Roadtrip de Réveillon à Las Vegas et en Arizona : le bilan

Devinez qui est de retour, et à Las Vegas pour le Réveillon, baby ? Quand nous avions fermé le chapitre de notre dernier voyage, Mardi Gras en Louisiane et en Alabama, en février 2020, comment imaginer ce qui allait se passer après ? Le Covid était alors une lointaine maladie à Wuhan, dont quelques cas commençaient à arriver en Europe ou aux US. Et puis, confinements, vagues, vaccinations, travel ban… Pendant presque deux ans, les Etats-Unis se sont repliés sur eux-mêmes, établissant des règles bancales, qui marqueront à vie certains. Nous, nous ne sommes que des voyageurs…

Du coup, quoi de mieux que Las Vegas pour reprendre les voyages aux US, les Roadies ? C’est ainsi que nous sommes partis une petite quinzaine de jours pour passer le réveillon et débuter la nouvelle année aux Etats-Unis, à Las Vegas puis en Arizona. Un immense kif qu’on vous raconte ici. Car même si un grand homme a dit (Jeffrey Tambor dans Very Bad Trip) « Tout ce qui se passe à Vegas reste à Vegas. Sauf l’herpès », on a décidé de tout vous raconter dans ce bilan.

Notre parcours, nos découvertes, nos redécouvertes, les bons plans, ce qu’on aimé, ce qu’on a moins aimé : on vous dit tout. Vous êtes prêts ? Voici notre traditionnel bilan. Installez-vous confortablement, c’est parti.

New Year’s Eve roadtrip aux Etats-Unis, entre Nevada et Arizona

Le roadtrip en bref

Objectif et préparation

Ne le cachons pas. Nous étions légèrement sur les dents après presque deux ans de fermeture des frontières, comme des Irlandais attendant l’ouverture des pubs. Alors, pour se donner un peu de baume au coeur à l’été 2021, alors que Joe Biden et son pote Anthony Fauci tenaient à leur travel ban contre vents et marées, JP a offert à Delphine, pour son anniv’, des places de concert. Pas n’importe lesquelles : Katy ROOOOOAAAAAR Perry pour sa résidence à Las Vegas, au Resorts World, entre Noël et le Jour de l’An. L’histoire est partie comme ça, comme une petite bouffée d’oxygène, en disant « tu verras, ça ira mieux demain », en plantant un projet là, au loin, pour s’imaginer déjà aux USA. Finalement, il a fallu attendre le 8 novembre 2021 (excellente date, l’anniv’ de JP) et l’ouverture des frontières pour voir le trip se dessiner. Deux ans sans roadtrip, ça sentait quand même fort le gros défouloir.

Comment on l’a préparé ? Rapidement et avec les genoux qui tremblent à cause d’Omicron. On a pris les billets d’avion début novembre puis nous avons assuré les nuits à Las Vegas, surtout celles autour du Nouvel An (trois nuits au Flamingo) car la situation était déjà tendue à Las Vegas qui, en plus, accueillait le CES début janvier. Nous avons toujours pris en annulable vue la situation sanitaire et le quitte ou double du test avant le départ. Le reste a été plus simple à organiser, surtout la virée en Arizona dans des secteurs que nous connaissions presque tous.

Timing et parcours

  • J1. Départ de Lyon et arrivée à Las Vegas via Montréal. Nuit au Paris Las Vegas
  • J2. Strip sud (magasin Coca, M&M’s World, MGM Grand, Tropicana, Excalibus, New York New York, Hello Kitty Cafe, MGM PArk, Cosmopolitan, Bellagio) puis Fremont. Nuit au Circa à Las Vegas
  • J3. Neon Museum, Fremont, Fremont East. Nuit au Circa à Las Vegas

> Retrouvez le live du roadtrip jour après jour

Et si c’était à refaire ? Franchement, on ne ferait guère autrement. En fait, en évoluant dans des secteurs qu’on connaissait, sur une période courte, nous n’avons pas commis d’erreurs majeures sur les timings. Et pourtant, ce n’était pas évident avec un soleil qui se couchait très tôt. A la limite, nous aurions peut-être revu notre organisation à Las Vegas, en allant de suite à Fremont (au Circa <3). De même, le soir du Réveillon, on aurait aimé tester les deux (Strip et Fremont, où il y avait quand même Vanilla Ice et les Village people!) mais les déplacements étaient difficiles ce soir-là.

Je veux partir à Las Vegas, vous me conseillez quoi ? Déjà, sachez que Las Vegas est l’une des villes les plus clivantes des Etats-Unis. On n’aime pas ou on adore. Mais notez surtout qu’elle ne se limite pas au Strip, à ses prix éclatés et à sa clientèle internationale. Aller voir Fremont et ses vieux casinos, Fremont East et ses graffs, l’Arts District, prenez l’air à Red Rocks ou à Valley of Fire. Pour une première découverte, il faut au moins deux nuits pour profiter de Las Vegas, car cela comprend le sas d’adaptation et la claque que vous allez prendre en arrivant. Pour une découverte en profondeur (et si vous êtes joueurs), comptez 4 à 5 nuits.

De Las Vegas, très central, on peut composer mille roadtrips. Allez vers le sud-est pour la route 66 et le Grand Canyon, l’ouest pour Los Angeles, le nord-ouest pour la Vallée de la mort, le nord pour le Nevada désert (Pioche, Ely, etc…), le nord-est pour prendre la direction de Zion et Bryce, l’est pour le Hoover Dam et Boulder, ou encore plein sud pour aller vers le désert de Mojave. Vous l’avez compris, Las Vegas est un hub de choix.

Le Covid en roadtrip, ça donne quoi ?

Vous nous avez beaucoup posé de questions et c’est légitime : comment ça se passe niveau Covid aux US ? Nous allons vous répondre pour ce qui est de notre voyage. Pour les dernières infos et règles, on vous dirige vers cet article qui est mis à jour régulièrement. Bien sûr, nous avons dû composer avec un bon stress avant le départ puisque nous sommes partis en pleine vague Omicron. Un test positif et c’était mort. Pour ne rien arranger, notre test devait se faire le 25 décembre. Bref, une fois libérés délivrééééés, nous avons pu décoller. Les vérifications de tests et de vaccination sont faites par la compagnie. C’est très rapide.

Sur place, nous avons moins ressenti le poids du Covid qu’en France. Mais il y a de multiples raisons. 1/ Certains Américains (voire états) s’en tamponnent, c’est un fait, 2/ Tu es forcément moins accroché aux infos que chez toi… donc ça te sors un peu de l’esprit, 3/ Le travail est quand même l’un des lieux ou le Covid est généralement central… Et en vacances, eh bien, tu évacues cette donnée. Bref, nous y pensions moins. Ca c’est pour l’ambiance.

Quelles restrictions avons-nous trouvées ? Dans les deux états visités (Nevada et Arizona), pas de pass sanitaire ou vaccinal et simplement les distances de sécurité dans certains lieux et un port du masque qui variait selon la politique se l’Etat. Ainsi, nous devions être masqués à l’intérieur et donc dans les casinos dans le Nevada. En revanche, en Arizona, c’était open bar. Pas de masque, sauf dans les locaux du Grand Canyon… puisque c’est une terre fédérale. Tout ça pour dire, vérifiez à chaque fois que vous pénétrez dans un nouvel endroit.

Le plus difficile a finalement été le test demandé 48 h avant (mesure qui a été abrogée depuis le 12 février 2022). Un joyeux bordel. Toutes les options gratuites nous ont claqué entre les doigts, nous avons multiplié les tentatives mais n’avions pas la garantie d’avoir les résultats dans les temps pour partir. Nous avons fini par trouver un test antigénique à 70 $ à Las Vegas, ce qui était vraiment un moindre mal. Bref, ça gâche un peu la dernière partie d’un séjour, car il faut s’occuper de ça.

Le budget (par postes)

Avant de parler du budget, petit avertissement car ce trip avait plusieurs particularités. Uno, il venait juste après l’ouverture des frontières donc il y avait une petite tension sur les vols. Deuzio, un trip lors des fêtes de fin d’année, c’est toujours un peu plus cher. Tertio, Las Vegas aussi, qui plus est au moment du plus grand salon des nouvelles technologies, le CES. Ceci posé, ne prenez pas peur.

  • ESTA : deux unités = 25 euros. Voir ce qu’est l’indispensable Esta
  • AVE : deux unités = 10 euros. C’est la même chose que l’Esta, mais pour le Canada. Vu que nous avions une correspondance à Montréal, l’AVE était obligatoire.
  • Avion : 2100 euros soit 1050 euros par personne (Lyon-Montréal-Las Vegas) + 180 euros de bagages (un à l’aller, deux au retour). L’avantage de passer par Montréal : l’immigration US se fait au Canada.
  • Locations de voiture : 600 euros pour 10 jours de location d’une Chevrolet Equinox (dont 60 euros de plein prépayé). Location de voiture via Rental Cars chez Sixt
  • Essence : 150 euros environ
  • Péages : 0
  • Parking : 15 euros à Las Vegas ou Flagstaff
  • Uber/taxis : environ 120 euros, à Las Vegas. Plusieurs trajets entre l’aéroport et le Strip/Fremont, et entre le Strip et Fremont
  • Hébergement : 13 nuits au total, dont 8 dans des casinos. 2187 euros soit 168 euros/nuit. Les nuits les plus chères sont celles au Flamingo (320 euros) autour du Nouvel An, la moins chère celle au Frontier Motel de Laughlin, 26 euros.
  • Restaurants/boissons/courses : 900 euros soit 32 euros par jour et par personne.
  • Activités : 100 euros pour Neon Museum, Omega Mart. Pour le concert de Katy Perry, c’est secret (cadeau d’anniv’ les Roadies).
  • Parcs nationaux et state parks : 45 euros pour Valley of Fire et Grand Canyon.
  • Cadeaux : c’est secret ^^
  • Jeux dans les casinos : c’est secret aussi mais on pense que la balance est positive.

Soit 6432 euros, 3216 euros par personne, soit 229,70 euros par jour et par personne. Ce qui se situe dans la fourchette très haute de nos modèles dans l’article Combien coûte un roadtrip aux USA ?

Comment alléger la note ? Ne pas partir en plein Nouvel An est déjà une bonne piste mais du coup, ben, ça perd un peu l’intérêt. Nous avons voulu tester tous les nouveaux hôtels du Strip et de Fremont. Sans cela, on pouvait faire baisser la note en réalisant moins d’aller-retours entre le Strip et Fremont. Après, le billet d’avion est assez élevé, et la location de voiture, même si on a évité la cata vue la situation, a fait grimper la note, comme les trois nuits au Flamingo (pour le Nouvel An notamment). Bien sûr, s’éloigner du Strip à Las Vegas aurait permis de largement économiser. La bouffe y est aussi plus chère. Pour le reste, il était difficile de faire autrement, notamment sur la deuxième partie du voyage (hors Las Vegas).

Combien de kilomètres ?

1810 kilomètres au total avec une Chevrolet Equinox chez Sixt via RentalCars. On ne pensait pas partir avec une si grosse voiture pour seulement une semaine de roadtrip. Finalement, l’occasion a fait le larron. Super caisse (et rouge, en plus).

Essence ? Avec le refill payé à l’aller au loueur et 4 pleins d’environ 30 $, on arrive à 175 dollars d’essence sur le roadtrip.

  • Prix de l’essence : En moyenne, le gallon entre 3,70 et 4 $

Météo et températures

Voyant nos bonnets, écharpes et mines bien tirées, vous nous avez posé beaucoup de questions sur les températures et le temps que l’on a pu rencontrer à cette période (fin décembre-début janvier). D’abord, le temps. Nous avons eu quelques jours couverts (deux je crois) à Las Vegas et même… 3 gouttes de pluie. Mais vraiment trois gouttes. Pas de quoi arroser un pastis. Sinon, grand bleu tout le temps.

Côté températures, c’était plutôt frais à Las Vegas, 8 à 10 degrés en dessous des normales saisonnières. C’était un gros sujet de discussion pour les habitants. Donc, nous avons eu des nuits fraîches, frôlant les températures négatives. Et la journée, entre 8 et 12 degrés. Ensuite, hormis à Laughlin (où nous avons eu la température la plus élevée du voyage, aux alentours de 23), les températures ont été de plus en plus froides au fur et à mesure que nous montions sur le plateau du Colorado. Jusqu’à moins 5 à Flagstaff (2100 m) et de la neige au sol à Williams (2060 m) et au Grand Canyon (2100 m). Ensuite, les températures ont été plus douces à Sedona ou Prescott. Mais voilà, il faut bien être conscient que rochers rouges ne sont pas synonymes de températures douces en hiver. Même chose à Zion, Bryce ou Monument Valley d’ailleurs.

Enfin, ce qui a été le plus gênant, la soleil qui se couche à 16 heures. Cela a été le cas au Nevada. Ensuite, on a gagné une heure en passant en Arizona. Cela nous a obligé à réorganiser nos journées. Finies les grasses matinées (qui, on est d’accord, n’ont rien à faire en roadtrip ^^).

Parcs et autres merveilles

Petit roadtrip d’hiver donc peu de parcs. Nous sommes retournés à Valley of Fire pour la troisième fois. La lumière était vraiment sympa et au moins, on n’a pas retrouvé ce parc sous une chaleur écrasante… ce qui est presque étrange. Deuxième pépite, le Grand Canyon rive sud. Une nouvelle fois oui, mais la première sous la neige. Et nous croisions forts les doigts pour ça !

Qu’est-ce qu’on ramène dans ses valises?

Des babioles de Las Vegas bien sûr. Et plein de trucs qui nous ont manqué depuis deux ans : de la fringue, de la bouffe, de la déco… Côté shopping, on vous conseille les magasins de l’Arts District à Las Vegas, ceux de Flagstaff, de Sedona ou de Prescott. Et bien sûr, il y a de quoi faire sur la route 66 à Oatman, Seligman, Williams, Hackberry et Williams.

Sinon, encore une fois, nous avons adoré écumer les « antiques », ces brocantes où l’on peut trouver des pépites au milieu de tas de trucs sans intérêt. Big up à celles de l’Arts District à Las Vegas (Main St Peddlers, Antique Alley Mall…), de Boulder City (Goatfeathers, Sherman’s House…) et de Cottonwood (Larry’s Antiques).

On a aimé

Retourner enfin aux USA. En manque, on était à deux doigts de se rabattre le Colorado provençal et de multiplier les burgers-onion rings pour compenser. Merci Joe et Anthony d’avoir rouvert ces foutues frontières. Le roadtrip peut reprendre.

Faire le Réveillon là-bas. Nous aimons toujours bien coller dans nos roadtrips des grands évènements (genre Frontier Days, Mardi Gras…) ou des grands moments. 4-Juillet, on la fait plusieurs fois, Halloween, fait aussi. Il manquait notamment le Réveillon. Et bien, le faire sur Strip, check. Les Américains aiment bien tout donner dans ces moments-là. L’ambiance était bonne (plus bon enfant que grosse défonce), le feu d’artifice un peu moins (voir plus bas). Mais rien que pour découvrir le Strip ouvert seulement aux piétons, ça mérite le déplacement. Il est fermé aux voitures dès 17 h, feux d’artifice à minuit et ensuite, seuls les clients des casinos peuvent y accéder.

Fremont. Le quartier des vieux casinos est toujours au top. On adooooooore, avec une clientèle plus américaine, moins internationale. Et le spectacle est toujours dans la rue avec cette Fremont Street Experience. Pour ne rien gâcher, tout y est moins cher et Fremont East est vraiment un quartier festif agréable (et top pour le street-art en journée). En plus, notre expérience à Fremont a été encore améliorée par notre séjour au Circa.

Le Circa et sa cow girl, Vegas Vickie. On continue notre grand tour des hôtels de Las Vegas. En quelques passages, nous avons testé le Bellagio, le Flamingo (plusieurs fois), le Planet Hollywood, le Paris Las Vegas, le Resorts World (ouvert en juin 2021), le Golden Nugget, le 4 Queens, et donc le Circa. Celui-là a ouvert fin octobre 2020, en plein Covid, ce qui est fait le dernier des hôtels de Fremont. Et franchement, quelle pépite. La vue, les prestations, la piscine de folie (avec un écran géant pour les fans de sport), l’ambiance, la décoration des chambres, son rooftop bar, un public un peu moins WTF que dans les autres casinos… Vous ne trouverez pas mieux sur Fremont (mais vous trouverez moins cher, c’est sûr ^^). A savoir, c’est un hôtel « adults only ». En bonus, l’historique « sign » de Vegas Vickie dans le lobby, qui était auparavant sur Fremont Street et qui a laissé Vegas Vic tout seul. Sublime, on y retournerait demain.

L’arts district de Las Vegas. Le quartier idéal pour se sevrer des casinos, des lumières, du bruit, tout en restant dans la ville. Nous y étions allés en 2015 et on peut dire qu’en six ans, il a bien évolué. Si vous cherchez des graffs (dont un très beau Las Vegas orangé), des brasseries (petite préférence pour l’Able Baker Brewery), des « antiques » et des magasins sympas, c’est fait pour vous.

La Route 66. C’est la légende. Oatman, Hackberry, Seligman, Williams… Les vieux panneaux, les bagnoles, les panneaux Burma Shave et cette ambiance. Si la partie Arizona est la plus connue, la plus touristique, ce n’est pas seulement car elle se trouve sur les itinéraires des roadtrips classiques de l’ouest, c’est qu’elle est aussi supra cool. A retrouver ici.

Air Force One. Ben ouais, on a vu Air Force One. Car Joe était de passage à Las Vegas quand nous sommes revenus en fin de trip. Il était là pour rendre hommage au fameux Harry Reid. Et quand le président vient, ça rigole pas. Autoroute fermé, flics partout : notre chauffeur de taxi a failli en pleurer…

L’aéroport de Las Vegas. Comment se mettre déjà dans l’ambiance ? Un aéroport avec des bandits manchots, hyper easy et avec des coins fumeurs. Ah, et il vient de changer de nom. Exit McCarran, bonjour Harry Reid.

Katy Perry et son caca qui chante. Un spectacle à Vegas, c’est un classique. Et quand Katy Perry vient pour une résidence au tout nouveau Resorts World sur le Strip, c’est encore mieux. C’était même le point de départ de notre trip, Delphine étant super méga fan de la Californienne. C’était la première de son spectacle « Play » avec plein de tableaux hyper funs, dont un fantastique caca chantant… Un très bon moment. Seuls bémols : les prix pratiqués (30$ la frozen margarita, la « straw-perry-ta » avec un verre en plastique « collector » siglé Resorts World – WAHOU) et l’ambiance bien molle (concert assis), à rougir à côté d’un concert de Frank Michael.

Retrouver Giordano’s hors Chicago. Avé deep dish pizza. Giordano s’est installé sur le Strip et ça, c’est une fantastique nouvelle de mozzarella coulante.

Les décos de Noël. Même si nous sommes arrivés juste après Noël, on espérait bien voir quelques reliquats. A Las Vegas, la patinoire du Cosmopolitan (oui, sur le Strip) et les décorations du Bellagio donnent bien le change. Mais la grosse claque, c’était l’arrivée à Prescott, qui se targue d’être la ville la plus Noël d’Arizona. Sur toute la place centrale, les arbres étaient recouverts de guirlandes lumineuses. Spectaculaire.

Prescott, ça le fait. Cette ville, à 1h40 au nord de Phoenix (Arizona), a beaucoup de charme. Et ça tombe bien, c’était l’un des rares endroits que l’on ne connaissait pas du tout ! Notre expérience là-bas a été excellente : un super motel (on vous en parle après), un très jolie place centrale, des bars historiques sur Whiskey Row et le Watson Lake à deux pas. Très chouette pour une nuit d’étape.

Le Dick’s Last Resort, attention à l’égo. Un resto où les serveurs vous vannent, vous balancent les couverts, vous mettent des chapeaux en papier avec des blagues potaches. Ca le fait bien. Delphine a hérité du « perfect wife » avec juste un trou pour la bouche. Un sur le Strip (dans l’Excalibur), l’autre à Fremont. Soyez prévenus quand même, pour éviter d’éclater un serveur. On s’y est retrouvés un peu par hasard, alors qu’on en avait entendu parler depuis des plombes (et que limite on l’évitait!).

Au-dessus de Las Vegas. Arriver de nuit au dessus du Strip est toujours un sacré spectacle.

Le Neon Museum, indispensable. De retour à Las Vegas, nous voulions retourner au Musée du Néon. Et c’est toujours le top, deux « boneyards » désormais pour remonter l’histoire de Las Vegas et de ses casinos. Avec son nouvel espace qui s’anime une fois la nuit tombée. Pour nous, c’est vraiment vraiment un plus à faire à Las Vegas pour lâcher un peu le Strip.

Casino. Avec une semaine à Las Vegas, nous avons pris le temps de revisiter tous les casinos. Et on doit bien dire que le New York New York nous a beaucoup séduit et que l’Excalibur, un peu défraîchi à l’extérieur, est plutôt très sympa une fois dedans… Sinon, on aime toujours le Cosmopolitan, le Flamingo ou le Venetian (et le Mirage qui sera bientôt remplacé).

La ville fantôme de Nelson. Photogénique.

Meow Wolf. D’année en année, on voit Vegas se développer dans tous les sens. L’Arts District, les nouveaux hôtels (Circa, Resorts World), le stade tout neuf, la MSG Sphere en construction, et aussi l’Area 15. Le long de l’autoroute, un pôle de loisirs avec des expériences immersives. A l’intérieur, la dernière production des artistes de Meow Wolf, l’Omega Mart. Un drôle d’ensemble qui commence par un supermarché fictif (on vous spoile rien). Par contre, le prix est plus wow que Meow.

Des Roadies et un coeur cadenas. Les roadtrips sont de retour et vous allez peut-être suivre nos traces. Alors, ouvrez les yeux à Seligman (le Copper Cart), Hackberry ou à l’entrée du Container Park de Las Vegas (un coeur)… Nous avons laissé quelques traces.

Faire les antiques. Alors là, entre Las Vegas, Boulder City, la route 66 ou Cottonwood, c’était sublime.

Let it snow. Le Grand Canyon sous la neige, what else ?

Valley of Fire, c’est le feu. Toujours le plus beau state park des Etats-Unis, ça bouge pas.

Avoir le jeton. Et oui, on a chopé un jeton du Mirage tant qu’il existe encore. Vendu à Hard Rock Hotel pour 1 milliard de $, le Mirage va laisser place à un nouvel hôtel (avec une partie en forme de guitare géante). Aussi, adieu le spectacle du volcan. Donc si vous voulez un jeton d’un des casinos du Strip, allez simplement au « cashier » et demandez un jeton d’un $. Normalement, ça passe.

La nouvelle arche d’entrée de Vegas. Et oui, défoncé par un camion il y a quelques années, le panneau d’entrée nord (« Welcome to Fabulous Las Vegas », le petit, pas le plus connu) n’avait pas été remplacé. C’est fait maintenant avec une grande arche au niveau de la Stratosphere.

La dancing grandma. Une grand-mère qui danse, so Las Vegas.

Flagstaff, valeur sûre. C’est une ville que l’on adore. Plus grande ville de l’Arizona sur le tracé de la route 66, Flagstaff est vraiment une cité animée, universitaire, avec des brasseries (slurp), des hébergements historiques (Monte Vista, Western Hills, DuBeau…), un joli centre et la nature et ses merveilles (Grand Canyon, Walnut Canyon, Wupatki, Humphreys Peak, Sedona…) à deux pas. Le tout rythmé par le passage des trains…

Cette terrasse.

Payer une nuit 26 dollars. Ca fait toujours plaisir. Merci au Pioneer Hotel de Laughlin.

La fixette Boulder City. Quand Delphine fait une fixette, c’est difficile de l’arrêter. Et là, elle s’est fixée sur Boulder City, une ville à une petite demi-heure de Las Vegas. La cité qui s’est créée pour la construction du Hoover Dam (comme Page, pour le Glen Canyon Dam) a des atouts. D’abord, c’est bien plus joli que Page (mais ça, c’est pas trop complexe). Ensuite, il y règne une atmosphère tranquille avec des chouettes magasins (des antiques) et le lac Mead est à deux pas.

Air Canada, tabarnac’. Excellente expérience sauf un bémol (voir plus bas). On a pu faire le transatlantique directement depuis chez nous (Lyon) dès le premier vol. Autre avantage, passer l’immigration à Montréal (avec quasi personne) et en être débarrassé à l’arrivée à Vegas.

Le trio Sedona-Cottonwood-Jerome. Là aussi, valeurs sûres. D’abord Sedona la mystique. Même si JP est pas fan de l’ambiance « bourgeoisie new age », c’est un fait : Sedona et ses environs sont sublimes. Les formations de rochers rouges, les rivières, les chemins de rando, son incroyable chapelle… Cottonwood, plus au nord, est plus authentique et s’est dynamisée. Et Jerome, accrochée à la colline, a le charme de l’ancienne ville minière, secouée par le temps et les déboires. Un très beau combo.

Atomic Liquors. Toujours notre bar coup de coeur à Las Vegas.

Notre Big Boy.

On n’a pas aimé

Las Vegas, tu pousses le bouchon. Cela fait plus de dix ans que nous allons régulièrement à Las Vegas. Et on a vu peu à peu les prix s’envoler. Je peux bien comprendre de payer une blinde pour les nuits du Réveillon… Mais il est loin le temps des chambres d’hôtel hyper abordables pour vous attirer dans les casinos. Avec une clientèle internationale, principalement asiatique, qui s’est développée, le Strip a vécu une jolie inflation. Et cela touche pas seulement l’hébergement. C’est peut-être encore pire pour la nourriture, sachant que le résultat n’est pas toujours à la hauteur. Les boissons itou. Payer une bière à 15 ou 20 balles, nous n’étions pas prêts. Bref, Sin City est devenu un pigeonnier et d’ailleurs, on bosse sur un article pour vous aider à esquiver les pièges. Heureusement, Fremont permet toujours d’avoir une expérience plus abordable. Jusqu’à quand ?

Resort fees. C’est typique du supplément qui énerve. Les casinos appliquent tous ou presque des « resort fees », des frais de resort. Tu vas payer 30, 40, 45$ ou même plus par nuit pour des « services » qui tombent sous le sens (wifi), dont tu ne te sers pas (salle de gym, salle informatique), qui sont fermés en hiver ou en période Covid (genre les piscines). Sans ménage. Rageant.

La flippe du 25 décembre. Le test d’avant départ, c’est quand même un peu la panique. La grosse pression en pleine vague Omicron, surtout quand tu dois trouver un test le 25 décembre. Merci la pharmacie de garde. Gros ouf de soulagement quand le résultat est tombé.

Poussez pas. Petit moment de panique à la fin du feu d’artifice sur le Strip. Mouvement de foule et tu te retrouves compressé à grimper par dessus des barrières pour éviter de finir en gaufre.

Le bordel des tests covid. Bon, par chance, ceux qui partent maintenant n’auront plus à s’y frotter. Mais trouver un test aux US avant le retour, sans vendre un rein, en plein vague Omicron, relevait du défi. Après avoir cherché des solutions gratuites mais qui ne nous garantissaient pas les résultats dans le bon timing (on allait peut-être éviter le stress supplémentaire), on a accepté de sortir les bucks. Nous avons trouvé un plan honnête à 70$/test alors qu’on voyait les prix grimper facilement 150, 200 voire 350 dollars. Le test s’est bien passé. Le souci, c’étaient les résultats. On avait un des derniers rendez-vous de la journée, on se fait curer le pif et elle nous dit : « dans 30 minutes sur vos mails ». Ok, JP est confiant et veut se barrer mais la petite voix de la sagesse de Delphine le retient. Elle a bien fait. Le mail ne tombe pas, on assiège la clinique avec deux autres Français qui terminaient leur CES. Mot d’ordre : ne laissez personne sortir tant qu’on n’a pas nos tests. Notre vol était à 8h le lendemain. Après un gros lobbying, la dame de l’accueil accepte de nous sortir une copie papier ! OUF ! Le lendemain, nous partions de l’hôtel à 5h du matin. Leur mail est tombé à 4h30…

Les bières à 15 balles. On l’a déjà dit, non ?

Pétard mouillé. Las Vegas vend tellement bien son feu d’artifice de Réveillon, en mode « Times Square, c’est pour les enfants à côté », que l’on a été un peu déçus. Bon, le Strip aux piétons, c’est sympa, le feu tiré de huit hôtels, c’est alléchant. Mais le résultat c’était pas fou, on en a vu des mieux au fin fond des US ou en France. Là, c’était du pétard pour du pétard, aussi cohérent qu’un Charles Bukowski après trois bouteilles de whisky. Las Vegas, tu nous avais habitué à d’autres extravagances. (Bon, ils l’ont quand même tiré malgré des rafales de vent dingues).

Pour le prix, vous pouvez faire un effort. Autant le Lyon-Montréal était au top, autant le Montréal-Las Vegas un peu moins. Ces vols sont traités comme des vols intérieurs US. Donc tu as beau faire 5h30 de vol, tu peux t’asseoir sur un repas ou des boissons. Sauf à sortir la CB.

Saisi. On pensait pas tomber sur des températures aussi fraîches à Las Vegas. Et pour surtout avoir fait le Strip par 40 degrés, c’est une expérience en soi. Si vous vous posez la question, oui ils arrêtent quand même la clim!

Les fermetures Covid. Cela nous est arrivé quelques fois pendant le trip. Mais le plus traumatisant pour Delphine, elle avait gardé un souvenir d’Epinal d’un magasin à Flagstaff (Black Hound Gallery, pour les curieux) et là bim, fermé pour Covid.

Resorts World, c’est tiède. C’est pas vraiment un « j’aime pas » catégorique. C’est plus un « il est pas fait pour nous ». Le nouvel hôtel du Strip ne nous a pas enchantés. C’est beau, c’est propre, c’est moderne. Après, la thématique asiatique est vraiment légère, la restauration proposée bof, et l’ambiance pas vraiment au niveau. En plus, il est un peu excentré, à côté du Circus Circus. On préfère nos classiques. Mais jolie piscine.

Le manque de variété pour la nourriture. On s’est fait la remarque. Nevada et Arizona n’ont pas vraiment de spécialités, pas de productions intéressantes. Alors, on n’a pas eu de coup de coeur culinaire, nous qui aimons bien goûter un peu de tout. Ah si, on valide et les mac&cheese balls de la Lumberyard Brewery à Flagstaff. Une diablerie.

Les awards

Notre classement des hôtels/motels

Et voici nos petits conseils logements. Nous avons alterné entre casinos et motels et on a aussi connu le grand écart dans les tarifs.

  • 1. Circa, Las Vegas, Nevada. Pour toutes les raisons évoquées plus haut, ne manquez pas la nouvelle pépite de Fremont. 9/10. Voir et réserver
  • The Motor Lodge, Prescott, Arizona. C’est un motel retapé à la perfection, avec les petites attentions qui font la différence. 9/10. Voir et réserver
  • 3. Flamingo, Las Vegas, Nevada. Le plus vieux motel du Strip, créé par la mafia, est un classique pour nous. Un peu passé, juste ce qu’il faut. So Vegas. 8/10. Voir et réserver
  • Paris, Las Vegas, Nevada. Première fois pour nous dans ce casino, l’un des mieux décorés du Strip. Valeur sûre. 8/10. Voir et réserver
  • 5. Motel 66, Seligman, Arizona. Dans l’une des villes iconiques de la 66, un petit motel historique charmant. 7/10. Voir et réserver
  • 6. Green Tree Inn, Sedona, Arizona. Propre, bien placé, un petit déj (ce qui est rare en période Covid) et pas trop cher. 6,5/10. Voir et réserver
  • The New Pioneer, Laughlin, Nevada. Un casino dans une ville frontalière de casinos. 26 dollars, plutôt propre. Voilà. Rien pour ça, merci. 6/10. Voir et réserver
  • 8. Resorts World, Las Vegas, Nevada. Le nouvel hôtel du Strip nous a un peu déçus. Mérite la revoyure. 6/10. Voir et réserver
  • Four Queens, Las Vegas, Nevada. Un des historiques de Fremont. Bon, ça fait la maille mais c’est pas frais du tout. Moquette passée, clientèle de chelous, chambre juste au-dessus de la Fremont Experience. 6/10. Voir et réserver
  • Montevista, Flagstaff, Arizona. Encore un hôtel historique. La chambre, très ancienne dans cet hôtel hanté, allait bien mais mauvaise surprise au check in, où l’on nous apprend qu’on n’a pas de douche privative, contrairement à l’annonce. Obligé de remettre au pot. Pas classe. Par contre, hyper abordable vu l’emplacement. 6/10. Voir et réserver

Notre top des restos

Encore une fois, nous avons testé ou retesté pas mal d’adresses. Voici, selon nous, celles qui méritent que vous preniez une chaise. A noter, nous qui ne sommes pas vraiment fast food, on a fait un Johnny Rockets à 3h du mat’ le 1er janvier. Très correct.

  • Beaver Street Brewery (Flagstaff, Arizona) : c’est un classique de nos trips et c’est une formidable brasserie à Flagstaff. L’endroit est immense, la bière coule à flots et la nourriture est bonne.
  • Lumberyard Brewing Co (Flagstaff, Arizona) : c’est sa petite soeur, le long de la voie ferrée. Avé les mac&cheese balls.
  • Giordano’s (Las Vegas, Nevada) : la deep dish pizza de Chicago dispo sur le Strip, c’est beau !
  • Able Baker Brewing (Las Vegas, Nevada) : une bien jolie brasserie dans l’Arts District, avec des petits canards. Enorme carte de bières.
  • The Palace Saloon (Prescott, Arizona) : le plus vieux saloon d’Arizona (1877), qui a accueilli les frère Earp et Doc Holliday.
  • Galaxy Diner (Flagstaff, Arizona) : un diner rutilant bien dans son jus pour un bon breakfast.
  • Roadkill Cafe (Seligman, Arizona) : dans cette ville 66, le Roadkill fait bien l’affaire. Accueil adorable.
  • Belfry Brewery (Cottonwood, Arizona) : une brasserie dans une ancienne église, ça ne se refuse pas. Très bon burger.
  • Hideway House (Sedona, Arizona) : une bonne adresse pour manger sain à Sedona. Super vue et bon, on y a goûté de la soupe à la saucisse.
  • Heart Attack Grill (Las Vegas, Nevada) : le temple du gras sur Fremont. A voir pour l’expérience. La bouffe, c’est simple, que des burgers bien (trop) gras.
  • Peppermill (Las Vegas, Nevada) : une autre légende du Strip, que l’on retrouve dans de nombreux films. Ce restaurant a un côté diner bien végasien avec ses néons roses et violets.

Notre top des casinos

Rien que sur la zone du Strip, il y a une soixantaine de casinos. Il y a donc de quoi faire. Nos coups de coeur ? L’historique Flamingo, le Venetian, le Paris, le branchouille Cosmopolitan, le New York New York ou encore l’Excalibur. Bien sûr, le Caesar’s et le Bellagio sont hyper connus mais on n’adooooooore pas.

Et côté Fremont, hormis le Circa, au top du top, le Golden Nugget (avec son toboggan au milieu des requins et sa pépite en or) est à voir.

Les photos bonus

Merci à Chapka de nous avoir accompagnés sur ce trip. N’hésitez pas à nous soutenir si vous partez bientôt en utilisant les liens de réservation (hébergement, voiture, activités…) qui se trouvent sur Lost In `The USA.

Vous aimez ce qu’on fait ? Cet article vous a été utile ? Offrez-nous un petit pourboire ou payez nous un café sur Tipeee

8 responses à “Roadtrip de Réveillon à Las Vegas et en Arizona : le bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.