Roadtrip

Road to 49, le bilan du roadtrip : Yellowstone, Midwest, Nord-Est, foliage et éclipse

Article rédigé le 13 janvier 2024

Il nous a fallu le temps de digérer, d’encaisser le retour, de se remettre à la vie « normale ». Voilà plus de deux mois que nous sommes rentrés d’un sublime roadtrip entre Texas, Yellowstone, Midwest et nord-est. Deux mois et demi de balade aux Etats-Unis, à redécouvrir des coins que nous connaissions (Yellowstone, Texas), à dévorer ceux que nous ne connaissions pas encore. Le tout pour atteindre l’objectif, qui n’est pas une fin en soi (mais on s’est pris au jeu), de 49 états américains visités. Oui, il restera l’Alaska.

Des grizzlys du Yellowstone à l’éclipse solaire au Texas, en passant par les plages des Outer Banks, les grandes villes de l’Est, les phares du Maine ou l’automne dans le Vermont, vous nous avez suivis assidûment pendant plus de 70 jours, ici et sur les réseaux sociaux. Aujourd’hui, on vous dit tout : le parcours, l’organisation, le budget, les coups de coeur, les tops et les flops de ce roadtrip « Road to 49 ». C’est parti.

Objectif et préparation du trip

L’objectif ?

Pour ceux qui sont au fond de la classe près du radiateur, nous vous l’avions expliqué avant le départ : l’objectif de ce roadtrip qui portait bien son nom était d’atteindre les 49 états visités, après 15 ans de voyages aux Etats-Unis. Il nous manquait neuf états du nord-est et du Midwest à découvrir. 49 états, c’est pas une fin en soi, pas un trophée. C’est juste que cela nous permet d’avoir une expertise plus fine pour mieux vous conseiller dans vos trips. Ensuite, nous voulions aussi voyager avec des amis au Yellowstone et finir par le Texas où se déroulait une éclipse annulaire de soleil. Prenez 72 jours et tentez de faire tout ça.

Comment l’a t-on organisé ? Est-ce qu’on a tout réservé ?

C’est sans aucun doute, en termes de parcours, le roadtrip le plus difficile que nous ayions jamais eu à organiser. Pour vous dire, JP a même dû acheter une carte papier pour mettre nos idées à plat et tracer correctement ce voyage. Pourquoi si difficile ? D’abord, nous allions dans des contrées parfois inconnues, avec des timings à l’aveugle. Mais surtout, surtout, il était rempli d’impératifs. Il fallait récupérer des amis à Bozeman à une date précise, il fallait être au bon moment pour le foliage dans le Vermont et être revenus à temps au Texas pour l’éclipse.

Prenez tout ça, remuez et tentez d’en faire un roadtrip. Nous avons pris deux vols intérieurs (Salt Lake City-Chicago et Chicago-Austin) pour raccourcir certaines distances. On a dû réserver une bonne partie des hébergements car c’était la saison haute au Yellowstone et dans le nord-est (foliage). En plus, nous avions beaucoup de villes au programme et nous préférons savoir ou nous mettons les pieds avant. Finalement, il restait une petite dizaine de nuits ouvertes. Les vols ont été réservés trois mois à l’avance, les véhicules un mois et demi avant le départ.

Timing et parcours

Au total, nous avons parcouru 26 états en 72 jours. Cela paraît vraiment énorme mais il faut savoir que certains n’ont été qu’effleurés car nous y étions déjà passés plusieurs fois. L’idée était vraiment de se concentrer sur le nord-est, où nous avons passé 45 jours au total, avec 9 états que nous ne connaissions pas du tout (Virginie, Virginie-Occidentale, Ohio, Delaware, Rhode Island, Connecticut, New Hampshire, Vermont, Maine).

Nombre d’états traversés : 26 (+ Washington DC). Durée totale : 71 nuits dont une dans l’avion 

  • Texas : 9 nuits. 3 à Austin, Abilene, Amarillo, San Antonio, Gruene, 2 à Wimberley
  • Nouveau-Mexique : 0 nuit
  • Colorado : 3 nuits. Manitou Springs, Cripple Creek, Boulder
  • Wyoming : 5 nuits. Saratoga, 2 à Sheridan, Cody, Moran
  • Montana : 6 nuits. 2 à Bozeman, 4 à Gardiner
  • Idaho : 0 nuit
  • Utah : 2 nuits. Garden City, Salt Lake City
  • Illinois : 1 nuit. Chicago
  • Indiana : 2 nuits. Michigan City, Indianapolis
  • Kentucky : 1 nuit. Cave City
  • Ohio : 3 nuits. Cincinnati, Columbus, Cleveland
  • Pennsylvanie : 5 nuits. 2 à Pittsburgh, Ronks, 2 à Philadelphie
  • Virginie-Occidentale : 3 nuits. Harpers Ferry, Weston, Fayetteville
  • Maryland : 1 nuit. Baltimore
  • Washington DC : 2 nuits.
  • Virginie : 3 nuits. Shenandoah, Pembroke, Cape Charles
  • Caroline du Nord : 4 nuits. Charlotte, Raleigh, 2 à Nags Head
  • Delaware : 1 nuit. Rehoboth Beach
  • New Jersey : 1 nuit. Atlantic City
  • Etat de NY : 4 nuits. New York, Alexandria Bay, Clarence, Niagara Falls
  • Connecticut : 1 nuit. New Haven
  • Rhode Island : 1 nuit. Newport
  • Massachusetts : 4 nuits. Oak Bluffs (Martha’s Vineyard), Provincetown, 2 à Boston
  • New Hampshire : 1 nuit. Hampton Beach
  • Maine : 3 nuits. Portland, Bar Harbor, Bangor
  • Vermont : 2 nuits. Montpelier, Burlington
  • Michigan : 2 nuits. Détroit

Et si c’était à refaire ?

A vouloir en voir beaucoup et remplir nos objectifs, on a fait une erreur de débutants. Nous sommes allés trop vite dans certains secteurs, dans certaines villes. Parfois consciemment, en se disant que, de toutes façons, nous allions revenir un jour à Boston, Philadelphie, Washington, Chicago… Ce ne sont pas vraiment des coins inaccessibles et méconnus…

Sur le trip, RAS sur la première partie (Yellowstone) et la dernière, notre cher Texas. Sur la partie centrale, en revanche, nous aurions bien aimé passer plus de temps à : Chicago (que nous connaissons déjà bien), Cincinnati (bonne surprise), Baltimore (idem), les Outer Banks (pour se poser), Philadelphie, Newport (Rhode Island), Boston, Cape Cod, les îles (il nous manquait une nuit pour Nantucket), le Maine (fantastique), le Vermont (il manquait une nuit), Cleveland (même chose) et peut-être le New Hampshire dans le secteur de la Kancamagus Hwy…

Bref, on pouvait facilement prendre 60 jours pour faire cette portion centrale. Et on ne parle pas de New York, où nous n’avons passé qu’une nuit par choix, ayant passé 15 jours dans la Grosse Pomme l’hiver dernier.

Sinon, les temps de route ont été corrects. Rien d’insurmontable.

Je veux faire le même roadtrip, puis-je m’en inspirer ?

Non, pas en l’état car il est trop biscornu. Mais vous pouvez vous inspirer de certaines séquences, comme la remontée côtière des Outer Banks jusqu’au Maine ou la partie Wyoming-Yellowstone par exemple.

Vous avez un projet ? N’hésitez pas à nous envoyer un mail à contact@lostintheusa.fr

L’itinéraire en détail

Chapitre 1 : du Texas au Yellowstone

Voir le roadtrip tracé sur Lost In the USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 2 : Yellowstone et Grand Teton

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 3 : au milieu du Midwest (Indiana, Kentucky, Ohio, Pennsylvanie)

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

VISUEL CHAP 3 MIDWEST

Chapitre 4 : Baltimore, Washington, les Virginie

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 5 : le long de l’océan, de la Caroline du Nord à New York

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 6 : l’automne en Nouvelle-Angleterre, de New York au Maine via Boston et Cape Cod

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 7 : foliage dans le Vermont et retour à Chicago via Niagara Falls, Cleveland et Détroit

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

Retrouvez le live de cette partie ici

Chapitre 8 : l’éclipse solaire au Texas

Voir le roadtrip tracé sur Lost In The USA

  • J65. Vendredi 13 octobre. Départ en avion de Chicago pour Austin (Texas). Prise de la voiture. Route jusqu’à San Antonio. Nuit au camping au Government Canyon State Park
  • J66. Samedi 14 octobre. Eclipse le matin. Hill Country. Nuit à Gruene à l’Outpost River Lodge
  • J67. Dimanche 15 octobre. Hill Country. Nuit à Wimberley au Canyon Vista
  • J68. Lundi 16 octobre. Hill Country. Nuit à Wimberley au Canyon Vista
  • J69. Mardi 17 octobre. De Wimberley à Austin. Nuit à Austin chez les amis
  • J70. Mercredi 18 octobre. Préparation au départ. Nuit à Austin chez les amis
  • J71. Jeudi 19 octobre. Avion Austin-Genève via Washington. Nuit dans l’avion
  • J72. Vendredi 20 octobre. Arrivée à Genève à 7h40

Retrouvez le live de cette partie ici

Le budget

Un roadtrip de 72 jours, c’est toujours un défi de budget pour nous. Surtout qu’il y avait quelques difficultés supplémentaires. Comme gérer les coûts d’hébergement au Yellowstone (à 5), lors de la haute saison du foliage en Nouvelle-Angleterre (les prix dans le Vermont s’envolent), pour l’éclipse au Texas et dans de nombreuses grandes villes (ça tape très fort à Philadelphie, Boston, NY…). Nous avions aussi deux vols intérieurs et pas mal de musées et d’activités.

On ne va pas pouvoir vous donner une idée exhaustive du budget total avec tous les postes de dépenses pour plusieurs raisons : passage à 5 personnes pendant 10 jours (ça impacte l’hébergement et la location de voiture), des partenariats aussi avec des invitations et des choses gratuites (Virginie, Baltimore, Washington, Maine). Mais on tente de vous donner la meilleure estimation sur les frais fixes (avion, voiture, hébergements).

Les postes de dépenses

https://giphy.com/gifs/looneytunes-looney-tunes-bugs-bunny-pay-day-67ThRZlYBvibtdF9JH/fullscreen
  • Esta : 0. Encore valables (sinon 21$ par personne). Voir notre article ESTA
  • Avion : 760 euros par personne pour un Genève-Austin via Washington aller-retour avec deux bagages inclus (bagage supplémentaire à 100 $). Pour les vols intérieurs, 90 euros/personne pour Salt Lake City-Chicago, bagages non inclus (30 $ les deux premiers, 40 $ les deux suivants). 156 euros/personnes pour Chicago-Austin (30 $ les deux premiers, 40 $ les deux suivants). Total : 2012 euros pour les vols + 370 euros de surplus bagages. Soit 2382 euros.
  • Location de voiture : trois locations au total. La première était une 7 places (et fait monter la note à 84 euros/jour) car nous étions 5. Nous sommes parvenus à ne pas avoir de frais d’abandon (prise Austin, rendu Salt Lake). Les deux autres étaient abordables : 38,5 euros par jour pour la 2e et 43 euros/jour pour la dernière. Total pour les trois voitures : 3718 euros.
  • Péages et ponts : 40 euros
  • Parkings : important dans le nord-est, pouvant monter jusqu’à 50 euros la nuit dans certaines villes. Partons sur 500 euros environ
  • Essence : entre 2,89 et 4,29 dollars le gallon (3,78 litres). Environ 1400 euros d’essence
  • Ferry : pour le ferry pour Martha’s Vineyard. 217 euros
  • Nourriture : sur une telle longueur, on ne pourra pas vous faire un budget total, simplement vous dire que la nourriture était plus abordable dans le Midwest (-10 à 20%) que dans le Nord-Est. On a trouvé une belle variété sur l’ensemble du voyage et le cours du lobster roll variait entre 23 et 42 dollars
  • Hébergements : nous avons passé 71 nuits aux USA. Dont une dans l’avion, 3 chez les amis, 1 au camping, 10 invités chez des partenaires. Donc il reste 56 nuits payées. La moyenne totale des nuits payées (56 nuits, dont 9 à 5 personnes) : 170 euros/nuit en moyenne. 9546 euros
  • Activités : on vous donne différents exemples : sortie baleines à Cape Cod (environ 50$/personne, il y a moins et beaucoup plus cher), sortie homard à Bar Harbor (45$/personne), musées divers (25 à 45$/personne), CityPASS à Boston et Philadelphie , croisière Mille-Îles (30$/personne), Luray Caverns (32 $/personne)
  • Téléphone : 0 euro avec le forfait de JP. Sinon, pensez aux solutions data illimitée chez Sim USA Mobi, chez votre opérateur ou sur place
  • Parcs : 74 euros pour les parcs nationaux (Pass America The Beautiful, valable un an). Une trentaine de dollars pour les state parks
  • Assurances : assistance 24/24 Chapka, 460 euros avec nos 5% de réduction chez Chapka Assurances
  • Frais bancaires : Nous avions misé une nouvelle fois sur le combo carte BNP (qui permet les retraits à 0 frais dans les ATM Bank of America) et carte Revolut, 10 euros d’activation, pour des paiements par CB presque gratuits. On conseille, surtout que les paiements CB sont de plus en plus nombreux dans les parcs nationaux
  • Cadeaux et souvenirs : ne parlons pas de choses qui fâchent/n’ont pas été calculées 🙂

Total : impossible de calculer avec précision le coût total avec ce que nous avons expliqué en introduction. Pour le combo avion, hébergement, voiture (avec péages, essence et parking), ferrys, parcs et assurances : 18 363 euros (avec une partie à 5). Il faut y ajouter les hébergements gratuits, la nourriture, les activités et les achats. On peut partir sur un roadtrip total aux alentours de 25 000 euros pour 2 soit environ 175 euros/personne/jour.

Comment alléger la note ? Hahaha. Eviter les villes ou dormir en banlieue ou à distance, ne pas venir pendant le foliage.

Combien de kilomètres ?

Pas mal mais il faut dire que le gros de la route a été fait en début de voyage (pour faire Austin-Yellowstone) puis dans le Midwest. Une fois arrivés sur la côte, beaucoup de sauts de puces. Nous avons au total utilisé quatre voitures, puisque nous avons crevé avant d’arriver à Columbus (Ohio). Voiture changée à Pittsburgh (Pennsylvanie). Tant mieux car la Chevrolet Trax était un peu petite pour nous. On n’a pas perdu au change avec la Nissan Rogue.

  • Voiture Texas-Yellowstone : location d’une Jeep Grand Cherokee Laredo blanche sept places chez Avis à Austin. Rendu à Salt Lake City. Prix : 1682 euros pour 20 jours via BSP Auto. Nombre de miles : 3660 miles (soit 5890 km)
  • Voitures nord-est : location d’une Chevrolet Trax chez Hertz à Chicago. Prix : 1734 euros pour 45 jours, via RentalCars. Nombre de miles : 1213 miles (1952 km). Pneu crevé après 6 jours, changement à Pittsburgh et récupération d’une Nissan Rogue chez Hertz. Nombre de miles : 6159 miles (9911 km)
  • Voiture Texas : location d’une Nissan Rogue chez Avis à Austin. Prix : 302 euros pour 7 jours, via BSP Auto. Nombre de miles : 353 miles (568 km)

Total voiture : 10 172 miles soit 16 372 kilomètres en 71 jours sur place soit 230 km par jour en moyenne

Prix de l’essence : les prix de l’essence ont été assez constants pendant le voyage, le plus souvent entre 3 et 3,80$ le gallon. Le gallon le moins cher a été trouvé au Texas (2,89 $), le plus cher payé à l’entrée de Salt Lake City (4,29 $).

Nos stations préférées : Buc’ees bien sûr, Maverik, Sheetz (belle découverte qu’on trouve dans le Maryland, en Caroline du Nord, Ohio, Pennsylvanie, Virginie et Virginie-Occidentale) et Sinclair

L'info en plus

Petite particularité dans le New Jersey. Il y est interdit de mettre soi-même son essence. Des pompistes vous attendent donc dans chaque station-service. Un mini-tip est apprécié. Auparavant, l’Oregon était le deuxième état avec cette même règle. Cela a changé en 2023 et il est désormais possible de mettre soi-même son essence

On a pris aussi : des ferrys et bateaux (Ocracoke, Martha’s Vineyard, Mille-Îles, Niagara Falls, Provincetown), un funiculaire (Pittsburgh), une carriole amish (Bird in Hand), une calèche (Yellowstone)…

Météo et températures

Il fait quel temps au Texas, au Colorado, au Wyoming et au Yellowstone en août ? 

Pour commencer notre trip, nous avons attaqué par la route du Texas au Yellowstone. Sur la partie Texas, nous avons connu nos plus fortes températures. Puis des journées agréables au Yellowstone (sauf une journée de pluie avant à Bozeman) et un peu de grêle. Dans les parcs (Yellowstone et Grand Teton), les journées étaient top : 20 à 30 la journée, fraîcheur le soir avec des nuits entre 5 et 10°C.

Il fait quel temps dans le Midwest et le nord-est en septembre-octobre ?

Chaud et humide dans le Midwest (Kentucky, Indiana, Ohio) et aussi dans les grandes villes de la Capital Region (Baltimore et Washington). Une fois arrivés sur la côte, l’air marin a permis de respirer un peu mais nous avons eu un temps agréable dans les Outer Banks et dans le Maine. Entre, le temps a été variable et nous avons surtout subi la queue de la tempête tropicale Ophelia avec du très mauvais temps à Atlantic City, New York, le Connecticut et le Rhode Island. Une fois de retour à l’intérieur des terres et avec l’arrivée de l’automne, journées plus courtes, ciel voilé, pluie sur Alexandria Bay et Niagara Falls (NY), fraîcheur matinale mais des journées entre 10 et 20 degrés du Vermont à l’Illinois en passant par l’Etat de NY, l’Ohio et le Michigan. De retour au Texas mi-octobre, les journées étaient chaudes jusqu’à 30 degrés mais les nuits froides.

Températures

Entre 4 et 43 °C relevés pendant le voyage.

  • La plus haute température : 43°C à Abilene (Texas)
  • La plus basse température : 4°C à Wimberley (Texas) et Alexandria Bay (Etat de NY)

Fuseaux horaires

Trois au total. Central Time au Texas (-7h), Mountain Time au Nouveau-Mexique, Colorado, Wyoming et Yellowstone (-8), Central Time à Chicago (-7h) puis Eastern Time (-6h) dans le Midwest et le Nord-Est

Nous avons eu des couchers de soleil entre 18h et 20h pendant tout le séjour.

Parcs nationaux et autres merveilles

Ce trip nous a permis de découvrir six nouveaux parcs nationaux de l’Est (Indiana Dunes, Mammoth Cave, Shenandoah, Acadia, New River Gorge, Cuyahoga Valley), ceux qui nous manquaient. Certains sont très récents et leur qualité est assez inégale. Au final, nous avons visité tous les parcs nationaux des Lower 48, sauf le parc marin de Key Biscayne. Nous sommes retournés voir le plus beau d’entre tous (Yellowstone) mais aussi Grand Teton et des monuments nationaux, des parcs d’état et des zones naturelles d’exception, comme les Outer Banks.

Ce roadtrip a été menacé par un shutdown alors que nous approchions d’Acadia. Finalement, risque écarté.

Le compteur Lost In The USA : 52 parcs nationaux visités sur 63.

En vrac :

  • 8 parcs nationaux : Yellowstone (Wyoming, Montana, Idaho), Grand Teton (Wyoming), Indiana Dunes (Indiana), Mammoth Cave (Kentucky), Shenandoah (Virginie), New River Gorge (Virginie-Occidentale), Acadia (Maine), Cuyahoga Valley (Ohio)
  • 1 monument national : Capulin Volcano NM (Nouveau-Mexique)
  • 3 National Historic Sites/Parks : Harpers Ferry (Virginie-Occidentale), Jamestown Settlement (Virginie), Independence (Pennsylvanie, Philadelphie)
  • 1 National Recreation Area : Bighorn Canyon NRA (Wyoming)
  • 1 National Wildlife Refuge : Alligator River (Caroline du Nord)
  • 1 National Memorial : Wright Brothers (Caroline du Nord)
  • 2 National Seashores : Assateague Island (Virginie, Maryland), Cape Cod (Massachusetts)
  • 6 State Parks : Caprock Canyons State Park (Texas), Antelope Island State Park (Utah), Berkeley Springs State Park (Virginie-Occidentale), Niagara Falls (Etat de NY), Presque Isle (Pennsylvanie), Government Canyon (Texas)
  • Et aussi : Pikes Peak (Colorado), Seven Falls (Colorado), Garden of the Gods (Colorado), Flatirons (Colorado), Medicine Bow National Forest (Wyoming), Bighorn National Forest (Wyoming), Tongue River Canyon (Wyoming), Pryor Mountain Wild Horse Range (Wyoming), Beartooth Highway (Montana), National Mall (Washington), Luray Caverns (Virginie), Outer Banks (Caroline du Nord), Pays Amish (Pennsylvanie), Martha’s Vineyard (Massachusetts), Cape Elizabeth (Maine), Kancamagus Scenic Byway (New Hampshire), Smuggler’s Notch (Vermont), Thousand Island (Etat de NY), Hill Country (Texas)…

Qu’est ce qu’on ramène dans nos valises ?

Déjà, 4 valises. Lors de longs séjours comme ça, surtout entre deux saisons, on a pris l’habitude d’emmener deux sacs pliables dans nos deux sacs (ce qui fait donc 4 sacs au retour).

On a ramené pas mal et pas beaucoup de trucs (au prorata lol). Que des coups de coeur et comme on y est allés souvent en peu de temps, on commence à avoir pas mal de choses. Des antiques, objets vintage, petits bijoux, gravures, chemises cowgirl (pour Delphine), casquettes pour JP, t-shirts, des plaques, panneaux, des fanions, des goodies Dirty dancing (tout n’était pas fantastique, mais on a craqué pour des t-shirts, des « koozies » ces chaussettes à canettes qui permettent de garder sa boisson au frais et souvent à l’abri des regards) et un pare-soleil déjà collector. Des cadeaux pour les proches, un dossard du rodéo de Cody, une planche à lessiver, des gravures, des boîtes, des distributeurs de Pez (notre nouvelle collectionnite), une boîte à musique Elvis, des ex-votos… Au rayon épicerie, la base (achetée juste avant le retour) : de la sauce ranch, du café hawaïen, du sel (avec des épices dedans), de la préparation pour chili, des triscuits et quelques bières souvenirs. 

Et pour les chats (déso les petits), des chapeaux de cowcats du plus bel effet ! Et, bien sûr, des milliers de photos, de vidéos et de souvenirs. 

On a aimé

Le must Yellowstone et la Beartooth Highway. Oui, on vous tanne avec ce parc national, le premier du pays. Mais c’est simple, c’est tout simplement car c’est le meilleur, le plus grandiose, l’un des plus inspirants. Une pépite naturelle immense, des sites géothermiques uniques et des rencontres animales qui resteront gravées à jamais. Si vous voulez complétez votre découverte du secteur, la Beartooth Highway, dans le nord-est, est un must. Et c’est là qu’on a vu notre plus beau grizzly.

Et pas tous seuls. C’est la première fois depuis longtemps, depuis notre premier voyage aux USA en fait, que nous n’étions pas seuls sur la route. Nous avons pu faire découvrir aux M&M’s (la contraction des prénoms de nos amis qu’on a rebaptisés ainsi pour l’occasion et grimés de têtes de cacahuètes pour assurer leur anonymat) et au teen (qui a tenu sa rubrique) le Yellowstone, le Grand Teton et d’autres merveilles. Et ça, ça n’a pas de prix. Est-ce qu’on est encore amis? Yes!

LA cabane. Pour ce nouveau passage au Yellowstone, le 4e, nous avions choisi un hébergement un peu à l’écart du côté de Gardiner. Une cabane en pleine nature. Oui, il fallait un peu de temps pour rallier le parc mais quel bonheur. La tranquillité, l’authenticité, les wapitis au réveil et l’impression d’être seuls en pleine nature mais avec tout le confort. On valide bien sûr la Grandpa’s Cabin (voir et réserver la cabane) !

Être surclassé. Pour la première fois, lors du transaltlantique entre Genève et Washington, nous avons été « upgradés » en classe éco-plus par United. On est arrivés à notre place en éco, l’écran de JP était barré d’un petit mot « hors service »… On s’est retournés vers un steward qui nous dit de le suivre… Et là, bingo ! Merci United, tu recommences quand tu veux.

« The time of my life ». L’un des highlights de notre voyage et on a bien l’impression, à voir vos réactions sur les réseaux, que cela a aussi été un coup de coeur pour vous. La pension Kellerman du film Dirty Dancing existe encore bel et bien. Il s’agit du Mountain Lake Lodge, lové dans les Blue Ridge Mountains en Virginie. Un domaine magnifique en pleine nature, des lieux de tournage partout. On a adoooooooooooooooré notre passage là-bas, on s’est marrés comme des baleines à refaire les scènes du film, à imiter Bébé et Johnny, à trimballer notre pastèque. On vous raconte tout ça ici avec des Hungry Eyes.

Le Pays Amish. Une belle surprise. On n’avait pas mis le pays amish de Pennsylvanie (il existe de nombreux secteurs amish dans le nord-est ou le Midwest) en haut de notre liste. Nous nous y sommes rendus sans espérer grand chose (et même un peu gênés/voyeurs d’aller « déranger » la communauté). Au final, pas du tout, et on a vraiment aimé : le paysage délicatement valloné, les villages (comme Bird In Hand), les antiques (de très haut niveau) et la nourriture. Les Amish de nos amish sont maintenant nos Amish !

Le secteur de Shenandoah. On est à seulement deux heures de la capitale du pays, Washington, mais on a l’impression d’être au milieu de nulle part, des forêts sublimes, sur une route de crête, l’immense Skyline Drive. Et notre visite a été améliorée aussi par la visite des très jolies Luray Caverns et d’une nuit dans l’hôtel Skyland.

Il suffira d’un signe… ou de plusieurs. Dès qu’on a vu les premières images sur les réseaux, il était sur notre liste. A l’écart du centre de la très cool Austin, ville qu’on vénère, le Sign Bar est un lieu unique avec des dizaines d’enseignes historiques de la capitale texane. Validé !

Plutôt confort ! Nous ne sommes pas très « chaîne » mais quand on n’a pas le choix…. ben, on prend un motel de chaîne. Lors de ce voyage, nous avons dormi plusieurs fois dans des Comfort Inn & Suites (Salt Lake, Montpelier, Niagara Falls…). Et c’était vraiment très bien.

Rencontrer Lauriane, Mathilde et les autres. La route, ce ne sont pas que des paysages, de la bouffe, des activités mais aussi des rencontres. La bise à Lauriane, vue à Philadelphie, à Mathilde bien sûr, la queen de Boston, et Manu (il n’y a que les montagnes qui ne se croisent pas) ou encore des Roadies à Provincetown.

La vie dans le Hill Country… A l’ouest d’Austin, c’est un must du Texas pour nous. Et on le met dans nos tops à chaque fois. On a profité d’une soirée folle à Gruene, toujours animée en fin de semaine, puis qu’un repos dans une cabane avec jacuzzi à deux pas de la mignonissime Wimberley. Désolé de vous saoûler avec ce secteur mais allez-y avant que ça devienne vraiment n’imp’.

Pour tous les goûts. On en parle plus bas mais on peut dire qu’on a trouvé une bonne variété dans la bouffe lors de ce voyage. Merci aux spécialités du nord-est, aux poissons et fruits de mer (Avé homard !), aux wings (à Buffalo)…

Des bisons dans la plaine. Des bisons au Texas ? Oui, mesdames, messieurs. A Caprock Canyons SP, non loin d’Amarillo et de Palo Duro Canyon State Park. Et leur histoire est passionnante. Ils ont été préservés par un rancher pendant des décennies, échappant au massacre perpétré par les colons pour affamer les natifs, avant d’être retrouvés à la fin du 20e siècle.

Grand Manitou. C’est un petit coin du Colorado qu’on aime bien. La mignonne Manitou Springs et ses sources, Pikes Peak (4267m), que nous avons cette fois grimpé avec l’historique Cog Railway, ou encore Victor, la ville minière, non loin des casinos de Cripple Creek.

Midwest vibes et Texas vibes. Côté état d’esprit, accueil, sourires, nous nous sentons toujours plus à l’aise dans le Midwest et au Texas, un peu moins dans le Colorado ou le Nord-est.

« Heigh-ho, heigh-ho, On rentre du boulot ». Expérience très sympa (si on n’est pas claustro bien sûr) à Cripple Creek (Colorado) : la Mollie Kathleen Gold Mine, une des dernières mines d’or encore en activité. La visite est foutrement bien foutue.

Saratoga, Sheridan, Cody, Buffalo and co… Bref, on aime le Wyoming. Même son drapeau est stylé. On aime cet état, le moins peuplé des US, et le moins dense après l’Alaska. C’est l’éloge de la solitude, de la nature, de l’authenticité. Et big up aux sources chaudes de Saratoga.

Orgie d’animaux. Oui, c’était un voyage parfait pour ça. Les bisons de Caprock Canyon, le grand chelem au Yellowstone et Grand Teton (grizzlys, ours noirs, bisons, élans, loup, chèvre de montagne, renard, coyote, wapitis…), chiens de prairie, biches, baleines, homards, renard de plage à Cape Cod, mouffettes de ville à Martha’s Vineyard….

Le lobster quoi !!! Oui, de loin, cela pouvait ressembler à une obsession. Mais une fois en Nouvelle-Angleterre et surtout dans le Maine, il était partout et on avait envie d’en profiter à fond pendant notre temps là-bas. Alors, on a enchaîné les lobster rolls, à des prix assez élevés (au moins 23-25$, jusqu’à 42). Prévoyez le budget.

Wigwammmmm. Il n’en existe plus que trois aux US : San Bernardino (Californie), Holbrook (Arizona) et Cave City (Kentucky). On a enfin testé (on avait pas pu dormir à Holbrook plusieurs fois car c’était toujours plein) à Cave City. Une expérience fantastique.

Cincinnati, Cleveland… Ces villes de l’Ohio nous ont vraiment plu. Plus que Columbus d’ailleurs. Cincinnati a été une véritable belle surprise qu’on n’attendait pas, avec son super quartier Over The Rhine. Cleveland, malgré son côté un peu brut, fleure bon l’histoire et la passion, et donne envie de s’y pencher plus longuement.

Pittsburgh baby. Même chose pour la grande ville du nord de la Pennsylvanie. Pittsburgh, ses ponts fantastiques, ses funiculaires, ses usines, sent encore la rouille, ses quartiers d’où dépassent seulement les flèches des églises. JP a adoré, Delphine un peu moins.

Phil la marmotte. C’était un détour, un peu calé au dernier moment. Et on ne regrette rien. Punxsutawney (Pennsylvanie) abrite l’une des plus célèbres marmottes du pays, Phil, qui annonce, chaque mois de février, si l’hiver va durer ou si le printemps va s’installer. C’est la marmotte du film « Un jour sans fin » avec le classieux Bill Murray.

Outer Banks, la Caroline du Nord côté océan. Pour le coup, cette visite était attendue. Et c’était encore mieux qu’imaginé. Pour on ne sait quelle raison, on s’attendait à ce que ce chapelet d’îles barrière de 320 km donnant sur l’océan Atlantique, soit un secteur guindé. Pas du tout, c’était plage, détente et soleil. Bien sûr, certaines villes sont plus bourgeoises mais l’essentiel est là : des plages immenses, des jetées, des restaurants de plage… On met une grosse pièce sur Alligator River, juste avant d’arriver dans les îles, où l’on a vu plusieurs ours, mais surtout sur Manteo, charmante, et Ocracoke, accessible seulement en ferry. Faut vraiment qu’on vous fasse un guide.

Baltimore(tel). Nous étions très curieux avant de découvrir Baltimore. La réputation de la ville du Maryland n’est pas franchement reluisante avec une criminalité galopante et le miroir déformant de la superbe série The Wire. Cela a été un véritable bon moment, entre musées, quartiers avec du cachet (Federal Hill, Fells Point, Mount Vernon), bouts d’histoire. Bonus : on est revenus entiers !

Capitale. Pour Washington DC, notre souvenir était ancien (2008) mais plutôt agréable, hormis la moiteur de la ville. Et bien, cette seconde découverte nous a permis de voir d’autres facettes. Bien sûr, le Mall est incontournable avec ses perles (Maison Blanche, Capitole, Lincoln Memorial, Washington Monument, musées gratuits…) mais nous avons pu aller au-delà, à Georgetown ou dans d’autres musées (Spy Museum, O Museum in the Mansion…)…

De nos propres ailes. Ce n’était pas un plat qu’on attendait en voyageant aux US mais ça va peut-être changer. Les wings, ces ailes de poulet assaisonnées, souvent dégustées en entrée ou en grignotage, nous ont ravis. Enorme coup de coeur pour celles goûtées à Sykesville (Maryland) au EW Beck’s. Et nous avons pu tester les Buffalo Wings (avec cette sauce particulière) là où elle ont été inventées : l’Anchor Bar à Buffalo (Ettat de NY).

Eclipse n°2. Après celle de 2017, nous avons assisté à une deuxième éclipse sur le sol US, au Government Canyon SP vers San Antonio. S’agissant d’une éclipse solaire annulaire, l’effet était moins wahou qu’une éclipse totale. Ca tombe bien, il y en a une le 8 avril 2024 aux Etats-Unis.

La montée en pression d’Halloween. Toujours sympa à observer. Nous étions là en août, septembre et octobre quand Halloween pointe le bout de son nez et avec lui, les rayons dans les magasins et les décorations de maisons.

Quelques légendes des world biggest. Comme le panier Longaberger (Dresden, Ohio), Lucy the Elephant (Margate City, New Jersey), la plus grande commode (Hight Point, Caroline du Nord).

Les phares… Portland Head Light, ceux de Outer Banks (Cape Hatteras), celui d’Acadia, ou encore le Marshall Point Lighthouse, rendu célèbre par Forrest Gump. La Nouvelle Angleterre est championne toutes catégories.

Cape Charles, Rehoboth Beach, Asbury Park, Rockport, Manchester by the Sea, Bar Harbor… Sur la côte, on a croisé des tonnes de petites villes avec beaucoup de chien (et de chiens aussi!).

La côte du Maine. De Portland à Acadia NP, on a pu découvrir la côte du Maine, l’état du bout du bout au nord-est des US. Un vrai coup de coeur pour ces côtes déchirées, ces petits recoins sauvages…

Les chevaux sauvages d’Assateague. Ils figuraient sur notre liste depuis un moment alors, quand nous a vons au que nous passions par la péninsule Delmarva (Delaware, Maryland, Virginia), on n’a pas hésité. Direction une croisière au départ de Chincoteague, qui a bien failli de pas avoir lieu en raison du temps. Finalement, ça l’a fait !

Philly et Boston. Hors New York, les deux très grandes villes de l’Est nous ont séduits. A Philadelphie, malgré un petit pépin (de fourrière), on a multiplié les visites efficacement (Rocky Steps, Fondation Barnes, Eastern State, Downtown, Liberty Bell, Elfreth’s Alley, Philly Cheeseteak…). Les dernières infos arrivées en France (présence de nombreux crackheads) n’ont pas altéré notre visite. A Boston, c’était encore mieux. La ville est hyper safe et son architecture tellement incroyable. Nous avons (déjà) très envie d’y retourner vite pour une visite plus approfondie.

Park Slope à NY. Notre passage à NY était purement logistique. Il nous fallait un point de chute. On pensait d’abord profiter de Coney Island mais le temps était tellement pourri que nous sommes restés dans le quartier où nous dormions, à l’Hôtel le Bleu (pas mal si vous arrivez avec une voiture à NY). Il était situé à la frontière de Gowanus et de Park Slope, à Brooklyn. On a adoré ce deuxième quartier, vivant et safe. Une bonne solution pour vivre à la new-yorkaise.

L’Amérique profonde à Weston et dans toute la Virginie-Occidentale. Vous nous connaissez maintenant, on a l’habitude d’aller dans tous les coins des US, on a l’habitude de tout vous dire, les bons et les mauvais côtés, d’aller bien au-delà des coins touristiques tout proprets. Et, c’est le cas de la Virginie-Occidentale, un des états les plus pauvres des US, un des états les plus blancs aussi (94%), avec des secteurs connus pour leurs mines de charbon. Comme à Weston où nous avons dormi. Le temps d’une soirée chez Blue, on a échangé, bu, mangé, déliré, chanté avec les locaux. Un moment authentique comme on les aime.

I’ve been searching my soul tonight. Ca va parler aux fans d’Ally Mc Beal. Alors qu’on est à Philadelphie (et pas Philadelphine), Delphine repère une petite affiche dans l’ascenseur de notre hôtel. Vonda Shepard, en concert à quelques rues d’ici. Ni une ni deux, places réservées, on se retrouve littéralement à deux mètres de la chanteuse. Et Delphine en transe qui lui arrache un selfie.

L’orgie de musées. C’était vraiment un roadtrip de musées. Le Spy, O Mansion (à Washington), le Warhol à Pittsburgh, le Sign Museum à Cincinnati, la Fondation Barnes et l’Eastern State Penitentiary à Philadelphie, le Henry Ford à Détroit, le Visionary Art Museum (Baltimore), le Trans-Allegheny (Weston)…

Martha’s Vineyard. Ici, on adoooore les îles. Mais on avait un peu la crainte en débarquant à Martha’s Vineyard, île au large du Massachusetts, cousine de Nantucket (qu’on se garde pour une autre fois), que l’on arrive dans un repaire de richous. Oui, l’île accueille des stars et des présidents mais aussi des locaux ici depuis des décennies. Oak Bluffs est une perle, comme Edgartown ou Menemsha. Le lobster roll est au rendez-vous. Et, en bonus, les lieux de tournage des Dents de la Mer. Que demander de plus ?

Cape Cod et Provincetown. Dans la foulée de Martha’s Vineyard, nous avons découvert Cape Cod pour la première fois. Péninsule nature avec quelques villages dont, à la pointe, Provincetown, animée, touristique, haut lieu gay aux US, point de départ de certaines des meilleures croisières à baleines du pays. Un must dans le nord-est.

Ça PEZ dans le game. A Orange, Connecticut, dans une zone industrielle, on retrouve l’usine des petites briques-bonbons légendaires. Comment ne pas tomber sous le charme… Bon, du coup, Delphine est devenue addict et s’est lancée dans la collection des mythiques distributeurs.

Pizzas, pizzas, pizzas. Qu’il s’agisse de la deep dish de Chicago (toujours in love), de la New Haven-style pizza (Connecticut), de la Detroit-style (Michigan) ou de celle de Mystic (Connecticut aussi), en référence au film Mystic Pizza avec Julia Roberts, les pizzas ont rythmé notre trip. Et puis, la pizza, c’est la vie.

Newport. L’une des deux grandes villes du plus petit état du pays, le Rhode Island, mérite vraiment d’y passer un peu de temps. Centre charmant, balade en bord d’océan, grandes demeures. On n’a pas été gâtés par le temps et le timing. On reviendra, c’est sûr.

Halloween town. Salem, à quelques kilomètres au nord de Boston, est la ville des sorcières (de Salem), théâtre du plus grand procès en sorcellerie du continent. En conséquence, c’est aussi un haut lieu pour Halloween et on a eu la chance d’y être alors que la ville était en pleine ébullition. Trick or treats ?

Bangor, la ville du King. Pas Presley, Stephen, un auteur parmi les plus importants de sa génération. Et, en toute logique, il règne à Bangor (Maine) une atmosphère particulière.

Kancamagus Highway. La route nous a réservé quelques jolies bandes de bitume. Et celle-ci avec son drôle de nom est particulièrement inspirante en automne, quand les feuilles se parent d’orange et de rouge. Mais, on est d’accord, elle a un nom chelou.

Burlington, capitale du Vermont. Alors que le secteur de Montpelier et Stowe ne nous a pas laissé un souvenir impérissable en pleine période de foliage (les couleurs d’automne), très mignon mais complètement blindé, on a apprécié la capitale Burlington, malgré la présence assez prégnante de crackheads.

Thousand Islands, plus qu’une sauce. Niagara Falls, plus qu’une chute. Pour revenir à Chicago, nous avons longé la frontière canadienne avec deux highlights. D’abord les Mille-Îles (Thousand Islands, le nom d’une sauce hyper connue aux US), dont la visite a été un peu gâchée par un temps de chiotte. Mais le secteur est joli. Ensuite, retour à Niagara Falls, mais côté US cette fois, moins beau mais aussi moins Disneyland que le côté canadien. Et la croisière à bord du Maid of the Mist est toujours incroyable.

Detroit, oh oui. Cela fait des années qu’on voulait découvrir Detroit. La grande ville du Michigan, berceau de l’automobile, qui a connu une crise financière destructrice depuis les années 80, se remet doucement. Très doucement. Mais c’est l’Amérique vraie, celle qui flambe puis souffre de ses brûlures. Detroit, c’est notre came. Une ville qui porte ses cicatrices, qui vise la résilience. Une fantastique découverte.

Hell, Michigan. Tout est dans le nom. Bienvenue en enfer ? Bien sûr, ils (les Ricains) savent jouer avec ça. Il fallait qu’on y aille. Et on a aimé. C’était… terrible!

On n’a pas aimé

Notre expérience à l’aéroport de Washington. Le genre d’expérience qui nous rappelle qu’une correspondance eu Europe puis un vol direct à destination, c’est toujours mieux qu’une correspondance aux US. On a passé plus d’une heure et demi à la douane, on a crevé de froid, on a rechecké les bagages avant d’apprendre que notre vol avait une nouvelle heure de retard (il en avait déjà une)… puis encore une autre. C’est trop, on sort fumer (il faut sortir de l’aéroport et prendre le airtrain). On profite avant de retourner à l’intérieur. Train en panne, employés largués, on fait trois fois le tour de l’aéroport avant de retrouver notre chemin, le stress en plus.

Sans pass, ça passe pas. Comment mettre en boule Delphine, mode d’emploi. Vous le savez, le Pass America The Beautiful est un formidable outil : 80$ pour accéder à tous les parcs nationaux et bien plus pendant un an. On en avait besoin d’un nouveau, on l’a acheté au Nouveau-Mexique, à Capulin Volcano. On s’en sert au Yellowstone pendant deux jours…. et là, JP l’oublie dans la voiture lors de la journée safari quand notre guide Zak vient nous chercher en van. Au guichet d’entrée, à Gardiner, la ranger n’a rien voulu savoir. On lui a montré la photo du pass, des photos de nous dans le parc datant de la veille, des photos de nous entrain de manger au cookout et MÊME UNE PHOTO D’ELLE nous accueillant la veille. En vain. On a dû repayer. Et on l’a même pas refilé après…

La fourrière de Philly. Autre mésaventure, cette fois à Philadelphie. On nous avait prévenu que les agents de la PPA, la Philadelphia Parking Authority, sont des enflures des pointures. Un parking non payé, un stationnement interdit et ça enlève une voiture en 10 minutes. On a voulu jouer, on a perdu. Le parking de l’hôtel coûtait une tonne et on voulait économiser quelques dollars en fin de trip. Après avoir garé notre carrosse et avoir mangé tranquillement, on décide de la laisser sur la rue pour la nuit. Le panneau (toujours difficile à déchiffrer, Champollion a testé mais échoué) nous laissait un doute. Par chance, une agent de la PPA passe par là. On lui demande : « On peut rester là cette nuit ? ». Elle répond : « Oui, pas de problème, faut juste la prendre avant demain 10h ». Mission acceptée.

On revient le lendemain matin à 9h45. Plus de voiture… Poker face. Fourrière ? Vol ? On essaie de lire le panneau. On est pris d’un nouveau doute. Il y a juste un numéro pour vérifier qu’elle a été emmené à la fourrière. Par chance, on avait laissé un sac de fringues à l’intérieur… avec des AirTags . On sait que la voiture est encore à Philly, dans une zone industrielle. Ni une ni deux, on appelle un Uber et c’est parti. Le chauffeur nous rassure de suite : « Mais oui, c’est l’adresse d’une fourrière », se marre-t-il avant de nous abreuver d’histoires de la PPA. Comment sa femme notamment, s’est fait embarquer sa voiture en faisant trois courses dans un 7 Eleven.

Arrivés sur place, c’est parti pour faire la queue puis se faire parler comme à des chiens, lâcher 150 balles et récupérer le carrosse. A priori, il y avait bien une interdiction entre 4 et 7 heures du matin pour des livraisons et pour une certaine taille de véhicule. On ne remerciera jamais assez l’agent de la PPA qui nous a dit que c’était ok.

Chiens rois. Le chien passe quasi avant la religion aux US et ça ne s’arrange pas vraiment d’année en année. Ils sont mieux traités que la plupart des humains. Equipements pour chiens, aire de jeux, glaces pour chiens, fringues pour chien, pâtisseries pour chiens, gamelle d’accueil pour chiens… « Comporte toi comme ton chien te voit », demande même un message dans une animalerie. Bref, le chien is the new child/god.

Horaires libres, manque de personnel. Le monde du service aux US ne s’est pas encore vraiment remis du Covid. Il n’est pas rare que les horaires sur Google ou sur le site des établissements ne soient pas fiables. Manque de serveurs ou de cuistots… On s’est retrouvés le bec dans l’eau plus d’une fois. « On ne sert pas de bouffe ce soir, on n’a pas de cuistot… »

Tubing maudit. Raté encore. Ca fait des années qu’on veut se faire un tour en bouée (tubing) sur une rivière. On n’en avait jamais eu l’occasion. Cette fois, on vise une journée libre du côté de Bozeman (Montana) et on réserve. Bon, on apprend qu’il faut une licence nature du Montana à 10$, pas hyper pratique à réserver… Las, au réveil, le temps est apocalyptique. On annule la mort dans l’âme (c’est pas nous qui nous sommes dégonflés).

« Tu nous as pris pour qui ? » Nous avons rarement été aussi mal accueillis qu’au Hard Rock Casino de Gary, Indiana. Un mec de la sécurité tout zélé a d’abord voulu empêcher Delphine de rentrer avec son appareil photo (sérieux, en 2023 ?, avec tous les smartphones ? Justement, un gros objectif paraît suspect), passant un coup de fil « à la direction », puis JP s’est fait refouler avec son sac à dos. « Mettez le dans votre voiture ». Oui, on adore laisser nos affaires, ordis, disque dur and co, dans la voiture alors que Gary, ville de naissance de Michael Jackson, a un taux de criminalité supérieur à 95% des autres villes aux US. Blame it on the boogie.

Le prix des hébergements et des parkings. Oui, c’est une tendance lourde depuis plusieurs années. Nous l’avons encore constaté cette année. Ca flambe dans les villes du nord-est : Boston, Washington, Philadelphie (ouille)… Et ne parlons même pas des frais de parking. Quand tu atteins parfois 60$ la nuit, c’est une folie (pas toujours contournable). Et c’était une catastrophe aussi dans le Vermont où les hôtels s’amusent à faire flamber leurs prix pendant l’automne.

Les suppléments frites. Pardon mais qui fait ça?! Quand j’ai mon burger, il est accompagné ou il n’est pas. D’où je vais payer 5$ de plus pour des frites. Tendance lourde aussi.

Les jours de pluie. On en a connu pas mal surtout sur la façade Est. Ca a flingué nos découvertes d’Atlantic City, New Haven, de Boston, des Mille-Îles.

Etre un poil pressés dans certains coins. On était vraiment lancés dans un secteur qu’on connaissait peu, ce qui nous changeait des derniers voyages, dans des secteurs où l’on pouvait avancer les yeux fermés. Alors, on a fait quelques petites erreurs de timing dont on parle plus haut.

La foule à Acadia et dans le Vermont. C’est le gros moment de la saison, les couleurs d’automne à Acadia (Maine) ou dans le Vermont. Bien sûr, on n’était pas les seuls à vouloir voir ça, on le savait. Mais l’affluence sur place a vraiment altéré l’expérience. Ce n’était pas agréable du tout, surtout qu’une petite ville comme Stowe n’est pas du tout calibrée pour accueillir autant de monde (et ça avait l’air de saoûler les locaux). Il a fallu partir sur les backroads pour respirer un peu.

Pas vraiment une évasion. Ce roadtrip dans l’Est nous a permis de compléter notre connaissance des parcs nationaux. On vous le dit d’emblée : nous sommes très loin des grands espaces de l’ouest. Certains sont complètement engoncés dans la civilisation comme Indiana Dunes, Cuyahoga Valley (Ohio) ou New River Gorge (Virginie-Occidentale), même si c’est moins pesant pour ce dernier. Du coup, on assiste à des scènes qu’on ne voit pas dans d’autres parcs comme des joggeurs, qui finissent leur journée à Cuyahoga. On ne va pas se plaindre : ces parcs, récents, permettent aussi de sanctuariser un secteur naturel et de stopper une urbanisation galopante. Mais le state park aurait parfois suffi.

Charlotte. Ce n’est pas un « on n’aime pas » franc. Mais plutôt un « mouais, on reviendra ». Charlotte, qui doit être une ville sympa à vivre, n’a pas emballé les voyageurs de passage que nous sommes (‘fin surtout toi JP! »). En revanche, Raleigh, certes assez calme, a eu nos faveurs.

Ça, du barbecue ? Le BBQ donne lieu à une compétition effrénée aux US. Qui a le meilleur ? Kansas, Caroline du Nord, Texas, Missouri, Tennessee ? Arrivés en Caroline du Nord, on a voulu testé dans la Mecque, à Lexington. Du chopped pork… Quelle déception. Trop aigre, pas beau. Une cantoche. On a regretté le voyage. Heureusement, nous avons été un peu réconciliés le lendemain, à Raleigh, en mangeant au Midwood Smokehouse.

La Pier payante. Sérieux. Une pier payante ? La jetée de Jennette’s, dans les Outer Banks, n’est accessible qu’en s’acquittant de deux dollars. On trouve ça insuppportable (= boycott).

Lewes et son ambiance old white only. Nous nous sommes sentis bien seuls à Lewes (Delaware). Des visiteurs exclusivement blancs, âgés, friqués… La ville est très mignonne mais bon, on a préféré (comme Biden) la voisine, un peu plus popu : Rehoboth Beach.

Atlantic City. C’est pas qu’on n’a pas aimé du tout, c’est qu’on l’a un peu foirée. La faute à la tempête tropicale. On avait hâte de voir si sa réputation des dernières années (mal famée, un peu morte) était justifiée. Ça allait (comme un pétard mouillé). On a en revanche adoré la station de Wildwood, sur la route.

Le musée Ben & Jerry’s, pas un grand goût. C’était un endroit qu’on voulait vraiment visiter, en plein coeur du Vermont. La célèbre fabrique des glaces aux big chunks. Mais résultat mitigé. Trop de monde (pour s’acheter une glace), une visite sans intérêt hormis la boule de glace ouverte. Le meilleur moment est le gift-shop et le cimetière des parfums disparus.

Le foutage de gueule de certains gérants de motel. Oui, oui, on vous voit. Quand tu fais payer 100 balles et que t’as même pas de glace, même pas un jus de chaussettes le matin. Le degré 0 de l’accueil.

East Corinth, East Corinth, East Corinth. C’était un passage obligé de notre voyage. Aller à East Corinth, où a été tourné le mythique Beetlejuice. Bah, les gens étaient pas sympas et la ville ne joue pas du tout dessus. On a avait bien l’impression de les emmerder. Dommage.

Cripple Creek. Ancienne ville minière, Cripple Creek est devenue une ville casino. Pas sûr que ce soit pour le meilleur. Tout est propre mais ça semble plus mort que jamais en fait. Et une nouvelle verrue est en construction dans le centre-ville.

Les moments WTF (What the f…)

Cette photo a souvent été mal interprétée… C’est l’illustration d’un sauvetage: des écureuils pas du tout sauvages sur la Beartooth higway, et un JP qui tente des les « enlever » avec des cacahuètes.

Le bordel d’un changement de voiture. Ceux qui ont suivi le voyage l’ont le savent: nous avons eu une crevaison lente en Ohio. Notre Chevy Trax (qu’on trouvait trop petite) louée chez Hertz perdait de l’air. On galère pour avoir le loueur par téléphone et on décide d’aller directement à l’aéroport de Columbus. Là, on refuse de nous la reprendre, nous laissant avec ce pneu dégonflé. On appelle l’assistance. Réponse ? Impossible de changer ici car il ne s’agit pas du réseau national mais d’un franchisé. Lunaire. On nous recommande d’acheter du gel (« slime ») chez Walmart. Il fait nuit, ça nous saoûle, on trouve un Walmart et on se pose. Pas très envie de mettre du gel pour flipper pendant les 40 jours restants alors on décide de changer la roue et de mettre la galette. On avisera à Pittsburgh, où il y a un Hertz national. Après quelques centaines de kilomètres sur la galette, on arrive à l’aéroport de Pittsburgh où, après tractations, on arrive enfin à changer la caisse, en récupérant une plus grande. Mais quelle galère. Première fois qu’on est confrontés à cette histoire de franchise. Leçon : toujours bien avoir l’assistance au tél.

« On n’a rien ». Station Marathon de Granville, Ohio. On a rarement vu ça. Pas de clim, pas de toilettes, distributeur de boissons en panne, dame porte de prison. « Vous avez du café ? » « Bah, non j’en fais pas l’après-midi… » Ha…

New Amsterdam. Delphine est une grande fan de séries médicales. Et quand on monte dans un Uber ce matin-là à Boston, elle tilte de suite. Le chauffeur ressemble au docteur Kapoor (Anupam Kher) de New Amsterdam. Elle lui dit (en se demandant si sa carrière est foutue ou s’il potasse un futur rôle), le mec se marre: « L’acteur indien?! » (euh oui). C’est vrai qu’il y a un air, non ?

Accueil country. On déboule assez tard à Cody (Wyoming), au Big Bear Motel. Devant l’accueil, désert, un vieux chanteur country avec un micro, un cowboy qui s’entraîne au lasso et un poney qui monte à l’arrière d’une voiturette. So Wyoming.

La malédiction des WC bouchés. Trois fois en quelques jours, on a bouché les chiottes. C’est quel genre de malédiction ça ? (Ça nous était arrivés à Del Rio, Texas, avec trois changements de chambre dans la même nuit!).

Sorry. C’est ce qui arrive quand on enchaîne les motels de chaîne. On arrive à Weston et on se gare devant le Quality Inn. « Vous avez notre réservation ». « Nom » « X-X » « Non, j’ai rien » On commence à s’inquiéter, à s’agacer… avant de se rendre compte qu’on n’avait pas réservé au Quality Inn mais au Super 8. DAMN ! (d’ailleurs on aurait peut-être dû rester à celui-là!).

Machine. C’était la première fois et j’espère la dernière. A Nags Head, au Blue Heron, une machine pour le check-in. Mais pas les bornes que tu trouves à Las Vegas, non ! Une visio avec un humain qui se trouve…. aux Philippines. Petite discussion, la machine crache les cartes, le tout sous le regard du patron du motel… qui aurait pu nous faire le check-in. Putain de dystopie. Vous êtes plusieurs à en avoir déjà fait l’expérience (à Moab notamment).

All-in. On va rester dans la veine des check-in d’hôtel lunaires avec un bon moment de merde à Cripple Creek. Le paiement (en fait juste la caution) qui ne passe pas malgré deux cartes. 20 à 30 minutes très gênantes. On propose même de laisser la caution en cash mais non… Finalement, le clerk nous laisse la chambre en nous indiquant de revenir le matin pour payer la caution alors qu’on va partir (lol). Gros intérêt de la caution. Dans cette ville casino qu’est Cripple Creek, retardés, on a erré pour trouver à manger. « Allez dans ce casino, voyez si quelqu’un bosse au resto ». Merci pour ton aide, hein…Vegas est loin.

Classe à la française. Nous ne sommes pas trop bed & breakfast mais ça nous arrive d’opter pour cette solution dans certains secteurs. C’était le cas à Bar Harbor (où ils pullulent). Nous avons dormi au Stratford, dans une bâtisse classieuse. Il y a toujours un moment qu’on appréhende un peu : le petit-déjeuner ! On descend, toujours en retard. Et là commence le show. Deux petits Français au milieu des Américains, c’est toujours l’assurance d’être au centre de l’attention. Les classiques « Quoi, vous avez visitÉtout ça ? Mais vous connaissez plus notre pays que nous ! » Cette fois, ça a dérapé en cours de gros mots français avec des « putain » lâchés par toute la table entre deux cuillères de pêche pochée. On valide cette bordélisation.

Total eclipse of the dodo. On a préparé à la va-vite notre éclipse au Texas, en s’appuyant sur les copains texans. Cap sur le Government Canyon State Park, où ils avaient réservé un emplacement de camping. On s’était dit, on va dormir à deux pas de leur tente dans la voiture. Pas de bol, les sites sont « walk-in », c’est à dire qu’on gare la voiture puis on marche jusqu’aux emplacements. On a donc fini par dormir dans la caisse devant les sanitaires avec des va et vient toute la nuit. Un super moment.

C’est quand notre tour ? Delphine, ça la tend clairement. Plusieurs fois, nos voisins de bar ont eu droit à des supers cadeaux alors qu’on était juste à côté. A Bozeman, le couple juste à côté de nous se voit offrir casquette et t-shirt. A Washington, c’est carrément un plateau de fruits de mer qui est arrivé gratuitement. Super pour eux mais on trouve ça un peu étrange et tut te sens un peu con à côté. En mode, pourquoi pas nous ? On pue de la gueule ? Enfin, enfin, on a eu droit à quelque chose chez Blue, à Weston, un moment immense.

Inoubliable soirée chez Blue. Quand on débarque dans la modeste Weston, on sent l’ambiance typique de la Virginie-Occidentale, majoritairement blanche et modeste. En poussant la porte de chez Blue, on s’attendait à passer une telle soirée. Le bar façon PMU blindé, des gars qui s’amusent sur un shuffleboard, un menu du jour à 7$ (dinde, gravy et tout), le patron Richie déchaîné qui doit en être à une dizaine de cocktails (le sien). On devient les coqueluches du bar. Il nous paie des pretzels, des cocktails. Ca finit en karaoké avec Richie et son pote. Une bonne tranche d’Amérique profonde. La vraie. (C’est pour ça qu’on en parle deux fois!).

Crab fries. Quand t’es chez Chickies and Pete’s à Atlantic City et que tu commandes des « crab fries ». On cherche le crabe. « Il n’y a pas de crabe dans les crab fries… On les appelle comme ça. Mais si vous voulez vraiment du crabe comme sur la photo. Pour 17 $ de plus, c’est possible ». A en pleurer (j’ai failli la pincer).

Inclassable. La soirée avec Manu à Boston, où l’on se retrouve dans l’Empire Garden, un resto chinois gigantesque dans un ancien théâtre, à bouffer des dumplings commandés à des serveuses qui comprennent rien quand on parle anglais (le dimanche, il y a un chariot qui facilite le truc).

Touristade. Ca nous arrive encore, même après une vingtaine de voyages aux US. On peut se faire tourister. Ca nous est arrivé au Dockside Pub à Alexandria Bay. On ne l’a pas vu venir. Les Américains ont cette désagréable habitude de ne jamais donner les prix quand tu changes quelque chose. Genre tu commandes une bière à 6$, elle est éventée. Tu en demandes une autre « Pas de problème, on a celle-ci ». Boom, 3 balles de plus sans te le dire. Idem pour les accompagnements quand t’as le malheur de changer un truc. DITES LES PRIX MERDE (et en plus cette fois, ils n’ont rien voulu entendre).

CB. C’est pas dans nos habitudes (quoique, Delphine a encore perdu la sienne pas plus tard que cette semaine…) Mais là, grosse panique alors que nous étions à Cuyahoga Valley au sud de Cleveland. On se rend compte au visitor center qu’on a perdu notre carte bleue. Mais où ? On fait vite le lien avec le resto de midi. Nous avions mangé au bar et ils ont cette habitude, un peu chelou, de mettre la note dans un verre, puis la carte. On appelle, c’est bien ça, on a perdu un peu de temps mais l’honneur est sauf.

Lent. Rappelez-vous, nous avions fait un petit concours pour gagner des cartes postales. On a religieusement acheté les cartes demandées à chaque endroit et, par chance, à Portland (Maine), l’hôtel pouvait les poster. On les confie au boss. Un mois plus tard, rien n’était arrivé. L’angoisse. 20 cartes perdues dans la nature. Après un petit (r)appel (le temps de le retrouver), elles sont finalement arrivées. Un mois et demi plus tard (et après nous!).

La chute aux chutes. du Niagara. On est aux chutes du Niagara, il flotte, on se force à sortir quand même au cas où ils lancent le dernier feu d’artifice de la saison, c’est le cas, on se perd, Delphine essaye de prendre de la hauteur en montant sur un rocher pour claquer des photos… Et là, ben c’est le drame. La chute sur rocher glissant. Elle shoote quand même. La fin de séjour a été raide, le coccyx en feu (merci les pansements chauffants).

« I hate rabbits ». Au Mountain Lake Lodge, aka la pension Kellerman, on est tombé sur un couple qui fête là chaque année son anniversaire de mariage. Sympa. Ils nous demandent si on peut jouer au cornhole. On décline poliment, puis on les retrouve autour du feu. Bon, le gars, avec look un peu motard, se baladait avec un sac plastique remplie de cannettes de bières. Et on voit qu’il commence à être bien entamé. La fumée commence à venir dans la direction de JP. Le mec, appelons-le Chet, lui révèle son secret. « Dis « I hate white rabbits » et la fumée s’éloignera ». C’est une croyance populaire aux US. JP obéit et… ça marche. Chet, toujours plus bourré, est content. Cinq minutes après, rebelote, il regarde JP : « Say you hate rabbits »… « SAY YOU HATE RABBITS ». A deux doigts de s’énerver le Chet. Sa copine, appelons-la, Jessy, semble un peu gênée. Bon on s’éloigne pour aller manger. A 23 heures, on retrouvera Chet devant notre porte, complètement torché, essayant de taxer une clope en titubant. Sacré Chet !

Les awards

Et voici les traditionnels awards !

Le dodo

https://giphy.com/gifs/gunnarolla-jumping-bed-hotel-SsaWuR3owjU7a0G8z1

On commence par un point sur l’hébergement. On a testé une grande variété d’établissements : motels indés, motels de chaîne, bed and breakfast, resort, etc…

Les meilleurs hébergements

Sur la partie Texas-Yellowstone
  • Saratoga Springs Resort (Saratoga, Wyoming *). Des sources chaudes dans des tipis. Que demander de plus ? Voir et réserver
  • Budget Inn Express (Sheridan, Wyoming). Tout ce dont on a besoin dans un motel. Et pas cher. Voir et réserver
  • Sapphire (Bozeman, Montana). Très jolie chambre, tout y est dans ce motel retro. Juste l’accueil un peu chelou. Voir et réserver
  • Grandpa’s Cabin (Gardiner, Montana). Retraite parfaite pour Yellowstone, bien à l’écart. Voir et réserver
  • Colter Bay Village (Grand Teton, Wyoming). Belle cabane dans la nature. Resto sur place un peu cher. Voir et réserver
  • Conestoga Ranch (Garden City, Utah). Toujours top mais prière de nous isoler du rassemblement familial avec 15 personnes, et 4 bébés (on entend tout dans une roulotte!). Voir et réserver
  • Canyon Vista (Wimberley). Cabane de rêve pour finir le séjour dans le Hill Country, avec jacuzzi. Voir et réserver

Mentions : chez les amis, Big Texan (Amarillo, Texas, voir et réserver ou tester leur nouvelle partie), Boulder Basecamp (Boulder, Colorado, voir et réserver), Mountain Lodge (Bozeman, Montana, voir et réserver), Big Bear Motel (Cody, Wyoming, voir et réserver), Comfort Inn Suites Salt Lake City Airport (Salt Lake City, Utah, voir et réserver)

Dans le Midwest et le nord-est
  • Ironworks (Indianapolis, Indiana). Top de chez top cet hôtel indus, à l’écart du centre. Plein de restos autour. Parking facile. Voir et réserver
  • Wigwam Cave City (Cave City, Kentucky). Un hôtel historique avec des chats en bonus. Voir et réserver
  • Maverick by Kasa (Pittsburgh, Pennsylvanie). Pas de concierge, pas d’humain, rien. Quartier ok même si ça traîne un peu. Chambre magnifique dans ancienne YMCA. Voir et réserver
  • Revival (Baltimore, Maryland *). Parking cher (46) mais chouette histoire, beau design, emplacement safe, rooftop, speakeasy, karaoke. Voir et réserver
  • Skyland Resort (Shenandoah NP, Virginie *). Super chambre, belle vue, dans le coeur du parc. Voir et réserver
  • Mountain Lake Lodge (Pembroke, Virginie*). Le must pour les fans de Dirty Dancing et même plus. Voir et réserver
  • Cape Charles Hotel (Cape Charles, Virginie*). Au top, la chambre, l’accueil, l’emplacement. Voir et réserver
  • Red Caboose Hotel at Paradise Station (Ronks, Pennsylvanie). Dormir dans un wagon en plein pays amish. Voir et réserver
  • Alexander Inn (Philadelphie, Pennsylvanie). Bon plan au centre-ville, dans un quartier cool. Parking un peu loin, mais on salue le petit dej. Voir et réserver
  • Madison Inn (Oak Bluffs, Marth’s Vineyard, Massachusetts). Top, surclassé, au centre, avec un bar à café/thé en libre service. C’était parfait. Voir et réserver
  • Tarrantine Inn (Bangor, Maine*). Chambre immense dans une belle propriété historique. Parking facile, petit dej simple, accueil souriant de Bob qui habite à vôté. Voir et réserver
  • Comfort Inn Montpelier (Montpelier, Vermont). Très cher à cause du foliage mais on a en a eu pour notre argent. Petit déj, sirop d’érable offert, boissons et pommes à dispo… Voir et réserver
  • Versay Inn (Chicago, Illinois). Pas le prendre à la lettre car il est un peu excentré par rapport au centre. Mais quartier top, hôtel bien, chambre plutôt grande. Satisfait. Voir et réserver

Mentions : Les autres Graduate (Columbus, Ohio et New Haven, Connecticut), Quality Inn Harpers Ferry (Harpers Ferry, Virginie-Occidentale, voir et réserver), Zena (Washington DC*, voir et réserver), Fayetteville Quality Inn (Fayetteville, Virginie-Occidentale, voir et réserver), Longleaf Raleigh (Raleigh, Caroline du Nord, voir et réserver), Heritage Inn (Rehoboth Beach, Delaware, voir et réserver), Le Bleu (New York, Park Slope/Gowanus, voir et réserver), Yankee Peddler Inn (Newport, Rhode Island, voir et réserver), Cape Colony Inn (Provincetown, Massachusetts, voir et réserver), Revolution Hotel (Boston, Massachusetts, attention aux SDB partagées dans certaines chambres, voir et réserver), Janmere Motel (Hampton Beach, New Hampshire, voir et réserver), Aloft Portland (Portland, Maine *, voir et réserver), Otter Creek Inn (Alexandria Bay, NY, voir et réserver), Comfort Inn The Pointe (Niagara Falls, NY, voir et réserver), Trumbull & Porter (Detroit, Michigan, voir et réserver)

Les hébergements un peu pourris

  • Century Casino (Cripple Creek, Colorado). Gros problème au check in CB, avait rien pour manger. Check out de l’espace aussi avec l’obligation de faire une carte de joueur pour avoir le petit dej. En bonus, JP s’est fait piquer dans la chambre. Seul point positif : la chambre.
  • Cool Springs Inn (Michigan City, Indiana). Pas de café, chambre un peu dégueu, encaissé deux fois, longue battle pour récupérer le trop-perçu… Nul nul nul (en tout cas pas cool du tout… et pourtant surnoté sur internet!).
  • Loso 365 (Charlotte, Caroline du nord). L’offre de logement est compliquée dans cette ville, avec rien dans nos standard. On prend le seul indépendant. Problème de voisinage (beuh, soirée clandestine avec enfants qui pleurent et réveillent ceux de la chambre d’en face) et changement de chambre.
  • Fells Three Crowns (Clarence, Etat de NY). Vous laissez pas abuser par le nom. Pas de couronne, même pas dans la bouche. Pas de café, pas de ménage, mais on voulait juste faire les sacs.
  • Gruene Outport Lodge (Gruene, Texas). Immense et prometteur mais on a été rencardé dans le seul bâtiment donnant sur la route. Seul dans l’unité qui comptait 6 chambres. Les 5 autres étaient traitées pour moisissure. Dommage car le lieu est vraiment top

La bouffe

https://giphy.com/gifs/eating-eat-eatting-97ZWlB7ENlalq

Comme on vous l’a dit plus haut, on n’a pas eu de lassitude durant ce voyage. Un peu d’expérience mais aussi une grande variété de spécialités que l’on a testé. Par exemple : schnitzel à Lampasas, pretzels chauds à gogo, wings de Buffalo (avec sauce au bleu hein), le tenderloin à Indianapolis, les crabcakes puis les lobster rolls dans le nord-est, les peperonni rolls en Virginie-Occidentale (ou dans les stations Sheetz), le philly cheeseteak (on a choisi Pats et franchement, mieux vaut le manger dans une brasserie), le chili dog à Washington, les Coney dogs à Detroit, les pizzas (l’Apizza de New Haven, la chicago-style, la Detroit-style…)…

Côté sucré : les smores, le shake à la framboise (spécialité de Garden City, Utah), les Pez, les whoopie et shoofly pie du pays amish, la glace au homard sur Martha’s Vineyard, les Holy donuts, à la patate, de Portland…

Et c’était encore la folie café : au pecan, pumpkin spice (Halloween). Le meilleur plan est toujours le café de station à 1,50 $ amélioré?

Les meilleurs restos

Sur la partie Texas-Yellowstone
  • Big Texan (Amarillon Texas). Lone Cut, valeur sûre.
  • Keg Lounge (Manitou Springs, Colorado). Delphine a encore le goût du steak charbroiled dans la bouche
  • 1858 (Seven Falls, Colorado *). Cher mais vraiment excellent. Service haut niveau et cadre top.
  • Snowy Mountain Brewing (Saratoga, Wyoming). Quesadillas géantes
  • Branding Iron (Casper, Wyoming). Big up au Belly mac. Super lieu dans le centre
  • Montana Ale Works (Bozeman, Montana). Menu incroyable mais volume sonore un peu élévé. Farm to table
  • Redrock Brewery (Salt Lake City, Utah). Valeur sûr dans le centre de SLC
  • Buc-ee’s. On est très sérieux, sandwichs à la viande (aux trois viandes) à tomber

Mentions : Eva’s (Lampasas, Texas), Bison Cafe (Quitaque, Texas, ne manquez pas les mozza sticks taille Texas), Pearl Street Pub (Boulder, Colorado), Red Box Car (Red Lodge, Montana), cookout au Yellowstone, Iron Horse Bar and Grill (Gardiner, Montana, super vue), Campfire (Garden City, Utah), Angie’s Diner (Logan, Utah), Salt Lick (Driftwood), Creekhouse (Wimberley, Texas), Hopdoddy’s (Austin, Texas), Oakwood BBQ (Austin, Texas).

Dans le Midwest et le nord-est
  • Oasis Diner (Plainfield, Indiana). Pour le tenderloin et pas cher. Deco terrible dans un diner vintage
  • EW Becks (Sykesville, Maryland). Wings incroyables, accueil sympa, salade géante, bonne bière, locaux
  • Ben Chili Bowl (Washington). Institution de Washington DC
  • Pies and pints (Fayetteville, Virginie Occidentale). Top pizza et lieu branché
  • Harvest (Pembroke Virginie *). Super resto, on peut se mettre à la table de Bébé. Petit dej gargantuesque et accessible
  • Midwood Smokehouse (Raleigh, Caroline du Nord). Mini chaîne de BBQ. Excellent
  • Blue Moon Grill (Nags Head). Moules au blue et sandwich mahi mahi
  • SmacNally’s (Ocracoke, Caroline du Nord). Sur le port, spécialités de poissons
  • Shanty (Cape Charles, Virginie). Clam chowder, blue crab dip, excellent. Tout frais
  • Victory Brewing Company (Philadelphie). Rooftop et petits prix. Bon plan
  • Miti Miti (Park Slope, Brooklyn New York). Très bon tacos, moins cher que dans le centre pour se régaler. Comme ils sont portoricains, ils ont aussi un grec
  • Mystic Pizza (Mystic). Pour le lieu
  • Frank Pepe Pizzeria (New Haven). Excellente pizza typique de New Haven
  • Brick Alley (Newport, Rhode Island). Bar à salade et excellent sandwichs dans une super deco
  • Timber (Bangor, Maine). Parfait menu et endroit étonnant pour Bangor
  • Anchor Bar (Buffalo, Etat de NY). Invention des Buffalo wings

Mentions : Against The Grain (Louisville, Kentucky), The Standard (Covington, Kentucky), Arch City Tavern (Columbus, Ohio), Church Breworks (Pittsburgh, Pennsylvanie), Peppermoon Diner (Baltimore, Maryland), Clyde’s (Washington), Blue’s (Weston, Virginie Occidentale), Olde Meckenburg (Charlotte, Caroline du Nord), Billy Jack’s (Charlotte, Caroline du Nord), Abbey Road Pub & Restaurant (Virginia Beach, Virginie), Iron Hill Brewery (Philadelphie), Robinson Ale House (Asbury Park, Etat de NY), Coop de Ville (Oak Bluffs), Black Dog Tavern (Vineyard Haven), Union Oyster (Boston), The Goat (Hampton Beach, New Hampshire), Sidestreet Cafe (Bar Harbor, Maine), Idletyme Brewery (Stowe, Vermont), Farmhouse Burger (Burlington, Vermont), Morluski’s (Clarence, Etat de NY, italo-polonais), Great Lakes Brewing (Ceveland, Ohio), HopCat (Ann Arbor), Jolly Pumpkin (Detroit, Michigan), American Coney Dogs (Detroit, Michigan), Pequod’s (Chicago, Illinois)…

Best lobster roll

https://giphy.com/gifs/justin-lobster-roll-rolls-qy2522j65FXRS

Il nous fallait ce classement en plus après avoir bouffé des lobster rolls, ces sandwichs au homard, pendant deux semaines. Attention, c’est un bon budget : entre 20 et 45$ le plat (mais toujours moins cher que chez nous).

  • Highroller (Portland, Maine). Probablement le meilleur, dans une petite rue commerçante de Portland, un peu en retrait. Big up pour les sauces
  • Lookout Tavern (Martha’s Vineyard, Oak Bluffs, Massachusetts). Un hot spot d’Oak Bluffs et une vrai réussite au niveau du lobster roll, bien rempli
  • Lobster Pot (Provincetown, Massachusetts). C’est une institution de Provincetown. Sa façade est fantastique et la cuisine d’excellente niveau
  • Portland Lobster Co (Portland, Maine). Le lobster roll est pas immense mais il est bon et le cadre, dans le port de Portland, parfait
  • Squealing Pig (Provincetown, Massachusetts). Encore une adresse à Provincetown. Très bon lobster roll
  • Claw’s (Rockland, Maine). Dans la capitale du lobster dans le Maine, on a craqué pour un lobster dinner. Très bon rapport qualité prix

Les meilleurs bars

  • Sign Bar (Austin, Texas). Un beergarder texan avec des panneaux vintage partout. Il ne manque qu’une bonne offre de restauration (il y a des foodtrucks).
  • Mint Bar (Sheridan, Wyoming). La devanture est mythique et l’intérieur authentique. Must
  • Rhinegeist (Cincinnati, Ohio). OMG, cette brasserie. Tellement Cincinnati.
  • The Horse You Came In On (Baltimore, Maryland). Le dernier verre de Poe pour le plus vieux saloon (continuellement ouvert) du pays.
  • Raleigh Beer Garden (Raleigh, Caroline du Nord). Trois fois dans le Guinness Book des records, 386 bières pression
  • Wye Hill Kitchen and Brewing (Raleigh, Caroline du Nord). Pour la vue
  • Gruene Grove (Gruene, Texas). Pour l’ambiance, toujours chaude à Gruene en fin de semaine. So texan
  • Victory Brewing Company (Philadelphie, Pennsylvanie). Pour le rooftop et les specials, qui permettent de se restaurer à petit prix

Les pires repas

  • Lexington BQQ (Lexington, Caroline du Nord). Comment évoqué plus haut, vraiment bof, une usine et BBQ trop vinaigré. Il a fallu un autre BBQ le lendemain our nous réconcilier avec le BBQ de l’état
  • Upper Deck (Southwest Harbor, Maine). On voulait s’enfiler un dernier lobster roll avant de filer pour Bangor. Big déception. C’était lent (on a du boxer) et pas fameux
  • Sandwich de station dinde canneberges. Equivalent d’un pot de confiture. Ecoeurant

Happening animal, le top 7

https://giphy.com/gifs/TeamTO-mighty-mike-racoons-teamto-QrdXWoMFhnzl2Nl7v6
  • Grizzly (Beartooth Highway, Montana). Jamais vu un grizzly d’aussi près et avant même de rentrer dans le Yellowstone, sur la mythique Beartooth Highway. Il était magnifique et peu farouche, là, sous la pluie
  • Bébés ours noir (Yellowstone, Wyoming). On s’arrête pour des mouflons puis un ours noir traverse. C’est une maman. Car deux petits, au cri bien particulier, suivent non loin
  • Bisons (Caprock Canyon SP, Texas). Car c’est assez peu commun de voir des bisons au Texas
  • Elans (Grand Teton, Wyoming). Un moment suspendu, à Moose Lake qui n’a jamais aussi bien porté son nom. Un élan dans un lac puis deux qui arrivent, dont un bébé. On aurait pu rester des heures (en plus, on a « sauvé » des mecs qui auraient bien pu se faire piétiner… eux ne les avaient pas vus!)
  • Baleines (Cape Cod, Massachusetts). Une bonne soupe de baleines comme on les aime. Le Stellwagen Bank, au large de Cape Cod, est une valeur sûre
  • Renard de plage (Cape Cod, Massachusetts). Oui, comme ça, un renard qui déboule à la plage
  • Mouffettes (Oak Bluffs, Martha’s Vineyard, Massachusetts). C’est une nuisance pour les habitants mais on n’en est pas revenus quand on a vu l’attaque des mouffettes dans le centre de la petite ville balnéaire d’Oak Bluffs

Les plus belles routes

https://giphy.com/gifs/muppets-kermit-93uYptVAHE7C0
  • Beartooth Highway (Montana). Ouvert seulement quelques semaines par an, elle est juste en dehors du Yellowstone, du côté de l’entrée nord-est, et c’est une merveille. Pensez à arriver par ici ou à avoir une journée pour y grimper
  • Kancamagus Highway (New Hampshire). Un must dans le coeur du New Hampshire, surtout à l’automne, quand les arbres se parent d’orange et de rouge
  • Skyline Drive (Virginie). 169 kilomètres au total sur la crête, au coeur de Shenandoah NP. Nous n’avons pu en faire qu’une partie mais c’était un plaisir
  • Bighorn Forest (Wyoming). Plus confidentielle, elle est pourtant très agréable. Depuis ou vers Sheridan, la route à prendre en quittant ou en allant vers le Yellowstone
  • Park Loop Road (Maine). Encore une route de parc national, vous ne pouvez pas la rater si vous visitez Acadia NP. Jolie bande de bitume quand il n’y a pas trop de monde

On espère que ce bilan a pu vous éclairer ou vous aider les Roadies. Vous avez des questions ? N’hésitez pas à nous demander !


Merci à Chapka d’avoir été avec nous sur ce roadtrip. Vous assurez grave les filles !

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est logo-de%CC%81toure%CC%81-1024x1005.png.

Lost in The USA ne « vit » que grâce à ses lecteurs, vous, les « Roadies ». Si vous achetez quoi ce soit (hébergement, activités, assurances, objets…) en cliquant sur un lien de ce site, nous pouvons bénéficier de petites commissions, sans que cela ne vous coûte le moindre cent de plus. Cela nous permet de continuer à enrichir le site et à vous offrir plein d’articles gratuits. Activez les cookies (c’est bon en plus !).

Vous aimez ce qu’on fait ? Cet article vous a été utile ? Offrez-nous un petit pourboire ou payez nous un café sur Tipeee ou soutenez-nous en organisant votre roadtrip

21 janvier 2023 | | 2 commentaires
21/01/2023 | 2 commentaires
Nos incontournables pour réussir son city trip à New York

Ahhhhh New York. Les Etats-Unis sans être vraiment les Etats-Unis. Une mégalopole mondiale, à la pointe, où l’on connaît tous « quelqu’un-qui-y-est-en-ce-moment-même ! » (réfléchissez, c’est vrai!). Une ville immense, démesurée, où tout donne le tournis : c’est la plus grande ville des Etats-Unis (et parmi les plus grandes du monde), avec plus de 8 millions d’habitants … Lire la suite

10/06/2023 | 52 commentaires
Roadtrips au Yellowstone : des idées d’itinéraires

La fabrique à roadtrips est de retour. Après un premier opus sur les itinéraires de roadtrips classiques dans l’ouest américain, on repart dans l’ouest mais un peu plus au nord. Le magnifique parc national du Yellowstone (Wyoming, Montana, Idaho) est souvent la pièce maîtresse d’un voyage aux Etats-Unis. On vous propose donc aujourd’hui plusieurs circuits au … Lire la suite

Publier mon commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.