Nos incontournables pour réussir son city trip à New York

Ahhhhh New York. Les Etats-Unis sans être vraiment les Etats-Unis. Une mégalopole mondiale, à la pointe, où l’on connaît tous « quelqu’un-qui-y-est-en-ce-moment-même ! » (réfléchissez, c’est vrai!). Une ville immense, démesurée, où tout donne le tournis : c’est la plus grande ville des Etats-Unis (et parmi les plus grandes du monde), avec plus de 8 millions d’habitants (sans compter son aire urbaine), 50 millions de visiteurs par an, 800 langues parlées, plus de 5000 gratte-ciels, cinq boroughs (quartiers/arrondissements : Manhattan, The Bronx, Staten Island, Brooklyn, Queens) et une multitude de « sous quartiers » sur quelques 1000 km2. Alors, on fait quoi ?

Notre dernière visite dans la Grosse pomme commençait à dater (2008, matez la photo, JP a des cheveux), on a donc pris du temps, plus de 15 jours, pour la (re)découvrir et (re)tomber amoureux, instantanément à l’hiver 2022.

Que faire pour un voyage réussi, que ce soit la première ou la 10e fois, que vous veniez 3, 5, 7 jours ou deux semaines ? Vu la « masse » et que tout y bouge encore plus rapidement qu’ailleurs, ce sera de toute façon impossible de tout voir en une fois. Nous y avons passé deux semaines en mode ratissage et on est loin d’avoir coché tout ce qu’on avait prévu; et pourtant, et vous êtes nombreux à nous l’avoir dit, merci, on a apparemment réussi à vous montrer des choses inédites ou, en tout cas, autrement.

Voici, selon nous, les choses incontournables qui vous permettront de saisir la quintessence de la Big Apple, même en quelques jours !

1. Réviser ses classiques

On a beau aimer sortir des sentiers battus et éviter les trucs (trop) touristiques, il y a un moment où il faut quand même (re)faire ses (grands) classiques (si ce sont des classiques, ce n’est pas pour rien!).

A New York, il y en a des tas, mais voici, selon nous, les inratables.

Le World Trade Center, l’histoire

Les attentats du 11-Septembre ont plus de 20 ans, et la planète entière a « vécu » le drame avec les New-Yorkais (vous vous souvenez certainement de ce que vous faisiez ce jour-là, hein ?!). Un pèlerinage/hommage est presque un passage obligé d’un voyage à New York, au centre. Depuis, le quartier a été reconstruit. Les tours jumelles ont laissé place à un émouvant mémorial – des bassins où l’eau s’écoule sans fin aux emplacements et le nom des victimes gravées -, à une nouvelle tour géante (One World), à un musée et mémorial (celui à l’initiative des familles, le 9/11 Tribute Museum, a fermé). Emotion absolue dans un tel lieu.

  • Adresse : le musée est au 180 Greenwich St, New York, Financial District
  • Tarifs et billets : à partir de 29$ (adultes). Billets aussi disponibles sur Ceetiz et Viator. Inclus dans le ticket CityPASS et dans GoCity NY
  • Site officiel

La statue de la Liberté, le symbole

Autre incontournable emblème de la big apple : la statue de la Liberté, Lady Liberty, monument classé. Un « cadeau » français (cocorico) signé Bartholdi, construite en 1886. On accède à son île en bateau depuis la pointe sud de Manhattan (Battery Park) et on peut aussi visiter Ellis island, haut-lieu de l’immigration américaine, dans la même journée. La dame mesure 93 mètres de haut, dont la moitié est le socle.

Ne manquez pas le musée, hyper intéressant et interactif, pour voir ses « vraies » proportions, découvrir ses secrets de fabrication et même son ancienne torche.

Accéder au piédestal est déjà top, mais rien ne vaut la montée dans la couronne ! Un rêve devenu réalité. Un peu compliqué pour les claustrophobes, mais quel spectacle tout en haut. Fermée à plusieurs reprises (pour diverses raisons de sécurité), la couronne venait tout juste de rouvrir après le Covid quand on y est allés.

Le National Park limite l’accès à la couronne à une cinquantaine de personnes par jour seulement. Mais ça ne coûte pas plus cher. Il faut juste penser à réserver plusieurs mois (4 ou 5 mois à l’avance).

  • Adresse : à droite de Castle Clinton, Battery Park, Manhattan. NY. Le départ se trouve à droite de Castle Clinton
  • Tarifs et billets : à partir de 25 $. La statue de la Liberty est un parc national mais le pass America The Beautiful ne vous servira pas. Vous payez, comme pour Alcatraz, le prix de la croisière. Attention, il faut réserver (le plus tôt possible) pour monter dans la couronne (même prix). Le site de la compagnie autorisée par le NPS est le suivant. Billets aussi disponibles sur Ceetiz et Viator avec une visite guidée. Inclus dans le ticket CityPASS et dans GoCity NY
  • Site officiel

Times Square et Broadway, l’effervescence

C’est certainement l’un des lieux les plus connus au monde – un peu comme nos Champs-Elysées : Times Square, dont le nom s’inspire du New York Times, qui avait ses locaux là il y a plus d’un siècle. Le « crossroads of the world » (« carrefour du monde ») est en effervescence permanente, avec ses écrans, ses néons et ses personnages en peluche à tous les coins de rue. Les grandes enseignes y sont (toutes) présentes. C’est aussi là que monte, chaque nouvel An, la fameuse boule devant des milliers de personne, et c’est dans ce secteur que se trouvent les salles de spectacle de Broadway (des 41st à 54th St entre les 6e et 9e avenues)

Ne manquez pas (s’il est là, en général plutôt à partir de l’heure du lunch) le célèbre Naked cowboy, le cowboy en slip (qui a désormais une cowgirl). Combien il prend ? En fait, rien ! (bon, JP lui a donné quand même, tips appréciés).

  • Adresse : Times Square, rendez-vous à l’angle de la 7e avenue et de W 47th. Les théâtres de Broadway sont dans ce secteur, dans un carré compris entre les 41e et 54e rues et 6e et 9e avenues
  • Tarifs et billets : la visite de Times Square est gratuite. Pour les billets de spectacles, le site officiel ou Superbillets
  • Site officiel

Central Park, le poumon vert

C’est LE grand parc de New York, à Manhattan, d’une quarantaine d’hectares. Il court entre la 59e et la 110e rues et entre la 5e et la 8e avenues. Et on ne fait pas que s’y promener ! Il y a un zoo (même deux), plusieurs plans d’eau, des terrains de sport, des jardins, la fontaine Bethesda, un obélisque, des sculptures (Alice au pays des merveilles, le chien Balto), des bateaux, des calèches, un mémorial pour John Lennon, un château avec une vue sublime (Belvedere Castle), un musée (le MET) et une patinoire l’hiver !

Et bien sûr, plein d’écureuils.

  • Adresse : nombreux accès sur la 59th st, Central Park West, 5e avenue et 110th st
  • Tarifs : gratuit. Pour les calèches, comptez 64$ pour 20 minutes (plus pourboire). Pour le MET, 30$ (adultes). Site. Pour le zoo, 20$ (adultes). Site ou Viator
  • Visites guidées en français avec New York en Français à pied (55 euros/pers) ou à vélo (75 euros/pers). Voir et réserver
  • Site officiel

L’Empire State Building, la légende

On vous en a déjà parlé (et on en reparle aussi après !). L’Empire State building est sûrement le plus célèbre des gratte-ciels de New York. Pour son histoire, son statut de quasi star de ciné… Mais c’est aussi sa silhouette art-déco qui le rend si reconnaissable dans la skyline, du haut de ses plus de 380 mètres. Pendant 40 ans, (1931-1971), il a été le plus haut gratte-ciel du monde avant d’être détrôné par l’ancien World Trade Center. Il porte le nom du surnom de l’état (Empire State).

Ne soyez pas étonnés : la couleur de son éclairage change très souvent selon les événements !

Manhattan, le coeur

C’est l’épicentre. Des cinq boroughs de New York (Manhattan, Brooklyn, Staten Island, Queens, The Bronx), Manhattan est le coeur financier, culturel et économique de New York. L’île de Manhattan, délimitée par le fleuve Hudson, l’East River et la Harlem River, avec sa skyline unique au monde, est le passage obligé de tout voyage dans la grosse pomme. On y retrouve les principaux sites, les principales attractions et une atmosphère unique… et variée. La vie à 1000 à l’heure de Midtown et FiDi, la verdure de Central Park, des quartiers communautaires (Chinatown, Little Italy, Harlem…) et des quartiers où il fait bon vivre, se promener et sortir.

  • Visites guidées en français avec New York en Français dans plusieurs quartiers de Manhattan. Voir et réserver

Le pont de Brooklyn, le lien

On en reparle un peu plus loin mais c’est un grand classique. Le pont de Brooklyn est l’un des quatre ponts qui relient Manhattan à Brooklyn, de Civic Center à Dumbo. Sa structure, ses arches, ses vues en font l’un des lieux les plus photogéniques de la ville.

  • Adresse : accès côté Brooklyn (Cadman Plaza E) et côté Manhattan (City Hall)
  • Tarifs : gratuit
  • Visites guidées en français avec New York en Français de Brooklyn Heights, Dumbo et du Brooklyn Bridge. Voir et réserver

Les musées, le savoir

Il y a plus de 100 musées à New York, et une grosse poignée sont des institutions. Notre chouchou : le Museum américain d’Histoire naturelle. Parmi les poids-lourds, il y a aussi le Met (Metropolitan Museum of Art), le MoMa (Museum of Modern Art), le Guggenheim, le Whitney….

  • Adresses : Museum américain d’Histoire naturelle (200 Central Park West, Manhattan), Met (1000 5th Ave, Manhattan), MoMa (11 W 53rd St, Manhattan), Guggenheim (1071 5th Ave, Manhattan), Whitney (99 Gansevoort St, Manhattan)
  • Tarifs et billets : 28 $ pour le Museum d’Histoire Naturelle (aussi sur Ceetiz et Viator), 30 $ pour le Met, 25$ pour le MoMa (aussi sur Ceetiz et Viator), 25 $ pour le Guggenheim (aussi sur Tiqets et Viator), 25 $ pour le Whitney (aussi sur Tiqets). Le Musée d’Histoire naturelle et le Guggenheim sont inclus dans le ticket CityPASS. Le Musée d’Histoire naturelle, leMoMa, le Guggenheim, le Whitney sont dans GoCity NY
  • Sites officiels : Museum américain d’Histoire naturelle, Met, MoMa, Guggenheim, Whitney

2. Prendre de la hauteur depuis un observatoire

Pour prendre la mesure de la ville, rien de tel que de prendre de la hauteur. Cela tombe bien, les observatoires ici sont légion. Il ne reste plus qu’à choisir parmi les cinq principaux, dans Manhattan. L’Empire State Building est un classique, rénové récemment, classé 1re attraction des US et 3e du monde en 2022 par Tripadvisor. Le Top of the Rock un must et on voit l’Empire State, qui est quand même culte, et tous deux sont inclus dans le ticket CityPASS New York.

Il y a aussi Edge et sa plateforme suspendue au-dessus du vide et l’un des derniers arrivés, le Summit One Vanderbilt, très fun. C’est davantage une expérience, avec des miroirs partout, des ballons, un ascenseur en verre… Enfin, il y a le One World Observatory, plus haute tour de la ville, construite après le 11-septembre sur le site du World Trade Center.

Lequel choisir ? Si vous n’en faites qu’un, le Top of the Rock, pour sa position hyper centrale. Si vous faites la tournée : l’Empire pour le must-seen, le Summit one pour son côté moderne et instagrammable et le One World pour la nouveauté et le record. Voici des infos pour vous aider à trancher.

L’Empire State Building

C’est l’historique (1930’s), il a servi de lieu de tournage à plusieurs films (dont King Kong) et est inclus dans le ticket CityPASS. Observatoire en extérieur et en intérieur au 86e étage mais vous pouvez aussi grimper au 102e avec un supplément. Super muséographie et expos immersives en montant.

Le Top of the Rock

De la même époque que l’Empire (années 1930), le Rockefeller Center a aussi un observatoire et il est… top. Sur trois étages, dont le dernier en extérieur sans grilles ni vitres, c’est le seul, il offre une vue panoramique et très centrale sur la ville, avec de très beaux panoramas sur l’Empire State Building et Central park. Lui aussi propose une expo sympa et est inclus dans le ticket CityPASS. Attention, des travaux vont être effectués en 2023 (sans fermeture néanmoins).

Le Summit One Vanderbilt

C’est le dernier arrivé (en 2021). Impossible de se rappeler son nom (lol, avec les mots dans le bon ordre !) mais dur de l’oublier ! Dans l’ère du temps, instagrammable à souhait, le Summit propose, en plus d’une vue époustouflante (notamment sur le Chrysler Building), une véritable expérience : marche sur des miroirs, au milieu de ballons réfléchissants, etc. La visite, du coup, peut être assez longue (et la vue des toilettes est incroyable !).

Attention, une fois passé à la salle suivante, pas de retour en arrière. Il y a l’une de ces fameuses plateformes en verre sur le vide (la photo est payante mais on vous laisse 30 secondes pour faire la vôtre, soyez prêts!); un ascenseur vitré aussi, en option (pas incontournable selon nous). Il faut enlever ses chaussures. Préférez une tenue flashy, c’est mieux pour les photos.

  • Adresse : 45 E 42nd St, Manhattan
  • Tarifs et billets : à partir de 39 dollars (+ suppléments pour l’ascenseur et un cocktail au sommet). Disponible aussi sur Ceetiz et Viator
  • Site officiel

Edge

Dans le quartier d’Hudson Yards, Edge (traduire par « le bord » ou « le rebord »), est un observatoire toute récent aussi (2020). Il est peut-être à réserver aux amateurs de sensations fortes : cette plateforme, perchée dans le vide (« la plus grande de l’hémisphère ouest en plein air »), est en grande partie en verre. Il y a aussi des vitres inclinées et des expériences qui donnent le vertige… De quoi finir idéalement une balade sur la High Line.

  • Adresse : 30 Hudson Yards, Manhattan
  • Tarifs et billets : à partir de 38 dollars pour le billet classique. Disponible aussi sur Ceetiz et Viator. Inclus dans GoCity NY
  • Site officiel

One World Observatory

Au sommet du nouveau One World Trade Center, c’est désormais le plus haut gratte-ciel de New York. L’expérience (tout en intérieur) est travaillée comme un voyage.

  • Adresse : 117 West St, Manhattan
  • Tarifs et billets : à partir de 44 dollars. NB: il existe des packs avec le musée du 11-Septembre et la statue de la Liberté. Bons prix sur Ceetiz et coupe-file sur Viator. Inclus dans GoCity NY
  • Site officiel

Notre tip

Choisissez bien votre horaire ! Allez-y une bonne heure avant le coucher du soleil, afin de le voir, d’avoir une vue de jour et de nuit (si la période de l’année y est propice). Certains (comme l’Empire State) permettent de venir de jour et de revenir de nuit (le même jour), d’autres font payer plus cher l’heure du sunset… Et évitez, bien sûr, les jours de mauvais temps et de brume.

Combien ça coûte ?

Une quarantaine de dollars pour l’expérience minimum/de base pour un adulte (plus avec des suppléments), l’Empire State et le Top of the Rock sont les seuls inclus dans le ticket CityPASS. L’Empire, le Top of the Rock, Edge et le One World peuvent être inclus dans la carte GoCity

3. Un rooftop

Dans le même esprit, mais un verre à la main ! La conception de la ville engendre la multiplication des rooftops, ces toits terrasses transformés en bars (généralement très instagrammables), au-dessus ou non d’un hôtel. C’est the place to be en fin de journée, pour siroter un verre avec vue. Certains organisent des événements, des soirées, des brunches… Attention, tous n’ont pas les mêmes tarifs et les mêmes niveaux de ce qu’on appelle entre nous « proutitude ». Si certains ferment pour l’hiver, d’autres restent ouverts à l’année (avec chauffages, bulles et igloos en plastique). L’été, pas mal ont des piscines. Voici ceux qu’on a listés (beaucoup sont connus, la plupart sont à Manhattan et à Brooklyn).

Nous, on en fait plusieurs et eu un coup de coeur pour le 230 Fifth, sur la 5e avenue (230 5th Ave, Manhattan), détendu (presque roots), avec une vue à hauteur de gratte-ciel, une déco sympa avec plein de néons (et des peignoirs chauds quand il fait froid). La bière est à moins de 10 dollars (c’est vous dire !). Il y a même un coin fumeurs ! On y est allés plusieurs fois et on y a même fêté Thanksgiving.

On a aussi testé celui du CitizenM Bowery (le CloudM, 189 Bowery, Manhattan), le Westlight (de l’hôtel William Vale, chalets en hiver, 111 N 12th St, Brooklyn), le Water Tower (château d’eau de l’hôtel Williamsburg, 96 Wythe Ave, Brooklyn), ceux du Margaritaville (dont le bienommé « 5 o’clock somewhere », aussi cool que leur statue de la Liberté géante, 560 7th Ave, Manhattan) et ceux de nos hôtels (big up à celui du Pod39, l’Empellon Al Pastor, 145 E 39th St, Manhattan).

Voici ceux qu’on avait listés (pour une prochaine!) : The Crown (hôtel 50 Bowery), le Jimmy at the James (hotel, avec piscine, à Soho), le Mr Purple (sympa, piscine toute en long, au-dessus de l’hôtel Indigo Lower east side), l’ART Nomad de l’Arlo, le (photogénique et immense) Magic Hour (Moxy Times square), le culte Harriet’s rooftop and lounge (de l’hôtel 1 Brooklyn bridge, avec vue imprenable sur le pont), celui du Met aussi (Metropolitan museum)…

Notre tip

Là aussi, visez le coucher de soleil ou mieux, l’happy hour (quand il y en a). A noter que tous n’ouvrent pas toute l’année. Vérifiez bien que si celui de votre hôtel en a un et que vous y allez l’hiver, entre octobre et mars, il le soit bien, ça nous est arrivé plusieurs fois. Et vous pouvez tout à fait monter sans consommer ! Sauf exception, on vous laissera entrer : vous avez tout à fait le droit d’aller voir, claquer une photo et pourquoi pas repérer pour une prochaine visite. La plupart du temps, les mineurs sont acceptés en journée.

Combien ça coûte ?

Entrée gratuite (sauf exception), et on peut juste monter jeter un oeil, c’est quasi un sport local ! Selon les endroits, comptez, au minimum, une dizaine de dollars la boisson, mais plutôt entre 15 et 30.

Tellement un passage obligé qu’il y a des sites dédiés!

4. Manger à la new-yorkaise

C’est toujours un ingrédient-clé d’un voyage (et de la vie, non ?) : la bouffe ! Il arrive souvent que les voyageurs soient lassés des Etats-Unis, à force de (on cite) « toujours manger des burgers ». Selon les coins, même nous ça nous arrive…. Ça ne sera pas le cas à New York, on vous le promet, à moins de le décider. Même si, cette fois, on a essayé une adresse de fast-food chère au coeur des visiteurs : le  »Shake Shack ». Mais c’était une exception.

On mange quoi ?

D’abord parce qu’on y trouve toutes les cuisines, plein de marchés, de food trucks, et même des concepts qui naissent ici avant d’arriver chez nous… Ils sont à fond dans le « farm-to-table » (circuits courts, de la ferme à l’assiette). A tous les prix : autant vous pourrez payer un burger 30 dollars, autant vous pourrez grignoter par-ci par-là pour une poignée (de dollars, pas de burgers).

Commençons par les classiques. Un hot-dog évidemment. Ceux de Nathan’s famous sont les plus célèbres, ils organisent chaque année le concours du plus gros mangeur à Coney Island. Ceux de Papaya King sont aussi célèbres.

A New York, la pizza est aussi reine, généralement à la part (slice). Pour une giga part de pizza à plier en deux, parfois pour une poignée de dollars, rendez-vous chez Joe’s Pizza (cherchez la queue).

Citons aussi les restos italiens, la soul food d’Harlem (Sylvia’s), bagels, donuts, cupcakes, lobster rolls (sandwiches au homard, chez Luke Lobster notamment), le pastrami, sorte de rosbif en fines tranches à dévorer chez Katz’s Delicatessen, institution juive, en espérant avoir l’orgasme simulé par Meg Ryan dans Quand Harry rencontre Sally

Misez aussi sur les foodcourts. Ils y en a quelques-uns comme le Time Out Market (Dumbo, Brooklyn) ou le Chelsea Market, avec une offre et un choix hyper intéressants.

On a a-do-ré Chinatown et en particulier les dim sums, ces petits beignets vapeur à tomber (surtout quand il y a du bouillon dedans). En dessert: glaciers incroyables, donuts ou Oréo (inventés ici, à Chelsea Market!). Ça sera sûrement bon, ou au moins très beau!

A arroser de café (en quantité, surtout s’il fait froid, ça réchauffe les mains) ou de « chai latte » (thé au lait). Pourquoi pas avec un cookie de la Levain Bakery ?

La bière ? Il y en a plein… Pas de gros crush mais un passage à la Brooklyn brewery s’impose. Le cadre ? Authentique ou hyper travaillé.

Nos adresses préférées

En vrac, voici les adresses que l’on vous conseille : Joe’s Shangaï et le Nom Wah Tea Parlor (pour goûter à ces fameux dim suns/dumplings), le Katz’s Delicatessen, Ellen’s Stardust (le resto où les serveurs sont des chanteurs de Broadway!), le Cowgirl (menu original, du Sud, à tarifs presque doux), le Courtsquare diner (si vous êtes à Long Island City), les foodcourts comme Time Out Market, Chelsea Market, Levain bakery, les pizzas à la part, Shake Shack, le Yardhouse, Jackson Hole Burgers…

NB : les brasseries ne sont pas les valeurs refuges qu’on vous conseille d’habitude, dans d’autres secteurs des US. Ici, ce sont souvent des bars seulement. Visez les diners, souvent de bon rapport qualité-prix, à l’image du Courtsquare, dans Queens.

Notre tip

Si vous prenez dans un food truck, choisissez le bien. Misez sur les enseignes célèbres ou ceux des quartiers résidentiels, mais rien qu’à sentir l’odeur qui se dégage de certains, on se méfie naturellement ! Et si vous mangez sur place, n’oubliez pas le pourboire dans le calcul. Pour réduire le budget, essayez de seulement grignoter le midi, et de faire des provisions dans les supermarchés type Whole Foods, Walgreens, CVS et les marchés (en saison).

Combien ça coûte ?

Attention, comme tout beaucoup de choses à NY, manger coûte plus cher qu’ailleurs aux US… Même si on peut trouver de bonnes petites adresses (notamment en s’éloignant des coins les plus touristiques), attendez-vous à payer le café 5 dollars, la bière une dizaine et le moindre burger/plat 20 à 25 dollars. Avec le pourboire et les taxes, ça fait vite un repas en tête-à-tête (plat + boisson) qui grimpe à 70-90 dollars.

5. Trouver le bon spot pour une belle vue, le lever et le coucher du soleil

Ça y ressemble, mais c’est un peu différent de l’observatoire et du rooftop, puisqu’il s’agit davantage de trouver une vue sur la skyline (ou non, d’ailleurs), depuis le sol (ou pas tout à fait), au bon moment. Au bout de quelques jours (heures ?), vous serez vite rassurés : on tombe régulièrement sur des points de vue à couper le souffle, presque par surprise !

La High Line – Manhattan

Au sud-ouest de Manhattan, cette ancienne voie ferrée rénovée et transformée en grand parc, est une balade géniale, comme suspendue, de Meatpacking jusqu’aux Hudson Yards, quartier des (nouveaux) buildings hyper design (le Vessel, le Shed, Edge…), en passant par le quartier de Chelsea et son Chelsea Market.

Elle fait plus de 2 kilomètres mais on peut y accéder depuis différents endroits. Outre les perspectives sympas sur la ville, il y a du street-art et donc les stands alléchants de Chelsea Market.

  • Adresse : départ à l’angle de Gansevoort St et de Washington St. Le mieux selon nous est de la faire dans le sens sud-nord pour finir par le Vessel ou Edge
  • Tarifs : gratuit
  • Site officiel

Le pont de Brooklyn

Le Brooklyn bridge, pont suspendu légendaire, immortalisé dans de nombreux films, relie Manhattan à Brooklyn. On peut le traverser à pied (moins de 2 km), de préférence avec Manhattan face à soi. Le lieu est hyper photogénique et, il faut bien l’avouer, souvent bondé. Le lever de soleil et le coucher de soleil sont de très bons moments pour y venir.

Le Brooklyn Bridge Park et le quartier de Dumbo offrent de superbes vues sur la skyline.

  • Adresse : accès côté Brooklyn (Cadman Plaza E) et côté Manhattan (City Hall)
  • Tarifs : gratuit
  • Visites guidées en français avec New York en Français de Brooklyn Heights, Dumbo et du Brooklyn Bridge. Voir et réserver

Red Hook – Brooklyn

Ce quartier au sud de Brooklyn, très peu couru des touristes (on a l’impression d’être partout sauf à NY!) et accessible seulement par bateau ou avec un combo métro+bus, offre une belle respiration. Rendez-vous à la Louis Valentino Jr. Park and Pier.

C’est le seul endroit d’où l’on voit la Statue de la Liberté de face. Rappelons que son regard est tourné vers… la France.

  • Adresse : Louis Valentino Jr. Park and Pier, Ferris St &, Coffey St, Brooklyn. Accessible en ferry avec la South Brooklyn Route. Ou métro C jusqu’à Brooklyn puis bus B61
  • Tarifs : gratuit

La vue d’Il était une fois en Amérique, une photo légendaire – Brooklyn

Attention, autre vue hyper célèbre : le pont de Manhattan (voisin du Brooklyn), depuis Washington Street, avec l’Empire state building en enfilade. Plébiscitée depuis qu’elle a fait l’affiche d’Il était une fois en Amérique (Once upon a time in America), ça sera difficile d’être seul sur la photo.

  • Adresse : angle de Washington St et de Water St 
  • Tarifs : gratuit

Roosevelt Island et son téléphérique

Voilà une « île », sur l’East river, entre Manhattan et Queens, qui mérite une escapade. En arrivant, on la croirait inhabitée ! La balade est agréable et pas très longue jusqu’à la pointe sud. Il y a un ancien hôpital désaffecté (qui accueillaient les victimes de la variole) et un refuge pour animaux (chats, oies, etc). Pour y aller depuis Manhattan, le métro bien sûr mais surtout… le téléphérique (inclus dans la Metrocard).

  • Adresse : Roosevelt Island. Accessible en métro ou en téléphérique (avec Metrocard) 
  • Tarifs : gratuit
  • Dormir sur place : le Graduate, une chaîne qu’on adore. Voir et réserver

La promenade de Brooklyn Heights – Brooklyn

Ce quartier résidentiel aux rues charmantes offre surtout une magnifique promenade en surplomb de l’East River et des piers du Brooklyn Bridge Park.

  • Adresse : rendez-vous à l’angle de Montague et Pierrepont Pl, Brooklyn
  • Tarifs : gratuit
  • Visites guidées en français avec New York en Français de Brooklyn Heights, Dumbo et du Brooklyn Bridge. Voir et réserver

Le Domino Park – Brooklyn

On reste à Brooklyn. Autour de Domino Park, pile en face de Manhattan, plein d’installations de plein air. Et plein de travaux en cours, un peu plus au nord, qui annoncent plages et futures infrastructures. Aussi chouette de nuit.

  • Adresse : Domino Park, angle de S 1st St et River St, Brooklyn 
  • Tarifs : gratuit

En bateau, depuis l’eau

On en reparle plus loin, mais c’est un must pour avoir des vues panoramiques sur la ville et la skyline. Plusieurs solutions et toute une palette de prix. Dans le cadre d’une croisière, d’un trajet sur le réseau NY Ferry (plusieurs lignes, 4$ l’aller) ou, et c’est gratuit, en prenant le ferry pour Staten Island.

  • Tarifs et billets : 0 $ pour le ferry de Staten Island, 4 $ pour un trajet NY Ferry, entre 25 et 200 euros pour une croisière (incluse dans le ticket CityPASS et dans GoCity NY, voir aussi sur Ceetiz)
  • Site de NY Ferry

Le métro, en aérien

Le métro new-yorkais n’est pas que souterrain : il compte certaines lignes et stations aériennes, qui offrent de belles vues (et photos). Il y en a une dizaine (à l’extérieur de Manhattan). Par exemple : la ligne 7 (avec cette photo, ci-dessus, à la station Queensboro plaza). En dormant à Queens, on en a pris plusieurs.

  • Adresse : angle Crescent St et Queens Plaza S, Queens, New York
  • Tarifs et billets : un ticket de métro ou Metrocard

Depuis Central Park – Manhattan

Central Park n’est pas seulement le poumon vert de New York, c’est aussi un lieu où il y a plein de choses à faire et à voir. Notamment de superbe vues sur la skyline, entre les arbres centenaires. Pour des selfies réussis, rendez-vous devant le centre d’information (the Dairy), le zoo ou en haut du Belvedere Castle.

  • Adresse : The Dairy, Belvedere Castle ou le Central Park Zoo 
  • Tarifs : gratuit

Gantry Plaza State Park – Queens

Encore un bon point pour ce quartier (Long Island City, Queens) : une magnifique vue sur Manhattan, avec en prime un très photogénique panneau Pepsi-Cola datant de 1940 (entre autres) qui rappelle son passé industriel.

  • Adresse : 4-09 47th Rd, Queens
  • Tarifs : un state park mais gratuit.

Le quartier d’Astoria – Queens

Longer l’East River depuis Queens, et son quartier d’Astoria, offre des vues étonnantes, presque sauvages, comme autour du Socrate’s Sculpture Park.

  • Adresse : Socrate’s Sculpture Park, 32-01 Vernon Blvd, Queens
  • Tarifs : gratuit

Sunrise & sunset

Le soleil se lève à l’est et se couche à l’ouest (gros scoop !), ce qui correspond, à NY, à un lever côté océan, Brooklyn, Queens et un coucher côté « terres », New Jersey (à l’ouest de Manhattan).

  • Au lever du soleil : le Brooklyn Bridge Park est un must (avec quasi personne sur le pont). Aussi la High Line, Red Hook, le Gantry Plaza SP, l’Astoria Park
  • Au coucher du soleil : tous les observatoires, Battery Park, à la pointe sud de Manhattan, Red Hook et le Brooklyn Bridge encore. Depuis un bateau aussi

Depuis les airs, en hélico

On ne l’a pas fait (ce n’est pas trop notre truc), mais on peut aussi prendre vraiment de la hauteur avec un tour en hélico. D’ailleurs, dès l’avion, vous devriez avoir une belle vue des airs.

  • Tarifs et billets : à partir de 200 euros environ. Voir sur Ceetiz ou Viator

Notre tip

Soyez toujours sur place une bonne demi-heure avant, pour profiter de la fantastique lumière de la fameuse « heure bleue ». Checkez les horaires du lever et du coucher du soleil.

Combien ça coûte ?

Rien ! (sauf, peut-être, le moyen de transport). Ou alors, si vous choisissez l’hélico les Roadies.

L’info en plus

Le Manhattanhenge est un phénomène qui se déroule deux fois par an, vers le 29-30 mai et le 11-12 juillet. Le soleil se couche parfaitement dans l’alignement des rues de New York. Pour l’observer, plusieurs options populaires : le Tudor City Overpass, 14th St, 23rd St, 34th St, 42nd St et 57th St.

6. Un tour en bateau

Pour une vue et une expérience différentes, rendez-vous sur l’eau ! Le ferry est très utilisé comme moyen de transport à New York, et permet de relier différents quartiers (voir ici) pour 4$.

Celui pour Staten Island est gratuit. Comme la navette qui mène à Ikea Red Hook le week-end (voir ici, depuis Midtown/W39th St. & Pier 11 /Wall St).

Sinon, une croisière est incluse dans le ticket CityPASS et dans GoCity NY. On prend aussi le bateau pour aller visiter la statue de la Liberté (et Ellis Island). On peut aussi pousser jusqu’au New Jersey, pour voir New York d’en face. Il y a aussi des croisières classiques (Circle Line, incluse dans le ticket CityPASS et dans GoCity NY) ou à thème avec déjeuner, dîner, coucher de soleil

En saison, il y a même des croisières à … baleines ! A voir chez Seastreak.

Notre tip

Si vous devez n’en faire qu’un, choisissez le ferry pour Staten Island. Il est gratuit, la vue sur la statue de la Liberté est cool et, à l’arrivée, il y a de nouveaux outlets (magasins d’usine), les seuls de New York (Empire outlets). S’il vous reste des sous ou pour enfin payer un truc pas trop cher !

Combien ça coûte ?

Rien pour Staten island ou la navette Ikea, un ticket à 4$ pour le réseau NY Ferry, plusieurs dizaines ou centaines de dollars pour une croisière.

7. Du shopping !

Evidemment mes chewi(e)s, c’est l’endroit ! Bonne transition : les outlets de Staten Island donc (les seuls du secteur), la 5e avenue (si vous avez les moyens, c’est la rue la plus luxueuse du monde) et des tonnes et des tonnes de grandes enseignes et de magasins indépendants… Toutes les marques (ou presque) sont présentes à NY et beaucoup y ont leur « flagship store », leur magasin vitrine, ici, donc souvent en version XXL.

Nous, on y était juste avant Noël et on a vécu le fameux « Black Friday », le lendemain de Thanksgiving, mais qui commence en fait avant). De la petite boutique de créateur au « musée » de la haute couture en passant par les magasins de souvenirs (ceux des musées, accessibles sans aller au musée, sont cool, et n’importe quel resto a ses produits dérivés), les friperies et les petits marchés, New York est une Mecque du shopping. Les boutiques sont aussi belles que les trucs à vendre (gniark gniark). La déco, c’est un truc de dingue. Et je considère que magasiner, ça fait partie de l’expérience touristique (on n’est pas obligé d’acheter, sauf crush)… (signé Delphine).

Black Friday Movie GIF - Find & Share on GIPHY

Quels magasins viser ?

Voici un mix de ce qu’on a fait et ce qu’on avait noté:

  • Les I Love NY gift shops, en triant bien pour des souvenirs NY
  • Macy’s : leur rayon décos de Noël OMG, et c’est le plus grand magasin du monde! on a apparemment 10% touristes étrangers, allez voir au visitor center sur la mezzanine à l’entrée
  • Les boutiques des musées et monuments
  • Les friperies : l’enseigne Beacon’s closet est hyper connue, et celles de Williamsburg et Bushwick
  • Century 21 : pas une agence immobilière mais un giga magasin ouvert 24/24, fermé pour travaux lors de notre passage mais qui doit rouvrir en 2023
  • Les grands noms pour les vitrines (au moins) : Macy’s, FAO Schwarz (le piano du film Big et des mecs qui font la démo des jouets), Saks (qui a son propre spectacle de lumière pendant les fêtes), Bergdorf Goodman
  • Le Little Brooklyn market
  • Kiehl’s : cosmétiques d’ici
  • Urban outfitters : un classique pour nous
  • Dave’s pour les bons prix sur les jeans
  • Forever 21 : de la mode girly fantastique et décalée, même pas chère
  • American girl et Build-a-bear : les boutiques pour faire sa propre poupée ou son ours en peluche personnalisé
  • Le giga-méga magasin Harry Potter, le plus grand du monde
  • Les marchés de créateurs un peu partout (en saison)
  • Les magasins de sport (qui peuvent vous personnaliser une casquette)
  • Le magasin Broadway (the Broadway store)
  • Le Disney store de Times square
  • Les magasins « Christmas in NY » qui peuvent vous personnaliser les … boules
  • Lego Store : magasin vitrine avec quartier en lego
  • B&H : magasin photo et vidéo où les achats tombent par des tubes
  • Screaming Mimis : fringues vintage classés par décennies
  • CO Bigelox chemists : plus vieille pharmacie des USA, qui aurait accueilli Edison qui s’était brûlé en inventant l’ampoule
  • L’ex CBGB : ex salle de concert qui a vu naître le rock underground et est désormais un magasin pour hommes, John Varvatos
  • Et aussi : Grand Bazaar (le dimanche), MM’s World, Midtown Comic, Bloomingdale’s (pour faire son shopping comme Splash ou Tootsie), Abercrombie, Hollister, Tiffany & Co, NBA Store, Nike, Guitar Center (musique), Fish Eddy, Friends, Showfields (gadgets, « le plus intéressant magasin du monde »), Trash & Vaudeville, Prada (pour l’escalier spectaculaire), REI (dans l’immense et historique Puck building), Philip Williams Posters (une boutique d’affiches étonnantes, avec plein de françaises), un magasin de baguettes dans Chinatown (Yunhong Chopsticks), Powerhouse Arena (goodies, livres…) à Dumbo, le cordonnier de Lady Gaga, East Village Shoe Repair (enfin, elle lui a acheté une paire déglingo, et ma coiffeuse aussi!), Jimmy Jazz (et autres magasins hauts en couleur à Harlem), Brooklyn Superhero supply…
Glow Up Musical Theatre GIF by Pretty Woman: The Musical - Find & Share on GIPHY

Allez, une petite galerie pour les shopping-addicts !

Notre tip

Celui de Delphine : entrer partout, c’est comme ça qu’on repère !

Combien ça coûte ?

A vous de voir ! Vous trouverez toujours un vendeur de rue pour vous vendre une casquette (non officielle) des Yankees à un tiers du prix. Des trucs standards au même prix qu’ailleurs et des choses très très chères. En conclusion, forcément de quoi ramener un ptit (ou un gros) souvenir.

8. Un spectacle à Broadway

Photo: Rockettes

Encore un must ! Evidemment, c’est ici qu’il faut voir un spectacle, notamment une comédie musicale, à Broadway. Le choix est vaste. Les musts ? Ce sont les grands classiques et ceux dont vous connaissez l’histoire, même si vous maîtrisez peu l’anglais, sinon c’est le moment de solitude assurée. Le Roi Lion, une valeur sûre, fête ses 30 ans sur place (avec des figurants de la première heure! ), des nouveautés arrivent tout le temps… Des stars sont régulièrement à l’affiche (par ex, Hugh Jackman, lors de notre dernier passage). Retour vers le Futur est annoncé pour 2023, et un spectacle Harry Potter fait courir les foules…

Il y a également les show Candlelight de Fever qui font un carton. A voir ici.

Si vous êtes là en hiver, un grand classique : les Rockettes. Une revue de « danse synchronisée » sur le thème de Noël, jouée de mi novembre à début janvier. On y est allés et on a bien aimé !

Photo: Rockettes

Notre tip

De notoriété publique (on ne l’a pas testé), il y a des réductions le jour-même au TKTS (le grand escalier rouge) de Times square (ça ne nous a pas estomaqués en y jetant un oeil). Si vous n’avez pas le temps (le budget ou l’envie), un bon placebo consiste à aller passer la soirée au cultissime Ellen’s Stardust Diner (1650 Broadway, New York). Les serveurs sont des artistes de Broadway (ou en devenir), qui chantent les classiques entre deux commandes ! C’est, franchement, fantastique (et correct comme prix new-yorkais). La nourriture est honnête. Attention, pas de réservation (la queue peut être longue).

Combien ça coûte ?

A partir de 30 $ et jusqu’à 200$ pour des tickets classiques. Pour les billets de spectacles, rendez-vous sur le site officiel ou Superbillets

9. Assister à un match

Sans sexisme aucun dans la transition, c’est aussi (si la saison est en cours), l’occasion de voir un match : basket NBA (New York Knicks et Brooklyn Nets), basket féminin WNBA (Liberty), baseball LMB (Yankees), football MLS (New York Redbull), football américain NFL (Giants) ou encore hockey sur glace (Rangers)… Vous avez l’embarras du choix.

Que ce soit l’un ou l’autre sport, il y a des matchs toute l’année donc faites votre choix. Nous avions opté pour un match des New York Knicks (cadeau de Delphine) au mythique Madison Square Garden, en plein coeur de Manhattan. C’est une expérience exceptionnelle, un show unique, sur et en dehors du parquet, mais aussi un décalage avec la conception que nous nous faisons du sport en Europe. Mais c’est à voir, vraiment.

Pour acheter des places, c’est pas toujours évident. Le mieux est d’utiliser Ticketmaster ou Superbillets. Attention aux divers frais.

Notre tip

Allez, deux tips pour le prix d’un. Le basket vous tente mais vous n’avez pas visé particulièrement une équipe ou n’êtes pas intéressé par l’intérieur du Madison Square Garden. Direction le Barclays Center pour voir les Nets. L’équipe est meilleure, les places moins chères, et l’ambiance excellente. Autre tip si vous voulez vivre une expérience exceptionnelle. Des bonnes places (et pas de casse-tête pour les prendre) + fouler le parquet + tenter un shoot ! Que demander de plus ? C’est la Fan expérience proposée par Voyage en Français. A voir ici

Combien ça coûte ?

Là encore, ça dépend de l’équipe, du match, de la place… Ca commence à quelques dizaines de dollars pour grimper à des places à quatre chiffres en bord de terrain. Autre chose, les prix dans les food courts des salles sont élevés. Coucou les bières à 15$ au Madison Square Garden ! Le mieux est d’utiliser Ticketmaster ou Superbillets. Ceetiz propose aussi des places pour les Knicks. Attention aux frais.

10. Siroter un cocktail dans un speakeasy

Autre marque de fabrique de NY, mode ressuscitée de la Prohibition, allez prendre un verre dans un speakeasy, un bar (presque) clandestin. C’est le PDT (« Please don’t tell ») qui a lancé la mode dans les années 2000 et beaucoup de petits nouveaux continuent d’ouvrir, en particulier dans les quartiers branchés de Manhattan : East Village, Lower East Side, Greenwich Village, West Village, certains coins de Midtown…

Attention, il faut parfois réserver plusieurs semaines à l’avance, ou trouver un mot de passe sur Internet… Bref, ils jouent le jeu à fond.
Nous on a testé le « Nothing Really Matters » (comme la chanson de Madonna), à deux pas de Times Square, dissimulé dans… un couloir du métro (50 st Station).

Le speakeasy, c’est clairement l’endroit où prendre un cocktail, en soirée, à NY. Les endroits sont beaux pour les yeux et les cocktails meilleurs qu’ailleurs (notamment que sur les rooftops).

Voici quelques speakeasies qui nous faisaient de l’oeil

  • Apotheke (9 Doyers street, Chinatown)« 
  • Employees only (510 Hudson street, Greenwich village)
  • Sake bar Decibel pour son enseigne  »On Air » (240 E 9th, Noho)
  • Please don’t tell » (PDT) : emblématique, il faut composer le « 1 » dans une cabine téléphonique pour entrer (113 St Marks place, East village)
  • Blind barber : comme son nom l’indique, dans l’arrière-boutique d’un coiffeur (339 E 10th street, East Village)
  • Beauty & Essex : derrière un magasin de prêteur sur gages, plusieurs salles dont un salon de beauté (146 Essex street, Lower East Side)
  • Woo Woo : hyper funky (266 W 47th St, Hell’s Kitchen)

Notre tip

Si vous en visez vraiment un en particulier, réservez bien à l’avance (via Resy par exemple). Sinon, pas de panique; ça reste un bar, il y en a plein à NY ! (et d’autres speakeasies ailleurs dans le monde).

Combien ça coûte

Comptez à partir de 15 dollars la boisson, 20 le cocktail (+tip).

11. Chercher les graffs

NY est évidemment un haut lieu du street art, et du graff. Il y en a notamment beaucoup d’oeuvres signées du célèbre Eduardo Kobra , street-artiste brésilien reconnaissable à ses grandes fresques colorées, engagées et/ou de visages célèbres, présentes sur tous les continents !

Comme ailleurs, les street-artistes se déplacent, au gré des opportunités et des murs disponibles. En ce moment (2023), c’est à Bushwick (Brooklyn) que ça se passe. Un énorme événement street-art, la Bushwick art collective Block party a lieu chaque année (en août) et de nombreux murs sont transformés en oeuvres d’art. Toutefois, la gentrification (et l’opposition de locaux qui recouvrent leurs oeuvres) commence à les emmener ailleurs. Nous y avons aussi découvert des graffs… publicitaires ! On a appris plein de choses intéressantes lors d’une visite guidée avec Audrey et Fred, de « Voyage en français ».

Le reste, on l’a découvert seuls, en potassant et, surtout, en se baladant. Comme dans ce domaine (aussi), tout bouge très vite, on ne vous donne que des adresses « larges » (vous trouverez facilement l’adresse des oeuvres sur le net, avec des mots-clés).

Bushwick – Brooklyn

Rendez-vous autour de la station de métro Jefferson St, autour des rues Jefferson, Troutman et Starr (entre Irving et Cypress Avenue) et un peu plus au nord pour découvrir une multitude d’oeuvres. C’est une concentration assez impressionnante, même si, sur ce point, Wynwood à Miami, nous avait plus impressionné.

Williamsburg – Brooklyn

Ce quartier branchouille de Brooklyn (un peu l’ancien Bushwick) a aussi beaucoup de graffs, dont « la Mona Lisa de Williamsburg » de Steven Paul (angle Broadway Avenue et Bedford Avenue) avec une jolie perspective, au loin, sur le Williamsburg Bridge.

Freeman’s Alley – Bowery/Lower East Side – Manhattan

Cette petite allée, entre les quartiers de Bowery et Lower East Side, au sud-est de Manhattan, est une petite merveille graffée… Il y a un resto tout au fond. Rendez-vous au 8-10 Rivington St.

Queens

Queens est aussi au rendez-vous. A Long Island City (autour de l’animé Vernon boulevard) mais aussi à Astoria, le « coin » grec, au Welling Court Mural Project (11-98 Welling Ct, Queens). Chouette découverte, à suivre dans les prochaines années…



Un (petit) échantillon street-art :

Notre tip

Regardez un peu, sur sur le web et Instagram, ce qui se passe sur la scène street-art au moment de votre voyage. Ca bouge (aussi!) vite, certains quartiers se gentrifient et se « dé-graffent » tandis que d’autres ont le vent en poupe, et celui que vous vouliez absolument voir a peut-être été recouvert il y a plusieurs semaines… Et bien sûr, ouvrez grand les yeux !

Combien ça coûte ?

Gratuit. A moins que vous ne preniez une visite guidée dédiée (en français, voir ici), qui permet de comprendre le phénomène plus globalement.

12. Se croire dans un film

Alors ça, ça ne sera pas bien difficile ! New York a tellement été portée à l’écran dans des films, séries, clips, ou émissions qu’on a l’impression, en permanence, d’être dans un film… ou de connaître déjà la ville. La liste du site de référence, IMDB, recense plus de… 150.000 occurences ! Voici nos lieux de pèlerinage ciné préférés.

La caserne de Ghostbusters

Un film culte des années 80, toujours à la mode. Le quartier général des chasseurs de fantômes de SOS Fantômes se trouve dans une caserne de pompiers (la FDNY ladder 8), toujours en activité (et qui est d’ailleurs arrivée en premier lors des attentats du 11-Septembre). Difficile de la rater: le logo est partout et les pompiers tiennent un gift-shop (et il y a la foule devant).

Pour les fans, il y a plein d’autres lieux : la NY Lublic Libray, la bibliothèque, où apparaît le premier fantôme, l’appartement de Sigourney Weaver ou la statue de la Liberté (qui s’anime dans le numéro 2) etc. Pour voir les autres lieux Ghostbusters

  • Adresse : 14 N Moore Street, Tribeca, New York

Central Park

Dans la ville la plus filmée du monde, c’est certainement le lieu de tournage le plus immortalisé : Central Park (sa fontaine Bethesda, le Literary walk…)? Son zoo est celui du film d’animation Madagascar.

L’immense parc a été le décor de films comme Kramer contre Kramer (avec Dustin Huffman et Meryl Streep), Marathon man (le même s’entraînait le long du lac, sur Shuman Track), Elf (pour la bataille de boules de neige !), Il était une fois, Ready Player One, Cloverfield

Des apparts cultes (Sex and the City, Friends, Ghost…)

Et oui, ils habit(ai)ent tous (ou presque) à New York, même si les tournages pouvaient avoir lieu ailleurs. Quelle émotion de se retrouver devant l’immeuble de Friends, l’appart de Carrie ou des autres filles de Sex and the city (ci-dessus, Friends à gauche, Carrie à droite), celui d’Arnold et Willy, enfin, de Mr Drummond), la maison des Sheffield (Une nounou d’enfer) ou encore le loft de Ghost (même au-dessus d’un magasin Vuitton et caché par un échafaudage lors de notre passage, ci-dessous).

Message aux fans de Friends : si vous êtes vraiment fans de Friends, on a quelque chose de plus pour vous : The Friends Experience, exposition immersive qui cartonne. Passe un moment dans l’appart de Chandler et Monica, danse dans la fontaine du générique, cherche Gunther au Central Perk, installe-toi dans les sièges de Joey et Chandler, découvre de nombreux accessoires et costumes de la série. Les billets sont à retrouver ici

Le loft de Ghost (je mime de la poterie, vous l’avez?!)
  • Adresses : l’immeuble de Friends (90 Bedford St, au-dessus du Little Owl et pas du Central Perk, West Village), l’appart de Carrie (66 Perry St, West Village), l’immeuble de M. Drummond d’Arnold et Willy (900 Park avenue, Upper East Side), la maison d’une nounou d’enfer (7 E 75th St., Upper East Side), le loft de Ghost (102 Prince St., Soho)

L’Empire State Building : King Kong and co

Ce gratte-ciel culte de la skyline new-yorkaise a servi de décor à tellement de scènes de films qu’il y a une salle dédiée dans l’exposition qui mène à son sommet !

Si King-Kong est le plus connu, il y a aussi Nuits blanches à Seattle, Elf, Oblivion, 2 days in New York, Independance day, des épisodes de séries…

Le métro du clip Bad de Michael Jackson

Who’s bad?!?

Vous voyez le clip (et la choré) du clip lui aussi culte de Michael Jackson, Bad ? Et bien il a été tourné dans une vraie station de métro (en activité mais à moitié utilisée), à Brooklyn. Au nom imprononçable : Hoyt-Schermerhorn. Il a été question il y a quelques années de la renommer MJ, mais non…

Réalisé par Martin Scorsese (s’il vous plaît), avec un clin d’oeil à West Side Story, et même le jeune et alors inconnu Wesley Snipes, il dure… 18 minutes.

On voit souvent le métro dans les films : lorsque Patrick Swayze se fait tuer dans Ghost, dans les Tortues Ninjas, Crocodile Dundee (le même) etc.

  • Adresse : Hoyt-Schermerhorn station, à l’angle des rues Hoyt et Schermerhorn, Brooklyn. Lignes A, C et G

Kat’z Delicatessen : quand l’orgasme rencontre le pastrami

On vous en a déjà parlé dans le paragraphe bouffe, mais voilà pourquoi le Katz’s est aussi célèbre : LA scène de l’orgasme de Meg Ryan dans la comédie romantique culte Quand Harry rencontre Sally de Rob Reiner (1989). Rhooo les djeuns, c’est mythique.

Une scène culte qui s’achève par la commande, à la table voisine, d’une dame qui demande « la même chose qu’elle » (c’est d’ailleurs la mère du réalisateur). La table est indiquée par une pancarte pendue au plafond, qui indique avec humour « on espère que ça vous fera la même chose » (vous nous direz!).

  • Adresse : 205 E Houston St (Lower East Side). Site.

Le piano de Big

Tom Hanks joue « Heart and soul », les gens quelque chose (ou non!).

Oui, encore un film des années 80, mais tellement culte ! Et une scène collector : le piano géant ! Dans Big, Tom Hanks, enfant devenu adulte après un voeu dans une machine de fête foraine (on spoile mais vous avez eu 35 ans pour le voir), joue sur un piano géant, avec les pieds. Le piano existe vraiment, et il est toujours au (premier étage du) célèbre magasin de jouets FAO Schwarz (qui a déménagé entre temps mais l’a bien sûr gardé). Vous pouvez l’essayer. Il faudra sûrement faire la queue et enlever vos chaussures. On peut même l’acheter en modèle réduit. Enorme !

  • Adresse : Fao Schwarz, 30 Rockefeller Plaza, Manhattan, New York

Il était une fois en Amérique à l’affiche

Cette vue sur le pont de Manhattan depuis Washington St à Brooklyn (on vous en a parlé plus haut) est cultissime. Popularisée par le film Il était une fois en Amérique de Sergio Leone (1984), dont elle est l’affiche (et le décor d’une scène-clé), la rue, dans le quartier de Dumbo (aka Down under the Manhattan bridge overpass) ne désemplit pas. Difficile de claquer correctement une photo. On peut même apercevoir l’Empire State Building sous le Manhattan Bridge, dans un alignement parfait.

  • Adresse : angle de Washington St et de Water St, Dumbo, Brooklyn, New York

Et c’est pas tout. Voici d’autres lieux de tournage (sélection évidemment non exhaustive) :

  • La bouche d’aération de Marylin Monroe qui a soulevé sa robe blanche dans Sept ans de réflexion (590 Lexington avenue, Turthle Bay, Manhattan)
  • Un petit-déj chez Tiffany, au café le Blue Box comme Audrey Hepburn dans Diamants sur canapé, Breakfast at Tiffany’s en VO (727 5th avenue-4e étage, Midtown, Manhattan)
  • Le Dakota building dans Rosemary’s baby, en plus de l’assassinat de John Lennon, juste devant (1 W 72nd St, Central Park West, Manhattan),
  • Times Square : vu X fois dont le réveil de Captain America, quasi tout le film Happy New Year
  • Macy’s dans Miracle sur la 34e rue (151 W 34th street, Midtown, Manhattan)
  • La gare de Grand central visible dans Armaggedon, L’Impasse, L’Amour aux trousses, Eternal Sunshine of the Spotless Mind, Madagascar, Je suis une légende, Avengers (89 E 42nd street, Turtle Bay, Manhattan)
  • Le magasin Bloomingdale’s dans Splash et Tootsie (1000 3rd avenue 59th street and Lexington avenue, Lenox Hill, Manhattan),
  • Le Daily News Building de Superman avec un globe mythique dans l’entrée (220 E 42nd St., Murray Hill, Manhattan)
  • Le bâtiment de l’ONU dans La Mort aux trousses, Superman 4 (405 E 42nd St., Turtle Bay, Manhattan)
  • Le Mc Gee’s Pub est l’un des pubs qui a inspiré le McLaren d’How I met your mother, avec une carte sur le thème (240 W 55th St., Midtown, Manhattan)
  • L’hôtel The Plaza dans Maman j’ai encore raté l’avion, Gatsby le magnifique, La Mort aux trousses (768 5th Ave, Midtown, Manhattan)
  • Le Flatiron est le bureau de Jim Carrey dans Mr. Popper et ses pingouins, le Daily Bugle de Spiderman, le siège des Boys dans la série The Boys... (175 5th Ave, Manhattan)
  • Tous les lieux de Sex and the city comme la Pete’s tavern, la Magnolia bakery…
  • Le QG des Soprano’s, le Mulberry St Bar aka Averna Social Club (176 Mulberry St., Little Italy, Manhattan)
  • Le Woolworth building visible dans Les Animaux Fantastiques, Il était une fois (233 Broadway, Civic Center, Manhattan)
  • Les quartiers généraux des Men in Black (504 Battery place, FiDi, Manhattan)
  • Les Guason Stairs, les escaliers du Joker (1161 Shakespeare Ave, The Bronx)
  • Le diner de Seinfeld, le Tom’s Restaurant (angle de Broadway et West 112th St., Columbia University)
  • La maison des Tennebaum (339 Convent Av., Upper Manhattan)
  • West Side Story : le début se déroule au Poor Richard Playground (240 E 109th St. #3703, Spanish Harlem, Manhattan)
  • La maison des Corleone dans Le Parrain (110 Longfellow Av., Staten Island)
  • Le loup de Wall street avec la marina du bateau de Leo di Caprio, North cove marina (Vesey St, Battery Park City, Manhattan)
  • Je suis une légende : la maison de Will Smith, resté seul après l’apocalypse (11 Washington Square Park N,Greenwich Village, Manhattan)

To be continued !

I Understand Marlon Brando GIF by The Godfather - Find & Share on GIPHY

Et on ne vous parle pas des multiples autres références culturelles, intrigues de roman, pochettes d’albums, etc… Une fois allés là-bas, vous ne regarderez plus aucun film de la même façon !

Notre tip

Potassez avant si un film vous tient particulièrement à coeur. Et vous pouvez aussi consulter les excellents guides (web et papier) de nos copains de FanTrippers (voir sur la Fnac). Et, qui sait, vous tomberez peut-être, par hasard, sur un tournage !

Combien ça coûte ?

Rien de base, sauf si vous consommez sur place ou prenez une visite guidée

13. Quelque chose hors des sentiers battus, votre NYC touch

Difficile de faire quelque chose d’inédit à New York ? Pas forcément. Il se passe tout le temps des trucs nouveaux, des choses ouvrent… Vous avez été nombreux à nous écrire qu’on avait réussi à le « réinventer». C’est (trop chou et) d’autant plus vrai quand ce n’est pas un premier voyage et qu’on a déjà mis des classiques derrière soi.

Mais rien ne vous empêche de « pimper » votre visite d’une activité hors des sentiers battus: découvrir un quartier moins connu (Red Hook, Astoria, Harlem, Bushwick, Flushing…), faire une activité insolite, un tour en hélico, dénicher une bonne petite adresse, errer au hasard pour voir ce que la ville va vous apporter…

Presque classique, assister à une messe gospel, pourquoi pas à la Brooklyn tabernacle puisque, depuis le Covid, il est plus compliqué pour les touristes d’en voir une à Harlem. Ou pourquoi pas aller tester la « whispering gallery » de la gare de Grand Central. Incroyable, malgré la foule, quand on chuchote sous une voûte devant l’Oyster bar, on entend parfaitement à l’autre coin de mur. Faites l’expérience !

Cela peut aussi être un événement du calendrier : une course (le marathon), Noël, le Réveillon, un concert, le 4-Juillet, ou encore rencontrer une star ou tomber en plein tournage ! Ça arrive, beaucoup de people vivent à New York et plusieurs ont des bars ou cafés… Vous pouvez aussi assister à une émission… Nous, nous avions choisi de se raccrocher à la parade de Thanksgiving de Macy’s, et on a aussi pu profiter des préparatifs des fêtes de Noël.

Notre tip

Organisation + spontanéité, voilà les maîtres mots. Laissez vous porter, poussez des portes, soyez curieux… C’est sûrement ainsi que vous décrocherez votre meilleur souvenir et passerez votre meilleur New York.

Combien ça coûte ?

Ca dépend de vous !

Bonus : les ingrédients pour que la sauce prenne !

Une bonne préparation

Certains adorent (presque autant que le voyage en lui-même), d’autres détestent, mais pour NY, surtout si c’est une première, c’est un passage obligé si on ne veut pas rater quelque chose qui nous tient à coeur : un (minimum) de préparation, même en période « creuse ».

Je crois qu’on en avait rarement fait autant, avec un calendrier jour par jour, pointant les réservations spécifiques (croisières, spectacles, visites guidées, concerts, match…).

Pourquoi c’est important ? Parce que les distances entre les différents points d’intérêt peuvent être énormes (une heure de métro, c’est vite le cas) et que certains lieux sont très prisés et sur résa obligatoire, comme, par exemple, la couronne de la statue de la Liberté.

Dans ce programme, gardez des plages libres pour partir à la découverte de la ville. Simplement, les mains dans les poches et les yeux grand ouverts.

Un bon hôtel

Vous allez marcher, beaucoup… Vous allez visiter des tonnes de trucs, parfois rentrer tard. Vous aurez besoin d’un bon lit et d’un cocon agréable en rentrant. Le tout est de trouver le bon compromis emplacement + confort + prix. La priorité, selon nous, est de viser la proximité d’une ligne de métro (5-10 minutes max à pied idéalement).

Ensuite, quel quartier choisir ? Il y a des milliers d’options. Pour un premier voyage, Manhattan tombe sous le sens (même si ce n’est pas une obligation). Personnellement, on préfèrera les quartiers « à vivre » plutôt que Midtown ou FiDi et leurs buildings. Pourquoi pas Lower East Side avec le CitizenM Bowery (ci-dessus) ? Ou Greenwich Village, Tribeca, Meatpacking, Soho, East Village. Sinon, à Murray Hill, le Pod 39 (testé, voir et réserver) était très efficace.

Si vous cherchez en dehors de Manhattan, Williamsburg (Brooklyn) ou Long Island City (Queens) sont deux solutions intéressantes, de par leur proximité avec Manhattan. C’est à Long Island City que nous avons trouvé notre meilleur rapport qualité/prix, avec petit déjeuner : le LIC (voir sur Hotels ou Booking).

Vous avez des doutes sur le bon quartier et le bon hôtel à choisir pour votre trip new-yorkais ? Envoyez nous un mail à contact@lostintheusa.fr

De bonnes chaussures

Même en prenant le métro, vous allez marcher 10 à 15 kilomètres par jour et ce n’est qu’une moyenne !

Une Metrocard

Le métro new yorkais est tentaculaire, 24h/24 et diablement efficace. On ne sait même plus combien de fois on l’a pris en deux semaines. Le prix d’un ticket : 2,75 $. On a misé sur la Metrocard pour 7 jours (33 $), que nous avons rechargé une fois. Même si c’est peut probable, vous pouvez aussi prendre un mois de Metrocard (127 $).

Un pass activités

Franchement, les pass activités sont très vite rentabilisés. Il y a plusieurs marques, plusieurs formules. Cela nécessite toujours un peu d’organisation, car il faut réserver les activités un peu en amont. Nous avions opté pour le ticket CityPASS, il y a aussi le GoCity NY et d’autres pass encore.

Pourquoi pas une visite en français

Cela permet de se retrouver « entre nous », entre francophones, si vous en avez besoin, et de prendre plein de petits infos pour réussir son séjour. Big up à nos guides de Voyage en Français, Audrey et Fred. La compagnie de notre ami Alex propose de nombreuses visites dans différents quartiers. D’ailleurs, il a aussi écrit un excellent guide sur la ville, Go New York.

Et surtout, les Roadies, laissez vous guider, poussez les portes, sautez sur les opportunités…

Vous avez des conseils, des bons plans logements ? Cet article est participatif. Commentez !

Vous aimez ce qu’on fait ? Cet article vous a été utile ? Offrez-nous un petit pourboire sur Tipeee . Vous pouvez aussi nous soutenir en organisant votre roadtrip aux Etats-Unis

Photos : toutes Lost In The USA sauf Depositphotos pour la carte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.