins décorés
  • Samedi 22 février : très grosse ambiance à Lafayette grâce au Krewe of Bonaparte et des marching bands de qualité
  • Dimanche 23 février : à 8h, nous étions à Church Point (Pointe à l’Eglise) pour le Courir de Mardi Gras, un rendez-vous traditionnel. Des centaines de participants, avec des costumes très spéciaux, vont de ferme en ferme pour chercher les ingrédients du gumbo. Ils sont suivis par des dizaines de chars. Le soir, nous avons assisté à la parade du Krewe of Bacchus à la Nouvelle-Orléans sur St Charles Ave. C’est l’un des « super krewe de Mardi Gras ». Parade immense et spectaculaire.
  • Lundi Gras : la veille de Mardi Gras, on a fait la parade (à pied) des Red Beans, familiale, joyeuse dans le Faubourg Marigny puis celle du Krewe of Orpheus dans le downtown, sur St Charles Avenue, non loin de Canal St (pas eu le temps d’aller plus haut)
  • Mardi Gras : le jour J. Les parades s’enchaînent toute la journée. Et ce qui est bien, c’est qu’on peut avoir des photos de jour pour une fois. Rendez-vous à 5 heures devant le Blackstreet Museum de Treme pour la parade du Northside Skull and Bone Gang qui réveille les habitants en ce jour de fête. Ensuite, on s’est rendu à l’angle de Loyola et Tulasne (emplacement correct sans plus) pour le Krewe of Zulu et son immense défilé de chars. Ici, ce sont les noix de coco qui sont les plus demandées ! La suite, on bascule sur Saint-Charles Avenue pour le Krewe de Rex, le roi du carnaval. Ne manquez par le Boeuf Gras, le char numéro 4. On remonte l’avenue pendant la parade pour finalement s’installer, toujours du Saint-Charles, mais dans une partie charmante du Warehouse District. Idéal pour suivre les deux dernières parades, les camions d’Elks Orleans et de Crescent City

 

 

Celles qu’on a (malheureusement) raté :

  • Endymion : c’est l’immense parade du samedi avant Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans. La plus grande avec des stars. Mais il fallait être dans le Pays Cajun pour le Courir
  • St. Anne : comme la parade des Red Beans, c’est une « marching parade » et l’une des seules qui passe dans le Vieux Carré. Elle se déroule le jour de Mardi Gras

 

 

Les photos bonus


 

 

Dans le cadre d’un partenariat avec l’office du tourisme, nous avons été invités à certaines activités et nuitées. Tous les choix éditoriaux et les avis nous reviennent.

 

5 responses à “Roadtrip Carnaval en Louisiane et en Alabama : le bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.