Trois mois de roadtrip aux Etats-Unis, le bilan

C’est la première fois que nous sommes amenés à nous retourner sur un roadtrip de trois mois pour en faire le bilan. Rentrés il y a plus trois semaines, on avait besoin de prendre un peu de recul, de digérer le voyage, de hiérarchiser nos souvenirs avant de bien le commenter et de faire ce point complet.

 

IMG_3597-2 copie

 

« Alors, c’était bien ? Pas trop dégoûtés d’être rentrés ? » nous demande-t-on souvent. Notre réponse est la même. « Non, c’était pas bien, c’était exceptionnel ! Et non, nous ne sommes pas tristes ». Oui car nous avons fait l’un des voyages de notre vie en découvrant l’ouest des Etats-Unis à un rythme différent, en ayant la possibilité de moduler, de prendre le temps de se fixer et de remplir des objectifs. Non, nous n’étions pas défaits en rentrant. Quand nous partons en roadtrip, c’est un engagement total. Physiquement et mentalement. Alors, après 90 jours, nous sommes rincés. Rincés mais heureux. Nos journées étaient très bien remplies. Avec ce qui se voit (les visites, les marches, les découvertes, les repas) et aussi ce qui ne se voit pas (récit, trier les photos, réseaux sociaux, vidéos, préparation du parcours, réservations). Donc, non, nous ne sommes pas tristes d’êtres rentrés. Tout simplement car nous savons qu’un jour ou l’autre, nous allons repartir.

Vous trouverez dans ce bilan notre parcours, des informations générales, nos coups de coeur, nos déceptions et, en page 2, les awards de notre roadtrip. Nous ferons le bilan financier dans un article distinct. Allez, en voiture les Roadies.

 

IMG_7535-2 copie

 

Objectif du trip

Ce voyage, nous avons mis plusieurs mois à le préparer. Mais, cette fois, pour notre sixième roadtrip, nous avons changé notre stratégie. D’habitude, nous avions un programme calé, des logements réservés à 70%, un parcours défini laissant un peu de souplesse. Cette fois, nous n’avions pas de parcours prédéfini. Nous en connaissions les grandes lignes (arrivée, départ, quel état visiter, à quelle période) mais nous n’avions absolument rien réservé avant le départ. En revanche, pendant presqu’un an, nous avions consciencieusement noté, sur une carte, une tonne d’endroits à visiter. Et chaque matin de ce voyage de trois mois, nous avons repris ces cartes pour savoir quelle direction prendre.

Pour se loger, nous avons avancé au coup par coup, généralement en réservant la veille pour le lendemain. A quelques exceptions près. En effet, sur certains points stratégiques, comme le Yellowstone, Page, Kanab, Monument Valley, San Francisco, nous avons réservé quelques jours à l’avance (dix jours pour le Yellowstone et avec un coup de chance).

Notre objectif était simple et lié à notre projet. Nous sommes retournés dans l’Ouest car cela nous semblait important de découvrir et redécouvrir des endroits prisés par les roadtrippers et d’aller même un peu plus loin que ça. En dénichant quelques pépites ou quelques lieux insolites.

Le 5 août, la veille de prendre l’avion, nous lancions Lost In The USA. Trois mois après, nous avons 750 lieux en plus à mettre sur la carte du site.

 

DSC08520-2 copie

 

Le parcours et le timing

Dans les grandes lignes, nous voulions faire ça : partir du Texas, monter jusqu’au Yellowstone National Park, visiter Nevada, Utah et Arizona en septembre, au moment où les touristes sont moins nombreux et finir par la Californie en octobre, à une période où les prix baissent un peu. Finalement, nous avons pris plus de temps que prévu au Nouveau-Mexique. Certains ont dû se demander pourquoi nous sommes montés si rapidement au Yellowstone, en traversant l’Utah à la va-vite. La réponse est simple et tient en un mot : froid. Une semaine après notre arrivée au Yellowstone, la neige était annoncée, certains logements dans le parc fermaient leurs portes et les ours descendaient de la montagne. Nous sommes ensuite descendus par l’Idaho et le Nevada, nous avons visité l’Utah et l’Arizona. Arrivés à Las Vegas, nous avons ensuite fait un tour de la Californie en remontant la Sierra Nevada et ses parcs pour redescendre par la Pacific Coast.

Sur notre parcours, peu de grandes villes certes mais pas n’importe lesquelles : Austin, Albuquerque, San Francisco, Las Vegas, Los Angeles et San Diego.

Le timing était-il bon ? Nous avons peut-être perdu un peu de temps au Nouveau-Mexique (quoique, en revoyant les photos, on ne le regrette pas, cet état est vraiment sous-estimé). Et il nous a manqué quelques jours pour mieux profiter de la Californie. Sinon, c’était parfait.

 

Acte 1 : Texas et Nouveau-Mexique

Le récit étape par étape et le lien vers la carte Lost In The USA

Capture d’écran 2015-11-22 à 23.43.51

 

 

Acte 2 : cap sur le Yellowstone

Le récit étape par étape et le lien vers la carte Lost In The USA

Capture d’écran 2015-11-22 à 23.57.09

 

 

Acte 3 : l’Utah, l’Arizona et Las Vegas

Le récit étape par étape et le lien vers la carte Lost In The USA

Capture d’écran 2015-11-23 à 00.25.04

 

 

Acte 4 : la Californie

Le récit étape par étape et le lien vers la carte Lost In The USA

Capture d’écran 2015-11-23 à 10.55.46

 

 

Acte 5 : retour à Austin

Le récit étape par étape et le lien vers la carte Lost In The USA

Capture d’écran 2015-11-23 à 11.04.28

 

 

Alors, combien de kilomètres ?

Une autre question que l’on nous a souvent posée depuis que nous sommes rentrés. Pour rappel, nous avons utilisé deux voitures différentes, après un accident improbable à Big Sur (Californie) : une Hyundai Santa Fe qui a survécu à un ensablage à Bluff (Utah) et une Chevrolet Suburban (un bateau, la voiture des Experts et des rappeurs!).

 

IMG_5503-2 copie

 

Avec la première, nous avons fait 10 120 miles soit 16 286 km. Avec la seconde, nous avons parcouru 2 883 miles soit 4 640 km. Donc, au total, nous avons fait environ 20 926 kilomètres (moyenne de 235 km/jour). Et nous avons fait 53 arrêts pour mettre de l’essence (entre 20 et 50 dollars).

Mais pendant ce roadtrip, nous avons aussi parfois lâché la voiture pour faire du train à vapeur, du cheval, du kayak, du bateau (deux fois), du cable car, du pédalo-cygne, du bus, du 4×4 avec les indiens navajos…

 

 

Les états traversés

Nous avons traversé 10 états au total. Mais seulement 8 de manière prolongée. Nous ne sommes passés que rapidement au Colorado et au Montana (visités tous les deux en 2014). Au total 89 jours et 88 nuits sur le sol américain.

 

IMG_6169-2 copie

 

Texas : 11 nuits (4 à Austin, 1 à Fredericksburg, 1 à Fort Stockton, 1 à Marfa, 1 à Ozona, 3 à Austin bis)

Nouveau-Mexique : 16 nuits (2 à Las Cruces, 1 à Alamogordo, 1 à Socorro, 4 à Albuquerque, 1 à Espanola, 1 à Bernalillo, 1 à Jemez Springs, 1 à Chama, 2 à Farmington, 1 à Gallup, 1 à Deming)

Colorado : aucune nuit (juste un passage en train à Antonito)

Utah : 13 nuits (1 à Bluff, 1 à Moab, 1 à Brigham City, 3 à Hurricane, 1 à Cedar City, 1 à Monroe, 2 à Escalante, 3 à Moab bis)

Wyoming : 4 nuits (1 à Jackson Hole, 3 dans le Yellowstone)

Montana : aucune nuit (juste un passage en voiture sur la Beartooth Highway)

Idaho : 2 nuits (1 à Idaho Falls, 1 à Salmon)

Nevada : 8 nuits (1 à Jackpot, 1 à Ely, 4 à Las Vegas, 1 à Amargosa Valley, 1 à Virginia City)

Arizona : 12 nuits (1 à Monument Valley, 5 à Flagstaff, 2 à Kanab, 3 à Page, 1 à Mesa)

Californie : 22 nuits (1 à Ridgecrest, 1 à Three Rivers, 1 à Oakhurst, 1 à Lee Vining, 1 à South Lake Tahoe,  1 à Susanville, 1 à Eureka, 1 à Mendocino, 1 à Santa Rosa, 1 à Mill Valley, 3 à San Francisco, 1 à Carmel, 1 à San Luis Obispo, 2 à Hermosa Beach, 1 à Ventura, 1 à Los Angeles – West Hollywood, 1 à Long Beach, 1 à San Diego, 1 à Palm Springs, 1 à Needles)

Soit 88 nuits dont 78 payantes.

 

DCIM100GOPRO

 

Parcs et autres merveilles

Nous avons pu étancher notre soif de découvertes des parcs américains.  On en a retrouvé certains (Yellowstone, Yosemite, parcs de l’Utah, Grand Canyon, White Sands…) et on en a découvert d’autres comme Great Basin, Lassen Volcanic, Channel Islands ou Sequoia. On a aussi eu de véritables belles surprises comme Cedar Breaks, Valles Caldera ou Bear Lake.

 

IMG_2977-2-2 copie IMG_6933-2 copie

 

National Parks (17) : Grand Teton (Wyoming), Yellowstone (Wyoming), Great Basin (Nevada), Zion (Utah), Bryce Canyon (Utah), Capitol Reef (Utah), Arches (Utah), Canyonlands (Utah), Petrified Forest-Painted Desert (Arizona), Grand Canyon (Arizona), Death Valley (Californie), Sequoia (Californie), Kings Canyon (Californie), Yosemite (Californie), Lassen Volcanic (Californie), Alcatraz Island (Californie), Channel Islands (Californie)

National monument (15) : Organ Mountains Desert Peaks (Dripping Springs, Nouveau-Mexique), White Sands (Alamogordo, Nouveau-Mexique), Petroglyph (Albuquerque, Nouveau-Mexique), El Morro (Ramah, Nouveau-Mexique), El Malpais (Grants, Nouveau-Mexique), Bandelier (Los Alamos, Nouveau-Mexique), Kasha-Katuwe Tent Rocks (Cochiti, Nouveau Mexique), Canyon de Chelly (Chinle, Arizona), Cedar Breaks (Cedar City, Utah), Grand Staircase Escalante (Escalante, Utah), Walnut Canyon (Flagstaff, Arizona), Wupatki (Flagstaff, Arizona), Sunset Volcano Crater (Flagstaff, Arizona), Vermilion Cliffs (Marble Canyon, Arizona), Rainbow Bridge (Page, Utah, Arizona)

National Wildlife Refuge (3) : Bosque del Apache (San Antonio, Nouveau-Mexique), Bear River (Brigham City, Utah), Ash Meadows (Amargosa Valley, Nevada)

National Preserve (1) : Valles Caldera (Jemez Springs, Nouveau-Mexique)

National Recreation Area (3) : Golden Gate (San Francisco, Californie), Glen Canyon (Page, Arizona), Lake Mead (Nevada)

National Seashore (1) : Point Reyes (Californie)

Historical Park (3) : Smokey Bear (Capitan, Nouveau-Mexique), Chaco Culture (Nouveau-Mexique), Hubbell Trading Post (Ganado, Arizona)

Wilderness (1) : Bisti Badlands (Nouveau-Mexique)

State Parks (20) : Balmorhea (Balmorhea, Texas), Antelope Island (Syracuse, Utah), Bear Lake (Garden City, Utah), Valley of Fires (Carrizozo, Nouveau-Mexique), Ward Charcoal Ovens (Ely, Nevada), Snow Canyon (Ivins, Utah), Sand Hollow (Hurricane, Utah), Goblin Valley (Green River, Utah), Dead Horse Point (Moab, Utah), Coral Pink Sand Dunes (Kanab, Utah), Valley of Fire (Moapa Valley, Nevada), Mc Arthur-Burney Falls (Burney, Californie), Humboldt Redwoods (Californie), MacKerricher (Fort Bragg, Californie), Point Cabrillo Light Station (Mendocino, Californie), Ano Nuevo (Pescadero, Californie), Natural Bridges (Santa Cruz, Californie), Van Damme (Little River, Californie), Manchester (Manchester, Californie), Sonoma Coast (Jenner, Californie)

 

IMG_4270-2 copie

IMG_1455-2 copie

 

State Natural Reserve (2) : Point Lobos (Carmel, Californie), Mono Lake Tufa (Lee Vining, Californie)

State Historical Monument (1) : Newspaper Rock (Monticello, Utah)

State Natural Area (1) : Enchanted Rock (Fredericksburg, Texas),

County Parks (2) : Hamilton Pool (Dripping Springs, Texas), Jacob’s Well (Wimberley, Texas)

Autres (12) : Angel Peak (Nouveau-Mexique), Kanarra Falls (Utah), Monument Valley (Arizona), Old Paria Movie Set (Utah), Toadstools Hoodoos (Utah), Horseshoe Bend (Arizona), Antelope Canyon Upper et Lower (Arizona), Spence Springs (Nouveau-Mexique), Travertine Hot Springs (Californie), Lake Tahoe (Californie), Lost Coast (Californie), Big Sur (Californie)

 

IMG_0167-2 copie

 

Le temps et les températures

En partant en août, septembre, octobre, nous savions un peu à quoi nous attendre. Et nous avons modelé un peu notre parcours en fonction de la météo. Aller au Yellowstone avant qu’il ne fasse trop froid, faire l’Utah, l’Arizona et le Nevada un peu plus tard pour ne pas mourir de chaud et finir par la Californie pour avoir un temps clément en octobre.

Ce qui a été le plus difficile pour nous, ce sont les journées qui ont décru au fil des mois. Le coucher de soleil à 18 heures, par rapport à ce que nous faisions d’habitude, ça nous enlevait quelques activités ou visites.

Nous avons évolué sur trois fuseaux horaires, changeant une bonne dizaine de fois, avec le cas particulier de l’Arizona et de la Navajo Nation.

 

IMG_5536-2 copie

 

La température la plus chaude : 109° Fahrenheit dans le Hill Country (Texas) soit 43 C°

La température la plus froide : 32° Fahrenheit dans le Yellowstone (Wyoming) soit 0 C°

Les évènements climatiques les plus marquants : un orage monstrueux à White Oaks (Nouveau-Mexique), des pluies diluviennes à Farmington (Nouveau-Mexique), Moab (Utah), Escalante (Utah) et Ozona (Texas), les rafales de vent à Arches National Park (Utah), le beau temps à San Francisco (merci, on a pu faire de super photos du Golden Gate) et surtout, surtout, les inondations à Death Valley National Park (une première dans le siècle nous ont dit les rangers). Pour la première fois, nous avons été pris dans des flash floods. Nous qui pensions crever de chaud là-bas. La température est descendue à 10 C°.

 

 

 

 

On a aimé

Construire notre roadtrip au fur et à mesure. Même prenant, ne pas savoir, surtout dans les premières semaines, où nous allions dormir le soir-même, était assez grisant. Ne pas prévoir nous a permis de suivre nos envies les plus profondes. « Oh, ça a l’air bien cet endroit ?! » « Profitons du coucher de soleil, on dormira là ce soir ».

La faune omniprésente. Beaucoup de roadtrippers de retour des US le disent. Ils ont vu beaucoup d’animaux morts au bord des routes. Oui, c’est le cas. Ça peut choquer. Par chance, nous en avons vu surtout beaucoup de vivants. On a surtout été marqués par certaines rencontres : un moose (élan) en pleine trempette à Grand Teton, un renard en show au petit matin dans le Yellowstone, les chauve-souris d’Austin (première fois qu’on les voyait depuis l’eau), les mule-deers qui peuplaient notre campement de Tower-Roosevelt, encore au Yellowstone, cinq ours au Yosemite et les dauphins qui ont accompagné notre croisière vers les Channel Islands.

 

DSC07097-2 copie

 

Austin. Troisième fois pour nous dans la capitale du Texas et l’on ne s’en lasse pas. Oui, Austin n’a pas une architecture folle. Mais c’est tout simplement une ville à vivre. Les bats, le street-art, les terrasses, les food trucks, le BBQ, les petites merveilles comme Barton Springs. On en redemande. Et la proximité du Hill Country est un atout certain.

 

DSC01090-2 copie

 

Le BBQ Texan. Notre talon d’Achille. Désolé à tous les vegans qui nous lisent. Mais on ne s’en remet pas. Brisket rules.

Et d’autres régalades. On s’est régalés avec la cuisine mexicaine au Nouveau-Mexique, avec les ramens (nouilles japonaises) en soupe quand nous étions malades, avec quelques burgers d’anthologie (Hopdoddy à Austin, Circle D à Escalante), avec des abalones (des crustacés aussi appelés « oreilles de mer », une première pour nous) en Californie, avec la nourriture navajo, avec l’oatmeal et les gaufres au petit déj et on a trouvé quelques bons restos.

On va vous le répéter : on ne mange pas que des burgers aux Etats-Unis. Il suffit de bien choisir les restaurants (non, il n’y a pas que des fast-foods, nous en avons fait seulement 2 en trois mois) et de lire une carte pour trouver des tonnes de bonnes choses à manger. Et ceux qu’on mange sont souvent faits de pain maison et de steaks locaux (voire de légumes)…

 

DSC02400-2 copie

 

La bonne surprise Albuquerque. On attendait Austin et les classiqueS Las Vegas, San Francisco, Los Angeles, San Diego. On attendait moins Albuquerque, la ville de Breaking Bad, qu’on visitait pour la deuxième fois. On a vraiment profité de la grande ville du Nouveau-Mexique, en s’imprégnant des lieux. Elle n’est pas belle, mais a vraiment des choses à offrir. On mise même sur elle pour devenir une destination branchée dans les prochaines années. On prend les paris ?

 

IMG_7639-2 copie

DSC05558-2 copie

 

L’accueil. Un mois ou trois mois, on a été comme toujours superbement accueillis par les Américains. La palme de l’accueil ? Le Texas.

Miser sur les expériences. C’est une constante de nos roadtrips. On mise sur le vécu plus que sur la collection de paysages. Alors, on a aimé mais genre vraiment aimé tout ça : faire une balade en pédalo-cygne sous les chauve-souris d’Austin, prendre le train historique à vapeur Cumbres & Toltec, « chasser » les animaux de bon matin au Yellowstone, passer une nuit dans un bus aux Mystic Hot Springs, faire une demi-journée de bénévolat à la Best Friends Society et dormir avec un gros matou (Wrinkles), assister à une comédie musicale à Tuacahn, voir le coucher puis le lever de soleil à Monument Valley en dormant dans une cabine de l’hôtel The View, enchaîner avec une balade à cheval avec les Indiens Navajos, partir à la découverte de l’un des parcs nationaux les moins visités des Etats-Unis (Channel Islands), vivre l’éclipse de lune à Page, chasser les « Marfa Lights » sous un ciel étoilé incroyable, chanter « Wagon Wheel » en karaoké au Museum Club de Flagstaff sur la route 66, partir en kayak sur le lac Tahoe, dormir dans l’un des plus vieux motels du Nevada à Virginia City, déguster du vin au Eleven Eleven à Napa avec Holly et Eli grâce à Aurélien et Charlotte, et finir déguisés à fêter Halloween sur la 6th St. d’Austin.

 

DCIM100GOPRO DCIM100GOPRO

 

Les sunsets de folie. Antelope Island (Utah), Bodega Bay (Californie), Delicate Arch (Utah), Sequoia (Californie) et l’Arizona, tout simplement.

 

IMG_7126-2 copie

 

Cette terrasse. Petite victoire. Un an plus tôt, nous n’avions pu manger sur une terrasse de folie à Stanley (Idaho). Au Bridge St Grill. Raté réparé.

 

IMG_3940-2 copie

 

Rencontrer des Roadies. On a eu le plaisir de rencontrer des Roadies sur la route. Des bises à Audrey et Thierry (vu à Las Cruces), Lisa et Corentin (Bedrock City, les premiers à nous avoir « reconnus »), Marina et Stéphane (Las Vegas), Nicolas, Anne et leurs princesses (Hermosa Beach). Certains nous ont rendu de fiers coups de main. Merci Cécile, Cyril, Aurélien, Anne, Nicolas…

Et partager un bout de chemin avec certaines personnes. Discuter avec Brett, qui travaille sur une plateforme pétrolière en Alaska, dans un hot springs du Nouveau-Mexique, passer une soirée sur une terrasse de Jemez Springs avec John from Denver, croiser Steven, photographe français apôtre du « do it yourself », à la Cathedral of Junk à Austin, descendre quelques bières avec les Canadiens Paul et Simon à Page, se sentir hippie avec Mike à Monroe, se faire « hugger » par Tim, restaurateur victime du down syndrome à Albuquerque, patienter avec Vicky à Angel’s landing (pendant que les hommes affrontaient le vide ensemble, sans le savoir), monter dans le combi d’Emilie et Julien, aka « Nestor », à San Francisco,  tomber sur Cédric et Karine à Urban Outfitters à San Francisco et poursuivre la discussion le lendemain autour d’un cappuccino, croiser Joette, sosie de Meryl Streep, et Kent à Best Friends à Kanab et enfin, un petit-déjeuner (forcé) avec Allen et Ishelle à Carmel, qui s’est transformé en bonne partie de rigolade.

 

DSC01231-2 copie

 

La route. Oui, on a fait des bornes . Mais on a quand même pris beaucoup de plaisir. La route 4 (Nouveau-Mexique), la Scenic Highway 12 (Utah), la Beartooth Highway (Montana), la route 1….

 

IMG_9368-2 copie IMG_1829-2 copie IMG_0870-2 copie

 

Les trouvailles et les endroits qui marquent. Le trou d’eau de Jacob’s Well (Texas), l’art de la Chinati Foundation à Marfa (en visite privée), la grimpette d’Angel’s Landing à Zion NP, le « mini-Bryce Canyon » Cedar Breaks NM, les roches rouges de Buckskin Gulch et d’Edmaiers Secret, les hot springs de Spence perdues dans la forêt, la solitude de la Lost coast en Californie, les couleurs de l’Old Paria Townsite, la côte Pacifique à Point Reyes, les Channel Islands et bien sûr les grands classiques comme Monument Valley, le Grand Canyon, Antelope Canyon, White Sands…

 

DCIM100GOPRO IMG_6445-2 copieIMG_1061-2 copie

IMG_4210-2 copie IMG_6693-2 copie IMG_7198-2 copie

DSC08283-2 copie

 

De très belles petites villes. Elles ont un petit (voire grand) supplément d’âme. Dont certaines qu’on n’attendait pas (et c’est ça le meilleur). Coups de coeur pour Madrid (Nouveau-Mexique), Jemez Springs (Nouveau-Mexique), Alpine (Texas), Marfa (Texas), Mendocino (Californie), Cooke City (Montana), Chloride (Arizona), Salmon (Idaho), Seligman (Arizona), Virginia City (Nevada), Jerome (Arizona), Shelter Cove (Californie), Bodega Bay (Californie), Pioche (Nevada), Cloudcroft (Nouveau-Mexique), Stanley (Idaho), Wells (Nevada)…

 

DSC03555-2 copie

IMG_4518-2 copie

 

Les motels à 50$. Voire moins. Merci le Nouveau-Mexique, le Texas, l’Idaho, l’Utah… Bouh la Californie.

La bière. Voilà quoi… Des bières locales de partout, des beer gardens, un bar avec 104 bières « on draft », des régions complètement maltées (Californie du Nord par exemple). Beer heaven.

 

DSC04432_2-2 copie

 

Le prix de l’essence. Quand on roule 20 000 km, c’est un budget à considérer. Et cette année, nous avons trouvé de l’essence à bas prix. Le plus bas ? 1$75 le gallon (soit 1,64 euro les 3,8 litres). Je vous laisse calculer la différence avec la France.

Les morceaux d’Amérique. Les villes fantômes, les lieux abandonnés, les cabanes en bois, les vieux diners, les voitures déglinguées. Car ça aussi, c’est l’Amérique.

 

DSC03206-2 copie IMG_4826-2 copie IMG_5442-2 copie IMG_6578-2 copie IMG_9052-2 copie

IMG_6730-2 copie

IMG_3238-2 copie

 

Jason Segel. Ben oui, qui n’aime pas Jason Segel ? Marshmallow quoi ! (Sinon, on a croisé Bruno Gollnisch à San Francisco, mais ça, on s’en fout et on n’a pas de photo).

 

IMG_2296-2 copie

 

Tous vos messages. Ici, ou sur les réseaux sociaux. On avait l’impression d’être avec vous sur la route. Du love en barre.

 

 

 

On n’a pas aimé

Les galères de voiture. Ceux qui nous ont suivis le savent. On s’est d’abord ensablés dans une réserve indienne, sauvés par des mormons venus de l’Idaho (Kamoulox). Mary et Casey, nos sauveurs. Puis un panneau de signalisation s’est encastré dans notre pare-brise arrière à Big Sur, manquant de décapiter Delphine. Impossible de profiter de Big Sur correctement. Cela nous a amenés à changer de voiture pour la fin du trip (elle était sale et n’avait pas de clim). Après coup, on en rigole. Sur le coup, un peu moins.

 

DSC06731-2 copie IMG_1366-2 copie

 

Les mauvais coups de la météo. Ça aussi fait partie du roadtrip et on le sait. Mais sur le coup, ça fait toujours ch… On voulait découvrir Death Valley, on a eu droit aux inondations de la décennie (du siècle?) et à de grosses frayeurs avec des crues subites sur la route de Ridgecrest. Quant à Kings Canyon, le parc était à moitié fermé à cause d’un feu. Sur la fin, on est arrivés à Austin juste après un « Tornado Warning ». Et au début, impossible de se baigner à Hamilton Pool en raison des inondations du printemps. C’est la nature. Respect.

 

IMG_5397-2 copie

 

Santa Fe. Désolé, on n’y arrive pas. Deuxième visite dans la capitale du Nouveau-Mexique. Et le même constat. C’est beau, très beau mais ça manque d’âme. Trop riche, trop propre, trop mal à l’aise…

Être malades. Dans la foulée du deuxième incident voiture, on a pris froid. Tous les deux. Nez qui coule, toux puis conjonctivite. Malgré les médicaments, impossible de s’en débarrasser. Sans oublier les petits bobos tradis.

Les rendez-vous ratés. On voulait se faire tailler la barbe (enfin JP, pas Delphine) par le mythe de la route 66 Angel Delgadillo à Seligman. Pas de chance, il était parti quelques jours. On a aussi manqué quelques Roadies sur la route. Et pour finir, nous devions rencontrer une classe de français à Phoenix mais la crève en a décidé autrement.

Le prix de le nourriture. Il y a quelques années, le taux de change permettait de manger à très bon prix aux US. En 2015, avec le recul de l’euro, des prix à la hausse et la présence du pourboire, manger aux Etats-Unis revient aussi cher que de manger en France. Surtout pour ce que certains osent servir.

A Vegas, on pouvait même qualifier ça de prise d’otage culinaire. Difficile de manger peu cher sur le Strip. Mais difficile de s’en éloigner aussi. Et c’est la première fois que je paie pour mes frites avec un burger. Ever.

Se déplacer à LA. Ce n’est pas une surprise. On aime la ville. Mais y conduire, c’est juste le dixième cercle de l’enfer.

Marcher. (Signé Delphine)

Se les geler. Mesdames et messieurs, la climatisation à fond quand il fait 25 C° dehors, c’est pas la peine. Notons quand même une amélioration dans le bon sens ces dernières années.

 

IMG_9282-2 copie

 

La flambée des prix en Californie. Le Golden State est, de loin, l’état le plus cher que nous avons visité. Les logements y sont plus chers, les restaurants y sont plus chers, les bières y sont plus chères et même l’essence est en moyenne 1$/gallon plus chère que partout aux USA. Et on croyait être hors-saison. Vous le verrez lors de notre bilan financier.

Ces villes où il faut avoir un PEL pour réserver une nuit. « Oui, San Francisco, c’est à toi que je parle. Et à toi aussi, Page là-bas au fond. Arrête de parler avec Jackson Hole… » 200 $ pour un motel. J’ai l’air d’un lapin de deux semaines ?

Le jour où on a déclaré la guerre aux Pays-Bas. On était heureux comme tout d’aller découvrir Rainbow Bridge sur le lac Powell (Arizona-Utah), un parc seulement accessible en bateau. Las, la croisière ne s’est pas amusée, et ça ressemblait plutôt à « Piège en Haute Mer », sauf que, malheureusement, on n’avait pas Steven Seagal sous la main. La faute à un car de Néerlandais déchaînés et sans-gêne.

PV aussi à certains touristes chinois complètement irrespectueux et impolis. On en a quand même vu un en train de prendre un selfie avec un elk (en période de rut, t’as eu de la chance mec) et l’envoyer sur les réseaux sociaux alors qu’il était à 20 cm de sa tronche. Le tout en brandissant son bébé. Surréaliste.

 

DCIM100GOPRO

 

Susanville (Californie), Jackpot (Nevada), Brigham City (Utah). N’y allez pas. Non, non, vraiment. Conseil d’amis.

Ecraser un écureuil (Bryce Canyon) et un lapin (Marfa). Condoléances aux familles, nombreuses j’imagine. JP ne s’en est toujours pas remis. Au moins, on a évité une douzaine de daims, un ours et quelques javelinas (cochons sauvages).

Les Wifis qui marchent pas. Quand on est en 56K, merci de ne pas indiquer qu’il y a du « wifi high-speed qui déchire tout » dans l’hôtel.

Les institutions d’un autre temps. « Charme d’hier, confort d’aujourd’hui« , disait l’hôtel El Rancho, à Gallup, institution de la 66. En fait, pour son motel, juste à côté, c’était plutôt « Charme d’hier, confort d’avant-hier, prix d’aujourd’hui ».

Devoir rentrer.

 

DSC02980-2 copie

 

 

Les moments WTF

Ce n’est ni bien, ni pas bien. C’est juste improbable.

> Le petit déjeuner au Didjeridoo à Mendocino. Le Didjeridoo est un B&B un peu hippie sur la côte Pacifique. Chambre sympa, bon dodo (malgré l’absence de chauffage et des toilettes paresseuses). Par contre, pas de Wifi (un mini signal sur les toilettes). Et le matin, on se retrouve devant un petit déjeuner présenté comme dans un 5 étoiles (pas loin des larmes au moment d’annoncer la saucisse sucrée), mais dégusté sur des tablettes TV, avec une dame aux cheveux longs qui joue de la musique. Weird. Mais elle chantait bien.

 

DSC03569

 

> Se retrouver face à une paire de seins. Dédicace à la dame « pas tout à fait là » qui courait après la voiture en montrant sa poitrine à JP. Il était minuit. C’était à Ventura. Il en fait encore des cauchemars.

> Mettre le feu à un micro-ondes en faisant chauffer des wings (chuuuut). On avait laissé le sachet.

> Se retrouver dans un motel pour chiens. On a déjà dormi dans un B&B en forme de chien géant. Par contre celle-là, on ne nous l’avait jamais faite. L’Ocean Villa est dog-friendly, très dog-friendly. Du genre à laisser un immense toutou poser sa crotte devant ta baie vitrée. Tranquille. Alors que toi tu peux pas fumer sur la terrasse.

> Voir le Golden Gate sous le soleil. Oui, toute une journée, sans la moindre nappe de brouillard. Oui, c’est vraiment un phénomène paranormal.

 

IMG_6163-2 copie

 

> Intégrer un club privé texan pour boire une bière. Il existe aux USA des dry counties. A Ozona, au Texas, nous avons été obligés de devenir membres d’un club pour pouvoir consommer une bière, entourés de mecs en stetson en train de fumer. So Texas.

> Se faire courser par des rangers. On profite d’un coucher de soleil au parc Elena Gallegos à Albuquerque, on part et là, Delphine ne retrouve plus ses lunettes. Demi-tour, entrée rapidos dans le parc qui fermait ses portes au coucher de soleil. Alors qu’on récupère par miracle les lunettes, les rangers nous arrêtent poliment. Petite explication avant de pouvoir repartir. C’était des lunettes de vue en forme de coeur quand même!

> On ne choisit pas ses voisins de chambre. Parfois, ce n’est pas le contenu de la chambre de motel qui réserve de mauvaises surprises, c’est le voisinage. Bisous à nos voisins de motel à Bernalillo (il a insulté la terre entière en criant toute la soirée… seul) et à Brigham City (je sais où tu as caché le corps).

>  Boucher des toilettes. Fait au Debbie’s Hide A Way à Page. Et on n’avait rien fait…

> La guerre des trépieds à Mesa Arch. Mesa Arch (Canyonlands) au lever du soleil, c’est un must. Sauf qu’il faut se lever à 4h30 pour y être. C’est pour ça qu’on ne s’attendait pas à trouver 40 personnes sur le site. Irrespirable. Surtout quand ils croient aux « derniers seront les premiers ».

 

DSC08945-2 copie

 

> Devoir changer d’état pour fumer une cigarette. Le lac Tahoe est à cheval sur deux états, la Californie et le Nevada, qui n’ont pas du tout la même tolérance pour les fumeurs (pour les casinos et les prostituées non plus…). Ainsi, nous avons dormi dans un hôtel en Californie qui interdisait la cigarette partout (y compris jardins et parking). « Vous avez qu’à traverser la rue« . Alors, pour fumer, nous quittions l’hôtel. Et nous étions au Nevada.

> Les incompréhensions incompréhensibles. Parfois, on a l’impression que les Américains se foutent de notre gueule. Quand tu prononces un mot correctement quatre fois de suite et que la personne ne comprend pas, puis comprend, puis te ressort le mot comme tu l’avais prononcé. Alors que contextuellement, il y avait peu de place pour le doute… Exemple (dans une ville connue pour ses baleines exclusivement):

- Moi : « Have you seen whales ? »

- Lui : « What ? »

- Moi : « Whales (accent plus marqué) »

- Lui : « I don’t understand (moue) »

- Moi : « Have you seen WHALES ? » (bordel de m…)

- Lui : « Ahhhhhhhh whales…. » (même prononciation)

- Moi : #pokerface

 

> Prendre le vertige. A Farmington (Nouveau-Mexique), il pleuvait. Alors on a décidé de visiter un musée privé, le Bolack Wildlife Museum. A l’intérieur, 4000 animaux empaillés tués par l’un des plus grands chasseurs de tous les temps, Tom Bolack. Malaise. Et on était tout seuls.

> Se faire courser par des zombies. Nous étions à Virginia City, charmante ville far-west du Nevada. Et là, on débarque en ville et on tombe sur une course de zombies. On n’avait pas prévu ça. Donnez moi une machette.

 

IMG_9562-2 copie

 

 

> Etre dégagé par la police à Fort Point. Alors que nous prenions l’apéro avec Nestor sous le Golden Gate Bridge, une voiture de police nous a demandé assez vertement, gyrophares allumés, haut-parleur à l’appui, de nous casser. On n’a pas demandé notre reste. (Il y avait marathon le lendemain, fallait dégager les lieux).

> Voir un gars s’enfoncer un clou dans le nez. En poussant les portes du Musée du Weird à Austin, on ne savait pas à quoi s’attendre. Après l’expo, un homme nous emmène dans un salle avec une petite scène. On s’est retrouvé seuls avec lui. Deux minutes après, Eric Burton s’enfonçait un clou dans le nez. Ça faisait partie de la visite.

 

C’est pas fini ! Rendez-vous en page 2 pour les Awards !

41 responses à “Trois mois de roadtrip aux Etats-Unis, le bilan

  1. Génial ce bilan ! Ce n’est pas facile à faire un bilan … 3 semaines que nous sommes rentrés de notre mini road Trip de 2 semaines et demi avec les loulous en Floride et je n arrive pas à finaliser ce bilan… Peur de tourner la page du road Trip peut être…. Vivement le prochain j ai adoré suivre vos péripéties tous les jours !

    1. Salut Caro! Merci. Et non il faut toujours un peu de temps pour s’y mettre, le temps de « digérer »… La Floride on adore. Je ne sais pas ce que pense Freud des compte-rendus de roadtrip mais tu as peut être raison … :) A très vite et merci de ta fidélité

  2. J’adore toujours ce genre d’articles bilan. Même si vous avez écrasé un écureuil.
    J’aime bien aussi les mauvais points, comme les endroits où ne pas s’arrêter : comme on prévoit nos road trips au jour le jour, c’est bien parfois de savoir où ne pas s’arrêter…
    Delphine n’aime pas marcher ? Mais wwhhhattt ?

    A bientôt,

    1. Et ouais, je la force. Marche forcée ! Il faut un animal garanti au bout sinon…
      Mais elle râle un peu et marche quand même, hein.
      Des bises

      Et RIP l’écureuil…

  3. Génial de partager tout cela, ça inspire pour notre prochain voyage : sud Arizona et Nouveau-Mexique en Avril prochain.
    C’est intéressant de lire que vous n’avez pas trop aimé Santa Fé car je n’en ai entendu que du bien par ailleurs. J’imagine que cette ville sous le feu du tourisme depuis des décennies a un peu perdu de son âme mais j’irai quand même juger par moi-même car l’endroit, terre des tribus pueblos, m’intrigue.
    Pour vos prochains road-trips, un conseil : connaître la signification du mot « plunger » ! vous n’avez connu qu’un seul petit aléa de parcours mais en règle générale, c’est beaucoup plus courant…
    Et puis, pour l’accent, même après 3 ans aux US, je m’en désespère et le « what’s that ? » m’exaspère. Il faut juste se rassurer en se disant que les américains adorent l’accent français…
    Vivement la suite, à bientôt, sophie

    1. Hello Sophie,
      Prochain roadtrip au Nouveau-Mexique et en Arizona, tu vas te régaler. On adore.
      Pour Santa Fe, c’est une très belle ville (indéniable), une toute petite capitale. Mais c’est plutôt âgé, pas très dynamique et très cher. Et on a eu la même impression deux fois. On préfère Albuquerque et Taos.
      Et oui, « plunger » ! Et là, c’était même pas l peine. Problème de fosse septique. Heureusement, la dame de l’accueil est venue à notre secours.
      Bien raison pour l’accent.
      A bientôt ;-)

  4. Très agréable à lire ce bilan, et ça me donne des envies de road trip tout de suite. Je suis également surpris par la photo à Mésa Arch le matin ! Improbable de voir autant de monde à cette heure là ! Je n’avais pas eu le courage de me lever si tôt après avoir fait Arches National Park le matin précédant, et si j’avais été tranquille dans les toutes premières lueurs du jour, je me souviens avoir été un peu « ennuyé » par un groupe de photographes arrivé par la suite au niveau des Windows. On était en train de se prendre en photo (ok j’avais terminé les belles photos et on était passé aux selfies, mais franchement on en avait pour 2 minutes maximum), et ce groupe juste en arrivant nous a carrément demandé de nous pousser car « ils devaient faire vite la lumière augmentait ». J’avais envie de leur dire les gars, fallait venir 1 heure avant comme nous. Autant je veux bien partager, mais quand on demande poliment c’est plus agréable :)
    Sinon je suis quand même curieux de découvrir Santa Fe après votre commentaire ;) À bientôt.

    1. Hello Paul,

      Oui, Mesa Arch, c’était juste improbable. Se lever à 4h30, arriver sur site une heure plus tard et tomber sur tout ce monde. Bon, on te rassure, pas mal de nos followers y sont allés et ont vu moins de monde. à, c’était compliqué de faire sa place mais on a quand même réussi à se faire plaisir. le lever de soleil est tellement beau.
      Ton expérience à Arches. Je vois bien le genre des gars. Comme toujours, en groupe, c’est pire.
      Quant à Santa Fe, c’est un ressenti perso. Mais comme je l’ai dit dans un autre comm, cette ville ne nous convient pas. Très belle certes, mais trop riche, trop vieille, un peu figée dans son image de ville musée. Ca manque de peps tout ça.
      A bientôt Paul ;-)

  5. Chers ami(es), c’est du bonheur de lire un papier pareil (et je pèse mes mots). Ça me rappelle mes vertes années de voyages entre USA et Canada et ça me donne une belle envie de repartir très vite.

    Bravo !

  6. ahaha trop les marres.. car aussi déjà vécu « Les incompréhensions incompréhensibles. Parfois, on a l’impression que les Américains se foutent de notre gueule. Quand tu prononces un mot correctement quatre fois de suite et que la personne ne comprend pas, puis comprend, puis te ressort le mot comme tu l’avais prononcé. Alors que contextuellement, il y avait peu de place pour le doute… »

    Merci , j’ai pris beaucoup de plaisir à vous lire et à voir vos photos ! Ca du vous prendre du temps mais au moins c’est fait, posé et vous pouvez également vous rendre compte vous-même du chemin parcouru car que de km parcourus en 3 mois.

    Ah l’Amérique… je veux l’avoir et je l’aurai ! Bravo et au plaisirs de vous lire !

  7. quel beau voyage,et au moins vous en avait profité,nous en 15 jours,il a fallu faire tout très vite,les visites,les parcours ça donne envie d’y revenir,même un ptit peu

  8. J’ai eu le même coup de la prononciation!!
    moi : « Where can I find Peanut butter in the store, sir? »
    le vieux ricain : « find what? »
    moi : « peanut butter »
    le ricain : « what? »
    moi « peanut butter » avec un 3e « accent »
    le ricain « find what?? »
    moi : « never mind. » « on cherche autre chose à bouffer!! »

    et dans la ville championne du monde pastèque, pour commander un milkshake! j’ai du répété 5 fois. qu’ils me sortent un autre mot qui ressemble à « Milkshake »!!! ^^
    et la même chose dans un mcdo à Brooklyn cette année pour demander un chocolat…
    Victor, un de vos fans

    1. Ahahaha, je suis sûr qu’il nous font marcher des fois. Pourtant, ça porte pas vraiment sur des mots compliqués. Mais ça doit leur faire plaisir ^^
      A plus
      JP

  9. Salut les LITUs,
    Bravo, super boulot que ce début de débrief (?) et grosse qualité que de nous faire entrer ds votre trips et ses péripéties. Conseils et infos bienvenus. Photos magnifiques et textes parfaits.
    Merci.

  10. J’adore votre site. C’est tjs un plaisir de le lire et vous avez fait un très beau voyage. Très bonne présentation.
    Merci pour vos explications et vos photos!

  11. J’ai découvert vos sites il y a quelques jours et j’ai pris beaucoup de plaisir à les parcourir. En juin nous entamerons notre 3eme road trip sur la côte ouest et vous lire me rappelle de très beaux souvenirs…merci ;-)

    1. Merci beaucoup Chris ! Ca fait toujours plaisir à lire. Si vous avez des questions ou quoique ce soit, même après 3 roadtrips ça peut arriver, n’hésite pas ! Il y a pas mal de fiches qui ne sont pas encore rédigées (environ 700 sur 1000) donc voilà.

      Bonne journée !

  12. Je viens de découvrir votre site et je le trouve tout simplement génial, vos road trips me font rêver et j’adore ce genre de compte rendu. Je me demandais combien cela vous a coûté ? Je ne sais pas si vous ne préférais pas en parler pour une raison ou une autre mais j’aimerais beaucoup avoir une idée approximative du prix d’un tel voyage ! Merci

    1. Bonsoir Anaïs,
      Merci pour ton message. Pour ce qui est du coût de nos roadtrips, ça dépend vraiment des voyages. Et si tu as des questions encore plus précises sur les coûts, hésite pas à nous envoyer un mail à contact@lostintheusa.fr
      Bonne soirée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *