Roadtrip

Road to 49 #8 : une éclipse au Texas pour finir en beauté

Article rédigé le 23 octobre 2023 , mis à jour le 8 avril 2024

Nous y voilà, ça sent la fin ! Voici la dernière étape de notre roadtrip Road to 49 (le programme par ici), qui nous a emmené, en presque trois mois, du Texas au Yellowstone, via la côte Est et le Midwest.

Vous nous connaissez, on ne pouvait « que » finir cette année sabbatique (et ô combien sympathique) dans notre cher Texas, et à Austin (voir nos bons plans). Ça tombe bien, ça coïncide avec un grand moment astral : une éclipse annulaire de soleil, le 14 octobre 2023.

https://giphy.com/gifs/jem-and-the-holograms-G2BOy53vZjp04

Petit rappel : le premier chapitre était consacré à la remontée d’Austin à Bozeman Montana, le deuxième à la visite du Yellowstone et du Grand Teton avec des amis, le troisième au Midwest, le 4e aux Virginie, à Baltimore et à Washington, le 5e à la première partie de la côte, le 6e à la Nouvelle-Angleterre, le 7e au foliage dans le Vermont et au retour vers Chicago. C’est fait : 49 états au compteur depuis notre premier voyage sur le sol US il y a 15 ans.

Comment nous suivre ? Ici et sur les réseaux sociaux : Facebook et Instagram, en temps réel. Le live, au jour le jour (ça sera soft, car on va surtout se poser (essayer pour une fois). Pas de programme à part une retraite dans le Hill country, la campagne autour d’Austin. A vite (avec votre café du matin, on sait que vous adorez ce moment). C’est parti.

CARTE RT ROAD TO 49

J65. Lost de Chicago au Texas

Vendredi 13/10/23. Après un vol Chicago-Austin qui s’est plutôt très bien passé (même un vendredi 13 avec American Airlines, c’est dire), nous revoilà sur « nos » terres texanes. Et bien loin du début de froid et de la pluie que l’on a laissés à Chicago, il fait une bonne trentaine de degrés lorsqu’on atterrit.

On n’est pas tout seuls, loin de là… Ohlala, entre le vendredi après-midi, le festival Austin City Limits qui se déroule en ce moment (voir ici), l’éclipse solaire de demain (on est là pour elle) et le Grand Prix de F1 dans une semaine, c’est la foule comme on n’en a jamais vu à l’aéroport d’Austin. On met presque 2 heures à sortir de l’aéroport avec la (nouvelle) voiture. Encore une Nissan Rogue, mais blanche (nacrée), plus massive et enfin immatriculée au Texas.

Nous faisons le point avec les copains qu’on doit retrouver ce soir pour une nuit… au camping ! Eux aussi sont encore dans les bouchons. On a deux bonnes heures de route pour rallier le secteur de San Antonio, sur le chemin de totalité de l’éclipse (qu’on espérait rediffuser en direct mais le réseau ne le permettra pas).

Mais avant d’arriver à San Antonio, petit arrêt chez un ami de toujours, Buc-ee’s, le castor roi des stations pour un petit ravitaillement et c’est parti.

Nous finissons par arriver au camping, qui se trouve dans un state park dans la banlieue de San Antonio, Government Canyon, que Cyril a réservé de longue date. On finit par retrouver les copains, en fait on va devoir dormir sur le parking (dans la voiture)… Allez, zou, l’aventure (scorpions inclus!).

J66. Lost au camping pour l’éclipse de soleil (de San Antonio à Gruene)

Samedi 14/10/23. Pas super confort la nuit dans la voiture à San Antonio… On se réveille avant le soleil (j’adore cette phrase), qui ne se pointe qu’à 7h30.
Les gens s’affairent. Le « spectacle » doit commencer vers 10h30, mais l’éclipse en elle même est à son pic à 10h54. Les mecs vont chercher le café.

Il y a des chasseurs d’orages (à la voiture trouée de traces de grêle), des familles, l’université, des scouts… C’est très différent de celle qu’on a vécue en Oregon, il y a (déjà!) 6 ans ! (c’était une éclipse totale de soleil, celle-ci est annulaire).

L’ambiance et la lumière sont particulières, il fait frais, et on voit déjà le « croissant » se former (avec les lunettes seulement). Le gros show, le « ring of fire », ne dure que quatre minutes mais c’est magnifique (toujours). Et même après. Mais clairement, si vous ne saviez pas qu’il y a éclipse et sans lunettes, ça pourrait presque ressembler à une journée « normale », avec une lumière un peu tamisée. D’ailleurs, une journée normale, c’est un peu ce qu’on vit avec les copains. Too bad, avec la sécheresse, il est interdit d’utiliser le feu de camp (vive le camping !).

On se sépare en début d’après-midi. On est cuits (lol). On s’arrête quand même (encore une fois) chez l’ami Buc-ee’s à New Braunfels. C’est hyper fréquenté le samedi en pleine journée, mais on arrive quand même à acheter plein de trucs et de quoi manger. Sacré castor. D’ailleurs, il n’arrête pas de s’agrandir et de faire des petits dans les états voisins et au Texas (bientôt à Amarillo).

On n’est pas loin de notre hébergement, à Gruene, et la tentation est grande d’y aller direct… Mais non, on se « force » à retourner au centre de Gruene, qui est en fait un quartier historique de New Braunfels, toujours hyper animé (surtout un samedi).

Toujours aussi magique : parking immense, beergardens animés de super concerts, shopping high level (allez voir le General Store, les Antique, Cotton Eyed Joe et plein d’autres magasins)… On adore. On s’arrête au Gruene Grove, où résonne le son d’un concert.

Il n’y a décidément que le Texas qui sache faire ça… Avec des enfants et des chiens qui courent sur la piste de danse et des bières à 5 dollars. On resterait bien (surtout DD !) mais force est de constater qu’on est vraiment crevés. De plus, le check-in de l’hôtel ferme à 21 heures, donc on ne s’attarde pas au concert…

Nous voilà à l’hôtel, le Gruene Outpost River Lodge (1273 River Terrace, New Braunfels, voir et résever.) au bord de la rivière. Bon, nous, on a plutôt droit au bord de l’autoroute avec les apparts voisins en travaux de lutte contre la moisissure, mais ça sent le lit et la liberté !

Un petit sandwich Buc-ee’s aux trois viandes, une salade, et on met la viande dans le torchon…

  • Notre hébergement : Gruene Outpost River Lodge (1273 River Terrace, New Braunfels). Note : 5/10. L’expérience aurait pu être bien meilleure car l’endroit est charmant en bord de rivière. Pas de bol, on nous a attribués une chambre à l’arrière, près de la route dans un bâtiment où nous étions seuls car les cinq autres chambres étaient en cours de traitement contre la moisissure (rassurant ^^). Voir et réserver. Dormir ailleurs à New Braunfels
  • Nos bars et restaurants : Gruene Grove (1263 Gruene Rd, New Braunfels). Note : 9/10. Beergarden incroyable au coeur de Gruene. Ambiance formidable
  • Nos visites : Government Canyon, Gruene
  • Vous cherchez quoi faire à San Antonio ? Voici notre article
  • Envie de venir à la prochaine éclipse le 8 avril 2024 ? Voici toutes les infos

J67. Lost dans le Hill country (de Gruene à Wimberley), en terres connues, pour le repos du Roadie

Dimanche 15/10/23. Ça fait bizarre de se réveiller sans être « pressés ». Et c’est justement ce qui se passe ce matin, on prend le temps. On va voir la rivière Guadalupe (il reste un peu d’eau) au bas de notre lodge et on retourne faire un petit saut shopping à Gruene, toujours aussi mignonne mais beaucoup plus calme en ce dimanche matin.

On prend la route pour rejoindre des copains dans une institution du barbecue, le Salt Lick, à Driftwood (18300 Farm to Market Rd 1826, Driftwood).

Sur le chemin, on reçoit un appel difficile de France: une alerte chat, à quelques jours du retour… On finit la journée en zombies, le coeur tourné vers la maison…

Les amis vont bien, et le Salt Lick aussi (il y a toujours plus d’une heure d’attente mais c’est direct si on prend à emporter et qu’on mange sur les tables ouvertes). On n’a pas d’appétit…

Allons surtout découvrir notre nouvelle « maison ». On rêvait de s’isoler quelques jours dans une cabane du Hill Country, ce sera désormais chose faite. On en a dégoté une perdue dans les bois (avec wifi et jacuzzi) dans les alentours de Wimberley… La Canyon Vista (voir et réserver). Il y a déjà un chat à la porte.

Ravitaillement chez HEB (le Walmart frais du Texas) et on se rencabane, en croisant biches et ratons-laveurs et en priant pour notre petit chat.

On va couper un peu 🙂

  • Notre hébergement : Canyon Vista. Note : 8/10. Retraite parfaite dans une cabane équipée avec cuisine, wifi, jacuzzi… et chats en option (renards et biches aussi). Voir et réserver. Dormir ailleurs à Wimberley
  • Nos bars et restaurants : Salt Lick (18300 Farm to Market Rd 1826, Driftwood). Note : 8/10. Un classique du Hill Country, toujours au top niveau ambiance
  • Nos visites : Gruene, Salt Lick, Wimberley

J68. Lost en cabane à Wimberley

Lundi 16/10/23. La nuit a été bonne, bien qu’entrecoupée d’inquiétudes et d’appels en France. Touchons du bois, Joy va mieux…

Bon, le résumé d’aujourd’hui promet d’être court. On fait ce qu’on rêvait de faire : rien. Enfin, « notre » rien : blog, mise à jour des articles, travail sur la refonte du site (oui, toujours en cours), programme des derniers jours, détente, « apprivoisement » (quel vilain mot mais qui existe) de nos voisins chats et « soaking » régulier dans le jacuzzi. On est seuls au monde… C’est exactement ce dont on rêvait…

Au point qu’on décide de rester toute la journée ici pour vraiment profiter des lieux. Le petit chat d’hier soir est revenu avec sa meute : on passe la journée avec toute la famille, et on se fait à manger à la cabane.

On va passer le coucher de soleil dans le jacuzzi et, surprise, un renard qui se balade ! On va encore en profiter un max avant de rentrer à Austin, demain.

  • Notre hébergement : Canyon Vista. Note : 8/10. Retraite parfaite dans une cabane équipée avec cuisine, wifi, jacuzzi… et chats en option. Voir et réserver. Dormir ailleurs à Wimberley
  • Nos bars et restaurants : RAS
  • Nos visites : RAS

J69. Lost du Hill Country à Austin

Mardi 17/10/23. Bon, la nuit a encore été troublée par les nouvelles de France… Et il fait hyper frais ce matin brrrr. Des biches nous attendent dans le jardin. Décidément, on adore ces cabanes, et quelle bonne idée pour finir un long roadtrip.

Il faut plier bagages assez vite (le check-out est à 10 heures et les règles assez strictes). On dit au revoir aux chats, en leur laissant des petits « souvenirs » pour viandards, et on retrouve le centre de Wimberley pour une petite séance balade au bord de Cypress Creek (asséchée par endroits)/shopping. Il y a de quoi faire, même si beaucoup sont fermés le mardi.

Cela nous permet de finir d’acheter quelques cadeaux (dont un « auto », une bague chapeau de cowboy déjà culte lol).

Ah et ça y est, on a testé le « Kava ». Plutôt bon et on s’est peut-être sentis (encore) plus cool.

Wimberley est vraiment une de nos happy places. On le sait, on est chiants avec notre Texas, mais la conclusion est toujours la même: ils sont tous sympas, tout ici a une « coolitude » particulière. On le sait, cet état a plein de défauts, mais l’accueil est toujours 6 étoiles, on s’y sent comme chez nous, surtout à Austin et dans le Hill Country.

When in Rome… On teste un nouveau resto de bord de rivière, le Creekhouse (14015 Ranch Rd 12, Wimberley), une aventure à 6 potes qui ont investi dans un resto donnant sur le lit de la rivière asséchée. Pas mal au final. De toute façon, à ce moment M, je crois qu’on trouverait tout génial !

On connaît déjà bien Wimberley, qui mérite mille fois son slogan de « piece of Heaven », mais on en profite pour faire un saut dans un coin qu’on ne connaît pas, le Ranch 7A (333 Wayside Dr, Wimberley, voir pour y dormir). Ils ont des lodges, de jolies cabanes donnant sur la Blanco River, des activités et surtout une « ville-fantôme » avec quelques bâtiments historiques, plutôt bien « faite », Pioneertown.

Le staff est occupé aux décos d’Halloween (oui, ça ne déconne pas, et on entre dans le dur là). On espérait voir le jackalope (à poils!) géant, mais le musée du cowboy, dans la ghost town, était fermé aujourd’hui… On se console avec quelques mule deers et on prend la route d’Austin, en choisissant l’itinéraire bis à travers le Hill Country… Ahhhhh…

La circulation se corse à l’entrée mais on a prévu de s’arrêter dans un lieu qu’on avait adoré la dernière fois (au début de ce voyage) et qui est passé en mode Halloween : le Sign Bar (9909 FM 969 Bldg 3, Austin), jonché de vieux panneaux et d’enseignes made in Austin.

Toujours génial. En plus il y a un chaton, terrorisé par l’omniprésence canine mais qui se laisse caresser. On traîne jusqu’à la tombée de la nuit pour voir les panneaux et les décos s’allumer…

Au programme : un Hopdoddy’s de fin (obligatoire mais pas celui de South Congress cette fois, 2438 W Anderson Ln. Suite 100, Austin), référence du burger, et le check-in chez les copains (quasi-vital !). On retrouve notre bien aimée salle de jeux (chat inclus, qui nous attend dans le lit). What else ?

  • Notre hébergement : Chez les amis. Voir les hébergements à Austin
  • Nos bars et restaurants : Creekhouse (14015 Ranch Rd 12, Wimberley). Note : 7/10. Super cadre, nourriture ok. Sign Bar (9909 FM 969 Bldg 3, Austin). Note : 9/10. Toujours incroyable comme lieu. Hopdoddy (2438 W Anderson Ln. Suite 100, Austin). Note : 8/10. Malheureusement de plus en plus petit. Mais les burgers déchirent toujours.
  • Nos visites : Wimberley, Austin

J70, 71 et 72. Last day in Austin

Mercredi 17/10/23. On est chez nous, à Austin, dans notre salle de jeux ! En plus, la journée commence avec de bonnes nouvelles: Joy rentre à la maison.

Au programme : matinée studieuse, un peu de lessive, et la « revisitation » des sacs pour être dans les clous. JP est en mode warrior (comme d’hab).

C’est (presque) fini. Du coup, on peut partir en vadrouille. Un petit frichti au Turnstile Coffee Beer Cocktails and Burgers (10025 Burnet Rd, Austin) et un Walmart final. On en profite pour faire (quasi!) tous les rayons, pour voir ce qui se fait (il y a tellement de choses malgré tout qu’on n’a pas chez nous) et faire quelques achats de dernière minutes (les incontournables sauces ranchs, merdouilles en soldes and co).

C’est déjà l’heure de rejoindre les amis pour un désormais traditionnel barbecue de fin. Cette fois, c’est à l’Oakwood BBQ (307 E Braker Ln, Austin), qui a un magnifique jardin sous les arbres où l’on est tout seuls. La viande est ok sans être transcendante (pulled pork et brisket un poil sec).

On finit la soirée à refaire le monde (et la fin des sacs). On rentre demain, la tête, les disques durs et les calepins pleins de choses inoubliables. On doit décoller tôt d’Austin direction Genève, via Washington, et reprendre la vie « normale » dans une dizaine de jours. Oh, et comme ça ne finit jamais ici, on a un dernier coucou d’un opossum.

Le vol retour s’est (super) bien passé, et on est arrivés sous le déluge, par 20 degrés de moins, à Genève après un vol Austin-Washington-Genève avec United.