Voyager en train au pays de la bagnole et de l’avion, les USA, c’est possible. Grâce à Amtrak, la SNCF américaine, à vous les train trips pour relier deux grandes villes. Pour nous, c’était un objectif depuis quelques années et, fin 2022, lors d’un voyage dans l’est et le sud des Etats-Unis, nous avons pu le rayer de notre to-do-list. Pour tester ce moyen de transport, nous avons pris deux lignes : un New York – Chicago (19h de trajet) à bord du Lake Shore Limited puis un Chicago – Austin (28 heures) avec le Texas Eagle. 

Vous avez aussi envie de prendre le train aux US ? On vous fait ce petit guide qui change du train train pour vous y retrouver.

NB : on parle ici de train de voyageurs. Si vous souhaitez prendre un train historique, on vous fait une petit liste en fin d’article.

Quelles grandes lignes existent aux US ? 

Amtrak – Accéder à la carte détaillée

Le nom qu’il faut retenir, c’est Amtrak, la SNCF des US. Et elle propose une trentaine de grandes lignes qui vous permettront de faire des sauts de puce ou de traverser les Etats-Unis d’est en ouest ou du nord au sud. Voici les lignes les plus connues. La plus célèbre est sans aucun doute le légendaire California Zephyr, son tracé exceptionnel entre Chicago et San Francisco, ses wagons vitrés du sol au plafond pour admirer les paysages.

  • Acela : Boston-NY-Philadelphie-Washington
  • Lake Shore Limited : New York-Cleveland-Chicago
  • Pacific Surfliner : San Luis Obispo-Los Angeles-San Diego
  • Silver Service/Palmetto : New York-Washington-Charleston-Savannah-Orlando-Miami
  • California Zephyr : Chicago-Denver-Salt Lake City-San Francisco (Emeryville)
  • Cardinal : New York-Washington-Cincinnati-Indianapolis-Chicago
  • Coast Starlight : Seattle-Portland-Sacramento-San Francisco-Los Angeles
  • Empire Builder : Chicago-Milwaukee-Minneapolis-Portland-Seattle
  • Maple Leaf : Toronto-Niagara Falls-Albany-New York. L’Empire Service fait Niagara Falls-New York (attention, passage de frontière)
  • Northeast Regional :  Boston-NY-Philadelphie-Washington-Roanoke
  • Sunset Limited : Nouvelle-Orléans-Houston-San Antonio-El Paso-Tucson-Los Angeles
  • Texas Eagle : Chicago-Little Rock-Dallas-Austin-San Antonio-Tucson-Los Angeles
  • Adirondack : Montréal-New York (gare au passage de la frontière ! Regardez en commentaire)
  • Carolinian : New York – Philadelphie- Washington-Raleigh-Charlotte
  • Crescent : New York-Washington-Charlotte-Atlanta-Nouvelle Orléans
  • Amtrak Cascades : Vancouver-Seattle-Portland-Eugene
  • Capitol Limited : Washington-Pittsburgh-Cleveland-Chicago
  • City of Nola : Chicago-Memphis-Nouvelle Orléans
  • Southwest Chief : Chicago-Kansas City-Albuquerque-Flagstaff-Los Angeles

Les temps de trajets peuvent être conséquents : 19 heures pour NY-Chicago, 28 pour Chicago-Austin, 35 heures pour un Seattle-Los Angeles, 46 heures pour un Chicago-Seattle, 53 heures pour NY San Francisco avec le California Zephyr, 3h30 à 5 heures pour un New York Boston, 3 heures à 3h30 pour un NYC-Washington.

Comment réserver ? Comment se passe la réservation ? 

En amont sur le site d’Amtrak ou via leur application, plutôt bien foutue. Et tout est traduit en français ! Rentrez les dates, les villes de départ et d’arrivée et laissez-vous guider. Vous aurez les heures de départ, les prix suivant la classe choisie, le taux de remplissage du train, la durée du voyage, l’existence (ou non) de correspondances, les arrêts, et les différents services…

Une fois la réservation faite, vous aurez un QR code pour vos places, reçu par mail et aussi présent sur l’application si vous l’avez téléchargée (et que vous êtes connecté avec le même compte). Je vous conseille de passer par l’application pour que ça soit plus simple. 

PS : si vous avez des soucis pour vous connecter depuis la France, pas de panique, réservez en navigation privée depuis un ordinateur. 

Est-ce que la réservation est obligatoire ? Non mais les trains peuvent vite se remplir suivant la période. D’ailleurs, le site d’Amtrak vous indiquera le taux de remplissage. 


Combien ça coûte ? 

Il y a généralement deux ou trois niveaux de confort, les coachclass, les « roomettes » (pour 2) et les couchettes (jusqu’à 3). Pour vous donner une idée, le trajet NY-Chicago en basique nous a coûté 224 $ (112 par tête, tarif 2022). Pour la réservation d’une chambre, c’était plus de 850 $. Comptez environ 225$ pour un Chicago-San Francisco. Pour le Chicago-Austin, cela nous a coûté 115$ par tête et la couchette débutait à 1000$ pour nous deux.

Pour les couchettes, cela peut être avantageux si vous voyagez à trois par exemple. Attention, les chambres ont tendance à partir vite. 

Comment ça se passe en gare ? Et pour les bagages ? 

En gare, vous avez à repérer le quai de départ (« track ») puis vous y rendre quand il est annoncé (une notification tombera sur votre application). Parfois, un agent accompagnera les voyageurs à la queue leu leu (ah-ah-ah-ah). Mais avant cela, il faudra vous occuper des gros bagages (équivalent soute pour les vols en avion), si vous en avez.  

Généralement, deux gros bagages sont inclus pour le check-in. Comme pour l’avion, d’autres, plus petits, peuvent être emmenées en cabine. Chaque gros bagage supplémentaire coûte 20 $ (tarifs 2022). Il est recommandé d’arriver au moins une heure, 1h30 avant pour le check-in (repérez la zone « check in et ticketing »), ce qu’on avait fait à NY mais… on nous a refusé l’enregistrement. Il venait de fermer… soit disant (il ferme normalement 45 minutes avant le départ). 

Comment faire alors ? Dans un ballet parfaitement maîtrisé, la dame nous indique que l’on peut être aidé par les Red Cap, des agents d’aide tout en rouge d’Amtrak (avec une casquette rouge). C’est gratuit mais tip grandement apprécié. Et Jermaine nous a bien aidé, c’est vrai, en nous emmenant au train avant les autres. Les bagages ont voyagé avec nous du coup. Pour le deuxième voyage, aucun souci, ils ont voyagé en soute. En arrivant plus d’une heure avant, les bagages, pris en charge par Amtrak, ont voyagé en cabine basse dans un espace clos et réservé, pendant que nous étions au-dessus. A l’arrivée, les agents les sortent pour les emmener en gare ou les déposer, comme à l’aéroport, sur un tapis roulant.

Pour info, les billets sont contrôlés à bord du train ou en gare si vous ne montez pas au point de départ. Et l’agent de bord installera une petite étiquette, rédigée à la main, au-dessus de votre tête avec votre destination finale.


Quel confort dans les rames ? 

Coachclass – classe éco

En coachclass. Les sièges sont immenses (impossible de toucher le siège de devant une fois assis) et très confortables. Il y a beaucoup de place pour les jambes. Ils s’étendent et il y a un repose-pieds et un repose-jambes. Une tablette aussi et deux prises côté fenêtre. Il y a aussi beaucoup d’espace pour les bagages au-dessus de vos têtes. Petit conseil, prenez de quoi vous couvrir. En été, comme en hiver, il peut faire frais dans les rames une fois la nuit tombée.

Attention, le placement est libre ! Pas de places attribuées. Donc il faut parfois être rapide pour avoir deux places côte à côte et ça peut être difficile si vous n’êtes pas au départ du train. 

Côté wifi, il y en a soit-disant. Mais impossible de l’accrocher lors du NY-Chicago. Il s’est manifesté quand nous sommes allés vers la voiture bar. Pour le deuxième trajet, pareil.

Il y a de nombreuses toilettes et, généralement, un « food service car » pour s’acheter sandwichs, soupes, salades, snacks et boissons (chaudes et froides). Pour nous, il n’était pas présent lors de la première partie du premier voyage. Il s’est raccroché à Albany avant de filer vers Chicago. C’est pas de la grande cuisine mais c’est plutôt honnête. Et les prix ne sont pas exorbitants (7,5 $ le sandwich, 2,50 $ les softs).

Vous pouvez manger dans la voiture dédiée ou à votre place. On vous conseille quand même de faire le plein de boissons et de snacks/sandwich avant de monter. Comme ça, vous évitez la queue et les trajets, pour peu que la voiture repas soit éloignée de vos places. 

Il existe aussi parfois des wagons vitrés avec vue et sièges qui font face au paysage, comme pour le magnifique California Zephyr entre Chicago et San Francisco.

Roomettes et couchettes

Roomette. Crédit : Amtrak

Les roomettes (chambrettes) sont pour deux personnes avec deux sièges, des prises, une table, une penderie, des bouteilles d’eau, des serviettes et du linge de lit. Les repas sont compris dans le wagon restaurant, les softs à volonté et pour les boissons alcoolisées, la première est offerte.

Les chambres sont un peu plus grandes et peuvent accueillir un troisième adulte. En plus, elles ont des toilettes, une douche et un sofa (qui se transforme en troisième couchage). Les repas sont également compris, même condition que pour les roomettes.

Chambre. Crédit : Amtrak


Le train s’arrête souvent ? 

Oui. Pour le NY-Chicago, 17 arrêts au total. Certains sont courts, de l’ordre de deux ou trois minutes (les portes ne s’ouvrent même pas), d’autres plus longs. Ainsi, nous nous sommes arrêtés 45 minutes à Albany pour qu’il puisse accrocher d’autres wagons. Tout le trajet est détaillé sur le site d’Amtrak. Pour notre deuxième trajet, 25 arrêts.


Que faire si on est fumeur ? 

Ben, vous attendez et laissez tranquillement monter l’envie de mordre quelqu’un ^^ Oui, 19 ou 28 heures, ça peut être long, plus long qu’un vol intercontinental. Bon, pas de panique. Avec ces arrêts, on peut descendre fumer en gare. Renseignez vous juste sur la durée de l’arrêt et ne vous éloignez pas trop s’il est court. Généralement, un agent bat le rappel ou c’est annoncé au micro comme un arrêt possible pour les fumeurs. Sur le premier trajet, nous sommes descendus trois fois pour nous dégourdir les jambes, sur le deuxième, cinq fois.


Quels avantages à voyager en train ? 

  • Voir du paysage et du pays ! Bah oui
  • Le confort des rames. Par rapport à l’avion (et même au train chez nous), l’écart est flagrant
  • Moins de fatigue. Par rapport à la voiture
  • Pouvoir aller de centre ville à centre ville. Très pratique pour sauter de ville en ville. Lors d’un trip centré sur les villes, c’est idéal. On évite de louer une voiture, de payer des parkings, ou de régler les transferts aéroport-centre
  • C’est plus écolo
  • On a du temps pour faire plein de trucs
  • On économise une nuit d’hôtel dans une grande ville en dormant dans le train. Toujours ça de pris ! 
  • C’est abordable. En tout cas pour la coachclass
  • On est au milieu d’Américains de toutes conditions. Sympa si tu voyages seul pour faire des rencontres. Il y a des personnages hauts en couleur. Nous avons croisé un Mexicain tout paumé qui descendait à San Antonio (et qui a failli se faire embarquer ses bagages par la police car ils bloquaient le passage), un gars qui faisait les aller-retours saisonniers entre le Michigan et Corpus Christi (TX) dont l’oncle était sur la photo de l’arrestation de Jack Ruby (l’homme qui a tué Lee Harvey Oswald), un Hawaïen en vadrouille à travers tout le pays avec son chien, Cookie, pour en faire un toutou de secours, un cycliste marathonien qui partait s’entraîner à Little Rock, un non-voyant avec qui on partageait les pauses clopes…
  • Si vous n’avez pas l’âge pour louer une voiture aux US, ou si vous n’avez pas le permis, si vous trouvez les locations de voiture trop chères, c’est une bonne solution pour voyager !

Quels inconvénients ? 

  • C’est lent. Et oui, 19 heures pour un NY-Chicago qui prendrait 2h45 (+ les transferts) en avion, c’est long
  • On n’est pas à l’abri d’un pépin. Exemple, pour notre premier train trip. Un désespéré s’est jeté sur les rails à Schenectady (Etat de NY). Résultat, trois heures dans la vue. Après 1h30 arrêtés sur les voies, ils ont bien voulu nous emmener jusqu’à la gare qui était à 4 miles. Lors du second, deux trains de marchandises (ils sont prioritaires) ont causé un retard de 3h30, qui a été rattrapé en partie
  • Les Américains s’en tapent de passer des coups de fil dans la rame (et ce n’est pas interdit). Ayez des écouteurs car on a eu des conversations qui ont littéralement duré une heure voire deux. Relou
  • La bouffe du diner car a le mérite d’exister. Mais on vous conseille d’amener vos provisions pour un repas plus complet
  • Le personnel d’Amtrak, c’est plutôt inégal on va dire. On a eu de super équipages sur Chicago-Austin, beaucoup moins sur NY-Chicago (et limite on ne nous a pas expliqué ce qui se passait lors des incidents)
  • On cherche encore le Wifi

Et les trains historiques ? 

Vous voulez prendre les trains historiques à vapeur ? Il en existe de nombreux aux US. Voici les plus connus (on a testé les deux premiers) :

  • Durango-Silverton (Colorado). Le site
  • Cumbres & Toltec entre Chama et Antonito (Nouveau-Mexique et Colorado). Notre article et le site
  • White Pass and Yukon (Alaska). Le site
  • Wilmington and Western Railroad (Delaware). Le site
  • Grand Canyon Railway (Arizona). Le site
  • Cass Scenic Railroad (Virginie). Le site
  • Steamtown National Historic Site (Pennsylvanie). Le site
  • Texas State Railroad (Texas). Le site

Ce guide trop choo-choo vous a plu ? Hésitez pas à donner vous aussi vos astuces après un voyage en train. Vous avez des questions ? Commentez !

Vous aimez ce qu’on fait ? Cet article vous a été utile ? Offrez-nous un petit pourboire sur Tipeee . Vous pouvez aussi nous soutenir en organisant votre roadtrip aux Etats-Unis

9 responses à “Notre guide pour voyager en train aux Etats-Unis

  1. Merci pour ce retour !
    C’est assez tentant je dois dire… Mais étant habituée aux locations de voiture j’ai peur d’être frustrée de ne pouvoir m’arrêter quand j’en ai envie… Car finalement on ne fait que passer non ?

    1. Bonjour Cécile,
      En effet, on ne fait que passer. Les arrêts sont courts donc pas vraiment le temps de faire du tourisme. Après, si l’objectif est de voir les villes, ça se tient. On peut aussi découper le trajet en achetant plusieurs billets. Décider de faire Chicago-Saint Louis puis Saint Louis – Dallas puis Dallas-Austin et etc…
      JP

  2. J’ai fait un Montréal-New York en train et je me reconnais totalement dans votre témoignage.
    Info à rajouter sur ce trajet : au passage de la frontière, on s’arrête au milieu de nowhere et on doit faire la paperasse et payer le droit de passage de frontière terrestre (7 dollars en 2019). Évidemment les agents ne prennent pas la carte et quand tu n’as pas de cash…. Tu comptes sur la générosité de tes voisins de compartiment 😅

  3. C’est vraiment un super article, merci beaucoup. Une autre façon de voyager, parfaite pour les gens qui aiment prendre leur temps. Il n’est pas impossible qu’un de ces jours nous prenions le Crescent pour faire Atlanta-New York.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.