Lost In The USA, 3 mois au jour le jour, chapitre 4 : la Californie

Nous avons bouclé notre long roadtrip entre Utah et Arizona par quelques jours dans la folie de Las Vegas au Nevada. Désormais, c’est la Californie qui nous tend les bras pour plusieurs semaines.

Vous pouvez lire ou relire le chapitre 1 de notre roadtrip, consacré au Texas et au Nouveau-Mexique, par ici, le chapitre 2, sur notre montée vers le Yellowstone, par ici. et le chapitre 3, consacré à l’Utah, à l’Arizona et au Nevada, par ici

 

1. Lost In Death Valley

IMG_5168

4/10/15. On ne s’attendait pas vraiment à ça. En 2011, par choix, nous n’avions pas mis Death Valley au programme. On se faisait donc une joie de découvrir ce lieu inhospitalier. On s’attendait à la chaleur (lun des endroits les plus chauds sur terre, tout de même), à la sécheresse. Nous avons eu tout à fait autre chose. Après avoir quitté notre casino-hôtel d’Amargosa Valley et fait un tour dans une station essence-bordel-magasin de souvenirs alien (rien que ça), on a fait un stop dans un National Wildlife Refuge méconnu, Ash Meadows. Non loin de Death Valley, il bénéficie de sources et abrite 16 espèces uniques au monde, dont le puppfish. Notre visite est rapide car il commence à flotter.

DSC02096

On file en direction de Death Valley Junction pour entrer dans le parc. Déjà, il y a un peu d’eau qui traverse la route. Pas grave, on savait qu’il allait pleuvoir et on avait déjà rayé pas mal de choses à faire (tout ce qui impliquait une route en gravier en gros…). On grimpe à Dante’s View puis on arrive à Zabriskie Point. Là, barrage des rangers. Impossible d’aller plus loin. Toute la route de Furnace Creek fermée, comme l’accès à Badwater. « C’est la première fois depuis quinze ans », nous dit l’un d’eau, nous conseillant de retourner à Las Vegas.  On décide de contourner et d’aller à Rhyolite, ville fantôme à l’entrée nord, vers Beatty. En plus d’un cimetière et de bâtiments assez bien conservés pour une ghost-town, on trouve à Rhyolite des oeuvres d’art en plein air très photogéniques. C’est le Goldwell Open Air Museum.

IMG_5242

On décide finalement de rerentrer dans Death Valley, ayant vu passer un tweet évoquant la réouverture de la route. Il pleut de plus en plus fort et on ne peut pas profiter de ces paysages lunaires. On aperçoit les Mesquite Sand Dunes avant d’arriver non loin de Panamint Springs. Là, vision de cauchemar. La vallée est presque entièrement sous l’eau et la route est recouverte de graviers, de ravines. On sort du parc par miracle et on pense être sortis d’affaire. Que nenni, la route pour Ridgecrest est presque pire. Des ravines, de l’eau de partout mais personne pour indiquer ça.

IMG_4977

IMG_5017

Après 1h30 de galère, nous arrivons au motel. Enfin. On retrouve le confort qu’on aime et des prix acceptables. C’est notre première nuit en Californie.

 

2. Lost In Sequoia

 

IMG_5973

 

5/10/15. Après la journée de la veille, pourrie par les flash floods, nous avions besoin de respirer. En tirant le rideau ce matin, Ridgecrest était encore sous le déluge. Une bénédiction pour la Californie, un étrange décor pour nous. Une fois parti de Ridgecrest, on a l’impression que la galère recommence. Une première route fermée pour flooding, puis une deuxième. Encore des détours ! Finalement, nous trouvons notre chemin non sans être passés par Randsburg, ville semi-fantôme à 30 km au sud de Ridgecrest. On rallonge donc la route pour arriver à Tehachapi (et ses champs d’éoliennes) puis à  Bakersfield. Bakersfield est une ville étrange. Des autoroutes, un quartier riche en hauteur, et, à perte de vue, des puits de pétrole. On passe rapidement en s’arrêtant tout de même devant un Muffler Man, ces immenses figurines de bord de route. Celle-ci a quelque chose de particulier : c’est un indien !

Nous arrivons enfin à Three Rivers, aux portes du Sequoia National Park. Deux solutions : se poser ou aller chercher le bon endroit pour le coucher de soleil. On prend la deuxième solution. et on trouve notre bonheur tout en haut, sur Beetle Rock, non loin du musée. Superbe.  La soirée s’achève à Three Rivers, au River View Restaurant. Cuisine simple mais top service et joli extérieur avec une vue sur la rivière. Exactement ce qu’il nous fallait.

 

IMG_5419

DSC02296

IMG_5639

 

 

6/10/15. Des fois, on se dit qu’on n’est pas super vernis. Sur trois mois, on s’attendait à quelques couacs – on a l’habitude – mais là, ça s’enchaîne un peu. Donc après les flash floods à Death Valley, pas d’ours à Sequoia ! Non, mais c’est quoi cette blague. On a vu des ours à Glacier, à Teton, au Yellowstone et on n’en verrait pas dans le parc qui en regorge. Et bien oui. Echec cuisant malgré toutes nos tentatives de la journée.

