Liberty roadtrip 2022 #1 : New York en quinze jours

Le grand tour a débuté. Comme nous vous l’annoncions il y a quelques jours, nous prenons une année pour voyager, en plusieurs fois, aux Etats-Unis. Et le premier trip nous conduit à New York. Et oui, la Grosse Pomme, celle dans laquelle nous n’avons pas croqué depuis 14 ans (2008). Une éternité !

Prévu en 2020, remis au placard en raison du Covid, ce passage entre l’East River et l’Hudson River devait se faire un jour ou l’autre. Et nous avons décidé qu’il s’agirait de la première ville de ce premier trip.

Nous qui sommes plutôt à l’aise dans les coins paumés des USA, NYC est un gros défi pour nous. Comment vous faire découvrir encore New York ? Tout a été écrit, tout a été dit ! Il n’y a presque plus de surprises dans cette ville qui draine des millions de touristes. Pour mener à bien la refonte du blog, nous allons viser les classiques. Et comme nous avons un peu de temps (15 jours, c’est pas si mal), on va ajouter quelques coins plus discrets. On verra bien ce qu’il en ressort.

Bon, et puis dernière chose, on y est quand même à une période bien spéciale. Halloween est derrière nous, certes, mais Thanksgiving et Noël approchent. La période rêvée. Allez, suivez en live notre trip ici-même mais aussi sur Facebook et Instagram (pour des stories légendaires).

Notre programme à New York en deux semaines

Jour 1. Lost de Genève à New York

Jeudi 10 novembre 2022. Here we are ! Après 15 jours à préparer, courir dans tous les coins, nous y voilà. Le temps d’une pierrade d’au revoir, de déposer les chatons et nous voilà partis pour Genève. On part souvent de là-bas (plutôt que Lyon) car c’est souvent moins cher et, cette fois, ça nous a permis de trouver un vol direct. L’embarquement est super smooth et on vole tranquille, dans un avion quasi vide, avec Swiss. Moins de 9 heures plus tard, nous voilà à New York !

Atterrissage à 14h45, mais on ne verra pas le coucher de soleil (à 16h30 en ce moment) puisqu’on met plus de 2 heures 30 à passer les Customs and Borders. On chope un taxi et nous voilà partis pour Manhattan : plus d’une heure, en heure de pointe (62$)… Ca y est, on voit la skyline apparaître au loin… 

Notre hôtel pour 4 nuits, le CitizenM Bowery, dans le Lower East Side, nous attend. Enfin, pas tant que ça puisqu’il se targue d’être le meilleur hôtel sans contact et qu’on ne nous dit rien ! On s’installe dans notre chambre, minus mais bien agencée (c’est la mode, avec des parties communes immenses), au 14e étage. La vue est fantastique ! On teste le rooftop pour fêter notre arrivée.

On ressort, pour aller dans une institution : le Kat’z Delicatessen (205 E Houston St), roi du sandwich au pastrami, rendu (encore) plus célèbre par la scène de simulation d’orgasme de Meg Ryan dans ‘’Quand Harry rencontre Sally’’. D’ailleurs, il y a une pancarte au-dessus de la table (la fameuse réplique: « On espère que ça vous fera le même effet ! »). On fait la queue (on remplit petit à petit son ticket), on prend le classique (25 balles quand même, sans accompagnement) et un demi-sandwich avec une soupe Matzo ball (en gros une boulette faite de pain ou de crackers et d’oeufs avec un bouillon)… La note est salée (90 dollars quand même avec des boissons et des frites) mais c’est quand même booooonnnn et culte. Le lieu ne désemplit pas… On rentre, s’endormir du sommeil du juste en mini jetlag…. (décalage idéal). 

  • Vol : Swissair. Direct Genève-NY
  • Notre hébergement : CitizenM Bowery (189 Bowery, Manhattan, Lower East Side, New York). Note : 8/10. Vues magnifiques sur la skyline, chambres petites mais bien agencées et connectées. Personnel discret. Proche du métro. Seul bémol, le prix. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : CloudM (189 Bowery, Manhattan, Lower East Side, New York). Note : 8/10. Beau rooftop avec des prix honnêtes. Possibilité de grignoter. Un extérieur et un intérieur. Kat’z Delicatessen (205 E Houston St). Note : 8/10. Lieu mythique, tournage de Quand Harry rencontre Sally, les rois du sandwich au pastrami. C’est top mais beaucoup trop cher. Par exemple, pour deux : un pastrami, un demi pastrami, une Matzo Ball Soup, des frites, un soda, une bière = 91 $
  • Nos visites : Kat’z Delicatessen
  • Nombre de kilomètres parcourus : 4,9 km

J2. Lost au World Trade Center, Chinatown, Little Italy etc

Vendredi 11 novembre 2022. Nous avions mis le réveil pour voir le lever du soleil (vers 6h30 à cette époque), mais on s’est réveillés bien avant, jetlag oblige… On ne verra rien. Non seulement il est caché par les nuages, mais le rooftop du CitizenM est fermé (sic) : considéré comme un bar, il ne peut ouvrir qu’en fin d’après-midi… (re sic). Programme du matin : le World Trade Center avec le mémorial et le musée du 11 septembre… Aujourd’hui, c’est le Veteran’s day (un jour férié, avec une parade au centre) et on ne commence pas par le plus gai, mais c’est quelque chose qu’on avait très envie de voir (inclus dans le CityPASS). Comme nous, vous vous souvenez certainement où vous étiez lorsque la nouvelle des attentats du 11-Septembre est tombée.

Le beau temps étant de la partie (il a fait méga beau ces dernières semaines et même si de la pluie est annoncée, il fait toujours bon et soleil ce matin), on y va à pied, en traversant les quartiers colorés de Chinatown, Little Italy… (y a le resto des Sopranos, Mulberry Street Bar, au 176 Mulberry St !) Tout est calme et franchement pour les fumeurs que nous sommes, c’est plus détendu que ce qu’on pensait. 

De monuments en monuments (le City Hall, Saint Paul Chapel…), on arrive au WTC… Nous commençons par l’Oculus (la nouvelle gare), diablement photogénique et remplie de magasins. Puis, c’est plus qu’émouvant de se trouver au bord des deux « pools », des bassins-hommages implantés à la place des Twin towers, la Nord et la Sud… Il y a les noms de toutes les victimes, des roses (pour leur anniversaire)… et le Survivor tree, un arbre qui a survécu aux attentats (et a été replanté là). Dans cette ville du bruit, on retrouve presque du calme dans la foule ici.

Nous avons rendez-vous à 10 h (premier créneau, c’est plus calme) pour visiter le Mémorial et le Musée du 11 septembre. Comptez deux bonnes heures minimum pour une visite pleine d’émotion, dans un calme saisissant.

Le musée est très bien fait, mais peut-être que la muséographie laisse à désirer… Comprenez ici que c’est très intéressant, il y a plein d’objets et de vestiges, mais ça n’est pas dans l’émotion du tout, particulièrement la première partie (Delphine pensait pleurer mais non, les bassins de l’extérieur sont plus émouvants). Le meilleur, selon nous, est la section de l’expo historique (photos interdites) avec des documents incroyables (la vidéo des fouilles des terroristes, des enregistrements, des photos à couper le souffle, des morceaux de carlingue, des centaines d’objets retrouvés sur place ou donnés par les survivants).

Dans la section « memorial », on peut découvrir l’histoire de chacune des 2977 victimes… Il faut savoir que le WTC avait déjà été la cible d’un attentat à la bombe en 1993. Plus légère, l’expo hommage aux chiens (les K9, en anglais « canine ») qui ont travaillé dur dans les opérations de sauvetage.

Lorsqu’on sort, vers midi, la pluie s’est invitée… pour ne jamais repartir ! On essaye de faire abstraction, mais c’est chaud. Passage pour voir la Sphère de Koenig (qui a survécu au 11 septembre), à la marina (North cove) où a été tournée une scène du ‘’Loup de Wall street’’ et qui abrite un morceau du mur de Berlin (décorée par un Français), puis on balade, sous la pluie. On traverse les quartiers, en en préférant d’office certains (Soho, Greenwich Village…).

On enchaîne les trucs cool : la caserne de Ghostbusters (première sur les lieux le 11-Septembre, 14 N Moore St), l’immeuble de Friends (90 Bedford St), celui de Carrie dans Sex and the City (66 Perry St)… On zigzague entre les (monceaux) de poubelles…. et les graffs. On a un peu faim, on cherche où s’arrêter… On avait prévu de la grignote le midi, mais sous la pluie ce n’est pas si évident… On se pose (enfin!) au Cowgirl, un resto du sud trop cool (et même pas trop cher!) justement apparu dans Sex and the city… Le burger et le sandwich au poulet pané nous remettent du baume au coeur, car on est trempés jusqu’aux os… (on occulte, on occulte !). Arrivés à l’Empire State building, après une pluie plus drue que jamais, il faut se rendre à l’évidence : il n’y a rien à voir, l’édifice est plongé dans la brume, et ce n’est pas prévu de s’arranger…

Du coup, ils nous proposent de reprogrammer… on réussit à appeler le CityPASS, et c’est ce qu’on fait, grâce à un interlocuteur adorable. Bon ben on va rentrer. On se lance dans le métro (avec des Metrocards illimitées valables 7 jours). On revient de nuit à l’hôtel, dont on ne va certainement plus bouger. Le temps de sécher nos affaires (il y a de l’eau dans nos sacs!) et de bosser un peu… Une (mini)pizza et des raviolis au poulet plus tard, on ne va pas tarder à rejoindre Morphée….

  • Notre hébergement : CitizenM Bowery (189 Bowery, Manhattan, Lower East Side, New York). Note : 8/10. Vues magnifiques sur la skyline, chambres petites mais bien agencées et connectées. Personnel discret. Proche du métro. Seul bémol, le prix. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Cowgirl (519 Hudson St, Manhattan). Note : 8/10. Restaurant simple mais efficace. Cuisine du sud. Accueil adorable. CanteenM (189 Bowery). Note : 5/10. Resto d’hôtel, sans intérêt
  • Nos visites : Little Italy, Chinatown, NY City Hall, Mémorial et musée du 11 septembre (via CityPASS), Oculus station, North Cove Marina, Tribeca (caserne de Ghosbusters), Soho, West Village (appartement de Friends), Greenwich Village (appartement de Carrie Bradshaw, Sex & the City), Midtown…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 13,9 km. Total : 18,8 km

J3. Lost à Central Park, Times Square & Co

Samedi 12 novembre 2022. Comme dirait Goldman, « Encore un matin« … sans lever de soleil sur le Lower East Side. Ohlala, il pleut encore ! Heureusement, ça se calme vite pour laisser la place à un grand soleil (et plus de 20°C). On est un peu à la traîne ce matin. Après un petit tour à Freeman alley (une jolie allée gravée), on saute dans le métro pour rallier le Musée d’Histoire naturelle, (200 Central Park West) qu’on a réservé pour 10 heures (inclus dans le CityPASS).

Il y a la queue et le musée est blindé. C’est samedi. Le bruit est dingue (surtout par rapport au silence du WTC). Le musée (qui a servi de décor au tournage de « La nuit au musée » avec Ben Stiller, est toujours aussi fantastique. Les naturalisations, la muséographie… On a même accès aux expos temporaires (celle sur les requins est cool) et on a-doré-la salle des pierres et minéraux, avec des vitrines et des spécimen tous plus beaux les uns que les autres (beaucoup viennent de Bisbee, Arizona). Nous retrouvons aussi Num Num (Gum Gum), statue Moaï qu’on retrouve aussi dans « La nuit au musée« .

On se perd un peu mais au bout de deux heures, on trouve la sortie ! NB pour les fumeurs, ce n’est pas aussi galère que ce à quoi on s’attendait (en plus, ça fume de la majijuana à tous les coins). Le tout est de se mettre un peu de côté, loin des entrées d’immeubles.

En vrais New-Yorkais (ou presque), on chope des hot-dogs (ceux de Nathan’s famous, le mythique organisateur du concours de mangeur de hot dogs de Coney Island) et des frites au fromage, qu’on va déguster au soleil, à l’entrée de Central Park, au programme de notre après-midi. Quelle merveille! Comme c’est samedi et qu’il fait beau, c’est (aussi) blindé : des gens qui se baladent, font du vélo, pique-niquent, promènent leurs chiens, des musiciens, des enfants partout… Les feuilles sont jaunes (l’orange est passé) et les écureuils surexcités.

On monte en haut du belvédère du chateau (Belvedere Castle), on marche au bord du réservoir (le Jackie Kennedy), lieu de running pour Marathon man. Difficile d’accéder à la statue d’Alice au Pays des merveilles (des scouts et des nuées d’enfants l’escaladent). On se croirait (comme toujours), dans un film ! Le soleil commence à tomber. On rencontre Houdini Hardy, le chat de la fontaine Bethesda (elle aussi, haut lieu de tournages), on zigzague entre les calèches pour arriver au mémorial de John Lennon (Strawberry Fields) et sa mosaïque Imagine. Justement, un musicien chante Strawberry fields… Il a été tué quelques centaines de mètres plus loin, devant chez lui, le Dakota building (habité par de nombreuses célébrités et immortalisé dans Rosemary’s baby).

On reviendra faire la partie sud de Central park et prendre un bol de nature. Qu’est-ce qu’on se fait ? Un rooftop, un autre quartier ? A NY, il faut s’adapter, sauter sur les opportunités, tordre son programme quand c’est possible. On reprend le métro pour rallier Times Square, à la tombée de la nuit, lieu mythique s’il en est. OMG là aussi il y a du monde! Les néons clignotent dans tous les sens, il y a des Mickey, Minnie, Captain America (c’est là qu’il se réveille) and consorts partout. Aussi des artistes de rue qui utilisent le public pour faire des sauts de l’extrême.

On balade et on sacrifie à la tradition: monter sur les marches de la billetterie TKTS pour une vue panoramique sur l’ensemble (c’est aussi là qu’on peut trouver des places de spectacles moins chères de Broadway, le jour même). Rincés, on décide de faire une pause. Le bar pas chère et authentique qu’on avait noté (le Jimmy’s Corner) est rempli à ras bord, alors on s’installe au bar de l’O’Donoghue’s (156 W 44th St), pub irlandais très sympa. Les bières sont bonnes (et pas hors de prix pour le quartier), et on entend parler français dans tous les coins.

Reste une question de haute importance : où (et que) va-t-on manger ce soir ? On se décide pour Chinatown, et un resto réputé : le Joe’s Shanghaï (46 Bowery). Tu m’étonnes : 45 minutes d’attente. Ca les vaut largement! On galère un peu avec le menu mais on se régale et on fait une découverte culinaire (pour nous) qui va devenir fixette, c’est sûr : les dumplings, de petits raviolis vapeur au goût dément (j’en reveux!). La note n’est même pas trop salée. Repus, on se traîne jusqu’au lit ! 

  • Notre hébergement : CitizenM Bowery (189 Bowery, Manhattan, Lower East Side, New York). Note : 8/10. Vues magnifiques sur la skyline, chambres petites mais bien agencées et connectées. Personnel discret. Proche du métro. Seul bémol, le prix. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : O’Donoghue’s (156 W 44th St, Midtown, Manhattan). Note : 7/10. Pour les bières et l’ambiance pub irlandais. Joe’s Shanghaï (46 Bowery, Chinatown, Manhattan). Note : 9/10. Ne sortez pas d’ici sans avoir testé les dumplings, c’est un ordre
  • Nos visites : Freeman Alley (Lower East Side), Musée d’Histoire Naturelle (via CityPASS), Central Park (Belvedere Castle, Jackie Kennedy Reservoir, statue d’Alice au Pays des Merveilles, Fontaine Bethesda, Literary Walk & Mall, Strawberry Fields et mosaïque Imagine), Dakota Building, Times Square…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 12,7 km. Total : 31,5 km

J4. Lost au Madison Square Garden (avec les Knicks), chez Macy’s et à l’Empire State Building

Dimanche 13 novembre 2022. Le jetlag (en plus d’être léger) est bien pratique, puisqu’on se lève avant 6 heures du matin ! Ça laisse du temps de faire des trucs de jour, d’autant que le soleil se couche vers 16h30. Ce matin, nous (re)traversons Chinatown puis Soho et ses boutiques de luxe pour aller voir un (autre) lieu-culte : le loft de Ghost (oui avec Patrick Swayziiiiiii, 102 Prince St). Bon, là, il est bien caché derrière des échafaudages de travaux (et au-dessus de Vuitton). Oh tiens, le musée de la glace (ice cream), juste à côté, a l’air sympa mais le tarif est quasi prohibitif (558 Broadway).

Nous sautons dans une bouche de métro car on a un truc important aujourd’hui : un match des Knicks, l’équipe de basket, au légendaire Madison Square Garden (4 Pennsylvania Plaza). Le cadeau d’anniv de JP. C’est une première pour nous. Nos voyages aux USA ne tombait pas au bon moment généralement et nous n’avions pu nous frotter qu’au baseball.

Nous arrivons une heure avant. Le temps de repérer nos places et de faire le tour de la fameuse coursive, qui retrace les grands moments de ce lieu historique : le pape est venu, c’est là que Marilyn Monroe a chanté le Happy birthday Mr president à JFK, qu’ont eu lieu des concerts incroyables… Aujourd’hui, elle accueille les matchs des Knicks, de hockey (les Rangers), et de grands événements et concerts…. Et, bien sûr, un dédale de magasins de souvenirs, de bars et de restos (à des prix ne défiant aucune concurrence); ce sera sûrement la bière et le hot-dog les plus chers de votre vie (plus de 15 dollars). Ouch !

Après, c’est une expérience à part, à vivre. C’est un immense show, avec de nombreuses animations (lancer de t-shirts, danse, cameo sur des célébrités présentes au match comme Selena Gomez), du bruit permanent, des pubs (surtout pour Black Panther). Et au milieu, un peu de sport. Le match entre les Knicks et les Thunder (d’OKC) n’était pas un grand moment de sport. Les locaux, avec un frenchie, Evan Fournier, en petite forme et mal utilisé, se sont inclinés dans ce match portes ouvertes (135-145). Les tickets sont à prendre en priorité sur Ticketmaster (si ça coince, passez en navigation privée). Sinon des revendeurs comme Superbillets.

En ressortant, on enchaîne avec Macy’s (151 W 34th St), le plus grand magasin au monde, qui est déjà en mode Noël (et Black Friday). ça donne le tournis ! Bon plan : il y a un prix touriste (10% avec le promo code TOURISM). A certains étages, il y a encore les vieux escalators en bois. 

Nus devons écourter. Cette fois, c’est le moment. Cap sur l’Empire State Building (20 W 34th St, inclus dans le CityPASS), par grand beau temps (on avait dû le reprogrammer à cause de la pluie et de la brume vendredi). On a réservé à 16h, pour voir (peut-être) le coucher de soleil mais aussi de jour et de nuit (sinon, on peut remonter de nuit avec le même ticket). Depuis notre dernière visite, il a été rénové et un nouveau pallier a ouvert, au 102e étage, pour la non modique somme d’une trentaine de dollars en plus. 
La visite débute par une exposition interactive sur l’histoire du lieu, sa construction. Inauguré le 1ᵉʳ mai 1931, il mesure 381 mètres et était le plus grand à l’époque. On aperçoit aussi toutes les photos de stars qui sont montées au sommet (même une Mustang !).

Le premier ascenseur nous emmène au 80e étage pour une vue magnifique, à l’abri. Puis direction le 86e pour l’observatoire extérieur. Rien n’a bougé depuis notre dernière visite. Le soleil se couche magnifiquement au-dessus de Manhattan et le froid est bien présent. Photos sublimes garanties.

C’est décidé. On va se finir avec un rooftop, celui « des rêves de Delphine », le 230 Fifth (sur 5e avenue, 230 5th Ave). Il est encore mieux que prévu: ambiance cool, igloo allumés, plaids peignoirs rouges et même coin fumeurs (et des boissons à moins de 10 $). Vue époustouflante. L’endroit parfait pour se poser et brainstormer : dans quel resto chinois va-t-on manger, car on ne pense plus qu’aux dim sums depuis hier soir ! 

On rentre à Chinatown et on choisit une (autre) institution: le Nom Wah Tea Parlor (13 Doyers St). C’est complet, mais le mec nous file finalement un ticket après une annulation. On se gave de ces petits beignets qui existe sous différentes formes: « brioche », vapeur, frits… Ceux à la crevettes et aux pois (apparemment rares), déchirent. Allez au lit.

  • Notre hébergement : CitizenM Bowery (189 Bowery, Manhattan, Lower East Side, New York). Note : 8/10. Vues magnifiques sur la skyline, chambres petites mais bien agencées et connectées. Personnel discret. Proche du métro. Seul bémol, le prix. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : 230 FIFTH (230 5th Ave, Midtown, Manhattan). Note : 8/10. Super rooftop à Midtown avec une ambiance décontractée, pas guindée. Bulles à l’extérieur mais aussi un coin intérieur. Bières abordables. Nom Wah Tea Parlor (13 Doyers St, Chinatown, Manhattan). Note : 8/10. Ca peut ressembler à un diner à l’intérieur mais c’est bien un chinois. Nourriture excellente, variée. Service bourrin
  • Nos visites : loft de Ghost (102 Prince St), Madison Square Garden pour le match, Macy’s, Empire State Building (via CityPASS), Chinatown…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 9,9 km. Total : 41,4 km

J5. Lost de Bowery à Williamsburg (Brooklyn) via Harlem, Central Park et Rockefeller Plaza

Lundi 14 novembre 2022. Dernier réveil au CitizenM Bowery (snif). On balance les valoches à la réception car on a rendez-vous ce matin, avec Fred de Voyage en Français, pour découvrir le quartier d’Harlem en visite guidée. Comme vous le savez sûrement, notre pote Alex et sa team (Bons plans pour un voyage à New-York) organisent de nombreuses visites en français (avec Voyage en français) dans plusieurs villes des Etats-Unis, qu’on vous propose souvent de réserver (c’est par ici !)… Et dès qu’on le peut, on participe, on teste.

On arrive même en avance à Harlem, quartier historique de la communauté noire au nord de Central Park ! Frédéric, notre guide, est top. Comme la plupart des guides d’Alex, c’est un Français expatrié qui connaît le quartier comme sa poche. Sans voir le temps passer, on balade pendant 3 heures dans le quartier, faisant le plein de connaissances et de rigolade avec deux autres compatriotes bretons. De rues en rues, on comprend l’évolution de ce quartier, l’évolution de NY aussi. Au programme : Astor row, les fameuses maisons brownstone, l’Apollo Theater (où les plus grands ont chanté, James Brown, Jackson Five, Ella Fitzgerald… 253 W 125th St), la statue d’Harriet Tubman (St. Nicholas Avenue and, Frederick Douglass Blvd), les délicieux cookies de Levain Bakery et l’université Columbia pour finir.

On se quitte (à regret !) vers 13 heures, au coeur de l’université de Columbia, qui a accueilli les grands de ce monde (des prix Nobel, Obama, Simon and Garfunkel on enregistré Sound of silence en douce ici !).

Que faire maintenant ? On va faire un tour du côté de la basilique Saint-John the Divine (1047 Amsterdam Ave), l’une des plus grandes du monde (plus grand lieu de culte aux USA)… Il y a même une oeuvre de Keith Haring à l’intérieur. Mais c’est … payant (10 balles). On supporte moyen ça alors on passe notre tour.

Le jardin voisin est fantastique, mais on ne peut pas voir les paons (le blanc, Phil, a un compte Twitter). On nous refuse le passage car il y a une école à côté de leur maison. Où va-t-on manger ? Le quartier est plein d’adresses de soul food sympa comme l’ex-cuisto d’Obama au Red Rooster, l’historique Sylvia, l’Amy Ruth’s. On suit les conseils de Fred et on va à la Harlem Tavern (2153 Frederick Douglass Blvd), qui nous ressemble sûrement plus… Burgers, salades, un peu soul food… On se régale d’un po’boy au poisson et d’un burger à la truffe (à prix presque honnête) et on refait un tour du quartier. C’est vrai qu’il y a des boutiques sympas/rigolotes. L’Apollo theater organise les demi finales de ses Amateurs nights (le mercredi), mais pas dit qu’on revienne cette fois…

Nous reprenons le chemin de Central Park. En semaine, c’est une autre ambiance, calme… La patinoire (Wollman, sauvée par… Trump) est en place, on claque des photos panoramiques depuis les rochers, on essaye de refourguer des noisettes aux écureuils. Nous traversons le zoo (c’est lui, dans Madagascar!), on reprend le Mall/Litterary walk, on salue la statue de Balto, chien de traîneau célèbre pour ses exploits lors de la course au sérum en 1925…

En sortant, à l’heure de pointe où tout le monde klaxonne (avec des sons parfois bizarres !), on passe devant le Plaza (« Maman j’ai encore raté l’avion », 5th Avenue at, Central Park S). Ils sont en train d’installer les vitrines de Noël, ça s’annonce magnifique… La 5e avenue n’a pas attendu pour briller de mille feux. On arrive au Rockefeller Center où le traditionnel sapin vient d’arriver (il ne doit être illuminé que le 1er décembre). Mais si la patinoire (toute petite!) est ouverte, lui est caché derrière des échafaudages. Nous commençons doucement à fatiguer, ce sont de sacrées journées avec plus de 10 km de marche, et il commence à cailler (et on vieillit aussi sûrement).

En plus, c’est un jour de transfert. On change d’hôtel, donc il nous faut récupérer les bagages à Bowery, prendre un taxi et s’installer au nouveau, dans la capitale mondiale des hipsters, Williamsburg, à Brooklyn. On dort dans un « pod » pour les cinq prochaines nuits (Pod Brooklyn, 247 Metropolitan Ave). Un peu comme au Japon, ce sont des hôtels capsules avec des mini chambres, des (plus) petits prix et des parties communes plus grandes… Sauf que là les roof tops sont fermés, et on va clairement se sentir à l’étroit. Fatigués, on décide de manger au resto de l’hôtel, le Clinton (ils ont la sympathie de filer une réduction). Pour la bouffe, du grand n’importe quoi (il en faut toujours, sinon ce n’est pas drôle): une salade inondée de sauce et un burger-bagel à la fondue de fromage ! Clairement, on ne va pas bosser ce soir…

  • Notre hébergement : Pod Brooklyn (247 Metropolitan Ave, Brooklyn, New York). Note : 7/10. Bien placé, proche de l’animation et du métro. Et abordable ! En revanche, les chambres sont un peu petites si vous avez pas mal de bagages. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Levain Bakery (plusieurs adresses en ville). Note : 9/10. Diaboliques cookies. Harlem Tavern (2153 Frederick Douglass Blvd, Harlem). Note : 7/10. Simple, efficace et bonne bière. Clinton Hall (247 Metropolitan Ave, Brooklyn). Note : 6/10. Ca dépanne mais niveau recettes, il y a du boulot
  • Nos visites : Harlem (avec une visite guidée en français), Astor Row, Apollo Theater, Harriet Tubman Memorial, Columbia University, Morningside Park, Cathedral Saint John the Divine, le Sud de Central Park (statue de Balto, Wollman Rink, carrousel, extérieurs du zoo…), 5e avenue, Rockefeller Plaza, Williamsburg…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 15 km. Total : 56,4 km

J6. Lost dans la Statue de la Liberté, à Ellis Island, dans FiDi et à Williamsburg

Mardi 15 novembre 2022. Ohlalala, qu’est-ce qu’elles sont petites ces chambres de « pods » ! Ca fait baisser le prix, mais il ne faut quand même pas être claustros, n’avoir pas beaucoup de bagages et/ou se faire à l’idée de se doucher sur les toilettes… Bref, Delphine a du mal ! JP et sa grosse carcasse s’adaptent. De toute façon, on ne va pas squatter la chambre : on doit être à 9 heures au ferry pour la statue de la Liberté (une trentaine de minutes de marche/métro). Un moment qu’on attend avec impatience : nous n’y sommes jamais allés ! On est juste passés devant en bateau, avec le ferry de Staten Island (gratuit) lors de notre dernier passage et la couronne vient juste de rouvrir (fin octobre). On s’était jetés sur les réservations (ça part super vite). Nous revoilà dans le métro (JP gère grave!) et en avance à Battery Park. Aussi incroyable que cela puisse paraître, on ne tombe sur aucun café (et on en aurait bien besoin ce matin !).

Après un contrôle de sécurité façon aéroport, on embarque facile sur le ferry, et nous voilà à l’ouverture au(x) pied(s) de Miss Liberty. Le temps est couvert mais avec nous, et mon Dieu qu’elle est belle. On n’est pas peu fiers: il faut que vous sachiez qu’on est presque attachés à Bartholdi (son sculpteur); car on a vécu à côté de son Rouget-de-Lisle dans le Jura, à Lons-le-Saunier, puis de sa fontaine à Lyon, place des Terreaux. Bref. On a pu choper un café sur le bateau (et d’incroyables lunettes de soleil statue de la Liberté). La vue sur la skyline, qui se fait, pour une fois, de plus en plus petite, est juste wow…

On file direct au piédestal (en ascenseur) puis dans la « crown », la couronne (ce sont deux billets supplémentaires, par rapport à la visite classique). Là c’est un poil plus compliqué : d’abord les tickets sont rares et avoir le coeur assez bien accroché pour monter les 162 marches de l’escalier hyper étroit qui y donne accès (ça rappelle le Vatican et la montée finale de la basilique Saint-Pierre). Et là, on y est. OMG, une sacrée case à cocher d’une to-do-list de vie. Le ranger est trop cool, et nous remercie pour le cadeau ! On reste le plus longtemps possible… En redescendant, on voit ses yeux, son nez… Car oui, la miss est creuse (un conseil de Mr Eiffel). C’était merveilleux !

On redescend par le musée, tout aussi intéressant… On y apprend son histoire, ses trucs techniques (et aussi qu’elle a la tête de Maman Bartholdi !). Après un passage au gift-shop du national park, une petite clope (c’est autorisé sur toute l’île), on rallie la « nouvelle » partie du musée, où l’on peut voir l’ancienne torche et découvrir les réelles proportions de la dame…. Son gros doigt de pied est gros comme un pouf. On participe à l’oeuvre interactive globale : une photo, des questions et nous voilà sur la fresque en temps réel !

On reprend le bateau (il y en a quasi en continu, toutes les 20-25 minutes) pour Ellis Island. L’île où arrivaient les immigrants avant de mettre le pied aux USA, entre la fin du 19e siècle et le milieu du 20e. Le musée est super, passionnant, on revit, « comme eux », les différentes étapes demeure arrivée sur le sol américain. Qui venait ? Comment ? Que faisaient-ils ici ? Où allaient-ils après ? Ils subissaient 31 questions, certains étaient auditionnés. Seuls 2% étaient renvoyés chez eux. Le musée est très complet et permet de comprendre ce pays si particulier, sa construction, son esprit, sa résilience, sa quête de mouvement. JP kiffe.

On attrape un autre café et des pretzels et on reprend le bateau, direction NY. Battery park est vraiment très sympa; on en profite pour refaire le tour du Financial district, FiDi pour les intimes. Il y a la queue pour toucher les c… du taureau (Charging Bull, 315 E 40th St). On passe voir aussi le NY Stock Exchange (20 Broad St) et face à lui la statue de Fearless Girl. On passe aussi devant le Q`G des Men In Black (504 Battery Pl).

En cherchant où se poser un peu (on envisageait la chaîne Luke Lobsters ou l’historique Pearl dinner), on tombe sur une rue trop mignonne : Stone street. Apparemment la seule où c’est légal de boire dans la rue à NY… On choisit la Stone Street tavern (52 Stone St)… Toujours un peu cher (on s’en met toujours pour un au prix de 2)… mais c’est bon et sympa. Petit roll de homard, et on repart…

On essaye de prendre le métro, mais on se gourre cette fois (c’est un poil compliqué!) donc on remonte à pied Greenwich Village (top) à pied via le Washington Square Park et son arche (et ses rats). On trouve aussi la maison de Robert Neville dans « Je suis une légende » (11 Washington Square Park North) et une rue mignone, Washington Mews, d’anciennes étables.

Retour à l’hôtel et petite pause… Pour manger ce soir, on a noté plein de trucs, vous nous avez donné plein de conseils, mais on bute. On est dans le berceau des hipsters, tout est petit restaurant trendy (et cher), compliqué… Lorsqu’on ressort (sous la pluie!), c’est pour prendre la direction du Radegast Hall and Biergarten (113 N 3rd St, Brooklyn). Dans la pénombre, musique sympa, bière, et plusieurs menus… On va quand même frôler les 100 balles avec des pierogis, des loaded fries, une saucisse (15 balles quand même), des bières et une salade d’accompagnement… Demain, on va tenter de lever le pied… 

  • Notre hébergement : Pod Brooklyn (247 Metropolitan Ave, Brooklyn, New York). Note : 7/10. Bien placé, proche de l’animation de Bedford Avenue et du métro. Et abordable ! En revanche, les chambres sont un peu petites si vous avez pas mal de bagages. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Stone St Tavern (52, Stone St). Note : 7/10. Dans une rue trop charmante de FiDi. Bouffe bien réalisée, prix corrects. Radegast Hall and Biergarten (113 N 3rd St, Brooklyn). Note : 7/10. Bel endroit, cuisine et bière d’Europe de l’est mais tout y est un peu cher
  • Nos visites : Statue de la Liberté et Ellis Island ((via CityPASS mais sans le piédestal et la couronne), Battery Park, FiDi (Financial District), Greenwich Village (Washington Park, Washington Mews) Williamsburg…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 11,5 km. Total : 67,9 km

J7. Lost à Brooklyn (Bushwick et Williamsburg)

Mercredi 16 novembre 2022. Ce matin, c’est off, le tout arrosé d’un café de chez Levain. Voilà déjà une semaine qu’on est dans la Grosse pomme, et il nous faut recharger un peu les batteries (et s’occuper un peu du blog, en vous écrivant ces lignes). Un petit break dans un voyage, c’est toujours bien (même si c’est difficile) et encore plus vrai à NY, où l’on marche facilement entre 10 et 15 km pa jour.

Nous quittons Williamsburg vers midi pour un autre quartier de Brooklyn, Bushwick, afin d’aller tester l’une des pizzerias les plus célèbres de la ville, Roberta’s (il y en a plusieurs, celle de Brooklyn est dans un ancien garage, 261 Moore St). Ils installent le Grinchy’s, leur bar de Noël ! Le feu de bois turbine, on en prend deux (elles ne sont pas bien grosses, et tant qu’on est là…). Bon elles sont bien bonnes (mais plus de 20 dollars l’unité) et JP, en connaisseur, y trouve son compte.

Après un magasin bien sympathique (Friends, 56 Bogart St), on rejoint Jefferson St où l’on a rendez-vous à 14h30 pour une nouvelle visite de Voyage en Français avec Audrey cette fois et sur le thème du street art à Bushwick et de la gentrification de Williamsburg. Elle connaît la chanson (un jeu de mot car elle a été chanteuse de comédie musicale, j’adore). Il y a des graffs magnifiques, quelques belles signatures. Audrey nous explique la genèse de ce quartier désormais artistique. Les oeuvres se répartissent sur quelques blocs, certaines sont partiellement recouvertes. Pourquoi ? Des graffeurs pensent ainsi lutter contre la gentrification du quartier, en le rendant moins « désirable ». Après une friperie alléchante (L Train Vintage, 1 St Nicholas Ave), on change de quartier.

Audrey nous aide à voir Williamsburg autrement : coucou les marques qui se « cachent » et les graffs… publicitaires ! On se laisse au Mini Mall (218 Bedford Ave), une galerie de magasins de créateurs… Delphine achète des boucles et des lunettes de soleil à strass déjà cultes (même pas chers). Nos homologues de visite ont envie de boire un coup : on les emmène à la Brooklyn Brewery, une institution, évidemment, qu’on peut visiter si on réserve, 79 N 11th St, Brooklyn). Le mec nous explique que la France est le 2e marché après New York. La bière est bonne mais pas moins chère que les autres ! Avec nos compagnons de visite, on parle de NY, des Etats-Unis, de nos vies. On se quitte au food-truck mexicain. Ce soir, ce sera enchiladas et salade du supermarché dans la chambre (à un prix défiant toute concurrence). Vu le niveau de vie ici, ils ne doivent pas se rendre compte…. Quelle journée, encore…

  • Notre hébergement : Pod Brooklyn (247 Metropolitan Ave, Brooklyn, New York). Note : 7/10. Bien placé, proche de l’animation de Bedford Avenue et du métro. Et abordable ! En revanche, les chambres sont un peu petites si vous avez pas mal de bagages. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Roberta’s (261 Moore St). Note : 8/10. Dans un cadre très mignon, excellente pizza à Bushwick. C’est pas donné. Brooklyn Brewery (79 N 11th St, Brooklyn). Note : 8/10. Pour boire de la Brooklyn Lager à Brooklyn, c’est ici que ça se passe. Endroit détendu
  • Nos visites : Bushwick et Williamsburg (avec une visite guidée en français)
  • Nombre de kilomètres parcourus : 8 km. Total : 75,9 km

J8. Lost sur la High Line et dans l’ouest de Manhattan

Jeudi 17 novembre 2022. Réveil assez apocalyptique dans notre micro chambre de Williamsburg après avoir pris froid… Un café et un cookie de chez Levain Bakery et ça repart. Allez, aujourd’hui, il fait beau, on se fait la High Line, cette balade (qui a une dizaine d’années) sur une ancienne voie ferrée aérienne permet de passer paer plusieurs quartiers : Meatpacking, Chelsea, Hudson Yards… On traverse d’abord le quartier qui monte, Meatpacking (oui, là où l’on découpait et emballait la viande). Génial, détendu, design… On adore.

On fait un arrêt à The Jane hotel (113 Jane St), où l’on avait failli dormir. Pas cher, il a accueilli certains des rescapés du Titanic en 1912, et avait un chouette rooftop. Le concierge, sympa, nous fait visiter alors que l’hôtel est en plein travaux et que le rez-de-chaussée devrait devenir un club privé… Contents de l’avoir vu !

On traverse et on rejoint les bords de l’Hudson river. Ce qu’ils sont en train de faire de leurs berges est fantastique. La preuve ? Little Island (Pier 55), une « île » qui semble reposer sur des tulipes de béton. C’est vert, il fait bon se balader, se poser… (tip de Roadies : montez sur le rooftop du pier suivant pour en avoir une vue panoramique).

Allez, c’est parti pour la High Line. 2,3 km qu’on choisit de faire du sud au nord, en attaquant à l’intersection Gansevoort-Washington St. Verte, ponctuée de haltes, d’oeuvres d’art, elle offre une vue panoramique sur la ville… et des graffs de Kobra. On sort au Chelsea Market (75 9th Ave). Après un petit tour du marché des artistes et artisans, place à l’immense foodcourt, pour manger. Il y a de tout. Ca peut être un endroit où manger du homard et des fruits de mer, mais on se remet des dumplings et… des frites au fromage.

De quoi prendre des forces pour finir la High Line, en apothéose en débouchant sur le Shed (545 W 30th St), immense cube posée sur des roues, le spectaculaire Vessel (20 Hudson Yards), cette drôle de structure qui fait penser à l’oeuvre d’abeilles, et l’Edge, un autre observatoire avec une plateforme dans le vide (30 Hudson Yards). Au pied, le centre commercial d’Hudson Yards, déjà passé à l’heure des fêtes.

C’est (encore!) un autre observatoire qui nous attend : le Top of the Rock (30 Rockefeller Plaza, inclus dans le CityPASS) celui du Rockefeller Center (on prononce d’ailleurs le « E »). Il est sur trois étages et les visiteurs sont libres de faire le tour. On y voit le coucher de soleil… magnifique. Dur de trancher entre tous, mais depuis celui-ci on voit très bien l’Empire State building (qu’on ne voit pas quand on est dessus!), ce qui est un énorme plus. En revanche, la vue sur le Chrysler Building est bouchée.

Nouveau tour sur Times Square, moins bondé que le week-end, et passage au magasin Christmas in New York (730 7th Ave). Ils ont des antennes sur les différents marchés de Noël. Retour en métro à Williamsburg. Enfin, pas si vite car notre Metrocard est bloquée, il faut attendre 18 minutes dans ce cas. JP a pris un coup de froid lors du jour de pluie non stop, mais de retour à Williamsburg, on se tape la tournée d’un sport local : les rooftops. Sauf exception, vous pouvez monter jeter un coup d’oeil sans consommer et redescendre.

On boit un verre au Westlight, en haut de l’hôtel William Vale (111 N 12th St, Brooklyn). Un peu plus classieux que d’autres, mais vue au top et ambiance presque détendue. Direction le Water Tower (111 N 12th St), celui du Williamsburg Hotel (repéré aussi), dans un faux réservoir d’eau, très intimiste… 

C’est le soir où tester ce fameux Shake Shack qui vous rend fous… On se prend deux burgers, les frites et les boissons sont en plus… C’est bon, mais on s’en met pour cher ! Petit arrêt au Walgreens pour quelques médocs et au lit.

  • Notre hébergement : Pod Brooklyn (247 Metropolitan Ave, Brooklyn, New York). Note : 7/10. Bien placé, proche de l’animation de Bedford Avenue et du métro. Et abordable ! En revanche, les chambres sont un peu petites si vous avez pas mal de bagages. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Chelsea Market (75 9th Ave). Note : 9/10. Un choix de folie dans un cadre hyper agréable. Westlight (111 N 12th St, Brooklyn). Note : 7/10. Superbe vue depuis ce rooftop, de l’hôtel William Vale. Ambiance feutrée mais pas guindée. Water Tower (111 N 12th St). Note : 6/10. Toute une expédition pour arriver dans de bar caché. C’est cozy, c’est mignon. Shake Shack (plein d’adresses). Note : 6/10. Cette chaîne, vous l’adorez ! C’est vrai qu’elle est bonne. Par contre, aïe pour le prix !
  • Nos visites : Little Island, Meatpacking, Chelsea Market, Hudson Yards, la High Line, The Vessel, The Shed, Le Top of the Rock (inclus dans le CityPASS), Times Square, Williamsburg
  • Nombre de kilomètres parcourus : 15,4 km. Total : 91,3 km

J9. Lost in Dumbo et au sommet du Summit One Vanderbilt

Vendredi 18 novembre 2022. Qu’est-ce qu’on fait aujourd’hui ? Retrouver nos affaires dans notre « pod » nous prend déjà un peu de temps. A Williamsburg, nous faisons une petite infidélité à Levain et ses cookies ce matin pour Martha’s Country Bakery et ses giga gâteaux. Son café est bon, ses (minis) gâteaux aussi, et pas chers. 

On tranche le programme. Nous allons visiter le quartier de Dumbo, un coin très agréable (jolies vues sur les ponts) et bien branché dans le borough de Brooklyn. Rien à voir avec l’éléphant, cela veut dire « Down Under the Manhattan Bridge Overpass« . Même s’il fait un peu frais, le soleil brille, on commence à pied pour rejoindre, sur les rives de l’East River, le Domino park (15 River St, Brooklyn), avec toujours ces vues sur la skyline de NYC. Il y a même un marché de sapins comme dans les films !

De là, après être passés sous le Williamsburg Bridge, on poursuit en ferry. 4$ le trajet, il existe plusieurs lignes qui permettent parfois d’éviter des correspondances un peu longues en métro. La ligne que l’on prend nous fait passer sous les ponts de Manhattan et de Brooklyn, la skyline et la statue de la Liberté en arrière-plan, c’est fantastique !

De retour sur la terre ferme à Dumbo, on balade gaiement dans le quartier, repérant les jolies terrasses (beaucoup sont fermées pour l’hiver, depuis octobre)… Classé et abrité sous un cube de Jean Nouvel, le Jane’s carousel, qui fête ses 100 ans, est magnifique… On va chercher un peu de chaleur dans le Time Out Market (55 Water St, Brooklyn), un (autre) food court dont il ne faut pas manquer pas le rooftop. On décide de casser une croûte : un petit bagel, un sandwich au poulet frit du sud et des frites… à l’indienne! Bon, le mélange n’était peut être pas très heureux…

Nous digérons avec la vue emblématique du quartier, l’affiche de « Il était une fois l’Amérique ». Tout le monde est au courant, c’est blindé de gens qui… font des drôles de photos. C’est à l’intersection de Washington St et Water. Vous aurez l’Empire State Building parfaitement cadré dans l’arche du Manhattan Bridge… 

On parcourt le quartier (très sympa, c’est vrai) et on cherche l’accès au mythique pont de Brooklyn (sur Prospect et Cadman), c’est mieux d’y être au lever du soleil, pour l’avoir (presque) juste pour soi, mais là franchement ça va… On n’est pas nombreux, il est magnifique et on se marre en voyant la nouvelle mode touristique : les « toy shows » (la perche à selfie 2022). En gros, des vendeurs ambulants vous prennent en vidéo sur une plateforme qui tourne, sur la musique Empire State of Mind de Jay-Z et Alicia Keys. Pour une dizaine de dollars, ça donne un truc sympa pour se la péter au retour. Il y a aussi plein de vendeurs à la sauvette avec des contrefaçons (et même des trucs sympas).

On le traverse en entier (environ 2 km, à faire dans ce sens pour voir la skyline) et on se retrouve… là où on était le premier jour (sans l’avoir vu lol!). On saute dans le métro, direction Grand Central (89 E 42nd St), la gare légendaire au design d’exception. Vous l’avez sûrement déjà au moins vue dans un film : les Avengers récemment, Je suis une légende ou alors une scène mythique de l’Impasse (Carlito’s Way). Après son hall spectaculaire, nous faisons un tour au sous-sol, dans le food-court, pour tester la galerie des murmures qui se trouve devant l’Oyster’s bar. Quand l’un de nous murmure dans un coin, l’autre l’entend parfaitement bien à l’opposé ! Tout ça grâce à la structure des arches.

Pas le temps de philosopher, on a réservé à 15 heures un autre observatoire, le troisième de notre séjour, le Summit One Vanderbilt (45 E 42nd St), l’un des petits nouveaux. Cela nous a coûté une blinde : 39$ le billet de base + 20 avec l’ascenseur final + quelques dollars en plus suivant. l’horaire. Et, comme d’hab, on voulait y être au coucher du soleil.

C’est en fait une expérience. On commence par une fouille, on met ses pieds dans des chaussons en plastique (pour ne pas abîmer les miroirs partout) et on va enchaîner les étages (attention, on ne peut pas revenir en arrière). Les premiers font tourner la tête (mieux vaut mettre des lunettes de soleil !), le temps de s’habituer à toutes les surfaces réfléchissantes… La vue est à couper le souffle. Bon, les gens font n’importe quoi. D’ailleurs, il est vraisemblablement d’usage de s’habiller en paillettes pour que la lumière « réfléchisse » mieux sur les photos. Puis on enchaîne avec la salle des ballons métalliques, une avancée au-dessus du vide (ils vous prennent en photo mais vous avez 30 secondes pour faire les vôtres !). Le soleil se couche doucement tandis qu’on monte les paliers… L’extérieur est bluffant, il y a un bar, une vue démente sur l’Empire state building et, contrairement aux précédents, sur le magnifique Chrysler building.

On n’avait pas tout compris à la réservation, mais il nous reste « l’ascent », un ascenseur de verre suspendu dans le vide… On y va (en flippant un peu, on avoue!), mais ça passe. Le gift-shop est hors de prix, on repart. Au final, nous y sommes presque restés presque 3 heures!

Vu que nous sommes ici, on fait un tour du quartier : , la gare vue de l’extérieur, la NY Public Library (476 5th Ave) et Bryant Park, passé en mode marché de Noëvl! Il y a plein de petits stands, des bars (chauffés), une patinoire, même de la raclette ! Et du cidre, du vin chaud et des smore’s. On est en plein film de Noël, ça y est ! 

De retour dans notre quartier, tout à fait différent des autres jours (c’est Friday night, comme dirait Katy Perry) et on… cherche à manger. Pas toujours évident quand il y a autant de choix (et qu’on flippe de s’en mettre pour 100 balles à peine assis). On ré-opte pour de la cuisine asiatique (on est fous de ces dumplings) en suivant les conseils d’une Roadette. On va chez Vanessa’s (qui a plusieurs restos dans la ville). C’est bon, pas cher (moins que Shake Shack), ça nous réchauffe et nous remplit. On finit la soirée au bar de l’hôtel (le Clinton Hall) car si on bosse dans la chambre, on tombe. Au fait, on vient de fêter nos 100 km à pied (et ce n’est pas fini).

  • Notre hébergement : Pod Brooklyn (247 Metropolitan Ave, Brooklyn, New York). Note : 7/10. Bien placé, proche de l’animation de Bedford Avenue et du métro. Et abordable ! En revanche, les chambres sont un peu petites si vous avez pas mal de bagages. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Time Out Market (55 Water St, Brooklyn). Note : 8/10. Du choix pour contenter tout le monde, un chouette rooftop. Au top. Vanessa’s Dumplings (310 Bedford Ave, Brooklyn). Note : 8/10. Très efficace (et abordable)
  • Nos visites : Domino Park, Dumbo, Brooklyn Bridge, Grand Central, Summit One Vandervilt Bryant Park…
  • Nombre de kilomètres parcourus : 11 km. Total : 102,3 km

J10. Lost à Red Hook puis à Long Island City

Samedi 19 novembre 2022. L’heure est à un changement d’hôtel… et donc aux bagages. Pas une sinécure, on a réussi à foutre un de ces bouzous dans un si petit espace ! Un dernier café de chez Martha et nous sommes prêts. Encore une fois, on laisse les valises à la réception et on reviendra les chercher le soir, c’est plus simple.

Vous êtes nombreux à nous envoyer des messages inquiets : oui, une tempête de neige a bien frappé l’état de New York, mais bien plus au nord, vers Buffalo. Ici, il fait de plus en plus froid mais à priori, pas un nuage à l’horizon. On balade dans Williamsburg, sur Bedford avenue, bien agitée en ce début de week-end.

Quelques emplettes dans une enseigne vintage (à prix pas plus cher que du neuf!) et nous voilà à l’eau. On va reprendre le ferry, car aujourd’hui, nous prenons la direction de Red Hook, un quartier de Brooklyn hors des sentiers battus que JP reluque depuis le début de nos préparatifs. 

Au bout de deux ferries (et sous le ballet des hélicoptères), on débarque à Red Hook, qui doit son nom à son sol rouge argile et sa forme de crochet. Ce quartier, en pleine gentrification, doit faire face aux risques d’inondations. Fait rare, c’est le seul endroit d’où l’on peut voir la statue de la Liberté de face.

Ce samedi, le quartier est hyper calme, et on le sent presque refermé sur lui-même. C’est à la fois authentique et branché ; ça donne envie de revenir l’été. Il y a des restos super cool comme le Brooklyn Crab, avec ses airs de Floride, ou l’Hometown BBQ du Texas, de jolies petits immeubles, des chats (ça change des chiens qu’on voit partout!). L’architecture est magnifique. Nous, on va casser une pince au Red Hook Lobster Pound (284 Van Brunt St, Brooklyn). On voit les homards, que le propriétaire va chercher dans le Maine chaque semaine, dès l’entrée (snif). Après une étude minutieuse de la carte, on prend une soupe (une New England chowder), un sandwich « roll »  au homard et son cousin au fromage grillé ; on y ajoute les frites au fromage et au homard (ça, une merveille) ! La note est salée mais c’était l’occasion ou jamais.

Le jour tombe déjà lorsqu’on ressort en roulant. On va vite voir le coucher de soleil près de la statue de la Liberté au Louis Valentino, Jr. Park and Pier. Il fait frisquet, mais c’est magnifique ! On attrape au passage l’une des stars du quartier : une Key lime pie floridienne de chez Steve’s Authentic Key Lime Pie (185 Van Dyke St, Brooklyn).

De retour au ferry, on se rend compte que le prochain n’arrivera que dans une heure… On se rabat sur le bus, puis sur le métro. Cool, on prend un bout de l’aérien et on passe par la station aussi culte que son nom est imprononçable : Hoyt-Schemerhorn. C’est là qu’a (notamment) été filmé le clip Bad de Michael Jackson !

Encore un peu de marche et on revient à Williamsburg, récupérer nos bagages. Un taxi nous emmène à un nouvel hôtel, à Lic (Long island city, dans Queens). On n’est pas loin mais dans un autre monde. Le quartier est calme, l’ambiance différente mais tout aussi agréable.

Accueil sympa, boissons chaudes à volonté, rooftop ouvert non stop et chambre (bien que standard) du triple des précédentes ! Bien que notre dernier repas ne soit pas loin, on va fêter ça dans une institution du quartier, le Court Square Diner (45-30 23rd St, Queens), ouvert depuis 1991 et 24/24. Un gyro, un club sandwich, de la chaleur, le bonheur ! Demain c’est dimanche et on va essayer d’aller à la messe. 

  • Notre hébergement : LIC Hotel (44-04 21st St, Queens). Note : 8/10. Non loin du métro, cet hôtel de Queens est un vrai bon plan qualité/prix. C’est propre, les chambres sont grandes, le petit dej est inclus, il y a un rooftop, une laverie et l’accueil est cordial. Bingo. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Red Hook Lobster Pound (284 Van Brunt St, Brooklyn). Note : 8/10. OMG les frites au fromage et au homard. OMG le grilled cheese. OMG l’addition. Court Square Diner (45-30 23rd St, Queens). Note : 8/10. C’est pas cher, c’est authentique, la carte est variée et c’est bien bon.
  • Nos visites : Red Hook et Long Island City
  • Nombre de kilomètres parcourus : 11 km. Total : 113,3 km

J11. Lost à la messe gospel de Brooklyn Tabernacle et dans les Brooklyn Heights

Dimanche 20 novembre 2022. Aujourd’hui, c’est dimanche (et donc messe gospel et brunch, normalement). A Harlem, c’est apparemment un peu compliqué pour les touristes, les églises n’ont pas forcément rouvert au grand public, donc nous nous tournons vers la Brooklyn Tabernacle (17 Smith St, Brooklyn). On traîne un peu (OMG, on a un petit-déj inclus à l’hôtel!) et il y a des messes à 9h et midi, celle qu’on vise.

Ca caille sévère ce matin (1°C au réveil). On traverse le quartier (LIC, Long Island City, dans Queens), on va voir le (mythique) panneau Pepsi de Gantry Plaza State park. Il est un poil à contre-jour, mais la vue sur la skyline est fantastique (c’est un top lieu pour le coucher du soleil). On chope le métro et on arrive en avance à l’église.

A la Brooklyn Tabernacle, tout le monde est en mode cool, et on est très bien accueillis. On nous explique comment ça se passe, que si on veut rester tout le long on peut se mettre en bas. Mais si on veut se barrer entre temps, le balcon de l’étage est plus indiqué. Nous ? on ne sait pas trop… A cette période de l’année et cet horaire, on pourrait se mettre au premier rang mais on préfère la vue de l’étage… C’est forcément hyper différent de chez nous, à l’américaine… Ca commence par des chants (le choeur a reçu plusieurs Grammy awards).

Il y a du merchandising, c’est retransmis en direct sur internet (vous pouvez d’ailleurs revoir celle ci ou suivre les prochaines célébrations), le pasteur Jim Cymbala, qui dit revenir de la mort ou pas loin, accueille les nouveaux paroissiens et donne un long sermon (qui ne manque pas d’humour). Avec sa femme Carol, il a repris l’église en 1971. Ils avaient alors 40 paroissiens. Ils en ont plus de 10 000 aujourd’hui

On reste jusqu’au bout (ça dure environ 2 heures); c’est gratuit mais la quête est faite à la sortie (un petit billet est toujours bienvenu); à moins que vous ne préfériez passer par… le gift shop, où l’on trouve des bouquins, des t-shirts…

Il fait un grand soleil, mais on se les pèle toujours sévère en sortant. On se promène dans le quartier de Brooklyn Heights (jolies rues; Montaigue, Pierrepont…). On trouverait bien refuge quelque part, mais tout est blindé en ce dimanche ensoleillé (ça doit être comme ça en haute saison, mais pour l’instant on était plutôt tranquillous…). Le bar à chat de Brooklyn étant complet, on se retrouve au Time Out Market, plein à craquer lui aussi. Il y a des moments, il faut s’asseoir au chaud, boire un coup et grignoter un truc (ce qu’on fait).

On ressort au coucher de soleil, très chouette dans le quartier de Dumbo… On prend un (long) métro pour retrouver Queens, où l’on dort désormais. On a aussi fait le point sur ce qu’il nous reste à voir (enfin, quelles sont nos priorités, car même si on a la chance de rester longtemps, on est très loin d’avoir tout vu!).

Petit arrêt à la Rockaway Brewing Company (46-01 5th St, Queens), conseillée par une Roadette. Pas mal, mais encore loin de l’esprit de nos brasseries habituelles. Et que dire de la mascotte des lieux, le chat Brownie, qu’on n’a malheureusement pas pu voir… Il dormait entre les cuves, c’était pas possible, et de toute façon le bar était plein de… chiens ! On ne voit qu’eux ici, et on vous reparlera de tout le business autour (fringues, nourriture, parcs, dog sitters, assez hallucinant, même pour nous !). Arrêt au deli et retour à l’hôtel, pour une petite soirée pique-nique en chambre et lessive, devant les American music awards… 

  • Notre hébergement : LIC Hotel (44-04 21st St, Queens). Note : 8/10. Non loin du métro, cet hôtel de Queens est un vrai bon plan qualité/prix. C’est propre, les chambres sont grandes, le petit dej est inclus, il y a un rooftop, une laverie et l’accueil est cordial. Bingo. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Time Out Market (55 Water St, Brooklyn). Note : 8/10. Du choix pour contenter tout le monde, un chouette rooftop. Au top. Rockaway Brewing Company (46-01 5th St, Queens). Note : 6/10. Le lieu est joli, la bière était correct, l’accueil à la limite de l’irrespect. Big up aux deux dames qui faisaient des tacos.
  • Nos visites : Brooklyn Tabernacle, Brooklyn Heights, Dumbo, Queens
  • Nombre de kilomètres parcourus : 10,6 km. Total : 123,9 km

J12. Lost à Roosevelt Island, à Times Square, chez les Rockettes et au Ellen’s Stardust.

Lundi 21 novembre 2022. Cap sur une journée ENORME, pleine de trucs qu’on attendait ! On commence par un lever de soleil (certes caché derrière les gratte-ciel), un petit-déj (quelle joie d’en avoir un inclus au LIC Hotel, ça évite de courir chercher du café) et on file. Le froid est toujours là mais semble bien plus supportable qu’hier…

Arrêt photo à la station de Queensboro Plaza (métro aérien, skyline and co en arrière -plan)…. Nous commençons la journée par Roosevelt Island, (fausse) petite île entre Queens et Manhattan sur l’East River, à un arrêt de métro de notre hôtel. Si calme et sympa qu’on aurait pu y dormir. D’ailleurs, on est passé par l’hôtel Graduate, une chaîne qu’on adore, qu’on avait listé et que vous nous aviez aussi recommandé. Malheureusement, le rooftop était fermé (enfin… ouvert à partir du mercredi soir en ce moment et non, on ne peut toujours pas aller voir…).

Quasi seuls au monde, on fait une chouette balade vers la pointe sud avec la skyline et le siège de l’ONU en fond (pour info, ce dernier a un graff récent du street artiste Kobra). Outre le mémorial au président éponyme, l’île abrite un refuge pour animaux (chats, oies, etc) et une faune et une flore assez remarquables…. Il y a aussi le Smallpox hospital, un hôpital abandonné et classé. Construit pour endiguer une épidémie de variole, il a fermé dans les années 1950 et a la réputation d’être l’endroit le plus hanté de New York. Il est présent dans plusieurs films, romans et même jeux vidéo ! Il est en cours de restauration, car vraiment en ruines.

Comment rejoindre Manhattan depuis Roosevelt Island ? En téléphérique bien sûr (lol); leur réseau de transport, bien qu’il donne le tournis est tout bonnement hallucinant. Et presque tout est accessible avec la Metrocard (exception faite des bateaux de NYC ferry)… Le téléphérique, on vous le recommande vraiment.

On traverse l’Hudson River sans trop de vertige puis un quartier où l’on n était pas encore allés, pour rejoindre Times Square. C’est beaucoup plus calme que le week-end dernier ! Nous, on cherche la star du coin (de rue) : le Naked Cowboy (aka Robert John Burck). Une attraction vivante de Times square, en boots, slip et stetson (il est aussi ailleurs le reste de l’année)… là depuis 1999 ! Bref, on voulait trop le voir, on a demandé, il était pas là. Il est le plus souvent entre les 44e et 45e rues, vers Levis, autour du déjeuner, mais là personne. « Il est parti se réchauffer… » nous dit-on.

OMG le voilà, et il assure le show ! Et vas-y que je fais le BG, que j’attrape les gonzesses, les porte et leur met la tête à l’envers, que le joue un peu de guitare, que je papote avec les flics… Contrairement aux 50 Mickeys, Grinches, Sonic and co du secteur, le cowboy ne demande pas d’argent (mais c’est toujours recommandé de lui laisser un petit tip). Il a désormais son pendant féminin, sa femme Patricia, la Naked Cowgirl.

Et revoilà la question : qu’est-ce qu’on mange?!? On ne va pas dire qu’il n’y pas de choix (lol!), mais le coin est trèssss touristique. Le Burger Joint (119 W 56th St), un peu caché dans le hall d’un hôtel, est blindé, alors on se rabat, dans le secteur, sur un pub, le Playwright (202 W 49th St). Il est déjà décoré en mode Noël. Tarifs touristiques mais c’est bon, ils diffusent le match de foot.

Il est l’heure de se rapprocher (doucement) de l’un de nos grands rendez-vous du voyage : le spectacle des Rockettes, une institution qui remonte aux années 30. Une revue music hall au Radio City Hall (on dit de « danse de précision ») sur le thème de Noël… (1260 6th Ave).

Dès le hall, tout est féerique !!! Il y a évidemment plein de stands avec des souvenirs, de la bouffe (et de l’alcool). On s’installe. En après-midi, ce n est pas complet. Elles jouent leur Christmas Spectacular plusieurs fois par jour depuis le 18 novembre et jusqu’au 2 janvier. Le spectacle, qui dure 1h30, est fantastique, avec des chansons de Noël, des chorégraphies incroyablement millimétrées  comme le numéro légendaire des soldats de bois dominos (ou celui du bus, qu’on croirait voir rouler !). Le père Noël est là il y a des passages en 3D (avec les lunettes adéquates). Bon, en vrai, c’est presque trop tôt ; plus près de Noël aurait été mieux mais si vous êtes dans le coin à cette période cela est incontournable !!!! 

De retour à l’extérieur, on découvre de nouvelles décorations de Noël (wow)… C’est pas tout ça, mais on a un autre truc prévu : le Ellen’s Stardust diner (1650 Broadway), autre institution du coin. Un diner où les serveurs … chantent ! Tous ou presque viennent de shows de Broadway (ou rêvent d’y entrer) et rejouent les classiques entre un milkshake et un burger. Il y a tout le temps la queue (parfois sur plusieurs rues!) et ils ne prennent pas de réservations. On attend plus d’une demi heure (Delphine en profite pour écumer les magasins de souvenirs I love New York hors de prix) et nous y voilà.

C’est… fantastique! Le menu est sympa, la bouffe pas trop mauvaise et à prix correct pour l’expérience. Les serveurs font le tour de la salle fet ont le show. Ils chantent incroyablement bien (et spoiler : il y a régulièrement des jets de confettis!). C’est sur deux étages, avec un balcon au 1er d’où l’on voit parfaitement. Ohlalala c’est trop bien ! Cherry on the cake : on est … reconnus ! Valérie et Charles, deux Roadies, se retrouvent à la table voisine pour un anniversaire et crient Lost in the USA ! Difficile d’arracher Delphine d’ici… Pour le potin, c était un cadeau d’au revoir de nos collègues de boulot : on l’avait repéré mais c’est ce qu’ils nous ont offert (entre beaucoup d’autres) pour notre année sabbatique. A faire absolument. D’ailleurs, quand est-ce qu’on revient ?!. 

  • Notre hébergement : LIC Hotel (44-04 21st St, Queens). Note : 8/10. Non loin du métro, cet hôtel de Queens est un vrai bon plan qualité/prix. C’est propre, les chambres sont grandes, le petit dej est inclus, il y a un rooftop, une laverie et l’accueil est cordial. Bingo. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Playwright (202 W 49th St, Manhattan). Note : 6/10. Ca fait le taf. Ellen’s Stardust Diner (1650 Broadway, Manhattan). Note : 9/10. Une expérience de folie, une énorme ambiance, que ce diner chantant. Ne vous laissez pas refroidir par la queue, parfois énorme
  • Nos visites : Queensboro Plaza (Queens), Roosevelt Island, Téléphérique de Roosevelt Island, Times Square, Le spectacle des Rockettes au Radio City Hall
  • Nombre de kilomètres parcourus : 10,2 km. Total : 134,1 km

J13. Lost à Astoria (Queens) et à Brooklyn pour un concert

Mardi 22 novembre 2022. Réveil un peu dur ce matin après une journée pleine d’émotions ! On n’aura pas fait tout ce qu’on avait noté (too bad ça fera des occasions de revenir !) mais on a déjà bien ratissé la ville… Du coup, on peut se « permettre » d’être plus cool… (#lâcherprise).

On se décide sur le programme : on va d abord aller jeter un coup d’œil au quartier d’Astoria, au nord de Queens, qui a une vraie touche grecque. C’est parti, à pied et en métro. Il est immense… Après quelques rues aux noms hellènes, on se retrouve au bord de l’eau, pour une nouvelle vue différente sur la skyline, depuis le parc Socrates (32-01 Vernon Blvd, Queens) et ses sculptures…. Là aussi, les chiens sont rois ! On y reviendra, mais ça nous a vraiment sauté aux yeux ici… Les toutous ont leurs nounous, leurs vêtements, leurs propres parcs, un nombre assez incroyable de boutiques, et on voit que leurs maîtres leur sont totalement dévoués… Bref.

On va voir les graffs du Welling Court Mural Project (11-98 Welling Ct, Queens), on balade et on rejoint finalement le boulevard Ditmars, beaucoup plus animé. C’est ici que l’on trouve de super restos grecs, comme la Kyclades Taverne (qui a déménagé à quelques blocs). On tombe sur une friperie où, en un temps record, Delphine nous déniche un serre-tête Thanksgiving (c’est dinde euh dingue, il n’y a plus rien nulle part !) et une paire de ballerines Marc Jacobs à prix cadeau (15$).

Il fait un grand soleil, on se pose à l’une de ces terrasses extérieures (souvent chauffées et chouettes) héritées du covid… C’est le Rivercrest (33-15 Ditmars Blvd, Queens). Ils sont adorables, ont plein de super bières et les tarifs ont baissé : 6 dollars la bière, moins de 15 le plat… Du coup on reste un peu, d’autant que la France joue (et gagne) contre l’Australie pour son ouverture de la Coupe du monde… De quoi faire passer la journée méga (trop) vite.

Plutôt que de courir à Manhattan, nous décidons de repasser à l’hôtel, histoire de se poser un peu. On a récupéré les trucs oubliés à la brasserie l’autre jour, et définitivement, à Long Island City, c’est sur Vernon boulevard que ça se passe…

On organise un peu notre journée parade de Thanksgiving : réfléchir d’où on veut la voir, où on a le droit d’aller… car c’est plus compliqué qu’il y paraît ! Ce soir, on sort: nos collègues/pains nous ont offert un concert d’un groupe historique de New York, LCD Soundsystem, au Brooklyn Steel (319 Frost St, Brooklyn). Ce sont eux qui l’ont inaugurée il y a quelques années et oui, ils se sont remis ensemble… Le quartier est sympa, la salle aussi (tarifs de bière et dame pipi en rapport…) et on attend bien une heure avant que ça commence. C’est complet même s’ils sont en résidence plusieurs semaines. Show déments, à l’instar des lumières et de la scénographie (et y a des mecs à chapeaux de cowboys à Leds). Mythique quand ils entonnent « New York I love you« … 

C’est un soir à retourner au Court Square Diner (45-30 23rd St, Queens). On est laminés lol. Au menu : sandwich dinde et pâtes à la saucisse… Notre record de petit prix à New York : 39 dollars avant tip (d’habitude, c’est l’appetizer….) On roule jusqu’au lit, rideau ! 

  • Notre hébergement : LIC Hotel (44-04 21st St, Queens). Note : 8/10. Non loin du métro, cet hôtel de Queens est un vrai bon plan qualité/prix. C’est propre, les chambres sont grandes, le petit dej est inclus, il y a un rooftop, une laverie et l’accueil est cordial. Bingo. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Rivercrest (33-15 Ditmars Blvd, Queens). Note : 7/10. Hyper sympa et prix bien plus doux qu’à Manhattan. Brooklyn Steel (319 Frost St, Brooklyn). Note : 8/10. Salle vraiment bien foutue. Son excellent. Trois bars dont deux dans la salle. Court Square Diner (45-30 23rd St, Queens). Note : 8/10. C’est pas cher, c’est authentique, la carte est variée et c’est bien bon.
  • Nos visites : Astoria (Queens) et Brooklyn Steel
  • Nombre de kilomètres parcourus : 10,9 km. Total : 145 km

J14. Lost dans les préparatifs de la parade de Thansgiving

Mercredi 23 novembre 2022. Dernier petit-déj au LIC (c’était cool d’en avoir un, mais il y a foule ce matin !). JP met en oeuvre l’un de ses nombreux talents : (re)faire les sacs avec toutes les « merdes » que j’ai déjà ajoutées dedans (Delphine). Bien sûr, il y arrive et on commande un Uber. On tombe sur le plus sympa chauffeur qu’on ait eu, le bien-nommé « Trésor » (il a des origines belges). On parle foot, bouffe, société… Il nous dépose dans notre « nouvel » hôtel, au centre, à l’est de Midtown, dans le secteur de Central Station, qu’on appelle aussi Turtle Bay. On a simplement voulu se rapprocher de la parade et de la gare, d’où on part vendredi. C’est quand même New York ici ! On dort au Sonder The William, encore un en pleine transition (24 E 39th St, Manhattan).

On laisse juste nos bagages et on part en vadrouille. Petit tour du quartier de Midtown : le Sofitel de DSK (pas fait exprès, mais c’est un pan de notre Histoire, 45 W 44th St, Manhattan) et l’Algonquin, super hôtel où l’on avait dormi lors de notre premier voyage à NY (59 W 44th St, Manhattan). On entre dire « bonjour »; l’hôtel a toujours un chat, qui a la patte haute dans la haute société animale new-yorkaise… RIP Matilda, c’est désormais Hamlet (le Xe du nom), qui n’est pas de race mais rescapé de Long Island City, qui règne ici. Il s’est retiré au calme…

Petite pause shopping, histoire de voir ce qui se trame ici (tout est trop-top les filles, même les manteaux!); le Black Friday a déjà commencé. La veille de la parade de Thanksgiving, l’attraction est d’aller voir le gonflage des fameux ballons, « l’inflation », et, pour la première fois cette année (apparemment), l’assemblage des chars. Avant, ça avait lieu de nuit. On prend un peu peur en voyant la queue, mais ça va… Autour du Musée d’Histoire Naturelle, où ils sont exposés, on découvre les coulisses : comment ils lestent les ballons (sous un filet), les gonflent puis les préparent à s’envoler… Idem pour les chars. On s’est plaint du froid il y a quelques jours, mais là il fait un temps idyllique, presque chaud. A demain les ballons !

On file car on a rendez-vous… à la mairie, dans les services de police. Quand on a décidé de faire la parade de Macy’s, on a demandé des infos et ils nous ont proposé de nous accréditer, en tant que média (une procédure assez longue lol et galère). On l’a décrochée mais il faut aller à l’Hôtel de Ville, remplir des trucs, récupérer cette fameuse carte (délivrée par… la police !) et… la ramener à l’issue. Ce qui nous arrange pas vraiment puisque nous repartons le lendemain de la parade.

La question à 100 bucks autour de la parade ? Va-t-on voir Mariah Carey ? Elle a annoncé sa présence à la parade sur Instagram. A l’hôte de ville, ils pensent que oui, mais nous on a peur que celle qui n’a pas pu déposer le titre de « Reine de Noël » ne fera pas toute la parade mais chantera juste à la fin pour la TV (bon Delphine y croit quand même…).

Il commence à faire faim. On prend la route de Bryant Park, qui a un chouette marché de Noël où l’on est déjà passés… Bon en fait (relatif) enfer: queue partout, tout est cher, on se perd… Ca se finit en sandwich raclette à 20 balles, burger à moitié nu et quelques dumplings asiatiques… A la sortie, en voyant justement une pub de Mariah Carey (pour son whisky), Delphine aperçoit l’une de ses fixettes collector : le resort de Margaritaville (560 7th Ave, Manhattan), où clignote une statue de la Liberté (high tech et avec un verre à la main) énormmmmme ! On va y boire un coup. Changement d’ambiance, on se croirait en Floride!). L’hôtel a plusieurs bars-restos, des rooftops assez déments et même une piscine l’été… Oh non c’est pas vrai ?! On voit la « boule du Réveillon » de Times Square, la star du Réveillon ! Sur le chemin de l’hôtel, Delphine trouve des décos de Noël flambant neuves dans la poubelle… Vous imaginez la suite…

On checke-in (comme on peut, y a une soirée, et personne…). La chambre est cool et assez grande (et y a une baignoiiiire!). Là, on se coucherait bien, mais il y a encore tellement de choses qu’on voulait faire/voir! Notamment un quasi incontournable de NY: un speakeasy (comprendre bar caché à la sauce prohibition). Les plus célèbres sont complets pour plusieurs semaines : Please don’t tell (113 St Marks Pl), The Woo Woo (266 W 47th St), Beauty & Essex (146 Essex St)… JP en dégote un cool et pas trop loin, qu’on réserve fissa via Resy. Assez incroyable, il est à deux pas de Times Square, dans le métro ! C’est le Nothing Really Matters (210 W 50th St). Il est plutôt grand, al carte des cocktails correct (18$ pour info) et il y a même du caviar.

On ne sait pas vous, mais ce sont toujours les soirs où il faudrait qu’on soit sages qu’on fait n’importe quoi… Résultat: on se couche à plus de 2 heures du mat, après une errance pour trouver quelque chose à manger dans la chambre. Joe’s Pizza a une heure de queue, le CVS fait pas envie. Cela se finit avec salade et sushis très honnêtes de chez Walgreen’s (Duane Reed ici) On commence à sentir les 15 jours (de ville, de voyage…). Zou, demain c’est le Big-Day!  

  • Notre hébergement : Sonder the William (24 E 39th St, Manhattan). Note : 7/10. Un hôtel aux chouettes prestations dans l’est de Midtown. Tout se fait via une application. Il est en pleine transition. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Nothing Really Matters (210 W 50th St, Manhattan). Note : 7/10. Un speakeasy caché dans le couloir d’un métro. Bon cocktail. Ambiance feutrée.
  • Nos visites : Turtle Bay, « Inflation » de la parade de Thanksgiving, Bryant Park, Times Square et speakeasy
  • Nombre de kilomètres parcourus : 14,4 km. Total : 159,4 km

J15. Jeudi 24 novembre : c’est Thanksgiving, Lost dans la parade de Macy’s

Nous y voilà, l’un des objectifs qui nous a ramenés à New York : vivre Thanksgiving ici et la légendaire parade de Macy’s (le plus grand magasin du monde), qui a lieu chaque année (ou presque) depuis 1924. C’était la 96e édition. Elle est différente tous les ans, et consiste en un défilé de ballons géants et de chars… Outre les employés de Macy’s, des stars s’invitent dans le cortège. Nous avons donc vu de nouveaux ballons (Bluey, un chien bleu adoré des enfants, Stuart le Minion et la famille dinos de Sinclair), mais aussi aperçu Sean Paul, The Roots, Fitz and the Tantrum, Dionne Warwick, Paula Abdul, Gloria Estefan, Miss America, une partie de la team Pitch perfect, mais raté Jimmy Fallon et Mariah (on vous en reparle). 

La journée avait plutôt mal démarré. On s’est réveillés à la bourre (on ne va pas se plaindre mais on commence à fatiguer et on a fait n’imp hier soir), pas d’eau chaude, café renversé, plusieurs métros fermés ou trop bondés… La parade commence à 9 heures (8h45) au départ du musée d’histoire naturelle. Certains spectateurs (il y en a 2,5 à 3 millions au total) s’installent dès 4 heures du mat’ mais on n’avait pas le courage et pas sûr que ça soit nécessaire. 

Nous voilà donc presque à l’heure, sur la ligne de départ, vers la 77e rue sur Central Park West (la parade emprunte ensuite la 6e jusqu’à Macy’s)« . On avait fait une demande d’accréditation média à la Ville de New York (c’est la police qui les délivre et il faut remplir tout un dossier…) qui nous a permis de profiter de chouettes conditions. Nous avons pu balader au milieu de la route, en passant les barrières de police pour vous ramener de chouettes images.

Mais on en a aussi fait une partie en mode « normal », et il y a plein d’endroits chouettes où se placer (attention aux interdictions) et, même de loin, on voit très bien les ballons (beaucoup de New Yorkais les regardent d’ailleurs passer depuis Central Park). Avec un soleil au zénith, la matinée a été fantastique. On a pas mal crapahuté (Delphine avec une dinde vissée sur la tête, qu’elle a fini par trouver) pour voir le cortège de plusieurs endroits. On les a même vus démonter !

Les rendez-vous est retransmis en direct à la TV, et on ne voit pas l’arrivée! Mariah Carey, annoncée il y a quelques jours (Delphine était en transe) n’est en effet apparue qu’à la toute fin, pour chanter son tube de Noël, All I want for Christmas is you, juste avant l’arrivée du père Noël et le périmètre était bouclé, réservé à la télé (f….). Les fans pourront se « consoler »en allant à ses prochains concerts de Noel au Madison Square Garden et à Atlanta….et nous on regardera le replay

Il est midi, tout est fini d’un coup. On va tester le Yard House (575 7th Ave), giga pub de Times Square qu’on a repéré hier et qui se targue d’avoir la plus grande offre de bières pression du monde (plus de 200). C’est sûrement vrai, en tout cas très sympa et très bon pour casser unez croûte (un pretzel par exemple…).

Après une pause à l’hôtel (youpi, l’eau chaude est revenue), à 15 heures, on ressort pour aller faire un repas de Thansgiving. On a été surpris de voir que, bien que ce soit une fête familiale, plein de restos font un menu. On avait réservé au 230 FIFTH (230, 5e avenue), le rooftop adoré de Delphine, qui avait prévu un buffet (et organise toute l’année des brunches). En fait c’est à l’intérieur, dans la pénombre, à l’étage du dessus, et lez bordel, mais une tuerie! On se gave des classiques: dinde, farce, légumes, purée, tarte à la courge et aux noix de Pécan.

On monte digérer sur lez rooftop (toujours magnifique)…Il va nous manquer. C’est notre « dernière »soirée à New York, et je crois qu’on va la jouer sages…

  • Notre hébergement : Sonder the William (24 E 39th St, Manhattan). Note : 7/10. Un hôtel aux chouettes prestations dans l’est de Midtown. Tout se fait via une application. Il est en pleine transition. Pour voir et réserver
  • Nos bars et restaurants : Yard House (575 7th Ave, Manhattan). Note : 8/10. Impressionnant choix de bières et lieu immense. Carte de resto intéressante. 230 FIFTH (230 5e avenue, Manhattan). Super rooftop à Midtown avec une ambiance décontractée, pas guindée. Bulles à l’extérieur mais aussi un coin intérieur. Bières abordables. Notre deuxième passage était pour le repas de Thanksgiving, délicieux. .
  • Nos visites : Parade de Macy’s
  • Nombre de kilomètres parcourus : 10,4 km. Total : 169,8 km

J16. Lost un dernier matin à NYC, départ en train

Vendredi 25 novembre 2022. Encore un matin à New York, mais qui commence sous la pluie. On refait nos sacs, et JP part rendre notre accréditation à la mairie. Nous laissons les bagages à l’hôtel pour quelques heures et nous retournons chez Macy’s (151 W 34th St., Manhattan). Pour voir la dinde gonflable (et là où a chanté Mariah hier) et les superbes vitrines de Noël qui, ça y est, sont visibles. C’est magique !

Le petit renne, Tiptoe, est dans les vitrines, des peluches « dansent » et il y en a même des interactives (on peut se prendre en photo, activer les meilleurs sentiments du monde, etc). C’est surtout Black Friday aujourd’hui : la giga journée des soldes (oui, ici, ils font ça avant Noël); comme chez nous, les offres ont commencé avant, mais il y a la cohue chez Macy’s ! Petit passage chez Vans où JP investit dans des baskets rutilantes à flammes et chez Forever 21 (152 W 34th St., Manhattan), un magasin que j’adore (c’est moi, Delphine) et qui a des fringues pas chères et hallucinament créatives (jeans à trous en forme de coeur, strass, t-shirt rigolo). OMG leur rayon Noël ! Mini razzia. A moins 30-40%, c’est quand même l’occaz !

On finit chez Macy’s, au 9e étage, à « Holiday Lane », un « rayon » de décos de Noël de conte de fées (à 60%, en plus). Il y a des sympas de toutes les coeurs et des boules rangées par thèmes : NY, les chiens (et quelques chats), les pays du monde, l’alcool, le père Noël (de toutes les couleurs et sous toutes les coutures). Ça donne le tournis ! A l’étage du dessous, on tombe sur une file d’attente sans fin : celle pour SantaLand, le village de Noël de Macy’s (sponsorisé par Hallmark Channel), dans lequel se trouve (déjà!) le père Noël. Il faut réserver, et c’est complet pour la journée…

Si vous êtes dans le coin d’ici le 24 décembre, c’est comme dans les films ! Après un saut à la mezzanine (le niveau 1,5 où se trouve le visitor center, là où en théorie vous pouvez demander une réduc de 10% pour les touristes étrangers) et la collection spéciale parade, on file à l’hôtel récupérer nos bagages. Le train part à 15h40 de Penn Station, direction Chicago, et il faut y être bien une heure avant….Le taxi nous dépose à la gare, sous le soleil, et c’est parti pour de nouvelles aventures, que vous pourrez suivre dans un autre article.
PS : pourquoi on n’est pas tristes de quitter New York alors que la ville commence à peine à vivre à l’heure de Noël ? Parce qu’on y repasse, en coup de (vive le) vent, juste avant Noël, justement pour voir tout ça. 

  • Notre hébergement : le train New York – Chicago
  • Nos visites : Macy’s (151 W 34th St., Manhattan)
  • Nombre de kilomètres parcourus : 7,7 km. Total : 177,5 km

Ce qu’on n’a pas pu faire cette fois (tant mieux, ce sera pour la prochaine !)

Notre programme new-yorkais était conséquent (environ 20 pages) et l’on savait bien qu’on ne pourrait pas tout faire, d’autant plus que certaines activités ou certains lieux sont faits pour l’été.

À Manhattan, nous avons manqué quelques spots séries/ciné comme la maison d’Arnold et Willy, celle des Sheffield (The Nanny) ou l’immeuble de Leon. Nous ne sommes pas retournés voir le Flatiron. On aurait aimé passer plus de temps à East Village mais aussi à Greenwich/West Village. On a fait trois des cinq observatoires les plus connus. Manquent le Edge et le One World. Idem, pas de MET ou de zoo de Central Park.

A Brooklyn, on aurait aimé retourner à Bushwick mais on a manqué de temps. Pas la bonne période pour le marché de Smorgarsburg. On voulait aussi voir les quartiers de Park Slope, Gowanus et Prospect Heights. A notre grand regret, ce n’était pas la bonne période pour aller à Coney Island, Brighton Beach ou Rockaway Beach.

A Queens, manquait Flushing par exemple pour découvrir le vrai Chinatown de NYC, au bout de la ligne 7. Le Museum of the Moving Image avait l’air bien sympa aussi.

Nous n’avons pas eu le temps de visiter deux des cinq boroughs de la ville : Staten Island et The Bronx. Pour Staten Island, on n’ambitionnait rien d’autre qu’une balade en ferry devant la statue de la Liberté, un tour aux outlets et une balade dans les rues du borough.

Pour the Bronx, nous espérions voir l’authentique Little Italy de NY, mais aussi le zoo, le Yankee Stadium et pourquoi pas descendre les marches des Guason Stairs comme le Joker.  

Un grand merci aux assurances Chapka de nous accompagner dans ce nouveau voyage.

Vous aimez ce qu’on fait ? Offrez-nous un petit pourboire sur Tipeee

One response à “Liberty roadtrip 2022 #1 : New York en quinze jours

  1. Merci !!!! Quel plaisir de vous lire à nouveau.
    Je suis allé 3 fois à New York… On pense que tout a été dit, tout a été fait et pourtant.

    La dernière fois nous y étions allés avant Noël et avions adoré l’ambiance.
    Le MSG étant trop cher pour nous, nous étions allés voir les NETS à Brooklyn. Les places à 7$, nous n’attendions rien de particulier, mais…. Quelle claque ! L’ambiance, l’organisation, le lieu, tout était formidable!
    Nous avons notre rituel chez Tacos N°1 à Chelsea Market….

    Profitez bien et encore merci de nous emmener avec vous. Le texte, les photos, tout est au top !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.