Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans : le guide de la fête

Mardi Gras, Nouvelle-Orléans : quatre mots qui vont si bien ensemble et des images qui déboulent, les sensations qui reviennent. C’est unique, coloré, fou, bruyant. C’est une expérience, un moment à part, la fierté de tout un état et le point de rencontre de tout ce qui fait la Louisiane : la joie de vivre, la musique, la nourriture, l’excentricité… Tout un peuple tendu vers la fête dans une ville qui ne veut pas dormir. Les chars, les colliers, les costumes, le jazz, les brass bands et un peu beaucoup d’alcool…

« Un Américain n’a pas vu les Etats-Unis tant qu’il n’a pas vu un Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans » a écrit Mark Twain. On n’est pas Yankees mais on l’a pris au mot. Le carnaval, et son apothéose, le Mardi Gras (Fat Tuesday), étaient au centre de notre dernier roadtrip aux Etats-Unis. C‘était aussi le dernier Mardi Gras d’avant Covid. En 2021, les parades ont été annulées mais les Louisianais ont gardé le sens de la fête, notamment en investissant leurs pas de porte.

Pour notre première fois, cette découverte des différents Mardi Gras en Louisiane et en Alabama, on a révisé pour bien s’organiser. Pas si mal d’ailleurs. Et ça nous permet aujourd’hui de vous écrire ce guide.

 

 

Voici toutes les questions que vous pouvez vous poser si vous êtes en train d’organiser une escapade à la Nouvelle-Orléans la vibrante pour Mardi Gras. Quand cela a-t-il lieu ? Quel est le programme ? Quelles parades aller voir ? Comment s’organiser ? Où se placer ? A quelle météo s’attendre ? Combien ça coute ? Bref, on vous met un collier autour du cou, on vous prend par la main, et on vous dit tout ça. Allez, prêts à laisser les bons temps rouler ?

 

 

 

 

Carnaval à NOLA : le mode d’emploi

 

 

Un peu d’histoire

Vous nous prenez pour une page Wikipedia ? Bon, on va quand même planter le décor. La tradition de Mardi Gras a été importée dans le sud des Etats-Unis par nos ancêtres (reprezent !). La première mention d’une célébration remonte au 2 mars 1699 dans le Plaquemine Parish, au sud de Nola. C’est là que le Mississippi se jette dans le golfe du Mexique. On ne retrouve pas vraiment de date pour la première à la Nouvelle-Orléans. On sait juste que la tradition était déjà ancrée dans les années 1730-1740

En 1833, Bernard Xavier de Marigny de Mandeville (ouf), riche planteur d’ascendance française, a récolté de l’argent pour organiser une célébration officielle. Les masques, les costumes, la musique : tout est détaillé dans plusieurs écrits.

En 1856, 21 businessmen se sont réunis dans le French Quarter pour fonder une société secrète. Le Mystick Krewe of Comus, la première confrérie, était née. Leur première parade, le 24 février 1857, a posé les bases du Mardi Gras moderne, avec des chars et un bal.

En 1875, la Louisiane a fait de Mardi Gras un jour férié officiel. Parfois, guerres obligent, ou, au hasard, pandémie oblige, les parades furent annulées mais la ville n’a jamais arrêté de fêter Mardi Gras.

 

 

Qu’est devenu Comus ? En 1991, la ville a pris un arrêté pour demander aux associations, dont les confréries, de déclarer qu’elle ne pratiquait pas la discrimination, puis de fournir une liste des membres. Les confréries, qui cultivent le secret, se sont opposées durement à cette décision. Comus et Momus, deux confréries du 19e siècle, décident d’arrêter, comme Proteus, qui reviendra ensuite. L’histoire s’est terminée devant la cour Suprême, donnant raison aux confréries.

C’est Rex, l’une des plus vieilles confréries encore existantes (1872) et qui est considérée aujourd’hui comme la parade centrale de Mardi Gras, qui a instauré le lancer de collier en 1921.

C’est aussi Rex qui a établi les couleurs de la fête : le violet pour la justice, le vert pour la foi et l’or pour le pouvoir.

 

 

 

Quand se déroule Mardi Gras ?

La date de Mardi Gras change chaque année. Le carnaval commence le 6 janvier et dure jusqu’à Mardi Gras. Les prochaines dates :

  • 2022 : 1er mars
  • 2023 : 21 février
  • 2024 : 13 février
  • 2025 : 4 mars
  • 2026 : 17 février
  • 2027 : 9 février
  • 2028 : 29 février
  • 2029 : 13 février

 

 

 

 

Comment se déroulent les parades ?

Chaque année, du 6 janvier jusqu’à Mardi Gras, les parades s’enchaînent à la Nouvelle-Orléans. Bien sûr, plus la date fatidique approche, plus elles sont spectaculaires.

Les parades – gratuites, il faut le rappeler – sont organisées par des « krewes », des confréries. Elles sont composées généralement de chars avec, à leur bord, des festivaliers (riders), qui lancent colliers et cadeaux. De nos jours, ces confréries, organisations à but non lucratif, fonctionnent pour la plupart avec une adhésion qui donne le droit à une place sur un char. Elles sont financées par les membres, le merchandising et le sponsoring.

 

 

Les confréries ont des histoires différentes (on vous en parle plus bas), des sensibilités propres, changent de thème chaque année. Elles partent d’un point A à un point B, et se finissent généralement par un immense bal ouvert aux membres de la confréries et plus rarement au public.

La ville accueille le plus grand Mardi Gras des Etats-Unis, qui rassemble plus d’un million de personnes le jour J.  C’est un immense show gratuit auquel vous allez assister. Et surtout, n’oubliez pas de crier « Throw me something mister » (« Lancez moi quelque chose monsieur ») !

 

Mini-lexique de Mardi Gras

  • Throws : ce sont les objets lancés depuis les chars. Cela peut être des colliers, des jouets, des peluches…
  • Beads : les colliers de Mardi Gras. Il en existe des centaines de différents. Certains sont à l’effigie des confréries. Et il y a des collectionneurs

 

 

  • Krewes : les confréries qui organisent les parades
  • Floats : les chars de carnaval. Ils sont généralement tirés par des tracteurs. Ils viennent parfois en plusieurs morceaux. On appelle ça des tandems
  • King Cake : le gâteau traditionnel de Mardi Gras, la galette des rois US. Une brioche avec de la cannelle, fourrée souvent à la crème (c’est au choix). On retrouve dessus les couleurs du carnaval, comme si une licorne s’était lâchée. La fève est un bébé en plastique. Normal, quoi…

 

 

  • Grandstands : ce sont les estrades que l’on retrouve parfois sur le tracé des parades. Elles sont gratuites ou payantes
  • Ball : c’est le bal qui clôt la parade. Il est parfois réservé aux membres de la confrérie et à leurs proches. Parfois, on peut réserver des billets

 

 

 

 

Quels sont les temps forts du carnaval à Nola ?

Il existe de nombreux krewes et tous ne se valent pas. Voici pour nous quelques-uns des temps forts des festivités, classés de manière chronologique. Avec un (*), ceux auxquelles nous avons assisté. Uptown, là où se déroulent les parades les plus connues, se situe dans le sud de la ville, à l’ouest du Vieux Carré.

 

 

Muses (jeudi avant Mardi Gras).  Un krewe 100% féminin. Les Muses sévissent depuis le nouveau millénaire et leur défilé dans Uptown est très apprécié. Dans un char « chaussure à talon aiguille », la reine du défilé, choisie chaque année.

  • Année : 2000
  • Composition : 26 chars et 1118 femmes
  • Lancer spécial : des talons aiguilles décorés main
  • Quand : jeudi avant Mardi Gras
  • : Uptown (voir le tracé et les horaires)
  • Le site

 

 

Le Krewe d’Etat (vendredi avant Mardi Gras). Leur slogan ? « Live to Ride, Ride to Live. » Ce krewe est connu pour ses chars corrosifs (les politiciens prennent cher) et sa « D’Etat gazette », qui appuie sur le côté satirique et présente les chars. Un roi de la parade ? Très peu pour eux, ils choisissent un dictateur. Son identité, comme le thème du défilé, restent secrets jusqu’au dernier moment. La parade débute avec les squelettes (Skeleton Walking Krewe) qui distribuent la gazette et est illuminée aux flambeaux.

  • Année : 1996
  • Composition : 24 chars, 545 hommes
  • Lancer spécial : un collier clignotant avec leur logo (le krewe d’Etat a été le premier à lancer des colliers clignotants)
  • Quand : vendredi avant Mardi Gras
  • : Uptown (voir le tracé et les horaires)
  • Le site

 

 

 

Tucks (samedi avant Mardi Gras). Cette confrérie a été créée par des étudiants de l’université de Loyola dans un bar appelé Friar Tucks (oui « frère Tuck », comme dans Robin des Bois). La parade a grandi au fil des années et est très populaire maintenant, appuyant sur l’humour, la déconnade. Ne manquez pas le « King’s Throne », le trône du roi, qui n’est autre qu’un WC géant.

 

 

 

Endymion (samedi avant Mardi Gras). Endymion, c’est le « super-krewe » par excellence. La plus grande parade de Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans avec 37 chars dont de nombreux tandems (l’équivalent de 81 chars). La parade se termine toujours par une immense fête pour les « riders » et leurs invités, l’Endymion Extravaganza (au Superdome ou à l’Ernest N. Morial Convention Center), avec des concerts énormes. Steven Tyler, Kelly Clarkson, Maroon 5, Kiss, Luke Bryan, Pitbull ou encore Britney Spears ont joué par le passé. Parade hyper populaire et certains réservent leurs places des heures à l’avance. Leur devise : « Throw ’til it Hurts. » « Lance jusqu’à ce ça fasse mal ». Tout un programme.

 

Photo Endymion

 

 

Thoth (dimanche avant Mardi Gras). Pharaons, à vous de jouer. Créé en 1947, ce « krewe », dès ses débuts, avait un parcours unique, pour permettre aux gens qui ne le pouvaient pas, d’assister à une parade. Et la tradition a perduré. Aujourd’hui, Thoth passe devant un hôpital pour enfants et devant d’autres institutions.

 

 

 

Bacchus (dimanche avant Mardi Gras *). Encore un super-krewe avec des chars qui reviennent chaque année comme le fantastique Bacchagator ou le Bacchasaurus. Les colliers sont magnifiques et Bacchus est connue pour couronner un roi célèbre. Par le passé, citons Hugh Laurie, John C. Reilly, Will Ferrell, Andy Garcia, Val Kilmer, Nicolas Cage, Kirk Douglas ou Charlton Heston.

 

 

 

Red and Dead Beans (Lundi Gras *). Voilà deux parades plus confidentielles mais funs à suivre. Et elles grandissent vite. S’inspirant des Indians, qui confectionnent leurs costumes, et affichant leur passion pour les haricots (qu’on mange le lundi à NoLa, une tradition), les Red Beans sont nés en 2008. ​Les Dead Beans ont été créés dix ans plus tard. Il s’agit d’anciens membres des Red Beans, qui faisaient des costumes (en haricots toujours) représentant des squelettes. Tous ces gens portant des costumes ornés de haricots, souvent hilarants, défilent à pied, partant de Marigny (Red) et du Bayou St John (Dead) avant de se rejoindre à Treme, devant le Backstreet Cultural Museum.

  • Année : 2008 pour les Red Beans, 2018 pour les Dead Beans
  • Composition : au moins 150 personnes plus ceux qui se joignent à eux
  • Quand : Lundi Gras
  • : les Red Beans vont de Marigny à Treme, les Dead Beans du Bayou St John à Treme. Rendez-vous devant le Backstreet Museum. Le départ se fait généralement à 14 heures
  • Le site des Red et Dead Beans

 

 

 

Proteus (Lundi Gras). Lundi Gras, il y a également deux grandes parades : Proteus et Orpheus. C’est Proteus (divinité marine dans la mythologie grecque) qui ouvre le bal. Créé en 1882, c’est le deuxième krewe le plus ancien et les chars utilisent les châssis d’origine ! Le roi de Proteus, dévoilé le jour de la parade, défile dans un coquillage géant.

  • Année : 1882
  • Composition : 20 chars et 230 hommes
  • Lancers spéciaux : des colliers de perles rouges et blanches, des tridents
  • Quand : Lundi Gras
  • : Uptown (voir le tracé et les horaires)
  • Le site

 

 

 

Orpheus (Lundi Gras *). Après Proteus, place à Orpheus. Une confrérie née de la volonté du musicien et acteur néo-orléanais Harry Connick Jr. et de son père. Orpheus se veut un « krewe » plutôt accessible (il n’est pas trop difficile d’en devenir membre), ouvert à la fois aux hommes et aux femmes, et leur bal, Orpheuscapade, est l’un des rares ouverts au public (les tickets sont dispos sur leur site).

Parmi les chars à ne pas manquer : Dolly Trolley (tiré par des chevaux et utilisé dans le film Hello, Dolly ! avec Barbra Streisand) et l’immense Smoking Mary, locomotive et ses wagons.

Si Harry Connick Jr défile chaque année, Orpheus se choisit un roi de renom. Ces dernières années : Quentin Tarantino, Sandra Bullock, Glenn Close, Whoopi Goldberg, Stevie Wonder, Laurence Fishburne, Forrest Whitaker…

 

 

 

Northside Skull & Bone gang (Mardi Gras *). Vous êtes lève-tôt ? Il faudra l’être (et endurant aussi en cette longue journée de Mardi Gras) si vous voulez voir à l’oeuvre de Northside Skull & Bone Gang. Cette tradition, vieille de 200 ans (1819) et ressuscitée au tournant du millénaire, n’est pas une parade à proprement parler, plus un happening. Ca se passe à partir de 5 heures du matin devant le Backstreet Cultural Museum.

Les membres du gang, quatre artistes aux déguisements de squelettes, Chief Bruce “Sunpie” Barnes en tête, vont de maison en maison pour réveiller le voisinage et livrer un message de paix et de respect (“If you don’t live right, the Bone Man is commin’ for ya”). C’est aussi une manière de dire « réveillez-vous les gars, profitez de cette journée de fête ».

  • Année : 1819
  • Composition : quatre artistes, des percussionnistes
  • Quand : Mardi Gras. Rendez-vous à 5 heures du matin devant le Backstreet Cultural Museum
  • : Treme (voir le tracé et les horaires)
  • Le site

 

 

 

Zulu (Mardi Gras *). Zulu, c’est la parade de la communauté afro-américaine de la Nouvelle-Orléans. Une vraie fierté et le véritable coup d’envoi de cette journée de parades. Pour remonter aux racines du Zulu Social Aid & Pleasure Club, il faut revenir en 1909. Aujourd’hui, Zulu est célèbre pour sa parade, très fournie, hyper colorée et bien sûr pour ses noix de coco peintes. Elles ne sont plus lancées (trop d’accidents !) mais données de main à main. Attention, c’est la bagarre ! (Delphine en a quand même chopé cinq, c’est une machine). Il faut repérer les personnages : le Zulu King (le plus célèbre fut Louis Armstrong, 1949), le Big Shot ou encore le Witch Doctor.

La confrérie organise aussi la veille un festival gratuit et ouvert à tous (concert et cuisine cajun au menu) au Woldenberg Park sur les rives du Mississippi.

 

 

 

St. Anne (Mardi Gras). Contrairement à l’imaginaire collectif, rares sont les parades qui empruntent les rues du Vieux Carré. Celle-ci est la plus célèbre. Cette « marching parade » (à pied) défile chaque année le jour de Mardi Gras. Elle est réputée pour les costumes élaborées et son « brass band ». Vous êtes déguisés ? Joignez le mouvement !

  • Année :1969
  • Composition : variable
  • Quand : Mardi Gras
  • : Bywater, Marigny et Vieux Carré. La parade St. Anne n’a pas de tracé établi à l’avance. Généralement, vous pouvez l’attraper vers 10h devant chez Mimi’s (2601 Royal St, dans le Faubourg Marigny)

 

 

 

Rex (Mardi Gras *). Après Zulu, place à Rex, le roi de tout le carnaval et la plus ancienne confrérie (1872). C’est le temps fort, le classique de tout Mardi Gras. C’est cette confrérie qui a instauré les couleurs du carnaval; c’est encore elle qui a été la première à lancer des cadeaux (des « doubloons », des pièces) depuis les chars. C’était en 1960. Chaque année, la confrérie choisit un roi, le roi du Carnaval, « King Rex » ou tout simplement « Rex ». C’est lui qui reçoit la clé de la ville des mains du maire. Les chars sont splendides et ne manquez surtout pas le Boeuf Gras.

 

 

 

Elks Orleans et Crescent City (Mardi Gras *). On ne peut pas parler d’un temps fort à proprement parler mais ces deux confréries défilent juste après Zulu et Rex. Alors, pourquoi s’en priver ? Défilé interminable de camions (et non de chars), parades hyper familiales et déluge de cadeaux : voilà la recette.

  • Année : 1935 (Elks Orleans), 1947 (Crescent City)
  • Composition : 120 camions et 4500 hommes, femmes et enfants (Elks Orleans), 65 camions, 2500 hommes et femmes (Crescent City)
  • Quand : Mardi Gras
  • : Uptown (voir le tracé et les horaires pour Elks Orleans et Crescent City)
  • Le site de Crescent City

 

 

 

Indians (Super Sunday et Mardi Gras). Les Mardi Gras Indians sont l’une des légendes du carnaval à Nola. Ils sortent au moins deux fois : Super Sunday (troisième dimanche de mars, le plus proche de la Saint-Joseph) et pour Mardi Gras. Où ? On ne sait pas. Quand ? On ne sait pas vraiment non plus. Suivent-ils un tracé ? Nope.

Les racines de cette tradition remontent au 19e siècle, quand les natifs protégeaient les esclaves en fuite. Les Afro-Américains de la Nouvelle-Orléans, mis à l’écart des « krewes » traditionnels, ont créé plus tard leurs propres célébrations dans leur quartiers. Ils ont créé des tribus, des costumes spectaculaires, hyper colorés, magnifiquement travaillés… Un hommage aux premiers peuples.

Il existe une quarantaine de tribus à NoLa, avec chacune leur histoires, leurs traditions et leur style. Leurs noms ? Young Maasai Hunters, Wild Tchoupitoulas, Bayou Renegades,Wild Magnolias…. Dans chaque tribu, des rôles précis : Big Chief, Big Queen, le Spy Boy (qui repère la présence de tribus ennemies), le Flag Boy (qui tient le drapeau de la tribu)… Quand deux tribus se croisent, c’est un duel de costumes et de « flow »

  • Où et quand les voir ? Leurs parcours sont gardés secrets mais on peut les croiser dans les quartiers. Certaines sources recommandent d’être à l’angle de LaSalle et 2nd St entre 9h et 11h pour voir les Creole Wild West, après le passage de Zulu. D’autres tribus ont été vues à l’angle de Claiborne et Orleans, toujours après Zulu. On parle aussi de l’angle entre Dryades et 2nd St, dans le Faubourg Livaudais ou encore du Backstreet Cultural Museum (1116 Henriette Delille St.) dans Treme

 

 

A noter aussi : une petite parade qui nous a fait trop envie, celle des Rolling Elvis. Des scooters, des sosies d’Elvis et c’est parti. A retrouver ici

 

Et s’il faut choisir ? Selon nous, Bacchus, Orpheus, Endymion, Zulu et Rex sont les parades les plus incontournables. Mais choisissez surtout selon vos goûts !

Pour retrouver tout le programme des parades, suivez ce guide

 

 

 

Comment s’organiser pour voir un max de parades ? 

C’est toute une organisation. Bon, avant Mardi Gras, les parades s’enchaînent. Il suffit de sélectionner le secteur où vous souhaitez les voir passer. Prenez vos dispositions pour vous rendre sur place assez tôt. Si c’est loin, à notre sens, il est plus conseillé de se déplacer en transports en commun ou en VTC/taxi. En voiture, vous allez vous heurter à la problématique du parking. Peu de places en surface et des petits parkings à des prix élevés (20/30 $ le soirée). Sans parler de la circulation, très importante.

Par ailleurs, sachez que durant Mardi Gras, l’accès en voiture au Vieux Carré est réservé aux habitants et clients des hôtels. Mais il y a des parkings tout autour, notamment le long de N Rampart St. Sinon, misez sur le vélo, très bonne solution (des locations sur plusieurs jours sont possibles, voir ici).

 

 

Les premiers rangs se remplissent vite et certains s’installent plusieurs heures avant (trois à quatre heures pour un top spot). Après, pas d’inquiétude, les gens bougent et vous pouvez accéder au premier rang, en étant patient. On n’est jamais arrivés plus d’une heure avant le passage.

Dites vous que les parades sont très longues et qu’elles peuvent mettre beaucoup de temps à arriver. Il faut « environ » deux heures pour aller du point de départ (celui de Napoleon côté sud) à Lee Circle, 2h30 pour Canal St. C’est une estimation.

 

 

Pour Mardi Gras, l’organisation est un peu plus pointue car il y a beaucoup d’évènements le jour J. On avait choisi de faire : Northside Skull & Bone Gang (Backstreet Museum, 5h), Zulu (angle Tulasne/Loyola), Rex, Elks Orleans et Crescent City (sur Saint-Charles dans le Warehouse). On avait dû faire l’impasse sur St-Anne mais on aurait peut-être pu l’attraper dans Marigny à 10h (chez Mimi’s) avant de rejoindre Zulu (mais nous n’aurions pas eu d’aussi bonnes places). Nous avons aussi raté les Indians. Pour cela, il faut balader un peu dans Tremé.

 

 

 

Où passent les parades ?  Les meilleurs spots

 

Contrairement à une idée répandue, le Vieux Carré ne voit passer que très peu de parades (hormis St-Anne) et heureusement, ses rues étant trop étroites. Les parades d’Uptown sont les plus populaires (hormis Endymion qui est dans Mid-City) mais il y en a aussi autour (Covington, Metairie, etc).

Où sont les meilleurs spots pour voir les parades d’Uptown ? La plupart des parades démarrent sur Napoleon Avenue, soit au nord (croisement avec S Clairborne), soit au sud (croisement avec Tchoupitoulas St), pour finir leur course à l’immense musée de Mardi Gras, Mardi Gras World.

Pour nous, les meilleurs endroits pour les voir sont sur Saint-Charles, immense avenue bordée de vieux chênes. C’est là que vous aurez le public le plus familial. Misez sur la portion entre Napoleon Avenue et Jackson Avenue. On aime beaucoup aussi la portion qui traverse le Warehouse District, toujours sur Saint Charles Avenue entre St Joseph St et Girod St. En plus, on y avait trouvé des estrades gratuites. Voir la carte ci-dessus.

 

 

Les chars arrivent ensuite dans le Central Business District. On n’est pas fans car c’est au pied d’immenses buildings, les trottoirs ne sont pas larges et le cadre moins joli pour les photos. Puis, ensuite, c’est Canal St. Franchement, évitez si vous le pouvez, c’est la fête oui mais c’est aussi la faune (proximité avec le Vieux Carré oblige). Souvent, quand il y a des embrouilles (et vous savez que les embrouilles aux US peuvent voir s’inviter un ou plusieurs 9mm), c’est par là que ça se passe.

L’exception Zulu. Zulu part elle de l’angle de Jackson et S Clairborne, avant de piquer au sud jusqu’à Saint-Charles. Et elle finit sur N Broad St à l’angle avec Orleans, à la frontière entre Tremé et le Bayou Saint John. Nous l’avions vu à l’angle de Tulasne et Loyola pour vite basculer sur Rex. Vous pouvez aussi vous installer sur Saint Charles (dans le Warehouse ou un peu plus à l’ouest) où Rex passe aussi.

 

 

Il existe des applis pour suivre les parades en temps réel, comme celle-ci. Attention, il est parfois impossible de les télécharger (vu que nous ne sommes pas sur le même continent)

 

Les grandstands, c’est quoi ? Sur tout le parcours et particulièrement dans le Central Business District, il existe des estrades, des grandstands. La plupart sont payants (tenus par des hôtels ou autres), d’autres sont gratuits, comme nous avons pu le constater dans le Warehouse. Même si on recommande de rester en bas, ces estrades peuvent être utiles pour les gens qui ont du mal à rester debout. Pour trouver des billets pour les estrades, voir ici. De même, certains hôtels ou restaurants ont des balcons. C’est à réserver ou alors il faut souvent payer un supplément. On vous en parle plus bas.

 

 

 

 

Que prendre avec soi en allant aux parades ?

N’allez pas voir les parades les mains dans les poches. La base, si vous voulez choper des colliers et des cadeaux, c’est d’avoir absolument un sac, histoire de ramener votre butin à l’hôtel. Car vous allez vite vous rendre compte qu’entasser les beads autour de votre cou pendant plusieurs jours, ça fait mal aux cervicales.

Pensez aussi à prendre de quoi boire (même si il y a des vendeurs ambulants et des bars ouverts) et un peu truc à grignoter si vous ne trouvez pas de table dans un resto.

 

 

 

 

Est-ce qu’il y a des stars ?

Oui, bien sûr. Les « super krewes » ont tous un roi, souvent célèbre. On vous a mis quelques exemples dans la liste des parades. Pour Orpheus, Harry Connick Jr, l’un de ses créateurs, est toujours au rendez-vous. Plusieurs joueurs des Saints, l’équipe de foot américain de la ville, lançaient aussi des colliers en 2020.

 

 

 

 

Faut-il venir déguisé  ?

Mais oui ! C’est l’essence de Mardi Gras. Déguisez-vous, mettez de la fantaisie. Certains ont des costumes exceptionnels. Le nombre de gens déguisés augmentent progressivement à l’approche du D-Day. Vous pouvez bien sûr vous fournir sur place (on avait trouvé un magasin bien sympa sur Decatur St). Pas besoin en revanche d ‘acheter des colliers, à moins d’avoir un gros coup de coeur. Vous allez vite en récupérer des dizaines lors des parades.

 

 

 

 

Est-ce que je peux participer à une parade, en étant sur un char ?

C’est très difficile. Il faut soit faire partie de la confrérie (le prix à l’année varie suivant les krewes mais c’est autour de 1000$), soit payer un package auprès d’un spécialiste (comme ici). Comptez entre 2500 et 4000 $ (gloups).

Par contre, vous pouvez vous joindre, si vous êtes bien déguisés, à la parade St. Anne le jour de Mardi Gras.

 

 

 

 

Quel temps fait-il à cette époque à NOLA ?

La météo en Louisiane, c’est tout un poème. A cette époque, on peut passer du très froid au très bon, voire presque chaud. Et ce changement peut se faire dans la même journée. De notre côté, on a navigué entre 5 et 25 degrés avec un jour entier de pluie et quelques averses (sur 12 jours). Donc, pour vos vêtements, prévoyez large. Plusieurs couches quand vous sortez, de bonnes chaussures et un poncho.

Et s’il pleut, c’est annulé ? En cas de pluie fine, aucun souci. Il y a simplement un risque d’annulation s’ils annoncent du très gros temps.

 

 

 

 

Où dormir pour profiter au mieux des parades ?

L’hébergement est une question centrale pour Mardi Gras. Où dormir ? A quels prix ? On vous dit tout. Tout d’abord, sachez que les prix s’envolent à cette période et qu’il est souvent difficile de trouver une chambre à moins de 200$ la nuit. Nous nous y étions pris deux mois à l’avance, pour réserver trois nuits à un peu plus de 300 $ la nuit.

Nous avions opté pour la NOLA Guest House. Elle avait l’avantage d’être à une rue du Vieux Carré. Cette petite maison avec un beau patio était située dans Tremé, à deux pas du Backstreet Cultural Museum (parfait pour aller voir le Northside Bone & Skull Gang). Parking à l’intérieur (payant) ou gratuit sur quelques rues avoisinantes.

 

 

En cette période et comme toujours d’ailleurs, nous ne sommes pas partisans de dormir dans le Vieux Carré. En tout cas, pas dans tout le Vieux Carré. Il faut être proche de l’action sans être dans l’action. On vous conseille d’éviter les hôtels trop proches de Bourbon St ou de Canal St sauf si vous aimez les rencontres du troisième type en sortant du lobby. Par contre, il existe des établissements dans des coins plus tranquilles du quartier, comme le Richelieu, qui feront la maille. L’avantage de la proximité et d’un certain calme (plus un parking). Sinon, le Andrew Jackson, le Saint Pierre, l’Olivier House, le Inn on Ursulines

 

 

Sinon, le Faubourg Marigny est une bonne option. A pied, on est en quelques minutes dans le Vieux Carré et Frenchmen St, bien qu’animée, abrite une faune un peu plus tranquille. Le Frenchmen Hotel, qu’on a testé, est bien pour les fêtards (et accessible). Plus au calme, la Balcony Guest House, testé aussi. Ou le Peter & Paul, le Burgundy ou le Royal St Courtyard.

Partons un peu plus à l’ouest, dans le Warehouse District. A deux pas du tracé des parades et de Saint Charles Avenue, le Higgins est vraiment bien placé. Il y a très peu d’hôtels dans le Garden District. Citons tout de même l’Indigo ou le Saint Charles.

Enfin, pourquoi pas un hôtel directement sur le tracé des parades d’Uptown pour les voir sans bouger de son balcon ? Sympa mais c’est quand même bien de se mêler à la foule. Surtout, c’est possible presque seulement dans le secteur du Central Business District (avec de grands buildings), là où les rues sont plus étroites. Il y a l’Intercontinental, le Lafayette, le Hilton St Charles, le Residence Inn, le Royal Saint Charles, le Courtyard by Marriott

 

 

 

 

Est-ce que les enfants sont les bienvenus ?

Oui, bien sûr. Mardi Gras, c’est familial… mais pas partout. Avec des enfants, on vous conseille d’aller voir les parades sur Saint Charles Avenue dans le Garden District. L’ambiance est tranquille. Et puis les enfants adoooooooooooorent attraper tout ce qui passe. C’est ludique, joyeux, parfait pour eux.

Par contre… Evitez d’aller en famille dans le Vieux Carré. Déjà, en temps normal, Bourbon St est la définition du WTF après une certaine heure. Alors, on vous laisse imaginer dans cette période. Gens alcoolisés, à moitié sapés, délits en tout genre, et forte probabilité de voir des jeunes femmes montrer leur poitrine en l’échange de collier… Bref, c’est un coin plutôt pour les adultes. Si vous devez vous y rendre en famille pour les visites, privilégiez la matinée ou de la début d’après-midi.

Les parades de Metairie sont également familiales.

 

 

 

 

Les meilleures techniques pour attraper des beads

Les visiteurs rivalisent d’astuces pour récupérer un max de « throws ».

  • Avoir un enfant (ou en louer un) : oui, c’est un avantage certain. Surtout si l’enfant sait faire « le regard désespéré ». Ca permet déjà d’accéder au premier rang. Après, à vous les peluches
  • L’épuisette : vu dans le public, une belle épuisette pour avoir une longueur d’avance
  • L’escabeau : un peu encombrant mais excellent choix pour être vu, surtout si on est au deuxième ou troisième rang

 

 

  • Le parapluie retourné : une belle alternative à l’épuisette. Attention au rebond toutefois
  • Être bien déguisé : vous serez mieux vus et je suis à peu près certain que les « riders »
  • Venir avec une pancarte : ça aussi, ça peut marche, surtout si la pancarte est drôle. A côté de nous, un gars avec une pancarte « c’est mon premier Mardi Gras ». Et ça, ça peut jouer

 

 

  • Montrer ses seins ? Un « drôle » de classique de Mardi Gras. Un collier contre un petit « boobs flash », c’est très récurrent pendant la carnaval. Mais c’est un truc de touristes. Les locaux, très peu pour eux… Alors, pas de pression
  • Et sinon, se battre comme des lions. La base

 

 

 

 

Que faire à NOLA en dehors des parades ?

 

Faire la fête bien sûr. Il existe des centaines de bars dans le Vieux Carré avec des concerts tous les soirs. Pour sortir, on préfère l’ambiance du Faubourg Marigny et de Frenchmen St. Plus jazz, plus détendue, avec de super établissements.

Sinon, on ne va pas vous faire toute la liste de ce qu’il faut voir ou visiter à NoLa. Nous espérons vous faire un city-guide un jour. Mais voici une petite liste des must selon nous

  • Mardi Gras World : le musée du Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans. Un must selon nous. C’est ici que sont confectionnés les chars
  • Vieux Carré : le quartier immanquable, même s’il faut voir au-delà du Vieux Carré. Outre les très connus Bourbon St et Jackson Square, n’hésitez pas à parcourir toutes ses rues bordées de maisons colorées. . Faites un passage au French Market, à la Central Grocery (pour une muffuletta) ou au Café du Monde (pour les beignets). Du grand classique

 

 

  • Warehouse District : le quartier des entrepôts, bien branché avec d’excellents bars et restos, abrite aussi le Musée de la Seconde Guerre Mondiale, une référence
  • Tremé : le quartier historique afro-américain. Il y a le Backstreet Cultural Museum, la tombe de l’esclave inconnu le long de l’église Sainte Augustine, Louis Armstrong Park et Congo Square
  • Iberville : juste à la frontière de Tremé, le St Louis Cemetery avec les tombes de Marie Laveau, la prêtresse vaudou, ou de Nicolas Cage
  • Bayou St John : quartier agréable. A voir l’Esplanade Avenue et ses jolies maisons
  • City Park : l’un des grands poumons verts de la ville. Ne manquez pas le Sculpture Garden
  • Garden District : quartier élégant à l’ouest du Vieux Carré, avec des maisons magnifiques. On adore Magazine St, les immenses chênes et le tramway de Saint Charles Avenue, le Lafayette Cemetery

 

 

  • Audubon Park : autre parc agréable. Et au bout, pour le coucher de soleil sur le Mississippi (et il se cache souvent à NoLa), The Fly (Butterfly River Park)
  • Faubourg Marigny : à l’est du Vieux Carré, immanquable Frenchmen St

 

 

  • Bywater : quartier résidentiel avec de jolies maisons colorées
  • St Claude Avenue : pour les graffs (angle avec Franklin ou Elysian Fields)
  • Et plus loin : à l’est la Barataria Preserve, au nord le lac Pontchartrain et Abita Springs (Abita Mystery House et la brasserie Abita), à l’ouest les plantations, puis le Pays Cajun

 

> Retrouvez nos expériences à La Nouvelle-Orléans et dans la région en 2016 et en 2020

 

 

 

 

Où manger pendant les parades ?

Vous allez vite vous rendre compte que cela va être une vraie problématique. Autant, le midi, aucun souci, vous trouverez votre bonheur. Autant le soir, avant ou après les parades, c’est la ruée. Certains établissements prennent les réservations, tous étendent leurs horaires. Alors, armez-vous de patience (ou réservez). Notre conseil est tout de même de s’éloigner un peu du tracé des parades, en allant manger pourquoi pas dans le Warehouse District ou dans le Faubourg Marigny. Sinon, le Farmers Market du French Market propose des stands pour manger sur le pouce. Dans le même genre, en moins touristique, le Saint Roch Market sur Saint Claude Avenue. Quelques adresses : Brasserie Marigny, Port of Call, Dat Dog, Flamingo A Go Go, Coop’s Place, Acme Oyster House, Mimi’s In The Marigny…

 

 

 

 

Existe-t-il des dangers particuliers ?

On nous demande souvent si Nola est une ville dangereuse. Elle a toujours eu la réputation de l’être plus que la moyenne et les années post-Katrina ont été délicates. Elle apparaît dans le top 10 des villes américaines avec le plus haut « crime rate ». A la Nouvelle-Orléans, l’ambiance peut vraiment changer d’une rue à l’autre, un quartier sûr peut être à 100m d’un quartier qui l’est moins. A Treme, la partie sud du quartier est tranquille, mais le nord beaucoup moins.

Et durant le carnaval, c’est encore plus vrai. Les autorités recommandent d’être prudent dans le Vieux Carré, particulièrement la nuit. Les pickpockets sont à l’affût et les embrouilles d’alcooliques sont monnaie courante.

 

 

Autre danger, les mouvements de foule pendant les parades. Attention si vous mettez votre enfant sur vos épaules. Les lancers de colliers font bouger la foule. Evitez de courir à côté des chars. Une chute (en glissant sur un collier par exemple) est vite arrivée. En 2020, en quelques jours, deux personnes sont mortes écrasées par des chars : une femme pendant la parade de Nyx, un homme sur Canal St pendant la parade d’Endymion. Dans la foulée, la maire a banni les tandems, ces chars en plusieurs morceaux.

 

 

 

 

Que faire de son trop plein de beads ?

Si vous n’êtes pas trop maladroits, vous devriez rapidement faire le plein de colliers. Mais viendra le moment où il faudra reprendre l’avion. Pour vous donner une idée, nous nous sommes séparés de la moitié de nos colliers avant le départ, soit une bonne dizaine de kilos. Qu’en faire ? Les locaux adorent les garder pour la décoration ou les travaux pratiques des enfants. Dans cet article, vous trouverez les écoles ou organisations qui seront ravies de récupérer vos colliers.

 

 

 

 

Quel budget prévoir ? 

New Orleans s’emballe un peu. Pour elle, Mardi Gras is « the greatest free show on earth » (« le plus grand show gratuit sur terre »). En effet, les parades sont gratuites, les colliers sont offerts, on ne repart jamais les mains vides.

Par contre, c’est sur les a-côtés que cela peut faire mal. Vous retrouverez dans cet article notre budget (12 jours avec des parades aussi en Alabama et dans le Pays Cajun). Pour les aéroports d’arrivée, cela dépend de votre voyage mais il peut y avoir New Orleans, Houston, Dallas, Atlanta, Orlando ou Miami. Si l’on s’en tient aux « internationaux ».

 

 

Le prix des hébergements grimpe au moment de Mardi Gras. Comptez au moins 200 à 350 $ la nuit. Le prix des restaurants n’évolue pas et la bouffe est grandiose (40 à 70 $ pour deux). Pour les boissons (quoi ? vous allez nous faire croire que vous n’allez pas boire ?), 7 à 10 $ le verre, c’est réaliste.

La voiture n’est pas indispensable si vous restez à Nola. Surtout que les prix des parkings sont élevés. Les prix des Uber sont aussi en hausse à cette époque (faut bien nettoyer les banquettes…). Pour les transports en commun, le pass 5 jours coûte 15 dollars.

 

 

 

 

Et en dehors de la Nouvelle-Orléans ?

Pourquoi ne pas commencer crescendo avec d’autres parades dans d’autres régions. C’est ce qu’on a fait lors de notre voyage et c’était plutôt sympa de monter tranquillement en puissance.

 

 

Mobile (Alabama), le premier de tous

Aux racines de Mardi Gras aux Etats-Unis, il y a Mobile, en Alabama. A un peu plus de deux heures de route à l’est de la Big Easy, sur les rives de la baie de Mobile, cette ville historique d’Alabama, un peu moins de 200 000 habitants, fête Mardi Gras depuis 1703. Bien sûr, elle n’a pas la réputation de Nola pour les festivités mais elle se défend bien. Comme l’écrit le journaliste local et spécialiste de Mardi Gras Steve Joynt : « Sans la Nouvelle-Orléans, il n’y aurait pas de Mardi Gras à Mobile. Sans Mobile, il n’y aurait pas de Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans ». Une ville l’a créé, l’autre l’a élevé.

Nous nous y sommes rendus quelques jours avant Mardi Gras. C’était notre première parade de Mardi Gras. C’était festif, familial et les chars étaient vraiment beaux.

> Retrouvez le programme de Mardi Gras à Mobile

 

 

 

 

Baton Rouge, la capitale

Mardi Gras est également célébré à Baton Rouge, la capitale de l’état de Louisiane, à 1h15 à l’ouest de Nola. Nous n’avons pas assisté à des parades là-bas, pas encore. Ce sera pour la prochaine fois.

> Retrouvez le programme de Mardi Gras à Baton Rouge

 

 

 

Dans le Pays Cajun

Là aussi, Mardi Gras est fêté et bien fêté, avec ce petit zeste de culture cajun que l’on adore. Dans le Pays Cajun, vous pourrez trouver des parades de toutes les tailles. Bossez bien votre itinéraire pour mettre un max de parades sur votre route. On en trouve à Lafayette, Houma, Morgan City, Eunice, Opelousas, Jeannerette, Rayne, Mamou… Ce sont des parades familiales, à taille humaine, éloignées de la frénésie de la Nouvelle-Orléans. Nous avons vu défiler les chars à Houma et Lafayette. Dans cette dernière, capitale du Pays Cajun, on vous conseille de vous poster non loin du parc Sans Souci.

> Retrouvez le programme de Mardi Gras dans le Pays Cajun

 

 

 

 

Church Point, le Courir

La tradition dans la tradition, dans un petit bout d’Amérique profonde. Des « Courir » se déroulent dans toute la prairie cajun durant la période du carnaval. Nous sommes allés assister à l’un d’entre eux, à Church Point, l’un des plus connus, pour la 59e édition, qui se déroule le dimanche avant Mardi Gras. Rendez-vous matinal (7h) au Saddle Tramp Club (E Ebey St).

 

 

Plus d’une centaines de candidats déguisés (un déguisement bien spécial avec tissu à franges, masque artisanal et chapeau pointu) attendent le départ en picolant. Ils sont à cheval ou sur d’immenses remorques et l’ambiance est au rendez-vous. A 8 heures, le départ est donné. Ils vont de ferme en ferme mendier les ingrédients du gumbo, et particulièrement le poulet. Après avoir demandé la permission au fermier, les participants sont lâchés dans un champ, se jettent allègrement dans la boue. Puis le propriétaire rapplique avec plusieurs poulets. C’est la course folle, les empoignades, les glissades. Et on vous cache pas que c’est un moment assez difficile pour le gallinacé.

 

 

Les participants sont suivis par des dizaines de chars qui lancent des colliers, des cadeaux. C’est simple, c’est rural, c’est une tranche d’Amérique (de Trump un peu) et une autre facette de Mardi Gras. En un mot : authentique.

D’autres « courirs » ont lieu à Mamou, Eunice, Iota, Elton, Faquetaigue, Soileau…

 

 

On espère que ce guide de Mardi Gras vous a plu. N’hésitez pas si vous avez des questions les Roadies ! N’hésitez pas aussi si vous avez des précisions à nous donner. XoXo

2 responses à “Mardi Gras à la Nouvelle-Orléans : le guide de la fête

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.