Notre Route 66 en Californie

La Californie est le dernier des huit états traversés par la mythique Route 66 au départ de Chicago. Là, au départ de Needles, la Route franchit des déserts puis des montagnes, le long de la faille de San Andreas, avant d’atteindre l’océan Pacifique, au bout de la jetée de Santa Monica. L’itinéraire des pionniers de la Ruée vers l’Or et de tous ceux qui sont partis chercher une vie meilleure sous le soleil de Californie.

Sur quelque 450 kilomètres, il y a environ une trentaine d’arrêts et de localités. Au programme : des grandes contrées désertes, des décors de films, des musées, de grandes premières (et dernières) et une sacrée dose de curiosités. Voici notre sélection (non exhaustive).

Attention, la Route 66 parcourt trois fuseaux horaires différents. La Californie est concernée, puisqu’elle est la seule à faire partie de la Pacific time zone. Si vous la parcourez en entier, n’oubliez pas de retarder votre montre d’une heure en passant de l’Arizona en Californie (par Needles). S’il était par exemple midi en Arizona, il est désormais 11 h en Californie.

  

CA001000

 

> Pourquoi la Route 66 s’appelle Route 66 ?

> Route 66 : grandeur, décadence et renaissance

>#1 : notre Route 66 en Illinois, Missouri, Kansas et Oklahoma

> #2 : notre route 66 au Texas

> #3 : notre route 66 au Nouveau-Mexique

> #4 : notre route 66 en Arizona

> #6 : 10 indices qui prouvent que vous êtes sur la Route 66

> #7 : Cars, une ode animée à la Route 66

> #8 : Ludo Bonnet, le plus 66ter de nos Roadies

 

 

 

LA ROUTE 66 EN CALIFORNIE

 

 

Needles : une chaude entrée en Californie

DSC05604

 

Juste après Topock et la rivière Colorado, on entre en Californie (quand on arrive d’Arizona) à Needles. Comme les « aiguilles » des Mohave Mountains en toile de fond. La ville, réputée parmi les plus chaudes des Etats-Unis (les 40°C y sont régulièrement dépassés) a longtemps été un arrêt important sur la 66. Il en reste quelques vestiges et de la réclame autour, mais qui peinent à rendre la ville attractive. Elle constitue néanmoins un bon endroit pour passer une nuit d’étape : il y a plusieurs restaurants et motels sympas, pour un rapport qualité-prix imbattable : moins de 40 euros la nuit au River Valley Inn où l’on a passé la nuit.

> Voir la fiche complète de Needles

 

IMG_8803

 

Amboy : un cratère et le Roy’s Motel & Cafe

Amboy_(15107043407)

 

On est passés à Amboy à l’automne, de nuit, et on a fait un arrêt au célèbre Roys’ Motel and Cafe. Le motel ne tourne plus (il a été rénové et accueille des expositions d’art). La station, elle fonctionne toujours, (mais attention elle n’est pas loin de délivrer l‘essence la plus chère du monde !). On peut entrer dans le diner-magasin ou s’accorder une petite pause aux toilettes voisines. Il y a aussi les restes de la « ville » un peu plus loin.

Non loin de là, l’Amboy Crater, un cône volcanique fait de scories, a rejoint début 2016 la liste des monuments nationaux.

> Voir la fiche complète du Roy’s

 

Newberry Springs : un Bagdad Café très frenchy

DSC05507

 

C’est un endroit culte (surtout pour les Français !) : le Bagdad Café, où a été tourné le film éponyme en 1987. Aussi « rade » que dans le film, le lieu (pas à Bagdad, ville-fantôme, mais à Newberry Springs) est toujours ouvert. Un bar « dans son jus » qui sert de la bière et quelques classiques américains (burgers, sundaes, tartes…). Ne cherchez pas la grande citerne-réservoir : elle n’y est plus. Le motel lui aussi a été rasé.

Tant que vous êtes dans le coin (et même s’il n’est pas sur la 66), faites un crochet par le Peggy Sue’s diner à Yermo, le diner de la fille de la célèbre chanson de Buddy Holly !

> Voir la fiche complète du Bagdad Cafe

 

IMG_8620

 

Barstow : le Mother Road Museum

IMG_8453

 

Barstow n’est pas la ville la plus attractive de la Route 66, mais elle a toujours été un carrefour important, du train comme de la voiture. La Route 66 (aujourd’hui I-40) est célébrée un peu partout, y compris au Mother Road Museum, un petit musée niché dans l’ancienne Harvey House locale. L’entrée est gratuite (mais attention, les horaires limités). Il y a plusieurs panneaux vintage à voir, dont celui du Route 66 Motel.

> Voir la fiche complète de Barstow

 

Oro Grande : une forêt de bouteilles

15794168025_7ba6a847e7_b

 

C’est un paradis pour les photographes, et le genre de roadside attractions qu’on adore : l’Elmer Long’s Bottle Tree Ranch, une forêt de bouteilles et de matériaux de récup’, créée de toutes pièces par un gars du coin amoureux de la 66. Ouvert du lever au coucher du soleil.

> Voir la fiche complète de l’Elmer Long’s Bottle Tree Ranch

 

Victorville : le musée de la 66 californienne

10393915_10152788944727579_6186113846310991045_n

 

On n’y est malheureusement pas allés, mais on vous en parle car ce musée a l’air particulièrement sympa. Le California Route 66 Museum célèbre l’Histoire de la Mother road en Californie sur plus de 400 m2. On peut même monter dans différents véhicules d’époque (dont un combi VW hippie) pour la photo-souvenir. En plus, l’entrée est gratuite. Victorville est la dernière étape avant d’entrer dans l’agglomération de Los Angeles.

> California Route 66 Museum, 6825 D Street, Victorville. Ouvert tous les jours, à horaires variables (en gros de 10 h à 16 h). C’est gratuit. Plus d’infos sur leur site internet.

 

San Bernardino : premier McDo et dernier Wigwam

First_McDonalds,_San_Bernardino,_California

 

San Bernardino abrite deux « mythes » de la 66 : le premier fast-food McDonald’s du monde et le dernier des 7 motels « tipis » Wigwam et l’un des trois derniers survivants (plus exactement sur le territoire de la commune de Rialto). Celui-ci semble être le plus sympa pour dormir, au milieu des palmiers.

Le McDonald’s ne sert plus de hamburgers depuis les années 1970 mais une bonne tranche d’Histoire, qui remonte aux années 1940 et aux frères McDonald, bien avant que le fast food ne soit le premier du monde. C’est aussi un musée de San Bernardino, de la 66 et de la chaîne Juan Pollo, dont le fondateur, Albert Okura, a sauvé le site.

> Voir la fiche complète du Premier McDo et du Wigwam San Bernardino

 

Another_wigwam_hotel_in_San_Bernardino

 

Santa Monica : la fin de la Route

IMG_4007

 

Il faut reconnaître que c’est assez émouvant d’arriver sur la jetée (hypratouristique) de Santa Monica et de voir le panneau : « Route 66 : end of the trail ». Après avoir traversé Los Angeles (West Hollywood, Beverly Hills dans un paysage plus « paillettes »), c’est là que finit officiellement Main Street USA. La photo traditionnelle consiste à s’accrocher au panneau. L’emplacement (qui a changé plusieurs fois) a été arrêté pour son 83e anniversaire. Vous ne pourrez pas le manquer : il est juste avant le parc d’attractions et pile en face du Pier Burger (qui s’est choisi comme nom, avec un certain humour, « Last burger on land and Route 66″ (dernier burger sur la terre ferme et la Route 66). (Une autre fin est prise en compte : une plaque en hommage à Will Rogers, un humoriste grand voyageur à qui la route a été dédiée. Le monument se trouve lui aussi au bord de l’eau, au bout de Santa Monica street et d’Ocean avenue).

Au bout de la jetée, il y a le Last Stop shop, un petit magasin de souvenirs dédié à la Mother road et tenu par un passionné. C’est aussi un magasin d’articles de pêche. Après ? Cette fois, c’est l’océan Pacifique ! Ou un demi-tour pour repartir dans l’autre sens, vers Chicago.

> Voir la fiche complète de la fin de la Route 66 et du Last Stop Shop

 

IMG_4055

 

 

NOS CONSEILS

CA054900

 

Combien de jours

De 2 à 4 nuits

 

Les villes d’étape qu’on vous conseille

Needles, Barstow, San Bernardino, Santa Monica

 

S’il faut choisir

Une nuit en « tipi » au motel Wigwam (qui a l’air d’être le plus sympa de tous), la fin de la route, au bout de la jetée de Santa Monica. Le Bagdad Cafe, pour les fans (nous, on n’a pas adoré)

 

Le budget

La Route 66 ne propose pas des tarifs excessifs. La Californie est (toujours) plus chère que les autres. Mais à titre d’exemple, comptez une trentaine de dollars pour une nuit à Needles, une centaine (entre 70 et 150) au Wigwam, beaucoup plus à Santa Monica. La plupart des attractions que nous avons sélectionnées sont gratuites.

 

Le petit détour qui va bien

Le parc national de Joshua Tree, au départ d’Amboy.

 

Evénements spéciaux

La Californie fête régulièrement sa 66 et participe aux festivités du 90e anniversaire. La liste à jour est ici.

 

 

DSC05064 IMG_6045 DSC05503 DSC05544 IMG_8810

 

N’hésitez pas à commenter voire à nous faire découvrir des lieux 100% 66 en Californie.

 

 

 Pour aller plus loin

> Pourquoi la Route 66 s’appelle Route 66 ?

> Route 66 : grandeur, décadence et renaissance

>#1 : notre Route 66 en Illinois, Missouri, Kansas et Oklahoma

> #2 : notre route 66 au Texas

> #3 : notre route 66 au Nouveau-Mexique

> #4 : notre route 66 en Arizona

> #6 : 10 indices qui prouvent que vous êtes sur la Route 66

> #7 : Cars, une ode animée à la Route 66

> #8 : Ludo Bonnet, le plus 66ter de nos Roadies

 

 

Photos : Lost In The USA et DR Wikipédia

11 responses à “Notre Route 66 en Californie

  1. On connaît Barstow comme notre poche. On s’y arrête à chaque étape. On a vu décliner l’ « outlet factory » où il n’y a presque plus de boutiques. L’an dernier, il y avait encore le magasin de jeans Levi’s, avec de très bons prix.
    Par contre, je décerne 5 étoiles au musée de la 66, à côté de la « Casa del Desierto », avec un oscar à Debra qui s’en occupe. Le musée n’ouvre pas tous les jours. J’avais contacté Debra par mail avant notre départ car le jour où nous avions prévu d’être à Barstow, il serait fermé. Debra a répondu qu’elle l’ouvrirait exceptionnellement pour nous, ce qu’elle a fait.
    Pas loin, il y a Calico, la ville fantôme reconstituée et surtout un super steackhouse, le « Idle Spurs Steakhouse », se trouvant sur la route de Calico.
    Bises mes touristes préférés !

    1. Barstow est vraiment une ville carrefour qui fait pas très envie. Et comme tu le dis, ça ne s’arrange pas avec les années. Peut-être que la création des nouveaux National Monuments va dynamiser la ville.
      Sinon, oui, Calico… Je n’ai jamais payé pour une ville fantôme. C’est un parc d’attraction ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *