Observer des animaux au Yellowstone, le guide complet

« Where to see wildlife ? », a-t-on demandé, comme on le fait toujours dès notre entrée dans un parc. Cette fois, le ranger nous a regardés dubitativement : « Where ? Everywhere. You’re in Yellowstone bitch (il a pas dit bitch mais il aurait pu, c’était pareil). This is WILD ! ». Ok, mollo gars. Certes,  » this is wild  » . Mais après deux séjours au Yellowstone, des dizaines de sorties d’observation, on est en mesure de répondre un peu plus précisément à cette question. Oui, la wildlife (« vie sauvage ») est partout dans cet immense parc. Vous pouvez la trouver au sortir de votre cabane comme au détour d’un virage. Il n’y a pas de règles. Mais il y a des choses à savoir pour réussir son observation. 

 

IMG_9351 

 

Quels animaux peut-on voir au Yellowstone ? Et où les voir ?  

 

Mammal-Checklist-Map-1

 

Voici le « big nine » du parc avec un pourcentage de réussite tout à fait arbitraire (vous pouvez envoyez vos plaintes à jenparleraiàmoncheval@vraiment.me).

 

IMG_4294

 

 

Bisons

Simple, on les trouve partout ou presque, et en nombre (4600 bisons dans le parc). Pour voir les plus grandes concentrations, rendez-vous à Lamar Valley et à Hayden Valley. Lents, foncés, ils sont faciles à observer (mais évitez de trop vous approcher). En plus, ils adorent arpenter le bitume. Le top : les voir traverser une rivière. Tellement facile qu’en 2012, il avait suffi de regarder à la fenêtre de notre cabane.

Pourcentage de réussite : 99,9 %

IMG_9360

IMG_0325

 IMG_3680 IMG_3677

 

 

Elks (wapitis)

Ce sont les habitants les plus nombreux du parc, avec 10 à 20 000 têtes de pipe. Eux aussi, on les trouve un peu partout. Ils n’ont pas peur de l’homme. Alors vous les verrez souvent en bord de route. A Mammoth, ils squattent parfois les pelouses bien taillées devant le visitor center ou l’hôtel.

Pourcentage de réussite : 80 %

IMG_4238

IMG_1342

IMG_1282

IMG_4206

 

 

Mooses (orignaux)

Un défi déjà plus difficile. Tout simplement car l’imposant mammifère est beaucoup moins représenté (moins de 100 individus). Ses secteurs de prédilection : South Entrance, Northeast Entrance, East Entrance et West Thumb.

Pourcentage de réussite : 20 %

IMG_4137

 

 

 

Mule Deers (cerfs-mulets)

Les cerfs font presque partie du paysage US et si vous avez déjà emprunté les routes du pays de l’oncle Sam, vous en avez sûrement vu (ou évité) des dizaines. Au Yellowstone, ils ne sont pas si nombreux que ça en comparaison des wapitis (1000 à 1300) mais se baladent partout dans le parc. Ainsi a-t-on fait la connaissance d’une maman et ses deux petits au réveil, à quelques mètres de notre cabin au Roosevelt Lodge.

Pourcentage de réussite : 70 %

IMG_1820

IMG_9446

IMG_3821

 

 

 

Loups

Réintroduits dans les années 1990, les loups gris du Yellowstone ont repris du poil de la bête. Très difficiles à observer (il n’y en aurait que 75), on les retrouve essentiellement dans le nord-est : Hayden Valley, Mont Washburn, Tower Roosevelt et surtout Lamar Valley. On a fait chou blanc. 

Pourcentage de réussite : 2 % (20% en hiver)

IMG_0340

DSC07155 

 

 

Grizzlis

Il existe deux types de plantigrades qui habitent dans le parc. Le Grizzli, généralement brun, et l’ours noir, plus petit, plus commun et… noir (ou pas toujours). Le premier est plus rare (moins de 150 specimens), plus timide et vous pourrez la plupart du temps l’observer de très loin. Deux fois, nous avons pu en voir. Deux fois, nous n’avons pu voir que des points marrons à l’horizon (pardonnez les photos). Et une troisième fois, on est arrivé une minute trop tard. On le retrouve essentiellement dans l’est du parc : Lamar et Hayden Valley, Mont Washburn et tout le secteur entre Fishing Bridge et l’entrée Est.

Pourcentage de réussite : 15 %

IMG_5722

IMG_5743

IMG_3886

 

 

Ours noirs

Son cousin noir est, comme dans le reste des US, assez commun. Pourtant, suivant la période, vous n’aurez peut-être pas les mêmes chances de le voir. Plus l’hiver approche, plus il descend pour chercher de la nourriture. En septembre, il est encore dans les secteurs d’altitude. Il se nourrit de fruits particuliers que l’on trouve autour de Canyon Village. Le plus souvent, vous l’observerez à distance, lorsqu’il s’aventure en dehors des bois. Vous pouvez aussi avoir la chance, comme nous l’avons eue deux fois, de le voir de plus près. Pas trop quand même. On vous le rappellera tout le temps. « This is bear country ». En cas de face à face avec un ours, il y a des consignes claires à respecter (on les rappelle ci-dessous). Sinon, l’ours noir aime bien les secteurs suivants : Mammoth, Tower-Roosevelt, Lamar & Hayden Valley, Mont Washburn et East Entrance.

Pourcentage de réussite : 50 %

IMG_3527

IMG_3487

 

 

Bighorns

Dans certains parcs, ils sont très visibles (Joshua Tree, Capitol Reef, Zion…). Ici, ils sont plus discrets. Comme toujours, ils préfèrent les secteurs montagneux et rocailleux. Du coup, retrouvez-les à Dunraven Pass, Mammoth, Mont Washburn et East Entrance. Rien pour nous. 

Pourcentage de réussite : 30 %

 

 

 

Pronghorns

Des antilopes des plus gracieuses. Vous les verrez en train de prendre le soleil ou en train de courir à toute vitesse. Elles sont entre 200 et 300 dans le parc. On en a observé dans Lamar Valley et les rangers assurent qu’elles adorent le secteur entre Mammoth et North Entrance.

Pourcentage de réussite : 40 %

IMG_3794

IMG_3768

 

 

 

Hormis le « big nine », il y d’autres animaux que vous pouvez observer au Yellowstone :

Marmottes, picas, cygnes trompettes, loutres, chauve-souris, balbuzards (ospreys), écureuils, chipmunks, coyotes, renards, lynx, lions des montagnes (ou cougars, 14-23 individus), chèvres des montagnes (200-300 individus), ratons laveurs, putois, loutres et le très rare carcajou (wolverine). Et bien d’autres encore…

Nos secteurs favoris : Lamar Valley, Hayden Valley, Canyon Village

 

 

IMG_1710

IMG_1432

IMG_5540

IMG_4053

IMG_2664IMG_4219

 

Et pour revivre notre visite 2015, une petite vidéo.

Lost In Yellowstone & More from Lost In The USA on Vimeo.

 

 

 

Nos conseils pour une bonne chasse photo

 

Demandez des renseignements sans cesse

Un tour au visitor Center, c’est la base. Et il ne faut pas hésiter à demander à plusieurs rangers dans la même journée, dans différents secteurs. Certains sont plus prolixes que d’autres, certains ont des informations fraîches, certains sont tout simplement plus compétents et connaissent mieux le terrain. Dans les Visitor Center, vous pourrez parfois trouver des registres des observations journalières.

Les locaux connaissent aussi les bons spots, tout comme les photographes animaliers. Et il ne faut pas négliger les autres touristes bien sûr. Ils ont peut-être vu quelque chose et peuvent vous orienter. 5000 paires d’yeux valent mieux qu’une ou deux.

IMG_9582

 

 

 

Miser sur le lever et le coucher du soleil

Une évidence mais toujours bonne à rappeler. Les animaux sauvages sortent de préférence au petit matin ou en soirée. Ainsi, voilà notre journée type au Yellowstone. Debout à 5h, petit tour dans le campement (des animaux aiment bien venir brouter dans le secteur), départ rapide pour un secteur du parc bien fourni (Lamar ou Hayden). Retour vers 10h pour le petit déjeuner et la douche. Ensuite, nous enchaînons par d’autres visites autres (type Mammoth, Norris Basin, Old Faithful). Lorsque le coucher du soleil approche, direction un autre secteur à animaux. Et ainsi de suite…

IMG_0348

IMG_1665

DSC07098 

 

 

Etre patient et observateur

Là aussi, c’est une évidence. L’animal ne vient pas sur commande. Repérez les meilleurs secteurs (avec les renseignements que vous avez glanés), scrutez les environs, restez quelques minutes. Ne vous fiez pas toujours aux attroupements ou à de nombreuses voitures garées. Pour bien distinguer les formes (notamment entre bison et ours noir), les jumelles sont un plus non négligeable.

IMG_9757-2

IMG_9173

 

 

 

Choisir la bonne période

Au printemps et en début d’été, vous aurez plus de chance de voir des bébés. Les ours et grizzlis sont plus facilement visibles à l’automne. Ils viennent faire des réserves dans la vallée avant l’hiver. Alors qu’en été, ils restent souvent dans les forêts d’altitude. Enfin, les loups, assez discrets, sont plus facilement visibles en hiver, dans la neige.

IMG_3610

IMG_2231

 

 

Compter sur les autres

C’est une tradition au Yellowstone. Les bouchons (on les appelle bear jam, bison jam…), les scopes, les safaris organisés… Les bouchons sont un indicateur sérieux. Ce qui l’est encore plus, ce sont les avis des spécialistes, et notamment des photographes animaliers qui sont très nombreux dans le parc. Parlez avec eux, apprenez d’eux et même suivez-les, discrètement. Idem pour ceux qui semblent camper devant leur camping-car à la journée et qui crie « un ours !!!! ». Bon, la bestiole est à 3 km, on ne voit qu’un point. Ils vous laisseront gentiment regarder dans leur longue-vue. Gagnant-gagnant : ils se sentiront utiles et vous, vous aurez vu un ours.

IMG_5789

IMG_3424

IMG_9334

IMG_1438

 

 

Randonner

Comme toujours, la randonnée est un bon moyen de côtoyer la wildlife. Il y a pas moins de 1450 kilomètres de sentiers dans le Yellowstone (voir ici). Mais attention, pensez à vous procurer un « bear spray », un répulsif à ours, en cas d’une rencontre un peu trop rapprochée (voir tout en bas de cette chronique). L’achat d’un « bear spray » est assez onéreux (30 à 45 $) mais il est possible d’en louer (9,25$ par jour, 28 par semaine), notamment sur un stand proche de l’entrée du Canyon Village visitor Center. 

IMG_1039

IMG_9611

 

 

Miser sur les secteurs un peu isolés

Oui, c’est sympa d’observer un animal grâce à un bouchon formé sur la route. Facile, consommable tout de suite. En revanche, c’est assez pesant de voir le ballet de personnes, toutes plus folles les uns les autres. On se souvient de ce touriste japonais, à un mètre d’un elk, en train de triturer son téléphone pour twitter ou instagramer la photo qu’il était en train de faire, bébé au bras. D’une, il pouvait se faire embrocher. Deux, il gâchait les photos de tous les autres. Trois, il risquait d’effrayer et faire partir la bête.

Du coup, le plus beau trophée est bien de trouver soi-même son animal et d’en profiter discrètement en attendant l’arrivée des autres. Pour cela, mieux vaut miser sur des secteurs isolés. Et au Yellowstone, c’est à Lamar Valley, dans le nord-est, que vous serez le plus tranquille.

 

IMG_9182

 IMG_4221

IMG_4261 

 

 

Que faire en cas de rencontre avec un ours ou un grizzli ?

On ne pouvait pas boucler ce tour d’horizon sans un petit mot sur les rencontres avec les plantigrades. Est-ce que ça arrive souvent ? Oui. Est-ce que ça se finit mal ? Très rarement, mais quand c’est le cas, c’est avec un grizzli. Voilà le bilan des rencontres hommes-ours au Yellowstone : huit morts entre 1907 et 2015. Voir le détail.

 

IMG_4670

 

Déjà, il faut les différencier. La couleur ne permet pas de trancher. En effet, pour le grizzli comme pour l’ours noir, la couleur peut varier du beige (voire blanc) au marron foncé. Mais le grizzli a une bosse dans le haut du dos contrairement à l’ours noir. Et d’autre part, la croupe du grizzli est plus basse que les épaules, ce qui n’est pas le cas chez l’ours. Je sais, vous n’aurez pas forcément le temps de vérifier.

En cas d’une rencontre depuis la route, il faut rester à 90 m d’un ours et rester dans son véhicule. Mais sachez-le, personne ne respecte ces règles. Et également ne jamais les nourrir. C’est illégal et dangereux. Un ours nourri qui va vouloir revenir chercher de la nourriture. Il sera déplacé voire capturé et tué. Les campeurs doivent absolument utiliser les « bear boxes » pour leur nourriture et leurs produits de toilette.

 

IMG_3495

 

 

Et que faire si vous les croisez en randonnée et que vous êtres trop près ? 

  1. Reculer doucement. S’il se tient sur ses pattes arrières, il cherche juste à recueillir des informations et n’est pas agressif. S’il grogne, claque des dents, frappe le sol, vous êtes trop près.
  2. Ne jamais courir. Si vous courez, vous êtes une proie. Et d’autre part, ils courent plus vite que vous. Ne jamais grimper à un arbre. Ils grimpent mieux que vous.
  3. S’il approche, ne pas bouger. Il vous teste. C’est ce que les rangers appellent une « bluff charge ». Quand il s’arrête, reculer doucement. Préparer son bear spray à l’emploi.
  4. S’il attaque, utiliser le bear spray dès qu’il est à moins de 12 mètres.
  5. Si vous n’avez pas de bear spray, faire le mort. Mais pas trop vite, vraiment au dernier moment. Ne jamais le faire avec un ours qui n’est pas agressif. Faire le mort = se coucher face contre terre, l’estomac à l’abri et protéger son cou avec ses mains, son visage avec ses avant-bras. Et rester silencieux.
  6. Ne jamais se battre avec un ours. Depuis 1970, les personnes attaquées ayant fait le mort ont subi à 75 % des blessures mineures. Et les personnes qui ont répondu ont subi à 80 % des blessures majeures.

 

IMG_9591

 

C’est bon, vous êtes parés pour le Yellowstone. Et si vous êtes déjà un habitué, racontez-nous vos rencontres.




IMG_1731

10 responses à “Observer des animaux au Yellowstone, le guide complet

    1. Ah les picas. On en a vu sur la Beartooth Highway, juste en dehors du parc donc on a joué le jeu. On n’a pas mis les photos ^^
      Merci pour le renard et le loup est surtout nocturne . Mais pas seulement.
      Des bises

  1. Que de souvenirs sur le parc de Yellowstone ! Un superbe parc à découvrir. Vos photos sont vraiment belles, surtout celles du renard!
    J’ai eu la chance l’été dernier d’y voir également des pikas, une belle belette et des lièvres. Le Moose est directement venu sur le terrain de camping, instant incroyable ! Le regret restera pour les loups et les grizzlis, mais bon… Je me console avec ma chèvre des montagnes dans le magnifique parc de Glacier dans le Montana :).

    Très beau blog en tout cas !

    1. Tu as a eu de la chance pour le Moose car même si c’est difficile de les rater (en raison de leur taille), il n’y en a pas beaucoup et il est possible de ne pas en voir pendant un moment. Pour les Grizzlis et les loups, je ne sais pas s’il faut le regretter.
      Et complètement ok avec toi, les chèvres des montagnes de Glacier sont un bon remède ^^
      A plus

  2. On a vu un moose, ,mais c’était encore au Grand Teton, juste après Jenny Lake en venant de Jackson Hole . Voilà quelques secondes de film : http://gabandjo.legtux.org/pages/049-america-2012-un-elan-a-yellowstone-fr.php.
    Et j’ai aussi quelques images de ce que j’ai appelé un loup gris, mais qui était sans doute un coyote. Ou un mix peut-être ? Il semblerait que ce soit possible. http://gabandjo.legtux.org/pages/048-america-2012-loup-gris-entre-norris-et-gibbon-falls-fr.php

    1. Yes, c’est un jeune moose. On adore ces bestioles. Pour le deuxième, c’est clairement un coyote. Très rare de voir les loups seuls et surtout, ce n’est pas trop leur secteur. Ils se cantonnent beaucoup à la Lamar Valley. ;-)

  3. En 2010
    yellowstone : grizzly (1 male puis un autre jour une maman et ses 2 petits qui ont traversé devant notre voiture, toujours dans le secteur d’hyden), wapitis (principalement mammoth), coyote (hayden), ours noir (lamar)
    grand teton : elan femelle et son petit, porc epic, pika

    Cette année au canada, une douzaine d’ours, dont, en rando : 1 grizzly a 100m (waterton) et 1 ourson noir sur un arbre a 10m de moi (avec des bruits de buisson de la mere derriere moi … hum hum/ile de vancouver)
    wapiti, chevres de montagnes en pagaille et 2 elans a glacier national park
    sinon chiens de prairie, antilope, pika, spermophiles variés, porc épic de jour cette fois, moufette, mouflons, bisons, coyotes, couleuvre, orques, baleines a bosse, lions de mer, phoques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *