Roadtrip de Noël 2022 à New York, Chicago et au Texas : le bilan

La grande année de voyages a débuté les Roadies. Pour le premier trip de notre année sabbatique, nous avons mis le cap, à la période des fêtes, sur New York, puis Chicago et enfin le Texas. Un voyage de 40 jours très dense et varié. Il y a eu la quinzaine, diablement intense, à New York, un voyage en train, un passage à Chicago, un nouveau voyage en train, puis une vingtaine de jours au Texas, entre recherche (inaboutie) d’un van et mini-roadtrip dans l’ouest de l’état. C’était aussi la première fois que nous mettions les pieds aux Etats-Unis pour Thanksgiving et pendant la période des fêtes de Noël. Une expérience unique.

Ce voyage aux multiples facettes, à la fois city trip, train trip et road trip, a répondu à presque toutes nos attentes. Moins d’un mois après le voyage, nous voilà prêts à vous raconter tout ça et à faire le bilan. Nos coups de coeur, nos coups de gueule, les moments WTF (what the fuck?!), les awards, et tout un tas d’informations (budget, parcours, hôtels…) pour vous guider pour un voyage dans ces coins. Et même si après la lecture de ce bilan toujours touffu, vous avez d’autres questions, on attend vos commentaires !

Tout savoir sur notre Christmas trip

Objectif et préparation du roadtrip 

L’objectif ? C’était le premier voyage de notre année sabbatique et on voulait marquer un grand coup. Et ce gros coup, c’était New York. Et oui, 15 ans qu’on n’avait pas mis les pieds dans la grosse pomme. Allez, hop, 15 jours pour commencer afin de bien prendre la mesure de la tentaculaire ville, de profiter de Thanksgiving (avec la parade de Macy’s) et d’une ambiance bien Noël. On en avait aussi marre de ne pas pouvoir vous conseiller correctement sur New York.

Après, nous voulions retourner au Texas pour essayer d’acheter un van pour nos prochains voyages. Comment y aller ? Un petit coup d’avion NY-Austin ? Non, on s’est dit qu’un voyage en train, inédit pour nous, était idéal. Le plus rapide, pour aller de NY à Austin en train était de passer par Chicago.

Allez, profitons en pour faire une petite visite en hiver de la grande ville de l’Illinois (et une cure de deep-dish pizza). Puis le Texas où notre programme était libre. Voir les amis, chercher le van et faire quelques découvertes.

On aurait pu rentrer direct d’Austin en Europe mais Delphine avait trop envie de voir les décorations de Dyker Heights à NY et le sapin de Rockefeller Plaza. Du coup, on a fait une escale d’un jour à New York avant le retour.

Est-ce qu’on a tout réservé ? Non. On a beaucoup bossé et préparé New York, comme il est de coutume (quasi obligatoire à NY). On vous prépare plein d’articles sur le sujet. Sur Chicago, on a aussi tout calé. Réservations des hôtels, des trajets en train, des activités… Restait le Texas, où l’on a géré au jour le jour. La location de voiture a été faite la veille de la prise du véhicule. Quand on a décidé de visiter l’ouest de l’état, nous avons réservé nos hôtels le soir pour le lendemain. Ce qui se fait très bien à cette époque…

Timing et parcours

Au total, nous avons parcouru 4 états en 41 jours. Un rythme tranquillou mais qui est normal. 15 jours à NY (2 au retour), 3 à Chicago puis le reste au Texas tout en faisant un mini crochet par le Nouveau-Mexique, pour une toute petite nuit.

Nombre d’états traversés : 4. New York (16 nuits, New York x 16), Illinois (3 nuits, Chicago x3), Texas (18 nuits, Austin x 11, Fredericksburg, San Angelo, Fort Davis, Terlingua, Big Bend, Fort Stockton, San Antonio), Nouveau-Mexique (1 nuit, Carlsbad)

Et en train ? On va pas les comptabiliser quand même !? Pour aller de New York à Chicago, nous avons traversé l’état de New York, la Pennsylvanie, l’Ohio, l’Indiana pour arriver en Illinois. Pour le trajet Chicago-Austin : Illinois, Missouri, Arkansas, Texas… On a passé deux nuits dans le train.

L’itinéraire en détail

Premier chapitre : New York
  • J1. De Genève à New York. Nuit à New York (Manhattan) au CitizenM Bowery
  • J2. New York : Chinatown, Little Italy, Mémorial et Musée du 11-Septembre, Oculus, Soho, Greenwich Village… Nuit à New York (Manhattan) au CitizenM Bowery
  • J3. New York : Musée d’Histoire Naturelle, Central Park, Times Square, Chinatown… Nuit à New York (Manhattan) au CitizenM Bowery
  • J4. New York : Madison Square Garden (match des Knicks), Macy’s, Empire State Building, Chinatown… Nuit à New York (Manhattan) au CitizenM Bowery
  • J5. New York : Harlem, Central Park, Rockefeller Plaza, Williamsburg… Nuit à New York (Brooklyn) au Pod Brooklyn
  • J6. New York : Statue de la Liberté, Ellis Island, FiDi (Financial district), Williamsburg… Nuit à New York (Brooklyn) au Pod Brooklyn
  • J7. New York : Brooklyn avec Bushwick et Williamsburg. Nuit à New York (Brooklyn) au Pod Brooklyn
  • J8. New York : Meatpacking, Chelsea, Hudson Yards, High Line, Top of The Rock, Times Square, Williamsburg… Nuit à New York (Brooklyn) au Pod Brooklyn
  • J9. New York : Williamsburg, Dumbo, pont de Brooklyn, Grand Central, Summit One Vanderbilt, Bryant Park… Nuit à New York (Brooklyn) au Pod Brooklyn
  • J10. New York : Williamsburg, Red Hook, Long Island City… Nuit à New York (Queens) au LIC
  • J11. New York : Long Island City, messe à la Brooklyn Tabernacle, Brooklyn Heights… Nuit à New York (Queens) au LIC
  • J12. New York : Roosevelt Island, Times Square, spectacle des Rockettes, repas au Ellen’s Stardust… Nuit à New York (Queens) au LIC
  • J13. New York : Astoria, concert au Brooklyn Steel, Long Island City… Nuit à New York (Queens) au LIC
  • J14. New York : Midtown, gonflage des ballons de Thanksgiving, Times Square, Bryant Park, Speakeasy… Nuit à New York (Manhattan) au Sonder The William
  • J15. New York : parade de Thanksgiving, repas de Thanksgiving. Nuit à New York (Manhattan) au Sonder The William
  • J16. Matinée à New York puis train New York – Chicago. Nuit dans le train
  • J17. Arrivée à Chicago (Illinois). River North, Millenium Park, The Loop… Nuit à Chicago (Illinois) à l’Acme Hotel
  • J18. Chicago : Magnificent Mile, Wrigleyville, Willis Tower (Skydeck), Navy Pier… Nuit à Chicago (Illinois) à l’Acme Hotel
  • J19. Chicago : croisière architecture sur la Chicago River, Pilsen, Lincoln Park Zoo… Nuit à Chicago (Illinois) à l’Acme Hotel

Voir le compte-rendu en live de cette première partie du trip

  • J20. Train entre Chicago et Austin (Texas). Nuit dans le train
  • J21. Train entre Chicago et Austin (Texas). Arrivée à Austin. Nuit à Austin chez des amis
  • J22. Austin : récupération de la voiture. Nuit à Austin chez des amis
  • J23. Austin : recherche d’un van, South Congress, East Side… Nuit à Austin chez des amis
  • J24. Austin, Lexington, Elgin, Taylor, cinéma à l’Alamo Drafthouse. Nuit à Austin chez des amis
  • J25. Austin : recherche d’un van, Circuit des Amériques… Nuit à Austin chez des amis
  • J26. Austin : recherche d’un van, The Domain. Nuit à Austin chez des amis
  • J27. Austin : recherche d’un van, blog… Nuit à Austin chez des amis
  • J28. Austin : recherche d’un van, blog… Nuit à Austin chez des amis
  • J29. Austin : recherche d’un van, South Congress, minigolf, drive in theater… Nuit à Austin chez des amis
  • J30. D’Austin à Fredericksburg : Dripping Springs, Johnson City, Fredericksburg. Nuit à Fredericksburg (Texas) au Kitsmiller on Main
  • J31. De Fredericksburg à San Angelo : Fredericksburg, Mason, Menard, Eden, San Angelo… Nuit à San Angelo (Texas) au Studio 6
  • J32. De San Angelo à Carlsbad (Nouveau-Mexique) : San Angelo, Odessa, Midland, Carlsbad… Nuit à Carlsbad (Nouveau-Mexique) au  Karbani Inn
  • J33. De Carlsbad (Nouveau-Mexique) à Fort Davis (Texas) : Carlsbad, Carlsbad Caverns NP, Guadalupe NP, Van Horn, Fort Davis… Nuit à Fort Davis (Texas) au Drug Store & Hotel 
  • J34. De Fort Davis à Terlingua : Fort Davis, Marfa, Shafter, Presidio, route FM 170, Lajitas, Terlingua… Nuit à Terlingua (Texas) au Holiday Motel
  • J35. De Terlingua à Big Bend NP : Terlingua, Big Bend NP (Chisos)… Nuit à Big Bend NP (Texas) au Chisos Mountain Lodge
  • J36. De Big Bend NP à Fort Stockton : Big Bend NP (Chisos, Hot Springs, Rio Grande Village…), crevaison, Marathon, Fort Stockton… Nuit à Fort Stockton (Texas) au Deluxe Inn
  • J37. De Fort Stockton à San Antonio : Fort Stockton, Roosevelt, Ozona, Sonora, Junction, Kerrville, changement de voiture, San Antonio (riverwalk, cathedrale San Fernando, Alamo, Travis Park… Nuit à San Antonio (Texas) au Gibbs Hotel
  • J38. De San Antonio à Austin : San Antonio (Buckhorn Saloon, riverwalk, St Marys…), Gruene… Nuit à Austin chez les amis

La carte du mini roadtrip et le lien

  • J39. Austin : finale de coupe du monde, préparation au départ… Nuit à Austin chez des amis
  • J40. Vol Austin-New York. A New York : Rockefeller Plaza, Dyker Heights… Nuit à New York (Manhattan) au Pod 39
  • J41. New York (Noho, West Village) puis vol. New York-Genève. Retour à la maison

Voir le compte-rendu en live de cette deuxième partie du roadtrip

Et si c’était à refaire ? Même si 15 jours, c’est déjà top pour NY, un ou deux jours de plus pour aller à Staten Island, Flushing ou The Bronx (mais nous avions fait le choix de Red Hook et Astoria) ne nous auraient pas déplu. Pour Chicago, 3 ou 4 nuits, c’est déjà bien. Pour le Texas, le petit tour dans l’ouest de l’état était bien rythmé, mais pas trop pressé.

Je veux faire le même roadtrip, puis-je m’en inspirer ? C’était un trip très particulier. Entre city trip, train trip et roadtrip, donc il est très peu probable que vous dupliquiez ce voyage dans son intégralité (plus de 40 jours). En revanche, vous pouvez vous inspirer de chaque partie : New York, Chicago et l’ouest du Texas. Pour Austin, on planche sur un city-guide.

Le budget

Le nerf de la guerre et un gros dossier, surtout depuis la pandémie. On vous en avait déjà fait part lors du bilan de notre roadtrip estival entre Texas, Nouveau-Mexique et Arizona (voir le bilan ici). L’inflation est forte aux US (10%) et tous les postes de dépenses ont augmenté : avion, voiture, hôtels, nourriture, tips… A cela, il faut ajouter « l’effet New York », c’est à dire des prix 30 à 40% plus chers qu’ailleurs aux Etats-Unis. Des hôtels à 170 euros minimum, mais facilement 250 à beaucoup plus chers à Manhattan, des repas à deux à 80-90 euros, des activités aussi chères… New York, c’est un big budget à bien préparer !

Je ne vous dis pas notre plaisir de revenir à des prix plus sages à Chicago et surtout au Texas, où, en plus d’avoir été gentiment accueillis par des amis à Austin, nous avons pu trouver des motels à moins de 60 $ sur notre parcours.

Les point positifs de ce voyage : l’euro qui est repassé au-dessus du dollar et le prix de l’essence qui est bien retombé

Voici ci-dessous les postes de dépenses selon notre désormais célèbre méthode, qui a été mise à jour cette année.

Les postes de dépenses
  • Esta : 0. Encore valables (sinon 21 par personne)
  • Avion : 580 x 2 : 1160 euros pour un aller-retour direct Genève-New York avec deux bagages en soute à l’aller. 230 x 2 (460 euros) pour un vol intérieur Austin-New York. Au total, environ 250 euros de bagages en plus. Soit 1870 euros pour l’avion
  • Location de voiture : 884 euros pour la location d’un SUV pour 19 jours via BSP Auto. Loueur : Avis
  • Essence : 180 euros soit 5 passages à la station et le plein du loueur (50). 200 euros
  • Autres transports : train (2x NY-Chicago et 2x Chicago-Austin soit 430 euros), Metrocard (124 euros soit 4x 7 jours de métro) et bateaux (30 euros) et taxis (avec 3 AR aéroport-Manhattan, ça fait mal, plus quelques trajets Uber : 250 euros). Total : 834 euros
  • Hébergement : 5231 euros pour 40 nuits soit 130 euros/nuit en moyenne. Merci pour les onze nuits à 0 chez les amis et deux nuits à 0 dans le train. Sans ça, ça coûtait 194 euros par nuit (pas merci NY). Et si on prend par section : New York (250 euros/nuit, merci au LIC pour la solution pas trop chère à Queens), Chicago (149 euros/nuit), Texas (97 euros/nuit, grâce notamment à des motels pas chers et notre 11e nuit Hotels.com à San Antonio, ce qui fait toujours bien plaisir)
  • Nourriture/boissons/courses alimentaires : 2500 euros environ
  • Pourboire (hors restaurants) : 100 euros
  • Activités : les CityPass nous ont été offerts par nos partenaires à NY et Chicago (sinon, comptez 126 euros/pers à NY, 86/pers à Chicago pour le Pass C3). Nous avons aussi testé deux visites guidées en français à NY avec Voyages en Français (Harlem et Brooklyn, 55 euros/pers). Ajoutez plusieurs activités (match des Knicks, concert à Brooklyn, spectacle des Rockettes, One Summit…). Total : 700 euros
  • Téléphone : 0 euro avec le forfait de JP. Sinon, pensez aux solutions data illimitée chez Sim USA Mobi ou sur place
  • Parcs : 0 euro (nous avions déjà le Pass America The Beautiful, sinon c’est 80 euros)
  • Assurances : assistance 24/24 Chapka, 350 euros avec nos 5% de réduction chez Chapka Assurances
  • Frais bancaires : 10 euros. Nous avions misé cette fois sur le combo carte BNP (qui permet les retraits à 0 frais dans les ATM Bank of America et carte Revolut, 10 euros d’activation, pour des paiements par CB gratuits. On conseille, surtout que les paiements CB sont nombreux à NY)
  • Cadeaux et souvenirs : surprise, on s’en garde un peu pour nous (et on n’a pas calculé!).

Soit 12 659 euros. Soit 154 euros/jour et par personne. Par rapport à l’échelle que nous donnons, nous sommes dans un budget moyen, ce qui est plutôt cool. Pourquoi ? Grâce au Texas, eu train, et aux 13 nuits gratuites ! Sinon, nous serions dans un budget plaisir.

Cela tient beaucoup à NY et ses prix très douloureux, l’envie aussi d’enchaîner les activités dans la grosse pomme. Ajoutez, l’inflation, la location de voiture élevée, les restaurants à des prix ouch… Le Texas, même s’il n’échappe pas à l’inflation, nous a permis de finir sur une note bien plus douce. Entre les deux, Chicago, plus abordable que NY, moins que le Texas.

Points positifs : l’essence a baissé depuis l’été 2022 et on est revenu à des niveaux très acceptables et le dollar est repassé sous l’euro…

Vous préparez un roadtrip ? Reprenez  notre article sur le coût d’un roadtrip.

Comment alléger la note ? Sur la portion NY, c’est assez simple. Il aurait fallu se cantonner à des hébergements à Queens ou dans d’autres quartiers plus abordables. Mais nous rêvions d’être aussi à Manhattan, où nous avons passé 7 nuits au total, ce qui plombe le budget. On pouvait aussi ralentir sur les activités (mais bordel, on va pas à NY toutes les semaines et on voulait pouvoir vous conseiller correctement) ou sur la bouffe. Sur le reste, Chicago et le Texas sont hyper optimisés.

Combien de kilomètres ? 

Pas tant que ça ! Il faut dire qu’on a seulement pris une voiture une vingtaine de jours, dont 11 à Austin à tourner dans le secteur.

Louée pour 19 jours à Austin via BSP Auto (loueur Avis), nous avons récupéré à l’aéroport d’Austin (toujours très facile à récupérer là-bas) une Subaru Outback 4WD blanche immatriculée en Floride. La voiture au top : 4 roues motrices, immense coffre, maniable, assez moderne. On a adoré. Malheureusement, on a crevé à Big Bend, ce qui nous a obligé à changer à San Antonio. La deuxième voiture était une Jeep Cherokee grise. Sympa mais moins sympa…

  • Total voiture : 2129 miles (1953 avec la Subaru, 176 avec la Jeep) soit 3426 kilomètres en 19 jours soit 180 km par jour en moyenne
  • Spécial NY : 197,2 km à pied en 17 jours

Essence ? 5 pleins (150 euros) + le refill payé au loueur (environ 50 euros). Soit 200 euros.

  • Prix de l’essence : les prix s’étaient envolés au printemps 2022 avant de descendre progressivement en fin d’été. Et là, c’était très plaisant au Texas de trouver des tarifs en moyenne autour de 2,50 $, voire moins, le gallon (3,78 litres). On sait que ça tourne plus à 4-`5 $ en Californie.
  • Nos stations préférées : Buc’ees bien sûr, cette fois à New Braunfels (Texas), et Love’s

Et aussi : taxis, Uber, téléphérique, bateaux…

Météo et températures

Il fait quel temps à New York, à Chicago et au Texas en novembre-décembre ? Commençons par New York. Une semaine avant d’arriver, les gens étaient littéralement en t-shirt. On n’a pas eu la même chance, mais on n’a pas à se plaindre. C’était plus clément que ce qu’on avait imaginé. Hormis un deuxième jour au cours duquel il a plu non-stop toute la journée (merci pour la crève, mais il faisait 20 degrés), le reste du séjour a été agréable avec des températures généralement entre 5 et 10 degrés. On a eu quelques coups de froid, comme à Red Hook, où il ne faisait guère plus de 2°C avec un vent glacial.

A Chicago, même chose. Des températures froides mais pas glaciales, ce qui, pour la ville, était plus qu’agréable. Surtout que, peu après notre retour, Chicago a été balayé par le blizzard glacial.

Enfin, le Texas et Austin. Le grand écart en permanence. Voici à quoi ressemble l’hiver au Texas. Pendant notre séjour dans la capitale, on n’a presque pas vu le soleil pendant une semaine. Mais les températures étaient agréables puis très chaudes (jusqu’à 29 degrés !). Cela peut changer vite et, en quelques jours, il peut faire 5 ou 7 degrés. Lors de notre trip dans l’ouest de l’état, grand beau temps mais des coups de froid, comme à Fort Davis, où la température, la nuit, est passée sous 0.

Températures. Entre -1 et 29 °C relevés pendant le voyage.

  • La plus haute température : 29 à Austin (Texas)
  • La plus basse température : -1 à Fort Davis (Texas), 0 à Big Bend (Texas)

Fuseaux horaires. Trois au total. Eastern Time à New York, Central Time au Texas et à Chicago, Mountain Time (pour quelques heures) au Nouveau-Mexique

Surtout, il a fallu composer, désavantage de l’hiver, avec des couchers de soleil entre 16h20 et 17h30. Il ne faut pas oublier de se lever le matin.

Parcs nationaux et autres merveilles

Nous avons découvert un nouveau monument national que nous ne connaissions pas (la statue de la Liberté, et oui, et Ellis Island), un National historic site (Fort Davis, Texas). Pour les parcs nationaux, il s’agissait de retours.
Le compteur Lost In The USA : 44 parcs nationaux visités sur 63.

En vrac :

  • Trois parcs nationaux : Carlsbad Caverns (Nouveau-Mexique), Guadalupe Moutains (Texas), Big Bend NP (Texas)
  • Un monument national : Statue de la Liberté (New York)
  • Un site historique national : Fort Davis (Texas)
  • Et aussi : le Hill Country (Texas)…

Qu’est ce qu’on ramène dans nos valises ? 

Plein de trucs, comme toujours. On pouvait faire les cadeaux de Noël en plus ! En y étant à la période de Noël, comment ne pas ramener des décorations, des boules, des figurines, des pulls de Noël ? Aussi un t-shirt « I love NY », un souvenir des Knicks… un chapeau dinde pour le prochain Thanksgiving. Et du Texas, on a ramené des antiquités, du dry rub pour le barbecue, des ex-votos, du chili (spécialité de Terlingua), des hommages à Guadalupe (c’était son 160e anniversaire), des goodies Buc-ee’s, des t-shirts bien texans (Meowdy !)… Quelques cochonneries aussi : fromage en bombe, sauce ranch bien sûr…

On a aimé

La secousse NY. On s’y attendait mais peut-être pas autant. Alors que nous n’étions pas venus depuis 2008, on avait oublié ce qu’était New York. Une ville monde, fascinante, avec des merveilles à chaque coin des rue, une ambiance, un style de vie, des personnalités bien marquées. New York est New York. Pas les Etats-Unis, juste New York. Inimitable. C’est une ville qui attire et qui use, qu’on a envie de parcourir H24 à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, une ville qui brûle les jambes mais chauffe le coeur. Une ville qui se dévore et qui renaît en permanence. Une ville à la pointe de tout, tout en gardant son caractère unique. Une ville qui fait dire, seulement quelques minutes après l’avoir quittée. « On reviendra, hein ».

Se croire dans un film. Partout à New York. C’est fascinant. Ghosbusters, Marathon Man, Friends, Le Loup de Wall Street, Sex in the City… La ville a été tellement filmée qu’on se sent à la maison à chaque coin de rue.

Les dim sums. Non mais c’est une diablerie, ces raviolis vapeur (aussi appelé dumplings). Allez les goûter à NY chez Joe’s Shanghai dans Chinatown.

Nature peinture. Les musées sont sublimes à NY : MET, Moma, etc… On a une affection particulière pour celui d’histoire naturelle (où a été tourné La Nuit au musée), aux abords de Central Park, ses dioramas et sa salle des pierres précieuses, fascinante.

Central Park. Justement, le poumon. Ou l’un des poumons car NY est plus verte qu’on ne l’imagine. C’est un passage incontournable, tellement immense qu’il a aussi mille facettes. Bondé le week-end, surtout dans le secteur de la Bethesda Fountain ou du Literary Walk, il peut être désert à d’autres moment ou d’autres endroits. La soupape idéale à la frénésie de Manhattan.

La deep dish. La pizza ultime made in Chicago. Après Giordano’s, Lou Malnati’s, Gino’s East, on a testé Uno et Pequod’s. Elles sont toutes différentes, toutes bonnes. Avec une constante : c’est DELICIEUX ! Et en plus, en prenant une grande, on en a pour le lendemain

Le Naked Cowboy. Times Square, c’est la faune. Le kif de Delphine et une certaine idée de l’horreur pour JP. Des spectacles partout, des personnages déguisés, du monde à foison… Et au milieu, le Naked Cowboy. Mythique rencontre. En plus maintenant, il a une cowgirl.

Découvrir le Madison Square Garden. C’était sur la bucket-list : voir un match de NBA. Jamais on ne l’avait fait, on tombait pas au bon moment. Un cadeau de Delphine pour aller voir les Knicks, l’équipe le plus pétée de la ligue ou pas loin, au Madison Square Garden, la salle la plus mythique du pays, et c’était parti. Bon, on a l’impression que le basket passe au second plan, les prix sont hallucinants dans l’enceinte (15$ la bière) mais quel show !

Rooftop. Un autre classique de la Grosse Pomme : prendre un verre sur un rooftop. Ils sont légion, parfois un peu guindés. Nous qui aimons les trucs simples, où tu te pointes sans souci avec ton sac à dos après 15 km de marche, le Rooftop 230 Fifth était parfait. Boissons abordables, petits coins, tentes-igloos, coin fumeur… Nickel. Et n’oubliez pas, si vous voulez monter sur n’importe quel rooftop (ou presque) pour claquer une photo de la vue sans consommer, c’est possible.

Miss Liberty. Monter dans la couronne de la Statue de la Liberté (rouverte le 28 octobre 2022 et fermée lors de notre dernière visite), c’est aussi un moment unique (et pas plus cher que de rester sur le socle, les Roadies ! Faut juste s’y prendre à l’avance).

Flâner de quartier en quartier. New York, c’est aussi glisser de quartier en quartier : Chelsea, Lower East Side, Greenwich Village, Noho, Soho, FiDi, Dumbo, Chinatown, Brooklyn Heights…

Aller au-delà du classique. Pour profiter de New York, il faut aller au-delà des Manhattan, Dumbo et Williamsburg. Ainsi, on n’a pas regretté d’aller à Red Hook, isolée et fascinante, la graffée Bushwick (Brooklyn), Astoria la grecque (Queens), Roosevelt Island, ses vues sublimes, ou Harlem, pleine d’histoire.

Sing. Le rêve de Delphine. Au Ellen’s Stardust, une institution de Manhattan, les serveurs sont aussi… chanteurs. En attendant un contrat à Broadway, ils mettent le feu entre les tables. Si la bouffe est correcte, l’ambiance est folle… Prévoyez de faire la queue, quelle que soit l’heure.

Parade. C’était aussi l’une des raisons de notre voyage à cette période : la parade de Thanksgiving de Macy’s. Ça monte en pression dès la veille avec « l’inflation », le gonflage des ballons aux abords du Musée d’Histoire naturelle. Et le jour J, c’est le grand spectacle. Du monde, beaucoup de monde, de l’ambiance et des ballons. Ohhhhh, Bob l’Eponge, Smokey and co… Mais aussi Jimmy Fallon, Dionne Warwock (la tatie de Whitney), Fitz & the Tantrums (qu’on entend souvent en roadtrip), Gloria Estefan & family, Miss America, Paula Abdul, Sean Paul, Ziggy Marley…

Tempête de Noël. Gros gros dossier. Comment les Américains fêtent-ils Noël ? Mais très bien les Roadies et même mieux. « It’s Christmas all around« . C’est une folie à partir de Thanksgiving. Des chants de Noël de partout. Citons les magasins (Macy’s), les décorations de Dyker Heights, le sapin de Rockefeller Plaza, les patinoires, les marchés de Noël, le spectacle des Rockettes au Radio City Hall de NY, les décos visibles sur un circuit automobile (à Austin), sur une route guidée (à San Angelo), depuis l’eau (à Carlsbad), les petits villages avec des décorations folles comme Johnson City ou Fredericksburg au Texas, les bars des sports transformés en bars de Noël (Wrigleyville à Chicago)… Dès qu’une chanson de Noël passe, ils fredonnent. DE LA FOLIE.

Chicago. Notre petite escale à Chicago a fait du bien. Cette ville aussi est fascinante. Sa skyline, les Chicagoans, sa scène culinaire… Et on a pu compléter nos dernières visites. Envie de Chicago ? Lisez notre guide de la ville !

Runaway train. Pour une première, nos voyages en train nous ont conquis. Le fait de pouvoir aller facilement de centre à centre, de vivre au rythme des paysages et des gares, de faire des rencontres. Voici notre mode d’emploi pour voyager en train aux Etats-Unis

FM 170. Oh là là, cette route. Régulièrement classée parmi les plus belles du pays. On n’a fait qu’une portion, entre Presidio et Terlingua (Texas), mais quelle merveille serpentant le long du Rio Grande.

Terlingua encore et toujours. Nous étions tombés en amour pour cette ville pas comme les autres l’été dernier. Rebelote. Sa situation aux abords de Big Bend, son ambiance, ses habitants… Comme l’impression d’être hors du temps…

Stone St, cette petite rue de NY au milieu des gratte-ciels.

L’ours. Nous ne pensions pas recroiser un ours à Big Bend. Et pourtant, alors que nous quittions les Chisos Mountains, spectacle immense. Un ours noir au milieu de la route. On le regarde, il nous regarde, on le regarde, il nous regarde, il va dans les buissons, on le perd de vue. Pour être sûr, on fait demi-tour et le voilà de retour sur la route, marchant tranquillement en direction des montagnes Chisos. Un show incroyable pendant de longues minutes. Moment in time.

High Line. Cette promenade est un must à NY avec un final spectaculaire avec le Vessel.

Les prix texans. Après New York et ses prix délirants (voir plus bas), qui donnent juste envie de faire de faire un jeûne et de dormir sur un banc, retrouver le Texas nous a fait souffler un grand coup financièrement. Finis les repas hors de prix, les activités à peine moins chères, les hôtels au prix d’une location mensuelle…

Austin comme toujours. On va pas vous le redire à chaque fois (en fait si). On aime Austin, cela fait plus d’une dizaine de fois qu’on y vient. En attendant l’écriture d’un city-guide, si vous avez des questions sur la ville, commentez !

Ce sapin… Vu à Junction (Texas, bien sûr)

Les petites villes texanes. Oui, c’est un péché-mignon. Ces petites villes avec leur place centrale, leur courthouse, les vieux cinés, on adore. Johnson City, Dripping Springs, Gruene, Mason, Taylor… ont rejoint notre short-list.

Fredericksburg. Plus on y retourne, plus on aime cette ville d’ascendance allemande dans le Hill Country Texan. Vraiment un stop essentiel dans ce coin.

Suivre la Coupe du monde. En 2018, nous avions déjà suivi la coupe du monde de football aux US, entre Austin, Des Moines, Chicago et Isle Royale. Cette fois, nous avons réussi à suivre quelques matchs de la France : à New York, Austin, Fredericksburg et même à Terlingua, dans un adorable (et inespéré!) BBQ.

Kobra. Hyperprésents à NY, les oeuvres du Brésilien sont toujours très photogéniques.

Le New Yorkais. Il aurait pu verser dans une ou l’autre catégorie mais on l’a mis dans « j’aime ». Le New Yorkais, c’est un concept, unique aux US. Il est franc, pas toujours sympa et il a ce côté « mind your own shit » (occupe toi de tes oignons) qui tranche pas mal avec les autres Américains. Le New Yorkais, on le fixe pas, on le laisse vivre sa vie dans cette fourmilière. Chacun son business, ses oignons, son style, son look… Bon, un peu plus de bienveillance serait pas de trop mais, on s’y fait après quelques jours.

Les observatoires à NY. Passage obligé ! Après ça, l’observatoire de Chicago semblait bien fade. Par contre, si vous avez l’occasion de faire une croisière architecture à Chicago, c’est parfait.

Le métro new yorkais. Tentaculaire, indispensable et pas si complexe.

Prendre le bateau à New York. Ça aussi, c’est à faire. Pour 4$, les vues sur la skyline sont folles.

Big Bend, big love. Troisième fois que nous passons du temps dans ce parc et il nous fascine à chaque fois. C’était top de ne pas le visiter par 40 degrés et d’approfondir notre découverte, notamment avec le Rio Grande Village et les hot springs.

Les visites en Français. Note pote Alex a eu la bonne idée en proposant, dans cette ville grouillant de Français, ses visites. On a testé Harlem et Bushwick/Williamsburg. Avec deux guides adorables (Audrey et Fred) et plein d’infos. A réserver ici

Le Peter Pan Minigolf d’Austin… Des années qu’on voulait y aller.

Les cinés à Austin. A l’Alamo Drafthouse, mythique chaîne texane proposant des formats inédits (avec nourriture et boissons servies à votre siège), pour une soirée thématique Noël (pour Elf, qu’on n’arrivait pas à voir) ou au Starlite Drive-in, qui a installé un cinéma en pleine ville sur le toit d’un parking (pour Violent Night), Austin sait y faire avec ses cinés.

Wrigleyville, Noël St. A Wrigleyville, le quartier de Wrigley Field, le stade des Cubs de Chicago, on sait comment occuper la fin d’année, quand la saison de baseball est en pause. Tous les bars des sports se transforment… en bars de Noël. Menus spéciaux, serveuses en mère Noël, décoration éblouissante…

Cocon. A Austin, on a vécu chez nos amis. Un cocon bienvenu après New York, Chicago et deux voyages en train.

Hondo’s. Si vous passez par Fredericksburg un week-end, on vous conseille de pousser les portes de Hondo’s pour une soirée typiquement texane. Un biergarden, un groupe, du BBQ, de la bière et des bonnes ondes… On a même dansé!

Le BBQ Texan. On a testé quelques barbecues texans durant ce voyage, dont un, en particulier, que l’on avait noté depuis plusieurs années. Problème, il n’est ouvert que le samedi matin de 8h à 12h. Snow’s, à Lexington, est hyper réputé, avec à la baguette Tootsie Tomanetz, sa pitmaster de 87 ans. On n’a attendu qu’une heure avant d’être servis (ça peut être bien plus long, et on n’est jamais sûr qu’il en reste à la fin de la queue). Mais dieu que c’était bon. On a aussi testé le ramen BBQ, deux aliments qui n’étaient pas forcément faits pour se rencontrer, hormis au Texas… Et bien, c’était pas mal du tout !

Buc-ee’s. Toujours légendaire. L’explication

Etoiles. Difficile de faire mieux que les cieux de l’ouest du Texas. Clairs, étoilés, dans des zones très peu habités.

Clay Henry. Heureux de retrouver le maire de Lajitas, une chèvre qui boit de la bière. Et le premier Clay Henry est toujours empaillé au Starlight Theater de Terlingua. Légende.

San Antonio. Toujours tex-mex, centre-ville toujours charmant, Alamo et Riverwalk… C’est toujours un plaisir de repasser par San Antonio. Notre guide

On n’a pas aimé

Les prix new-yorkais. Bière à 15$ (au MSG), à 9 ou 10 le plus souvent, repas à 80-90 $, fast-food à 55$, activités hors de prix… New York fait saigner le porte-monnaie mais ça on s’y attendait. Tout y est 30 à 40% plus cher qu’ailleurs aux USA. Cela ne pose pas vraiment de problème aux locaux, leur niveau de vie étant bien plus élevé qu’ailleurs. Sauf que nous, bah, non…

Le service à NY. Dossier aussi. On met souvent en avant le sens du service aux US. Et bien, à NYC, c’est très tiède. On a trouvé les serveurs efficaces mais pas vraiment sympas. Quand tu leur files 15 à 20 $ par repas, ça fait un peu mal au postérieur. Ca nous sauté à la gueule en arrivant à Chicago, où on a eu des serveurs adorables… tout le temps. #Midwestpower

Le tip déjà inclus. Ca aussi, c’est bien new yorkais. Et ben on n’aime pas…

Crever à Big Bend. On a littéralement choisi l’endroit le plus éloigné de tout garage pour crever un pneu, au fin fond de Big Bend. Là où il n’y a pas de réseau, à plus de 140 km de la première ville, Marathon. On a changé la roue avant de rouler sur une galette jusqu’à Marathon, où la serveuse d’un restaurant nous a prêté son téléphone (merci Nicky). Avis n’avait pas vraiment de solution. Soit on changeait de voiture à Odessa (pas vraiment dans le sens où l’on allait), soit à San Antonio. On a choisi la deuxième option. On a quand même fait voir le pneu à un garagiste à Fort Stockton, qui nous a confirmé que ce n’était pas réparable. Et nous voilà parti pour 500 km de plus sur une galette recommandée pour 160 km (et 80 k/h).

Payant, sérieux. Comme à Santa Fe (Loretto Chapel), la cathédrale Saint John the Divine à New York, la plus grande cathédrale au monde… est payante. Et pour tout arranger, alors que nous voulions aller dans les jardins pour rentrer le paon Phil (qui a son compte Twitter), on nous a aussi interdit l’accès car il y avait école… Grr.

La sauce… Faire payer la sauce. Demander une sauce ranch en plus et se retrouver avec 50 cents à 1 $ pour ça. LOOOOOOL

Le pod Brooklyn. C’est propre, c’est tout. Un pod c’est un hôtel capsule, comme au Japon, avec des mini chambres et des espaces communs plus grands. Chambre trop petite, toilettes dans la douche, couleurs bof, accueil de commissariat de police, rooftop fermé pour la saison (mais j’ai pas vu le moment où vous baissiez le prix…). Bref, s’il peut dépanner pour être au coeur de Williamsburg. Vous pouvez sûrement trouver mieux.

Deux heures à la douane. Ah oui, on a attaqué le voyage avec deux heures d’attende aux Borders & Customs. Bienvenue à JFK (en vrai, c’est très variable, on n’a pas eu de bol).

L’odeur de beuh… Ca nous a sauté aux narines à New York, même si on avait pris l’habitude, notamment à Las Vegas. L’odeur de marijuana est omniprésente. Avantage pour les fumeurs (classiques) : on nous casse moins les c… avec la clope. D’ailleurs, malgré tout ce qu’on nous avait dit, cloper à NY, c’est finalement assez easy.

La faune de Times Square… Times Square. C’est mythique, le lieu, le show, mais aussi la faune. Attention aux arnaques. On a pu voir le manège des mecs déguisés en Sonic ou Elmo. Un couple essaie de faire un selfie. Un gars déguisé leur propose de prendre la photo. Quatre autres se faufilent derrière le couple pour être sur la photo… puis ils leur ont réclamé de l’argent. Par chance, un agent de police avait tout vu.

Baladeuuuuuh, je suis baladeuuuuuh. Oui, on a été m(b)alades en prenant la flotte non stop dès le deuxième jour du voyage. C’est surtout JP qui a dégusté avec un record de bouchage de nez (plus de 15 jours).

Mariah qui chante juste pour la télé. On nous annonce Mariah Carey pour la parade de Macy’s (OMG, all Delphine wanted for Xmas). Mais en fait, la diva n’a pas fait la parade, elle a juste posé son playback de « All i want for Christmas is you » devant Macy’s. Décevante Maraya » (en plus, elle était apparemment en playback).

Le code a changé. L’ère du tout liquide semble bien loin aux US. La carte bancaire est de plus en plus requise à certains endroits. Particulièrement à NY mais nous pensons aussi aux visitor centers des parcs nationaux.

Même train train que chez nous ! Amtrak, le SNCF américaine, est-elle plus efficace? Bon, les gares en jettent plus (Penn Station et Union Station, wahou) mais pour ce qui est de la ponctualité, il y a bataille France-USA. L’enregistrement des bagages, alors que nous étions à l’heure, nous a été refusé puis nos trains ont enregistré deux retards : l’un en raison d’un désespéré qui s’est jeté sous notre train, l’autre à cause de trains de fret en panne (ils ont toujours la priorité ». Bref : Amtrak 1-1 SNCF…

Toujours plus de désoeuvrés. Si New York ne nous a pas du tout paru mal famé (grosse présence policière dans le métro quand nous y étions, opération commando du maire), il y a plus de SDF qu’avant. Cela s’est ressenti particulièrement à Chicago où Delphine a eu maille à partir avec l’un d’entre eux, qui ne semblait pas tout là et qui voulait absolument sa clope…

Ne pas trouver de van. C’était l’un des objectifs du trip et nous n’avons pas pu le remplir. Nous voulions acheter un van pour les prochains voyages de 2023. Pour le moment, c’est un échec. Nous pensions avoir trouvé notre bonheur avec un Chevy Sportvan jaune mais l’expertise pré-achat que nous avions commandée s’est avérée non concluante (beaucoup trop de réparations). Retour à la case départ. Le marché est serré, beaucoup de vans surévalués. Plutôt que de tourner en rond à Austin, nous avons décidé de partir en voyage et de continuer à regarder. Et de réfléchir à ce qu’on veut vraiment (équipé ? pas équipé ?)…

Midland et Odessa. Les deux villes jumelles, dans le Permian Basin (Texas), sont encerclées par les derricks et les installation pétrolières. A vrai dire, difficile de leur trouver un quelconque charme… (les Bush viennent de là-bas).

Le gaspillage à NY. On a l’habitude. Les Américains commandent, font un croc dans leur sandwich puis boxent le tout pour ramener à la maison. A NY, on a trouvé que c’était la fête au gaspillage, ce qui a rendu folle Delphine, voyant des parts d’une pizza à 35$ abandonnée ou des sandwichs au pastrami à peine entamés… (il s’en est fallu de peu pour qu’on les récupère)…

Le coup du sac trop lourd. On sait que le retour est toujours compliqué avec les bagages (coucou les cadeaux), surtout avec un vol intérieur. Et ça n’ a pas manqué chez Jetblue pour le vol Austin-NY. Deux kilos de trop sur chacun de nos deux bagages. « Vous êtes en surpoids, ça fait 150$ pour chaque sac…. » « Euh, vos bagages coûtent 35 $ ». « Oui mais il est en surpoids ». Donc, oui, vous comprenez bien, le bagage coûte 35 $, 45 pour le deuxième mais le bagage en surpoids, c’est 150. Bref, du coup, on a enregistré un troisième bagage. Pour le vol transatlantique, Swiss a été plus compréhensive.

Le shopping à la texane. Vous êtes à Fredericksburg et avez envie de shopper ? Les magasins offrent les bières fraîches pour vous balader tranquillement. Il est 10h30 du mat’ ? Pas grave

Le Grinch… Il a volé Noël

Manquer un peu de temps. Oui, on aurait aimé découvrir The Bronx, Staten Island ou Flushing… Mais il nous manquait quelques jours. Ce sera pour une autre fois.

Les moments WTF

On a tourné un film de Noël… Biberonnés aux films Hallmark, avec une jeune femme qui retourne dans la ville d’enfance (dont le nom finit par Falls ou Pines) à la période de Noël et tombe amoureuse d’un mec qu’elle peut pas blairer de prime abord, on se devait de rendre un hommage appuyé. Voici notre film de Noël.

Les incompréhensions incompréhensibles. Suite de nos aventures de prononciation aux USA. Delphine demande de l’eau (water) et se retrouve avec du beurre (butter). Pour manger une pizza, c’était assez cocasse. Bon, le serveur de Giordano’s à Chicago, Kyle, était un chaton, un amish ayant quitté sa campagne d’Alabama pour monter à la grande ville et postuler pour jouer dans Chicago Med, Chicago Police ou Chicago Fire.

Houdini Hardy. Un chat badass sur un scooter, c’est pas tous les jours.

Alice Superstar. On aurait adoré voir la fontaine d’Alice au Pays des Merveilles à Central Park. A priori, elle était livrée avec une quizaine d’enfants en permanence posés dessus, dont une armada de scouts. Dommage.

Nom. Les noms de nos chauffeurs Uber à NY étaient beaucoup trop stylés : Archange, Trésor and consorts.

Cette confiture au bacon. Trouvée à Fredericksburg (Texas).

Ce donut-teub de `Noël de Voodoo Doughnut (Austin).

Prendre une leçon d’un videur. Oui, ok, JP, en repassant à l’hôtel, avait oublié son passeport. Du coup, il a pris une leçon interminable du videur d’un rooftop. C’est vrai qu’il fait moins de 21 ans. Bref, il avait raison. Bref, il nous a laissé entrer.

Silence total au musée du World Trade Center. Saisissant (et tant mieux).

Chasser la carte de presse. Pour assister à Macy’s, on avait sollicité la carte de presse (étant journalistes). C’est tellement compliqué qu’on préfère déchiffrer des hiéroglyphes… Il faut remplir 12 formulaires, aller la chercher en personne à la mairie auprès de la police et la rendre, en personne aussi. Lunaire… Mais trop classe.

Quand ils répondent mais ne savent absolument rien. C’est fascinant et c’est très américain. On le remarque depuis quelques années. L’Américain, quand on lui pose une question, va répondre. N’importe quelle question, il va répondre. Même s’il n’en sait absolument rien. Peu importe, du bullshit, tant qu’il y a une réponse. On l’a encore vu plusieurs fois, comme ce couple qui arrive (de loin) en voiture au Navy Pier de Chicago et demande à une nana assise sur un banc si c’est encore ouvert. L’autre, avec aplomb, répond « Non ». Tout était encore ouvert, absolument tout. « Merci », a répondu le couple avant de se barrer. Ou le réceptionniste de l’hôtel qui nous assure que le bar-resto sera ouvert le jour de Thanksgiving (on avait échangé des mails avant): ben non.

Ce pull de Noël.

« No ». Les Texans sont des bisounours. Des bisounours parfois armés mais vraiment des bisounours. Partant de ce constat, on s’était dit qu’un vieil homme pouvait nous aider à prendre une photo de nous deux à Midland. On était devant un graff de paon génial, c’était le seul quidam qui passait par là. On s’est pris un VENT MONUMENTAL. « No » sec en nous regardant à peine. On s’est cru à Paris deux minutes.

Ce restaurant… Batard, va !

Le coup du bar. On ne se fait plus avoir avec les attentes au resto. Les « vous aurez une table dans 20-30-45 minutes ». Il suffit de demander si il y a de la place au bar et ça marche 2 fois sur trois. En plus, c’est plutôt sympa. Merci à celle qui nous l’a appris, en nous disant seulement « A moins que vous acceptiez d’être au bar?! »

Jim. Marre de voir son prénom écorché dès qu’il y a une commande, JP a opté pour « Jim ». Ca marche pas mal mais prêt à tenter d’autres choses !

Un ex. On va souvent voir des trucs bizarres, des « world biggest ». Cette fois, on est même allé voir un « ex world biggest Jack Rabbit » à Odessa.

Ce couvre-chef spécial Thanksgiving… Impossible d’empêcher Delphine de l’acheter

Check-in de l’espace. On a toujours quelques check-ins douloureux mais celui-là vaut des points. On arrive à 18h30 à Fort Davis pour dormir au Drug Store Hotel. L’établissement historique semble en travaux. Des chaises bloquent le passage. Il y a un escabeau, des vitres recouvertes. A l’intérieur, on distingue deux personnes. Delphine annonce qu’on a réservé et qu’on aimerait bien entrer… « It’s closed » nous gueule un gars, vraisemblablement un ouvrier. Elle insiste. Finalement, une petite dame blonde consent à se lever de la table au fond pour nous ouvrir. La proprio ne semblait même pas nous attendre… Les artisans s’excusent platement. Elle galère à trouver notre réservation dans le fourbi du rez-de-chaussée. On lui demande où manger. « Good luck with that » nous lâche-t-elle. La nana, il y a littéralement 5 restos dans sa ville et elle sait pas où nous envoyer à 19h…. En fait, on a trouvé en face…

Interminable. 1h30 de taxi pour aller à JFK le dernier jour (au lieu de 45-1h). J’ai cru que le chauffeur de taxi allait pleurer. « Ca fait 20 ans que je conduis ici et vous me faites découvrir de nouvelles rues », nous glisse-t-il en essayant d’éviter les bouchons. Par chance, c’était un « flat rate » (un prix fixe).

Pas d’eau chaude. Au Sonder, on a eu la mauvaise surprise le matin de Thanksgiving : pas d’eau chaude. On vous rassure, des excuses mais pas de remboursement.

Who let the dogs out ? Ce sont vraiment des fans de chiens. Les dog-sitters à New York, les crèches pour chiens (avec célébration filmée des anniversaires), les magasins dédiés. Le chien est roi. teamchats

Les awards

Les meilleurs hébergements

Déjà, le meilleur hébergement, c’est bien sûr le bed and breakfast chez nos amis à Austin. Mais, sinon, on vous a préparé un classement pour vous éclairer, notamment pour New York et Chicago.

Ah et petite remarque avant de commencer. Depuis le Covid, le ménage est souvent fait à la demande dans les hôtels. Alors, très bien car nettoyer une chambre tous les jours, ça n’a souvent pas de sens. Mais au bout de 4 ou 5 nuits, que ça commence à sentir le zoo, c’est utile. Ne vous faites pas avoir.

  • 1. CitizenM Bowery (New York, Manhattan, Lower East Side) : on a passé 4 nuits dans cet hôtel de la chaîne CitizenM. Emplacement dans un quartier sympa, proche du métro. Dotée d’une vue splendide, la chambre était un peu petite mais hyper bien agencée (super wifi). Les parties communes étaient très sympas, décorées street art, avec un bar et resto ouverts 24/24. Rooftop avec jolie vue. Bémol, café payant. Voir et réserver
  • 2. Holiday Hotel (Terlingua, Texas) : même si son site internet est peu clair, on a réussi à réserver dans l’un des bâtiments. Au coeur de la ghost town, notre chambre (la Patrona) était décorée avec goût, à l’ancienne. Bonus : baignoire jacuzzi, café, boissons offertes… Voir et réserver
  • 3. Hotel Gibbs (San Antonio, Texas) : accueil top, petit déjeuner inclus et très complet (mais blindé), parking adjacent. Cet hôtel historique, hyper bien placé (proche de l’Alamo et du Riverwalk), offre de grandes chambres stylées. Petit bruit agaçant de la tuyauterie. Voir et réserver
  • 4. LIC (New York, Queens, Long Island City) : sûrement notre meilleur compromis qualité-prix-emplacement à New York. Accueil sympa, boissons chaudes en permanence, rooftop ouvert, grande chambre et petit déjeuner inclus, le tout à deux arrêts de métro de Manhattan. Voir et réserver
  • 5. Acme Hotel (Chicago, Illinois) : le quartier (River North) est très bien situé pour découvrir la ville (et à deux pas d’Uno et ses deep dish pizzas). Chouette chambre, sans vis à vis, bar au RDC. Un peu défraîchi quand même et le quartier compte de nombreux SDF. Voir et réserver
  • 6. Pod 39 (New York, Manhattan, Murray Hill) : le Pod qu’on a préféré. Chambre plus grande qu’à Brooklyn, rooftop accessible, accueil sympa et serviable. Il est très bien placé. Voir et réserver
  • 7. Sonder The William (New York, Manhattan, Murray Hill) : hôtel en cours de changement, avec un check-in complètement dématérialisé. Top chambre bien équipée mais sans vue. Les bémols : on a eu une coupure d’eau chaude et il y a des soirées dans le bar en bas. Voir et réserver
  • 8. Drug Store & Hotel (Fort Davis, Texas) : hormis le check-in de l’espace (lire plus haut) et les travaux dans le drugstore, séjour plutôt agréable. Cette institution de Fort Davis propose de belles grandes chambres. La nôtre était sur le thème des chasseurs d’étoiles. Voir et réserver
  • 9. Chisos Mountain Lodge (Big Bend NP, Texas) : le lodge de Big Bend, au coeur des Chisos. On avait pris le motel, pas de wifi, café, chauffage bruyant, mais emplacement, emplacement, emplacement. Voir et réserver
  • 10. Kitsmiller on Main (Fredericksburg, Texas) : motel à l’entrée de la ville. Grande chambre bien équipée. Wifi paresseux. Notre chambre, la Hunter lodge, était trop proche de la route. Et des glands sont tombés sur le toit toute la nuit (lol). Voir et réserver
  • 11. Deluxe Inn (Fort Stockton, Texas) : hôtel le mieux noté de la ville. Très simple, efficace, pas cher. Voir et réserver
  • 12. Studio 6 (San Angelo, Texas) : la version fancy de Motel 6, c’est dire si on part de bas. La chambre est bien, le prix aussi (58 $), c’est tout. Un peu mal famé, du bruit, des voitures désossées sur le parking, des résidents longue durée avec multiples chiens… Voir et réserver
  • 13. Pod Brooklyn (New York, Brooklyn, Williamsburg). Cinq nuits dans la Mecque des hipsters. Accueil tout juste poli, rooftop fermé pour la saison (surtout ne prévenez pas, le principe du pod ce sont des petites chambres mais de grandes parties communes), couleurs moches, chambre pour lilliputien où l’on peut faire pipi en se douchant (très écolo ceci dit)… Bref, on n’a pas aimé. Voir et réserver

Hors catégorie : deux choses, les nuits dans le train d’abord. Ecoutez, on a bien dormi ! Les sièges immenses, inclinables, le roulis font le job. L’autre HC, c’est le Karbani Inn de Carlsbad (Nouveau-Mexique). Cet « hôtel » est en fait un ensemble de mobil homes comme ceux qui accueillent les travailleurs du pétrole qui pullulent dans le coin; il a d’ailleurs été créé pour eux. Ca peut étonner au début mais ça le fait. La chambre est petite mais fonctionnelle, l’accueil adorable. Il y a des chats et des breakfast tacos au petit dej. Voir et réserver

Les meilleurs repas

On a eu une grosse variété dans les repas durant ce voyage et contrairement à la photo ci-dessus, on ne s’est pas contentés de burgers (mais on coulait juste attirer votre attention). C’est aussi l’effet New York avec la multitude de cuisines qui vous tendent les bras. Puis on a fait une cure de pizza à Chicago et de BBQ au Texas.

A New York, ne manquez pas les hot dogs (Nathan’s de préférence) et les cookies de Levain Bakery. Froid oblige, on a beaucoup bu de café, de latte, et de chocolat chaud (big up à Elf’d up à Chicago).

Delphine a jeté son dévolu sur les pretzels, on a testé le sandwich raclette à NY, goûté quelques donuts (Dunkin, Vault à Chicago, Voodoo à Austin), mangé une key lime pie célèbre à NY (Steve à Red Hook), plongé dans un speakeasy (Nothing really Matters), croqué dans des sucres d’orge (les marques de bonbon en font pour les fêtes). Au Texas, les tamales et la tarte pécan nous attendaient.

Côté pratique, à noter, à NY, les terrasses Covid (couvertes, sur les places de parking) qui sont encore très présentes.

On a aussi mangé plus sain grâce à notre passage à Austin, en mode maison.

Les meilleurs restos

Voici pour nous, les meilleurs restos de notre voyage. On vous met ça en vrac.

  • Katz Delicatessen (New York, Lower East Side) : on n’a pas eu un orgasme comme Meg Ryan dans « Quand Harry rencontre Sally » mais c’était archi bon pour notre premier repas à NYC. Ah, et on a testé une soupe Matzo ball
  • Joe’s Shanghaï (New York, Chinatown) : avé les dim sums
  • 230 FIFTH (New York, Flatiron) : pour la vue et le repas de Thanksgiving
  • Ellen’s Stardust (New York, Times Square) : concept incroyable (voir plus haut) et ambiance de folie
  • Santa Baby (Chicago, Wrigleyville) : le pop up resto de Noël qu’on vous conseille. Tout est Noël
  • Giordano’s (Chicago, plusieurs restos en ville) : notre première deep dish à Chicago et elle reste gravée
  • Pequod’s (Chicago, Sheffield) : l’outsider mais souvent considérée comme la meilleure deep dish pizza de la ville. C’est pas faux…
  • Angry Cactus (San Angelo, Texas) : super resto à l’improbable déco. Quels burgers !
  • Cork & Pig Tavern (Odessa, Texas) : une mini-chaîne texane à la cuisine superbement exécutée
  • Starlight Theater (Terlingua, Texas) : le must de Terlingua avec du chili au menu, mais aussi de l’antelope
  • Snow’s (Lexington, Texas) : l’attente, c’est pour le folklore. Le BBQ est une perle
  • Iron Cactus (San Antonio, Texas) : sur le riverwalk, misez sur la paella texane et un appetizer. Magnifique
  • Cowgirl (New York, Greenwich Village) : cuisine du sud des US en plein NY, à des prix abordables
  • Court Square Diner (New York, Long Island City) : un diner 24/24 avec tous les classiques. Et en plus, c’est pas cher
  • Hopdoddy (Austin, Texas) : notre mini-chaîne de burgers favorite. Le milk shake est délicieux
  • Hondo’s (Frederickburg, Texas) : so Texan, le beergarden, l’ambiance, la bouffe (burger chili, pulled pork)
  • Chisos Mountain Lodge (Big Bend, Texas) : plus que bon pour un resto de parc national. Allez y les yeux fermés
  • BBQ Ramen Tatsu-Ya (Austin, Texas) : le crossover improbables des ramens et du BBQ. Et c’est réussi

On valide aussi : Nom Wah Tea Parlor (New York, Chinatown), Harlem Tavern (New York, Harlem), Roberta’s (New York, Bushwick), Radegast Biergarten (New York, Lower East Side), Shake Shack (New York), Time Out Market (New York, Dumbo), Vanessa’s Dumpling (New York, plusieurs lieux), Lobster Pound (New York, Red Hook), Rivercrest (Astoria, New York), Yardhouse (New York, Times Square), Uno’s (Chicago, River North), 5 Rabanitos (Chicago, Pilsen), Blue Mountain Grill (Fort Davis, Texas), Bean (Presidio, Texas), Rustin Iron BBQ (Terlingua, Texas), K-Bob’s Steakhouse (Fort Stockton, Texas), Gruene River Grill (Gruene, Texas), County Line on the Hill (Austin, Texas), Stone St Tavern (New York, FiDi), Chelsea Market (New York, Chelsea), Playwright (New York, Times Square), Brewtorium (Austin, Texas), Brick Vault (Marathon, Texas), Pint & Plow Brewery (Kerrville, Texas), Dimsum Garden (New York, Murray Hill), Jackson Hole (New York, Murray Hill), Royale (New York, East Village)…

Les pires repas

Car on ne vous cache rien, voici les pires repas de notre voyage (hors dînettes improvisées-ratées tirées du sac).

  • Clinton Hall (New York, Williamsburg) : salade avec trop de sauce, burger donut trempant dans le cheddar. C’est un non (ci-dessus)
  • Restaurant du CitizenM Bowery (New York, Lower East Side) : sans idée, sans trop de goût… Il y a mille adresse dans le coin
  • Pique nique à Big Bend (Texas) ou Carlsbad (Nouveau-Mexique) : pique-nique de restes (ou de rataillons comme disent certains 😉 ) pour le premier. Souvent, ça marche pas

Happening animal, le top

Ce n’était pas le grand trip pour les animaux mais on s’en est bien sortis quand même.

  • Ours (Big Bend, Texas) : le grand show, comme expliqué plus haut. Deuxième fois qu’on voyait un ours ici en quelques mois. Et toujours incroyable
  • Roadrunner (Odessa, Texas) : bon, on pensait en voir un en pleine nature et pas sur le parking d’un restaurant. En tout cas, Bip Bip était bien dodu
  • Troupeau de bighorn sheeps (Carlsbad Caverns NP, Nouveau-Mexique) : on est tombé dessus d’un coup. Ils étaient une quarantaine. Les extérieurs de la caverne de Carlsbad sont très agréables et propices pour ces rencontres
  • Les écureuils (New York) : un classique. Ils sont dans tous les parcs ou presque et parfois peu farouches ! Ceux de Tompkins Square étaient hyperactifs
  • Les rats (New York) : bon, eux, on les attendait moins et pourtant, ils étaient nombreux à Washington Square Park… Beurk, mais c’est la vie des grandes villes. Love, Ratatouille…
  • Les longhorns texanes. Toujours majestueuses. Et quand l’arrière-plan est au niveau, c’est incroyable

Et on n’oublie pas les minettes de Cécile et Cyril à Austin, Nippet et Wicket, pour le réconfort félin.

Le top de Noël

Qui dit voyage de Noël, dit top de Noël. Voici les meilleurs endroits Noël sur notre parcours.

  • Dyker Heights (Brooklyn, New York) : les décorations de ce quartier de Brooklyn sont tout bonnement hallucinantes. Spectacle à ne pas manquer
  • Christmas on the Pecos (Carlsbad, Nouveau-Mexique) : des décorations visibles depuis un bateau, c’est l’idée de Carlsbad. La très bonne idée
  • Peppermint Parkway (Austin, Texas) : utiliser le circuit de F1 pour en faire un circuit de Noël, c’est le choix d’Austin. Bien vu
  • Johnson City (Texas) : en fin de semaine, c’est la folie dans cette petite ville texane avec des décorations « visibles depuis la station spatiale internationale ». Sans oublier les tours en calèche ou en tracteur. So texan
  • Santa Baby et les autres (Chicago, Illinois) : les bars des sports de Wrigleyville qui se muent en hiver en bar Noël. A faire
  • Fredericksburg (Texas) : top pour le shopping et finement décoré avec un moulin magnifique
  • San Antonio Riverwalk (Texas) : le riverwalk de San Antonio, déjà agréable d’habitude, est illuminé à cette période
  • Macy’s, vitrines et pulls de Noël (New York) : le plus grand magasin du monde, ses vitrines décorées et des pulls de Noël partout. Très bonne recette
  • Lincoln Zoolights (Chicago, Illinois) : le zoo de Chicago qui s’illumine la nuit tombée et une ambiance de fête foraine
  • Elf à l’Alamo Drafthouse (Austin, Texas) : difficile à voir en France, on voulait voir ce film mythique aux US (avec Will Ferrell) et dans un Alamo Drafthouse. Avec déguisement, concours et grosse ambiance
  • Paisano Pete (Fort Stockton, Texas) : le légendaire Roadrunner géant de Fort Stockton déguisé en père Noël, on n’était pas prêts
  • Rencontrer le père Noël. Et oui, ça, c’est un must et on en a vu quelques-uns. A Chicago, à Johnson City (un Santa texan avec des santiags) ou encore à San Antonio
  • Les Rockettes (Manhattan, New York) : LE spectacle de Noël de New York et un peu de toute l’Amérique. Un immense classique

La playlist Noël

On vous a concocté une playlist Christmas avec des classiques et quelques versions bien country.

On espère que ce bilan a pu vous éclairer ou vous aider les Roadies. Vous avez des questions ? N’hésitez pas à nous demander !

Vous aimez ce qu’on fait ? Cet article vous a été utile ? Offrez-nous un petit pourboire ou payez nous un café sur Tipeee ou soutenez-nous en organisant votre roadtrip

One response à “Roadtrip de Noël 2022 à New York, Chicago et au Texas : le bilan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.