IMG_6697

IMG_6222

Partis de Three Rivers, nous avons cherché du côté de Buckeye Flat, à Crescent Meadows (spot archi réputé) et dans tout le reste du parc. Nous en avons aussi profité pour aller voir le vénérable General Sherman, tout simplement le plus grand sequoia au monde, et pour monter respirer un coup sur Moro Rock (attention aux marches, ça pique les mollets). Il était encore tôt, nous nous disions : « A Kings Canyon, ça va le faire ». Que dalle ! La route menant à Cedar Grove est fermée en raison du Rough Fire, qui sévit depuis fin juillet. Il nous restait juste à rendre visite au General Grant, un beau morceau lui aussi. Sequoia et Kings Canyon derrière nous, c’est de la route qui nous attendait jusqu’à Oakhurst, non loin de l’entrée du Yosemite. Heureusement, on a trouvé une bonne brewery pour noyer notre chagrin. Il semblerait qu’on soit plus forts pour trouver de la bière que des ours.

 

3. Lost In Yosemite

IMG_7481

7/10/15. Même si on connaît déjà le Yosemite, on ne boudait pas notre plaisir d’y retourner. Sans objectif précis, sauf celui de faire des photos sympas. Alors, nous avons quitté Oakhurst en direction de la porte Sud du parc. Enfin, c’est ce qu’on croyait. Erreur de navigation de JP et c’était parti pour 45 minutes de perdues. Finalement, nous retrouvons la bonne route, celle de Wawona, et de son charmant hôtel (et son golf ? WTF le golf dans un parc). Nous attaquons par un grand classique, Glacier Point, tout en passant par Washburn Point. En redescendant, miracle ! Un ours noir traverse la route mais on n’est pas assez rapides pour dégainer. Peu importe, on a conjuré le sort.

Arrivés à Tunnel View, il commence à y avoir du monde mais ce n’est rien à côté de la vallée. Dans notre souvenir, c’était un enfer. Et bien, ça l’est toujours. On se demande quand le NPS va décider de fermer tout ça pour y utiliser exclusivement un shuttle. Bon, au moins, nous nous sommes offerts un arrêt sympa sur la Merced River et la visite du très classe hôtel Ahwahnee, dont l’intérieur a servi de modèle à l’hôtel de « Shining ».

IMG_7001

DSC02553

 

En repartant de la vallée, on tombe sur un coyote (tiens, c’est notre jour de chance) avant de se frotter à la mythique Tioga Rd qui monte à près de 3000m avant de basculer de l’autre côté de la Sierra. Et là, sur la bas-côté, un ours noir ! Il fait le show, on prend mille photos et derrière, on voit une maman et deux oursons. Quatre d’un coup. Autant dire que la guigne de Sequoia est bien loin maintenant. C’est le coeur qu’on poursuit notre route vers les Tuolumne Meadows, Tioga Pass et la vertigineuse descente vers Lee Vining, où l’on passe la nuit. Ce soir, après avoir mangé dans une station service resto (si, si !), on dort sur les rives du Mono Lake. Sereinement… Et oui, on a vu des ours.

 

4. Lost in Eastern Sierra

DSC02703

8/10/15. Ce matin à Lee Vining, on s’est levés tôt pour une réunion Skype… Le temps de mettre au point 2-3 trucs pour les jours suivants, on est allés faire un tour au bord du Mono lake, à la découverte de curieuses formations appelées « tufas ». Magnifiques et d’un calme! Cap ensuite sur la June lake loop, une route magnifique qui traverse plusieurs lacs, asséchés ou cristallins. Il faisait chaud aujourd’hui. Encore plus dans les Travertine hot springs de Bridgeport, où l’on est allés se tremper (avec difficulté dans certains, beaucoup beaucoup trop chauds). On a ensuite emprunté une autre route magnifique, l’Ebbetts pass scenic byway, jusqu’à South Lake Tahoe où on devait passer la nuit. Beaucoup de travaux, si bien qu’on est arrivés un peu tard au coucher de soleil sur Inspiration point à Emerald bay. Ce soir, on dort en Californie, dans un hôtel hyper hype et 100% smoke-free. Pour fumer, on doit traverser la rue, ce qui nous emmène au Nevada. C’est d’ailleurs là qu’on est allés manger, en plein casino, avant de re-changer d’état. On a hâte de re-voir le lac Tahoe de jour.

IMG_7828

IMG_8195

DSC02871

 

 

4. Lost in Lake Tahoe

 

DSC03070

 

9/10/15. Une journée de roadtrip, c’est comme dune boîte de chocolats, on sait jamais sur quoi on va tomber. Et bien aujourd’hui, c’était comme ça. Avec quelques nouvelles pourries venues du Vieux Continent, la journée avait très mal commencé à South Lake Tahoe et nous avions pris du retard. Finalement, à reculons, nous sommes partis à la découverte du lac Tahoe. Pas évident en ce moment avec énormément de travaux ralentissant les déplacements. Nous sommes d’abord retournés à Inspiration Point, au-dessus d’Emerald Bay. Et plutôt que de faire le trail descendant dans la baie, nous avons choisi de multiplier les points de vue. Direction Pope Beach, une immense plage à l’Est d’Emerald Bay, puis Camp Richardson. Là, l’appel du Beacon Grill, restaurant posé sur la plage, était trop fort. Excellent ! Requinqués, on voit des kayak en bout de jetée. Ni une ni deux, on enfile les maillots et on loue un kayak pour deux. On peut le dire maintenant, le lac Tahoe ne peut s’apprécier totalement que depuis l’eau. Un moment terrible sur cette eau cristalline. Bien crevés et bien cramés, nous devions prendre la route du Nevada et de Virginia City. Mais avant, nous avions noté Zephyr Cove. Et une fois la voiture garée, c’était une évidence, il fallait profiter du coucher de soleil ici. Une jetée avec des bateaux à aube, une longue plage menant à une crique et des rochers qui donnent l’impression de flotter sur le lac. Alors, on a attendu que le soleil plonge pour se régaler des couleurs du soir.

La nuit tombée, nous avons rejoint Virginia City via Carson City. La seconde est la capitale du Nevada (ne l’oublions pas) alors que la première est une ville western avec beaucoup de cachet. Notre hôtel du soir, le Gold Hill, est l’un des premiers à avoir proposer des chambres dans le Nevada. D’ailleurs, nous dormons dans l’une d’entre elles. Et l’ambiance est au rendez-vous. Parquets qui craque, déco daté avec de vieux portraits, chambre minuscule… Une expérience en soi. Allez, bonne nuit, il paraît qu’il y a des fantômes qui rodent.

DSC02902

IMG_8573

DSC03235

 

 

 

5. Lost in Virginia City

IMG_9413

10/10/15. Bon ok. Ce chapitre a pour titre « Californie » et on va vous parler du Nevada. Ok. Mais c’est vraiment juste à côté. Aujourd’hui, on a fait simple. Pas de randos, de sport, ou autre. On s’est juste laissé porter jusqu’au centre de Virginia City. Le temps de quitter notre hôtel soit disant hanté (on vous attend les ghosts ! ). A peine le temps de dire ouf, qu’on quitte les fantômes pour retrouver des zombies. Si, si. La très jolie ville ancienne de Virginia City accueillait ce samedi la Red Run, une course où tout le monde peut venir grimé en zombie. On a ainsi assisté à un « zombie walk » dans les rues de l’historique Virginia City. Juste insensé. Mais cette course nous a aussi un peu compliqué la tâche. On a visité VC en plusieurs fois. Magasins, saloons, cimetière, mine, le tout en slalomant entre les mort-vivants. Finalement, après avoir descendu une bière et déjeuné au Red Dog Saloon, nous avons repris la route. Oui, aujourd’hui était une journée light. Nous avons filé, en passant par Reno, vers Susanville (Californie). Sur la route, nous avons croisé un arbre à chaussures, toujours sympa à prendre en photo, avant d’arriver à Susanville, ville sans autre vertu que d’être à quelques dizaines de kilomètres du parc de Lassen. On vous l’assure. Quand les Mamas & Papas ont écrit « California Dreamin' », il y a fort à parier qu’ils n’ont pas eu l’idée à Susanville. Du coup, repos pour repartir de plus belle demain matin. See U.

IMG_9897

 

6. Lost in Lassen & Trinity

IMG_0255

11/10/15. Ce matin nous a confirmé que Susanville, même si pratique, n’était pas la meilleure étape sur notre parcours. Les rues sont vides et pourtant, on avait galéré à trouver un logement ici en plein week-end… On traverse Chester, au bord du lac Almanor, qui paraît bien plus indiquée. Aujourd’hui, beaucoup de route : plus de 5 heures. On commence par le Lassen volcanic national parc, qui fête cette année les 100 ans de son éruption. C’est magnifique : une route splendide qui serpente entre les fumerolles et des feuilles qui s’envolent au vent… Un peu de monde car on est dimanche, mais rien comparé aux autres parcs du secteur. On fait une partie de la rando emblématique, qui mène à Bumpass hell avant de finir en voiture. On est aussi passés par le McArthur and Burnell memorial state park monument, des chutes spectaculaires qui fêtaient aujourd’hui l’Heritage day. On attrape ensuite une route aussi sportive qu’exceptionnelle : la Trinity scenic byway. Elle fait déjà partie de nos grandes surprises du roadtrip 2015. Ce coin, assez méconnu et qui ne ressemble en rien à la Californie « cliché » est une pure merveille : des lacs, des animaux, des petites villes charmantes avec chacune leur identité. C’est même là que le Bigfoot a été le plus « signalé » (il a son musée à Willow creek). On a déjà noté de revenir. Ce soir on dort sur la côte Pacifique qu’on est tout heureux d’atteindre. A Eureka !

IMG_0468

IMG_0637

DSC03421

 

 

 

 

7. Lost on the Pacific Coast

IMG_1906

12/10/15. Pour faire le résumé du soir, c’est la guerre. Nous sommes obligés d’écrire depuis les toilettes de notre B&B, seul endroit où le Wifi est potable. Bref, nous étions à Eureka hier soir et donc ce matin, nous sommes partis à la découverte de cette ville assez étrange (comme ses rues à sens unique) . Déjà, les gens sont assez… spéciaux. On trouve quelques beaux spécimens de babas, quelques messieurs qui parlent seuls. Là n’est pas le sujet. Eureka a tout de même quelques belles choses à dévoiler, comme la Carson Mansion, son théâtre ou son boardwalk. Nous avons ensuite pris la route 101 pour Ferndale, un peu plus au sud. Très jolie bourgade cossue avec un cimetière en pente très particulier.

L’Avenue of the Giants nous attendait alors. Un chemin qui traverse les plus belles forêts de séquoias du secteur. C’est beau mais on n’a pas accroché. Peut-être la proximité de notre visite à Séquoia NP. En tout cas, devoir payer 6 $ pour faire passer la voiture dans un séquoia, très peu pour nous. De plus, leur carte est tout simplement incompréhensible. On était finalement content de quitter l’avenue, alléchés par la découverte de la Lost Coast.

Cette dernière est un immense secteur sauvage qu’esquive la fameuse route 101. Il faut soit l’attraper par Ferndale (version longue) ou alors par Garberville (version courte) pour aller à Shelter Cove. Ce qu’on a fait. 45 minutes d’une route terrible, de véritables montagnes russes. Mais le jeu en vaut la chandelle. Shelter Cove est un petit paradis. Quelques maisons, très peu de commerces, deux ou trois hôtels. Nous descendons au phare et à la plage de Mal Coombs. Là, du sable noir, deux manchots et des phoques nous attendent. Endroit sublime, comme le reste de la ville. On se sent seuls au monde, surtout à cette période de l’année.

Tout se passait bien, jusqu’à ce qu’on veuille rejoindre notre port du soir, Mendocino. Le GPS se gourre et on prend 1h30 de retard. On se retrouve sur la route 101 en pleine nuit. Sauf que cette portion est vraiment difficile. On est tout heureux d’arriver à Cleone pour remplir le réservoir (sur la réserve) et on en profite pour discuter avec un couple qui voyage dans un bus scolaire aménagé. So cool. Finalement, Mendocino ! On s’installe et on file dans un pub irlandais. Endroit parfait pour le réconfort. Demain, on reprend la route sur la côte.

 

 

IMG_1311

IMG_1629

 

13/10/15. Après la soirée terrible de la veille (erreur de GPS, route de nuit, etc…), on était bien content de se réveiller tout doucement dans notre B&B. Un petit tour à pied dans Mendocino et nous voilà de retour pour le breakfast. Notre meilleur du séjour ou pas loin : saucisses, oeufs brouillés southwest et french toasts. Excellent café. Le tout en musique avec Hollie. Très sympa. On doit quitter le B&B pour revenir sur nos pas vers Fort Bragg. Un tour à la Cabrillo Lighthouse et à la Glass Beach, avec des morceaux de verre polis par l’océan. Tout ça en héritage d’une ancienne décharge. De retour à Mendocino, nous nous mettons en quête des loutres de mer mais nous tombons seulement, à Big River, sur un phoque en train de se faire rôtir bien loin de l’océan.

IMG_2801

IMG_2065

De retour sur la 1, nous passons par le phare de Point Arena puis la plage, après une petite marche, de Bowling Ball. Oui, avec des rochers qui ressemblent à des boules. Assez photogénique. On voit défiler les villes : Sea Ranch, Jenner (très beau Goat Rock SP) avant d’arriver enfin à Bodega Bay (après avoir croisé un wapiti face à la mer). Pas de temps à perdre. Si on veut un coucher de soleil sur l’océan, c’est maintenant. A Bodega Bay, on arrive à Bodega Head pour voir la sphère tomber littéralement dans l’eau. Sublime. Sur la 1, ça se passe tout le temps comme ça. Tout le monde s’arrête et trouve un bon spot à ce moment-là. Une superbe communion pendant quinze minutes. Allez, il était temps de rentrer au motel. Santa Rosa pour la nuit. Demain, on ne sait pas trop de quel côté nous allons balader.

IMG_2253

DSC03591

IMG_3021

 

 

8. Lost between Point Reyes & Napa Valley

IMG_3552

14/10/15. Vu qu’on avait pris un peu de retard les jours derniers, il a fallu revenir sur nos pas. Alors, en partant de Santa Rosa, nous sommes retournés sur la côte. D’abord pour un passage à Bodega, où l’on retrouve l’église et l’école ayant servi au tournage des « Oiseaux » d’Hitchcock, puis à Bodega Bay et son joli port. La route menant à Point Reyes n’est pas une sinécure. Il faut contourner Tomales Bay, longer tous les villages de pêcheurs avant de pouvoir s’enfoncer dans les terres vers le phare. Sur le chemin, des buses, des elks, des mule-deers… On arrive finalement au bout sous un épais brouillard. Pas de chance, l’escalier menant au phare est fermé. On se rabat alors sur Seal Overlook. Après une petit marche, on arrive devant la colonie de phoques tandis que le brouillard s’évapore peu à peu.

Pas de temps à perdre, direction Napa, la Mecque américaine du vin.  où nous attendait une dégustation au Eleven Eleven. Aurélien, français, a ouvert l’endroit il y a peu avec Elie et Carol. Si le frenchie est à Hawaii, Elie (et Hollie, et Laura) nous reçoivent et nous font déguster les vins de la propriété. On parle voyage, vins, de Paris et de San Francisco et bien sûr de la propriété. Un bon moment. Un peu chancelants, on traverse les vignes en vitesse pour arriver à Sonoma au coucher du soleil. Mais ce n’est pas notre dernière étape. Ce soir, nous dormons à Mill Valley. Car demain, c’est San Francisco les Roadies !

 

IMG_4110

IMG_4085

IMG_3782

 

9. Lost in San Francisco

IMG_4726

15/10/15. Il fallait bien que ça arrive. Nous revoilà dans une grande ville, San Francisco, deux mois et demi après Austin et deux semaines après Las Vegas (mais bon, Las Vegas, ça compte pas vraiment ^^). L’objectif du jour était simple : visiter Alcatraz. Quatre ans après avoir manqué le rendez-vous. Cette fois, nous avions tout prévu… ou presque. On est parti vers 11 heures de notre motel de Mill Valley et l’on devait, après avoir traversé le mythique Golden Gate, passer par le Visitor Center avant de rejoindre l’Embarcadero. Sauf que les travaux (et plusieurs rues barrées) ont rendu la tâche compliquée, voire horrible. Il nous aura fallu plus de deux heures pour faire un trajet qui doit en mettre tout au plus une heure. Et du coup, c’était la course. Nous sommes arrivés deux minutes avant le départ du bateau (25$ de parking au passage, le kiff). Bon, encore choqués, nous arrivons sur Alcatraz. Quelle beauté. Quelle histoire. Franchement, même la foule ne nous a pas empêchés de nous plonger dans les histoires de cette ancienne prison.

Le vent, le fog nous attendait à notre retour à l’Embarcadero. Le bateau, ça creuse, alors direction un bon resto sur la Pier 39 (pas toujours évident) : le Fog Harbor Fish House. Clam chowder, sandwich au crabe et fish & chips. Yummy… Il nous reste une heure avant la fin du parking (oui, quand on paie 25 $, on en profite jusqu’au bout !). On passe au Fisherman’s Wharf et chez Ripley It Believe or Not. Kezako ? On avait envie de pousser les portes d’un depuis longtemps. Alors, c’est une sorte de musée funky, comme un cabinet de curiosités. Très drôle.

La journée se termine dans un lieu qu’on adore. Une laverie ! Non, on plaisante. Pas n’importe quelle laverie. Brainwash dans SoMa (South of Market). Une laverie-bar-resto et stand up ce soir là. Allez, faut qu’on plie le linge. Des bises les Roadies.

 

IMG_4210

IMG_4431

 

16/10/15. Aujourd’hui, tout a tourné autour d’un petit pont rouge à peine connu…. Voui, le Golden Gate. On s’est dit, on va faire toutes les meilleurs vues du GGB pour pondre un bon papier. Alors, le café avalé, la maison de Mme Doubtfire spottée, et après un petit tour à l’imposant Palace of Fine Arts, on s’est mis en quête des meilleures vues du Golden Gate et de San Francisco. D’abord Crissy Fields et sa plage puis Fort Point pour deux vues côté sud, depuis le bas. Au-dessus, il y a Battery Lancaster et le Welcome Center. De l’autre côté, on trouve Vista Point en haut (pas mal pour y faire un tour à pied car beaucoup moins bondé que Battery Lancaster) et Fort Baker en bas. On a surtout adoré la route des Marin Headlands, avec deux belles vues, Battery Spencer et Hawk Hill, la deuxième offrant vraiment une très belle vue d’ensemble (ville + pont + Alcatraz). Et surtout, avec le ciel bleu aujourd’hui.

IMG_5758

Arrivés à Sausalito, nous en avons profité pour refaire un tour vers les house-boats, des maisons flottantes. La dernière fois, nous les avions vu dans le fog. Cette fois, les conditions étaient parfaites. On décide même de manger un bout, chez Fish sur le port. Moment agréable écourté par une tablée de têtes blondes particulièrement agitées. Les oreilles explosées, on repart sur SF. Au programme : Baker et China Beach (pour voir encore le GGB), Ocean Beach et Sutro Baths, une ancienne piscine abandonnée, juste en dessous d’une institution, la Cliffhouse.

La nuit est tombée. Que faire ? Allez, c’est parti pour quelques « nightshots ». Twin Peaks, la plus belle vue global de la ville, Battery Spencer (encore) et le Palace of Fines Arts (encore). Pfiou. Il était temps de revenir au motel et de trouver un restaurant, pas évident le vendredi soir. Finalement, on jette notre dévolu sur le Tipsy Pig (un régal). Demain, on va délaisser un peu le pont rouge pour découvrir de nouvelles choses.

 

IMG_5407

IMG_6022

IMG_6926

 

17/10/15. San Francisco, épisode 3; Cette fois, pas de voiture pour nous traîner. Nous prenons nos affaires et direction le bus de bon matin. Premier arrêt au Wharf pour renifler les sandwichs au crabe, glisser quelques pièces dans la vieilles machines du Musée Mécanique et jeter un oeil au sous-marin USS Pampanito. Premier arrêt shopping.

DSC04177

S’ensuivait le long chemin de croix pour prendre le cable car, ligne Hyde Powell. De l’attente, de l’attente et encore de l’attente. Avec autant d’attente, on prend la ligne en entier pour s’arrêter à Market St. Là, re-shopping. Par hasard, on croise deux Français chez Urban Outfitters et on refait le monde entre le cintres. A peine sortis, on tombe sur un combi VW qui nous dit quelque chose. C’est Nestor, avec à son bord deux français (Elle et Il ;-)), qui parcourent le Canada et les Etats-Unis en ce moment. On avait prévu de se voir le soir. Finalement, ce sera un peu plus tôt. On se retrouve chez Levis, avant de partir faire un tour à Mission (les graffs de Clarion Alley, l’activité bouillonnante) puis devant la « famous » Maison Bleue. Et cela se poursuit à Fort Point, avec un apéro cheddar-chips-bières devant un Golden Gate en train de s’allumer. Royal. La soirée se termine dans un restaurant de Chestnut St., le Causwell. Bon mai cher et un peu minimaliste on va dire. Demain, nous reprenons la route. On doit la descendre cette satanée côte.

 

Merci à San Francisco pour l’accueil réservé. Nous avons pu tester le Pass San Francisco et la Go Card San Francisco. Deux cartes passe-partout dont nous vous reparlerons bientôt. 

 

 

IMG_7569

IMG_8070

11. Lost on the Pacific highway again

IMG_8793

18/10/15. Et c’est reparti. En fait, avant de quitter San Francisco. Nous avions deux choses à faire : prendre Lombard Street, la fameuse crooked street et revoir des expatriés que nous avions croisé la veille en plein shopping. Ainsi, à quelques pas de notre hôtel, nous retrouvons Cédric pour une très agréable discussion-petit dej à La Boulangerie de SF. Le temps file à une vitesse grand V et, après avoir croisé d’autres Français expatriés, nous quittons San Francisco pour Pacifica. Là où l’on voit nos premières baleines. Les plages s’enchaînent (dont un spot de surf archi connu, Mavericks), les champs de citrouilles (festival à Half Moon Bay) se multiplient. On passe par Pescadero, on s’arrête à Pigeon Point. Nous y voyons des dauphins. La suite du trajet nous amène à Ano Nuevo State Park. Dans ce parc, on y trouve une île abandonnée, habitat des éléphants de mer. Malheureusement, le trail est fermé et nous ne voyons l’île qu’à très bonne distance. En fin d’après-midi, nous arrivons dans la grande ville du secteur, Santa Cruz. Ambiance surfer cool. On longe le très beau West Cliffs Drive avec plusieurs arrêts (lighhouse, pier, Natural Bridges SP). Malheureusement, le soleil joue à cache cache avec les nuages et nous n’aurons pas notre coucher de soleil à Santa Cruz. Il faut nuit maintenant et hormis un mini-arrêt à Castroville pour voir un artichaut géant, nous filons vers Carmel. La ville est presque endormie, avec peu de lumière. Après un essai infructueux dans un restaurant que l’hôtel nous avait conseillé, on débarque au Demetra Cafe. Quelle ambiance ! Ce resto méditerranéen tenu par un Jordanien est l’une des trouvailles du séjour (même si les prix sont « Carméliens »). La panse bien remplie, on s’endort crevés. Demain, encore la 1.
IMG_8699
-
IMG_8455
-
DSC04222
 19/10/15. Et si on reprenait un peu plus de 101.
IMG_1355
Mais l’objectif du jour avait un potentiel « cute » énorme. Nous voulions voir des loutres de mer, petit animal à fourrure qui fait pousser des gniii. Alors, direction Monterey et Cannery Row, un spot réputé. On navigue sur le boardwalk. Rien. On tente un, puis deux, puis trois autres. Rien. Finalement, on en aperçoit une très loin. Pour se rassasier, on entre à l’aquarium pour observer les leurs (en bassin) et profiter de leurs points de vue. Et là, on en voit d’autres. On finit par quitter le secteur pour Lovers Point,  superbe petit parc en bord d’océan. Et là, bim, encore de la loutre et encore plus proche. Victoire.
IMG_0450
DSC04385
Le petit shooting passé (elles ne sont pas farouches), on file sur la 17 mile Drive dont la partie payante part de Pacific Grove pour arriver à Carmel (ou inversement). Impressions mitigées sur ce tronçon. C’est un peu cher (10$) pour observer le littoral et les golfs des personnes aisées qui ont posé leurs jolies maisons ici. Finalement, après Carmel (mission et Tor House), on a plus profité de la Point Lobos State Reserve. Aussi cher (10$) mais plus sauvage et très beau.
Bref, pas le temps de révasser, Big Sur nous attendait. Cette portion mythique de la 1 nous avait laissé sur notre faim en 2011 avec pas mal de brouillard. Pas cette fois. Des panoramas au top, le Bixby Bridge, Point Big Sur, les McWay Falls… Sauf que nous avons connu la plus grosse galère du séjour. A peine garés sur un pullout, Delphine descend, un gros coup de vent et le panneau « work zone ahead » s’envole, manque de décapiter Delphine et vient exploser la vitre arrière de la voiture.
IMG_1593
C’est donc avec une voiture ouverte que l’on a parcouru Big Sur (et oui, c’est arrivé à Bixby Bridge) et l’on vient d’arriver à San Luis Obispo. On a vidé entièrement la voiture. Et demain, on s’occupe de la paperasse.
20/10/15. Après la galère, il faut bien reprendre la marche en avant. Alors, ce matin, direction le loueur de voiture pour essayer de changer notre Santa Fe avec une lunette arrière en morceaux. A San Luis Obispo, le loueur me renvoit sur Pismo. Ce dernier me dit d’abord qu’il n’a pas de voiture avant de finalement trouver par miracle un Chevrolet Suburban. On repart donc avec une voiture plus grande. Le temps de transvaser toutes les affaires, nous voilà de retour sur la 1. Un tour dans San Luis Obispo pour voir la Bubblegum Alley, une ruelle peut ragoutante avec des chewing-gums collés partout (il y a la même chose à Seattle), puis le Madonna Inn, une institution rose bonbon.
En raison de la voiture, nous avons largement allégé le programme et nous passons par la jolie Pismo puis devant la propriété de feu-Michael Jackson, Neverland, à Los Olivos. Pas grand chose à voir, le portail étant fermé et gardé.
IMG_1699
Alors, nous arrivons à Santa Barbara et abandonnons finalement l’idée d’aller au zoo de la ville pour aller sur le Stearns Wharf. Pourquoi ? Car Delphine voulait tester des abalones (ormeaux) et un restaurant en cuisine là-bas. On parvient à trouver une table en terrasse du Shellfish Cie pour déguster ces abalones (et un sandwich au lobster pour JP). Excellent !
IMG_1776
IMG_2097
DSC04440
IMG_2036
Le ventre plein et l’esprit plus léger, on repart direction Los Angeles (petit arrêt à l’immense arbre qu’abrite SB). Et là, ben, c’est l’arrivée sur LA. Des bouchons pour commencer, pour poursuivre et pour finir. Heureusement, l’arrêt à Surfer’s Point à Ventura nous donne une point de vue orangé sur les palmiers. Il fallait repartir. Destination : Hermosa Beach, où nous sommes accueillis par toute une famille d’expats. Un accueil royal et un très bon moment. Demain, encore crevés par nos dernières mésaventures, on devrait faire léger.

 

IMG_2301

IMG_2445

 

12. Lost In Hermosa Beach

 DSC04719

21/10/15. Nous sommes à Los Angeles, les Roadies. Enfin, à LA, pas exactement. Nous sommes précisément à Hermosa Beach, l’une des municipalités qui jouxte LA, comme Manhattan Beach ou Long Beach. Alors que Venice, par exemple, est un quartier de LA. Bref, tout ça pour dire qu’on est à LA mais pas vraiment. Après nos péripéties de voiture et un gros rhume (c’est ça de rouler avec le coffre ouvert, hahahaha), on avait décidé de prendre une journée off et de vivre au rythme de nos hôtes. Alors, réveil tardif, ptit dej royal, virée chez Whole Foods et tour des écoles pour récupérer les enfants…. On est tout de même sortis pour voir le coucher de soleil sur le strand (le boardwalk) d’Hermosa Beach. Cette ville est rarement cochée par les roadtrippers comme un camp de base pour visiter LA (ils lui préfèrent souvent Venice ou Santa Monica). Believe us. Pour reprendre des forces, on a fini par un combo sushis-mojitos. Demain, on rentre dans le coeur de LA.

 

IMG_2680

DSC04794

 

13. Lost In Los Angeles

IMG_3801

22/10/15. Dur dur de quitter Hermosa Beach et nos hôtes ce matin. Il fallait pourtant avancer et repartir à la découverte de Los Angeles. Le premier arrêt, un peu forcé, était sur Hollywood Boulevard pour récupérer de la paperasse. On en a profiter bien sûr pour marcher sur les étoiles et devant le Chinese Theatre, jeter un oeil au panneau Hollywood. Mais il faut bien l’avouer, Hollywood Bvld, sa nuée de touristes, ses personnages déguisés (plus ou moins bien), et ses sollicitations tous les cinq mètres lasse très vite. Alors, cap sur le downtown, un quartier que l’on n’avait pas parcouru en 2011. Là, nous souhaitions voir le Grand Central Market, ses étals de fruits et légumes et ses petits zincs pour casser une croûte, et le Bradbury Building. Ce dernier a une architecture intérieure reconnaissable entre mille, et encore plus pour les fans de Blade Runner, de The Artist ou de Wolf.

Après Downtown, nous devions partir pour Ventura, où de nouvelles aventures nous attendent demain. Mais sur la route, il y a Santa Monica, que nous ne connaissions pas. Alors, après une bonne rasade de bouchons, direction la pier et le panneau de fin de la Route 66. Mythique. C’est sur cette image et un repas plus que moyen chez Bubba Gump que nous terminons la journée. Ou presque. Il fallait encore faire une petite heure de route pour Ventura. See U.

DSC04993

IMG_3112

DSC05068

 

14. Lost In Channel Islands

IMG_4930

23/10/15. Ventura, la mer, les palmiers, le calme à une heure de LA. Surtout, Ventura et ses croisières pour les Channel Islands. Cet archipel au large de Ventura et Santa Barbara,accessible seulement en bateau, est un parc national, et le moins visité des « Lower 48″. On avait choisi de s’y rendre et pour ce faire, nous avions sélectionné une des îles, la plus grande, Santa Cruz. On a ma commencé la matinée en se trompant de bateau (bon, on nous avait mis sur la mauvaise voie). « Non, non, nous c’est bien à Scorpion Ranch qu’on va ». Sur le trajet aller, régalade. Outre les vues sur la côte, les îles, un immense porte-containers et quelques plateformes pétrolières, on a pu apercevoir des phoques et surtout un groupe de dauphins joueurs. Sublime. Une fois arrivés sur l’île, nous repérons les lieux : le ranch (encore habité), les bureaux des rangers, la plage, le campground et basta.

On part sur une petite marche guidée, grimpant sur les falaises de Santa Cruz. JP pousse même jusqu’à Potato Harbor, et son eau turquoise. Chacun de notre coté, on arrive à voir les renards de l’île. Sans prédateurs, ils se multiplient. Mais leur nourriture étant très limitée (baie, insectes…), il sont très petits, de la taille d’un matou. Finalement, après une sieste sur la plage, nous voilà repartis pour Ventura. Un stop au gift-shop puis retour sur la 1 et ses plages, à Malibu notamment. Ce soir, après la bouchons, nous sommes arrivés à West Hollywood. See U.

 

IMG_4694

IMG_4442

IMG_5205

IMG_5895

 

 

 

15. Lost In Los Angeles

IMG_6374

24/10/15. Rude journée. Au réveil (le plus tardif du séjour) ce matin dans l’appartement de West Hollywood à Los Angeles, nous sommes tous les deux plus malades que jamais. Du coup, les plans ont été grandement allégés pour la journée. Un passage devant La Poubelle (le resto, si si), quelques photos du Hollywood Sign, une grimpette sur Mulholland Drive puis une virée sur Wilshire Blvd avec des parties du mur de Berlin, le café-lieu de tournage Johnie’s Coffee (remember The Big Lebowski ou Reservoir Dogs) et le magasin « harry-potteresque » Whimsic Alley.

Après un bon tour à la pharmacie, direction Long Beach, que nous avons choisi surtout pour son emplacement. Mais avant la chambre, nous avions deux trois choses à faire : « the pole », un immense mat (on vous racontera un jour l’histoire de « Ski » Demski), la plus étroite maison des US (selon le Guinness) et enfin la Korean Frienship Bell, le spot pour voir le coucher de soleil. Il nous restait quelques forces pour faire les courses chez Trader Joe’s et se carapater dans la chambre. A demain.

 

IMG_6132

IMG_6595

IMG_6648

 

 

16. Lost on the Pacific Highway again 

IMG_7280

25/10/15. A Long Beach, on a vite sorti la tête du motel le plus pourri du séjour, et de loin. Problème, on est toujours malades. On décide d’aller à l’essentiel. Un tour devant le Queen Mary, et tracer la route en direction de San Diego. On laisse défiler les stations balnéaires : Huntington Beach, Newport Beach, Laguna Beach… Finalement, on arrive à San Diego et dans le quartier d’Ocean Beach, où nous avions réservé. Delphine off, je (JP) vais du côté d’Encinitas pour voir le Self Realization Fellowship Garden, un jardin de méditation qui a vue sur l’océan. Pas de bol, c’est fermé depuis dix minutes. Alors, je file à La Jolla pour le coucher de soleil. Cette ville, quelques minutes au nord de San Diego, a vraiment quelque chose de spécial. Heureux d’y être retourné. De retour à San Diego, on va se chercher des nouilles et au lit. On a besoin de repos.

IMG_6973

 

17. Lost between San Diego & Salton Sea

IMG_7522

25/10/15. Il fallait dire au revoir à l’océan. Alors, la tête encore dans le sac, on a pris la route de Downtown San Diego en passant par Old Town et l’on s’est arrêté devant la statue (que l’on avait ratée deux fois) Unconditional Surrender, juste à côté de l’USS Midway. Une statue immense signée John Seward Johnson II basée sur la photo du baiser entre un marin et une infirmière à Times Square à la fin de la 2e guerre mondiale. Du port, nous sautons vers l’île de Coronado et son hôtel de grand luxe (belles plages également).

La suite doit nous emmener vers Palm Springs. Pour ce faire, nous avons prévu de passer par l’est de la Salton Sea. Pour voir d’abord à Niland la Salvation Mountain de Leonard Knight, une oeuvre religieuse multicolore, aperçue dans Into The Wild notamment. Juste derrière se trouve Slab City, un campement, une ville même, accueillant gens de passage, campeurs, trailers… Un esprit différent, bien loin des quartiers clinquants de LA. A quelques kilomètres de Slab City, il y a Bombay Beach. Là, aussi, l’endroit détonne. La Salton Sea, ce lac accidentel, a eu son heure de gloire avant de voir sa salinité augmenter dans des proportions inquiétantes, tuant bon nombre de poissons. Le sel a tout abimé sur son passage. Aujourd’hui, il reste des habitants mais aussi beaucoup de trailers et de maisons abandonnés, rongés par le sel. Par terre, des poissons morts et dans l’air, une odeur prégnante.

Nous voilà ensuite à Palm Springs. En fait, nous revenons ici jusque pour dormir au Saguaro Hotel. On vous montre ça vite.

IMG_7737

IMG_7984

 

 

18. Lost in the desert

 

 

IMG_8125

 

27/10/15. Se réveiller dans un hôtel multicolore avec une piscine immense entourée de palmiers, c’était « so Palm Springs« . Le Saguaro, superbe expérience à reconduire au plus vite. Nous faisons d’abord un tour rapide dans la ville, d’un calme improbable. Direction la famous (sur Instagram et Pinterest en tout cas) « pink door », un détour par l’aerial tramway et nous voilà sur la route, entourés par les champ d’éoliennes. A Cabazon d’abord, où nous retrouvons les dinosaures géants, une roadside attraction type. A Landers ensuite, où nous ne pouvons entrer à l’Integratron, un observatoire d’ovnis (dommage, c’était pour poursuivre notre collection d’aliens).

De fil en aiguille, nous arrivons à Barstow. Retour sur la 66 encore une fois, sur une portion que l’on ne connait pas encore. On passe d’abord à Calico, la ghost town. En fait c’ets un grand mot. Calico n’a pas grand chose d’une ghost town. C’est plus un parc d’attraction avec entrée payante. Une ghost town avec la rue principale en bitume, c’est, disons, original. Au moins, Calico nous aura amené près du Peggy Sue Diner, un vrai morceau de memorabilia « route 66″. Le diner est la propriété de La Peggy Sue, celle de la chanson de Buddy Holly.

De légende en légende, nous buvons une bière au Bagdad Cafe, lieu de tournage du film, à Newberry Springs. En lisant les petits mots au mur, en feuilletant le livre d’or, on se rend compte que la clientèle est essentiellement française (le film a cartonné en France). « Oui, c’est 95 % de nos clients », nous dit la serveuse. Direction Amboy ensuite et le Roy’s, tout aussi mythique mais la nuit est déjà là (et oui, rideau à 18h) et nous avons prévu de dormir à Needles. En plus la 66 est fermée au niveau d’Amboy. On arrive à 20h30, on récupère les clés de notre motel à 38$ et on mange un bout. Sur la 66 toujours.

IMG_8378

DSC05504

 

 

 

To be continued

11 responses à “Lost In The USA, 3 mois au jour le jour, chapitre 4 : la Californie

  1. Un petit coucou aux globe-trotteur, c’est vraiment bien votre road trip. Nous chanterons sans toi dimanche à Treffort, sniff. Gros bisous

  2. vous faites des photos superbes! celle du cerf (ou que sais-je) devant la mer brumeuse est sublime. et celle de Delphine en robe rouge dans la brume est simplement geniale. Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *