Yeehaw ! On a vécu les Frontier Days à Cheyenne

Ce sont un peu eux qui ont déterminé notre roadtrip de cette année. Les Cheyenne Frontier Days. On ne sait plus trop comment, mais alors qu’on commençait tout juste à penser Chicago et peut-être Dakota(s), on s’est rendus compte qu’on ne serait pas « loin » de cette grand messe du rodéo américain, qui s’étend sur une semaine à chaque fin de mois de juillet. En 2018, c’était la 122e édition. Il a suffi de voir que Dierks Bentley y donnait un concert en soirée pour que l’on se lance et qu’on revoit notre itinéraire en fonction.

Nous sommes donc fiers de dire que ça y est, on a vécu les Frontier days. L’autoproclamé plus grand rodéo en plein air du monde, le plus ancien, la plus grande célébration western… Car c’est bien de ce joyeux mélange dont il s’agit. On l’appelle d’ailleurs « Daddy of’ hem all » (« le père de tous »). Plus de 300 000 personnes de plus de 50 pays y viennent chaque année et les compétiteurs peuvent gagner gros.

Nous y avons passé deux jours et deux nuits (l’édition se tenait du 20 au 29 juillet 2018, nous on y était du 27 au 29) pour vous concocter ce manuel des Frontier Days. Et découvert ainsi Cheyenne (prononcer « Chaaayenne »), la capitale du Wyoming. Voici notre guide pour partir à la conquête de l’un des plus grands rodéos des USA. Envie de cowboy ? C’est parti.

 

IMG_9049

 

 

 

 

Notre expérience aux Cheyenne Frontier Days

IMG_8398

 

 

 

 

Vendredi 27 juillet, jour 1

IMG_5997

 

Depuis le Nebraska voisin, nous sommes arrivés à Cheyenne (Wyoming) en début d’après-midi, et nous avons filé au rodéo, qui a lieu chaque après-midi, grosso modo de 13 h à 17 h. On a choisi d’utiliser le système de « park’n’ride », une navette (on en reparle dans la partie pratique). On avait déjà vu des « petits » rodéos dans de toutes petites villes. Là, c’est autre chose.

 

 

IMG_6428

IMG_8141

 

Toute la ville vit au rythme de l’événement et tout le monde joue le jeu : les établissements, hôtels, restaurants, commerçants, habitants… multiplient les clins d’oeil. Il y a du grand show, des champions nationaux et surtout plusieurs disciplines dans le « PRCA Wrangler prorodeo tour ». Rodéo, mode d’emploi :

 

  • Roping : c’est le rodéo « traditionnel », le plus connu. Nous l’avons vu dans sa version « team roping ». Deux cavaliers, un veau. L’un doit attraper les pattes arrière au lasso, l’autre la tête

 

IMG_8262

 

  • Bareback riding : sans selle sur un cheval qui rue, le cavalier doit tenir huit secondes. Il est jugé sur son style, le cheval également

 

 

IMG_8368

 

  • Saddle bronc riding : même histoire avec une selle

 

IMG_8930

 

  • Bull riding : la même chose sur un taureau énorme. Ils sont élevés pour et les cowboys n’en ont pas un d’attitré. C’est le hasard qui leur attribue le taureau au moment de l’épreuve. Le rider doit monter un taureau et se tenir, avec une seule main (à une poignée), pendant 8 secondes. Les deux sont notés, à 50/50. A noter la présence du « rodeo clown » qui, dans son baril, doit distraire le taureau quand un cavalier est à terre… et ça arrive très souvent

 

IMG_9364

 

  • Steer wrestling : épreuve très impressionnante. Deux cowboys poursuivent un boeuf. L’un d’eux se jette sur lui et doit le mettre à terre, à mains nues

 

IMG_8545

 

  • Barrel racing : un(e) cavalièr(e) doit tourner le plus vite et habilement possible autour de trois tonneaux
  • Wild horse race : ça c’est fort. Des cavaliers entreprennent de monter des chevaux sauvages et doivent faire le tour de l’arène. En deux jours, nous n’avons pas vu un cavalier qui y est parvenu
  • Aussi : des courses de poney et de cavaliers qui tirent au fusil sur des ballons à plein vitesse

 

NB : Pourquoi les chevaux ruent et les taureaux se démènent ? Ce ne sont pas des animaux sauvages, mais des animaux spécialement choisis et élevés pour les rodéos. Ils ruent en raison d’une sangle autour de l’abdomen, serrée juste avant le lâcher. Une fois le cavalier à terre, ils peuvent continuer à ruer pour enlever cette sangle qui les gêne. Des cowboys l’encerclent ensuite pour lui ôter à l’aide d’une corde. Les règles sont très strictes en la matière, particulièrement aux CFD. Voir 

 

IMG_8402

 

La compétition est très spectaculaire, particulièrement le bull riding et le steer wrestiling, dans une super ambiance en plus. Le premier jour, il avait beaucoup plu et on a assisté à de nombreux bains de boue.

 


IMG_6240 IMG_8991 IMG_8945

 

On s’est ensuite lancés à la découverte du site. Car au-delà de l’arène, il y a beaucoup à voir, plusieurs « univers » qui font aussi de cet événement une grande fête familiale. C’est immense, et en même temps cela nous a paru à taille vraiment humaine. On s’attendait à un site plus étendu. Il y avait du monde mais pas de foule ni de cohue, et on a rarement fait la queue. Vous connaissez les Américains, ils avaient prévu suffisamment de bouffe, de boissons, de toilettes… pour que ça se passe bien.

On a commencé par l’Old western town. Une petite rue de magasins reconstituée avec plein de stands super où acheter des produits, y compris made in USA (vêtements, bijoux, décoration, couteaux, lassos, chapeaux…), de chuckwagons (« chariots ») en mode campement où l’on peut acheter à manger (sur réservation), une mini ferme pour les plus jeunes, une course de canards (en plastique, en activant des pompes à eau). On y a fait quelques emplettes et assisté à une vente aux enchères de chevaux (le premier est parti à … 200 dollars, on ne s’en est encore pas remis).

 

IMG_9457

IMG_6942

 

Tandis que la pluie annonçait son retour, on a enchaîné avec l’Indian village. Des tipis, encore des « magasins » mais d’artisanat indien, quelques snacks (tacos indiens, turkey legs (cuisses de dinde énormes…). Chaque jour, des Indiens de la réserve de Wind river au Wyoming s’y produisent:  histoires, joueur de flûte, danses traditionnelles (en costumes incroyables). A ne pas manquer (vérifier les horaires sur le site ou le programme papier qu’on trouve un peu partout).

 

IMG_7229 IMG_7236 IMG_7033 IMG_7046

 

KO, on a quand même voulu aller faire un tour à l‘autre star des Frontier Days : le Carnival Midway (la fête foraine). Une immense foire avec grande roue et toutes sortes de manèges (qu’on est trop chochottes pour essayer mais qui en raviront certainement plus d’un) et de stands de tir (à la carabine, au cercle sur bière…) permettant de gagner des peluches taille king size. Les tickets sont vraiment abordables (à partir de 1 dollar). Là encore, plein de magasins western et le food court : le paradis de la bouffe. Du BBQ, des « funnel cakes » (des gâteaux enroulés genre churros recouverts de plein de trucs), des glaces, des chicken waffles (poulet-gaufre, un régal), des cheese curds (bouchées de fromage pané)… Pas de la grande qualité, mais ça dépanne et c’est varié.

Tous ces espaces ont leurs propres horaires. Par exemple, la fête foraine reste ouverte jusqu’à minuit et la sortie des concerts; on peut patienter aussi au Garden où ont lieu des pré concerts).

 

IMG_9593 IMG_7322 IMG_7314 IMG_7334

 

Pour nous, il était l’heure de partir. On a repris notre school bus jaune : on avait choisi d’utiliser leur système de « park and ride » qui consiste, pour 10 dollars (par jour) à poser sa voiture sur un parking et être transportés en navette. C’est très pratique, car les parkings autour sont vite pleins et même les habitants font payer leur cour 20 dollars la journée.

On est partis pour le centre-ville de Cheyenne. Pendant dix jours (et même à l’année), toute la capitale du Wyoming vit au rythme des Frontier Days. On y a fait un tour, vu le super cinéma (le Lincoln theater), la place centrale (Depot plaza), les santiags géantes… et on a mangé dans la gare, dans une super brasserie qui s’appelle « Accomplice » (comme « complice »), ex-Cheyenne brewery, qui sert de la très bonne bouffe et de la bonne bière, selon le concept de « self pour » (on se sert soi-même sa bière à un automate avec une carte).

 

IMG_7488 IMG_7452 IMG_7472 DSC02084 DSC02099 DSC02104

 

 

 

 

 

Samedi 28 juillet, jour 2

IMG_8693

 

Le lendemain, on aurait bien traîné un peu au lit… Mais on ne pouvait décemment pas rater la parade. Elle a lieu quatre fois au cours du festival, et fait une boucle au départ du capitole jusqu’à Depot Plaza via Capitol et Carey avenues. Tout le monde était là : associations, églises, commerçants… On a testé plusieurs endroits et clairement préféré le spot en face du Wrangler (magasin de fringues western historique à prix plutôt honnêtes qu’on est allés découvrir juste après). Elle dure plus de deux heures (du coup c’est easy de la voir passer plusieurs fois).

 

IMG_7640 IMG_7976 IMG_7777 IMG_7724 UNADJUSTEDNONRAW_thumb_ccb6

 

Après une petite pause à l’hôtel, on est retournés au rodéo. Version VIP cette fois (*). On nous a emmenés dans l’arène en ATV (genre de petites voitures tout terrain) et Delphine, qui avait la panoplie légale (jean, chemise à carreaux manches longues et chapeau de cowboy) a eu le droit/privilège de descendre « behind the chutes ». Juste à côté de la sortie des concurrents. Tout le monde peut y aller gratuitement quelques minutes en s’inscrivant au musée. Un moment rare (presqu’un peu flippant même, ça secoue!). Elle a discuté avec les concurrents, un juge… et fait de super photos (les vidéos c’est plus compliqué, c’est l’association des rodéos professionnels qui détient les droits, d’où l’absence de nos propres images vidéos). On suit le reste sur grand écran. Le soleil est revenu et le commentateur très en forme. Chaque cowboy arrive sur une chanson entraînante. Certains ont à peine une dizaine d’années! Ils sont tous très beaux (ça doit être le costume !).

 

IMG_8935 IMG_8933 IMG_8930 IMG_8856 IMG_9011 IMG_9147 IMG_9061 IMG_8589 IMG_8675 IMG_8379 IMG_8296 IMG_8143

IMG_8464

 

Tandis que la bière coule à flot, on enchaîne l’après-midi avec Kathryn, notre adorable guide, préposée aux médias pendant 10 jours, ancienne employée de l’office du tourisme de Cheyenne qui s’occupe désormais de la faune sauvage. Encore une qui a une belle-mère française (ça nous est arrivé plein de fois dans ce secteur, où l’on nous a vraiment tout de suite identifiés comme Français et où on a croisé plusieurs de nos compatriotes). Elle nous fait découvrir le musée des Frontier Days. Il y a des diligences, des objets collector sur l’histoire locale et bien sûr sur le rodéo. On voit les photos des artistes qui s’y sont produits en concert, les selles des gagnants du rodéo (qui la remettent traditionnellement chaque année) et le secteur « art show », une exposition d’oeuvres d’artistes que l’on peut acheter. C’est rigolo, cette année il y a une expo photo d’un chanteur venu sur la scène des Frontier nights qui a fait des photos de rodéo l’an dernier (Ronnie Dunn); l’inverse s’est produit aussi !

 

DSC02140 DSC02186 IMG_6923 IMG_9479

 

Quelques emplettes encore, un petit sandwich au pulled pork, un tour de fête foraine et on était prêts pour le concert des « Frontier nights ». De grands noms de la country s’y produisent quasiment tous les soirs. Cette année, Florida Georgia Line, Toby Keith, Eric Church, Nickelback… Nous on voulait voir notre Dierks. Dierks Bentley. Un mec génial qu’on avait découvert à la radio il ya plusieurs roadtrips et qu’on écoute en boucle depuis. Après une première partie assurée par Kip Moore, il est arrivé et a enflammé la scène. Les concerts ont lieu dans la même arène que le rodéo (sur une moitié de l’arène, ils rapprochent la scène tous les soirs). L’ambiance, tout était top. Dierks a tiré sa révérence avant 23 heures. On n’est pas retournés à la fête foraine ni manger sur place mais on a filé au Penny’s diner puis dans notre lit. Un peu tristes que ça soit déjà fini. D’autant que le lendemain avaient lieu les finales et la cérémonie de clôture (et la matinée pancakes gratuits)… Mais la route nous attendait.

 

 

IMG_0334 IMG_0304 IMG_0251 IMG_0042 IMG_0667 IMG_0590

 

 

Voici une vidéo qui résume bien ces 122e Frontier Days :

 

 

 

 

 

L’histoire des CFD

 

5b53b5dce2173.image

 

Les Cheyenne Frontier days seraient nés d’une suggestion : celle d’un agent de l’Union Pacific railroad, qui a soufflé au boss du journal local, le Cheyenne Daily sun d’organiser un festival comme le « Potato Day »  (« jour de la pomme de terre ») de Greeley, Colorado. Pourquoi ? L’initiative n’était pas désintéressée : la compagnie voulait amener du monde dans ses trains qui traversaient les grandes plaines. L’hiver précédent avait été rude et de nombreux cowboys s’étaient retrouvés sans emploi.  Il l’a écouté et une réunion d’organisation du premier « Frontier day » a été organisée au Tivoli saloon (au 301 west Lincoln way, qui n’abrite plus de bar).  La première édition a vu une course de poney, du bronco busting et autres steer roping. Cela servait surtout de test de compétences aux cowboys. La première édition, en 1897, a reçu un tel accueil que l’année suivante, elle n’a pas duré un mais deux jours et une parade y a été ajoutée. L’événement, et sa réputation, n’ont fait que croître au fil des années.

 

Histoire du rodéo

Le rodéo vient du mot espagnol « rodear », qui veut dire « encercler », « tourner autour ». Aux Etats-Unis, il est arrivé par les Espagnols, lorsque les Missions du Nouveau Mexique ont rassemblé des troupeaux de chevaux sauvages, qui sont remontés vers le nord. Lorsque le gouvernement a attribué des parcelles, immenses, presque impossibles à clôturer, il a fallu trouver un moyen de rassembler et d’identifier les bêtes. C’était le début du lasso, des cowboys et donc du rodéo, devenu ensuite un sport à la fois spectacle… Emblématique du Far west, il y a plein de rodéos aux Etats-Unis, locaux comme archi touristiques, mais presque toujours authentiques quand même, pour les Européens que nous sommes.

Vous cherchez un rodéo sur le parcours de votre roadtrip ? Jetez un oeil au site Rodeoz.

 

 

 

 

Ce qu’on peut voir aux CFD

 

cfd-2018-map

 

 

Première chose à faire en arrivant: choper un programme. Il y en a partout. Ou se rencarder sur le très bon site des Frontier days. Les CFD ont lieu sur un site dédié. La semaine commence par une grande cérémonie d’ouverture (« l’opening day celebration »).

Le site, qui se trouve à 3 kilomètres du centre-ville, est occupé par plusieurs « univers ». A voir et à faire :

  • L’arène accueille les rodéos en journée et les concerts le soir (ils déplacent la scène et seule une partie des gradins est ouverte)

 

IMG_6766

 

  • La fête foraine (« Carnival midway »): plein de manèges et un food court, ouverte en gros de 10h30 à minuit
  • Le Buck’in a saloon (ouvert en soirée): musique live, bar, piste de danse. Attention, à partir de 21 ans. Dans la fête foraine, l’after des concerts
  • Le Native american indian village : danses, stands d’artisanat, transmission et concerts de flûte, stands d’artisanat… Ouvert en gros de 10 h à 19h30.
  • Old frontier town: mini ville far west, animaux de ferme, stands de vente d’artisanat et Sidewinder saloon où ont lieu de petits concerts. Ouvert en gros de 10h30 à 20h

 

IMG_6961

 

  • Western experience : village, vente aux enchères… Il y a aussi le Chuckwagon cookoff (concours de cuisine à la trappeur, on peut commander son repas pour 25 dollars par tête)
  • Le Cheyenne Frontier days old west museum and store : un musée sur les CFD et l’histoire locale. Art à vendre. Ouvert de 8 h à 19h . Le gift shop est top. Il est ouvert toute l’année. Voir la vidéo ci-dessous

 

 

  • The Garden : un bar en plein air qui accueille des concerts country, juste avant les concerts des Frontier nights

 

IMG_9492

 

  • Le « Behind the chutes tour » : on a eu la chance de le faire. Il consiste à aller en bas de l’arène, à côté des cowboys, aux première loges, de voir les animaux et même d’aller sur la piste. C’est court, gratuit et il faut s’inscrire au Old west museum (à côté de la statue)
  • Démonstrations d’avions et figures accrobatiques (comme les USAF thunderbirds pour les connaisseurs)
  • Les petits-déj pancakes gratuits : 3 fois le matin au Depot (plus de 100 000)
  • La parade : au centre-ville de Cheyenne. En gros 4 fois à 9 h (ça dure 2 heures). Accès gratuit

 

Downtown-Map2018

 

  • Les Frontier nights : le soir, l’arène se transforme en salle de concert en plein air, avec de grands noms de la country.

 

 

IMG_9605

 

  • Et aussi : des rodéos nocturnes, des messes (« cowboy church » le dimanche)), des magasins (plein plein!), des événements en marge au centre-ville…

 

 

 

 

Que faire à Cheyenne (pendant ou hors CFD) ?

 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc7c

 

La capitale du Wyoming, très authentique, nous a beaucoup plu. Voici des idées de choses à y faire, même hors Frontier days. On n’a pas tout fait mais c’est ce qu’on a repéré :

  • Le musée des Frontier Days, de la ville et de l’Old west (Cheyenne Frontier Days Old West museum) : sur le site, 4610 Carey avenue. Tarifs : 10 dollars/pers, gratuit pour les moins de 12 ans.
  • Les Cheyenne Gunsligers : spectacle historique avec fusillades etc. L’été seulement. Page Facebook. L’adresse : à l’angle de la W 15th et de Pioneer avenue.
  • Le centre-ville et Depot Plaza : l’ancienne gare abrite un musée mais aussi une super brasserie. Et c’est une place centrale en ville. Très photogénique et animée par des concerts les soirs d’été.

 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc87

 

  • The Wrangler/boot barn : comme les jeans. Sur la même place, une institution à Cheyenne. Devanture méga photogénique et jolis prix sur les vêtements western : jeans, chemises, chapeaux, grande collection de santiags, décoration… L’adresse : 1518 Capitol avenue. Site

 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_ccbf

 

  • Chercher les boots : les Américains adorent ça. Une exposition de statues géantes dans les rues de la ville, dont la décoration a été confiée à des artistes. A Cheyenne, ce sont des santiags. A vous de trouver la vingtaine de paires réparties en ville. Il y en a plusieurs sur Depot plaza… Le nom ? « These boots are made for talking » (clin d’oeil à la chanson). Thème demandé aux artistes : si ces bottes pouvaient parler, qu’est -ce qu’elles diraient ? On peut le découvrir plus en détails via un audiotour. En savoir plus

 

boots

 

 

  • La maison du gouverneur (Governor’s mansion): une magnifique demeure, habitée par les gouverneurs successifs du XXe siècle. A voir de l’extérieur ou en visite.  L’adresse : 300 E 21st St. Site
  • Le capitole : en bonne capitale du Wyoming, Cheyenne a son capitole. Chouette sur les photos, mais « invisible » lors de notre passage car en travaux pour de longs mois (en 2018). L’adresse : 200 W 24th St
  • Wyoming State Museum : gratuit, musée d’état dédié à l’Ouest. L’adresse : 2301 Central Ave
  • Le Lincoln theater : rien que pour sa magnifique devanture. Ce cinéma historique du centre a rouvert en 2018 en tant que salle de concert. L’adresse : 1615 Central avenue

 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc83

 

  • Cowgirls of the west museum : juste à côté. Un musée sur les nanas au pays des cowboys. Entrée gratuite, horaires d’ouverture variables. L’adresse : 205 W 17th St.  Site
  • Messenger’s old west museum: un autre musée sur l’ouest (il y en a aussi un dans la gare). Ouvert du lundi au vendredi. L’adresse : One Depot Square | 121 W 15th Street, Suite 202 
  • Le jardin botanique (Cheyenne botanic gardens): juste à côté de l’arène des CFD, dans le Lions park. Entrée gratuite. Fermé le lundi et mardi (et certaines vacances). Il y a un parc pour les enfants (le Paul Smith village) et un arboretum des hautes plaines. L’adresse : 710 S Lions Park drive
  • L’Happy Jack road : une très jolie route panoramique (alternative à l’I80) qui relie Cheyenne à Laramie. Rien que le nom donne envie. 80 kilomètres, une heure de route (5 minutes de plus que l’I80) avec passage par le Curt Gowdy state park. Site
  • Terry Bison Ranch : On vous en parle surtout parce que Kathryn, ancienne chargée de tourisme à la ville de Cheyenne, nous l’a vivement conseillé. Le Terry bison ranch est un grand complexe touristique où l’on peut manger (du bison) ou participer à diverses activités. Il y a bien sûr un gift-shop). L’attraction principale est le petit train (le seul du genre aux Etats-Unis) qui emmène les visiteurs jusqu’à un troupeau de bisons, qu’on peut nourrir. On peut aussi aller à leur rencontre à cheval, à dos de poney, en ATV… Soirées et repas à thème au steakhouse. Tarifs : 14 dollars le tour en train. Peut-être un peu trop touristique à notre goût mais unique et peut-être la seule occasion de voir des bisons pour les voyageurs qui ne feraient pas le Yellowstone ni le Custer state park… L’adresse : 51 I-25 Frontage Rd. Site

 

On peut aussi s’arrêter au Southeast Wyoming welcome center (5611 High Plains Road, Cheyenne, sortie 4 de l’I25). L’une de ces grandes « rest areas » où on peut prendre plein de documentation et même admirer les oiseaux et de petits animaux.

 

 

 

 

Cheyenne Frontier Days, le côté pratique

IMG_8283

 

Quand se déroulent les CFD ?

Chaque dernière semaine complète de juillet (décompte en temps réel sur le site). En 2019, ce sera du 17 au 28 juillet.

 

 

Qu’est ce qu’il y a aux Frontier Days ? 

IMG_9376

 

On l’a listé plus haut les Roadies !

Du rodéo, bien sûr, mais aussi plusieurs univers sur un même site. En gros, le rodéo commence à 13 heures et après on peut se balader dans les divers « mondes » jusqu’aux concerts des Frontier nights. Il y a des jours spécifiques, avec des parades, des rodéos nocturnes, des messes… Il y a des tickets différents pour tout, pas de pass général ni pour plusieurs jours (les rodéos sont trop différents, dixit l’Office de tourisme du Wyoming). On peut entrer sur le site pour 5$ mais pas dans l’arène, et donc accéder seulement à quelques bars, magasins et univers (comme le village indien). On peut ensuite s’acheter un ticket pour le rodéo du jour ou seulement au concert du soir.

Le ticket de rodéo ou de spectacle permet l’accès au coeur de l’enceinte, sans avoir à payer les 5$. Le park’n’ride aussi.

 

 

Un programme type ?

IMG_6736

 

Arriver à Cheyenne le matin. S’installer à son hôtel et aller au rodéo à partir de midi. Visiter les différents univers. Se faire un concert. Y retourner le lendemain. Ou alterner (un jour un rodéo, le lendemain un concert, etc). Essayer également de caler la parade au centre-ville, qui permet de découvrir les lieux.

 

 

Combien de temps rester aux Frontier Days ?

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc44

 

Cela dépend de vous. C’est une question de passion, de temps au coeur d’un roadtrip, de ce que vous voulez y voir et y faire (parade, concert, cérémonie d’ouverture, finale…) et bien sûr de budget. Nous on y est restés 2 jours et demi. Cela nous a suffi, on a eu le temps d’en profiter au maximum (même si on a un peu regretté de partir juste avant la finale, le dernier jour…). Rester un peu plus nous aurait aussi permis de faire plus de choses en ville.

C’est vous qui voyez. Passer une journée parce qu’on est dans le coin peut déjà être très bien. On conseille au moins deux jours et une nuit avec un concert le soir. Pour dormir, on vous conseille quelques endroits un peu plus bas.

 

 

Comment préparer son voyage aux CFD ? 

IMG_6805

 

Réserver assez en avance (les hébergements en tout cas), au moins à 6 mois avant. Sachez que vous pouvez acheter les tickets sur place (entrée générale, rodéos et concerts). On vous conseille d’assurer le coup pour les deux derniers.

Dans quel roadtrip l’inclure ? Il y a plusieurs possibilités mais selon, nous, il s’intègre dans un roadtrip triangulaire avec les Black Hills et le Yellowstone, au départ de Denver. Dans ce roadtrip, on peut faire Denver, le Yellowstone, le Grand Teton, Cody, le Mont Rushmore, Deadwood, les Badlands, le Custer State Park, voire les Rocky Mountains.

 

 

Où dormir ?

DSC02130

 

A Cheyenne si possible. Soit dans le centre, parce que c’est sympa et proche de la parade, soit dans la zone hotelière.

  • Dans le centre. On a repéré le Plains Hotel, historique, pile en face de la Depot Plaza. Mais aussi le très simple Wyoming Motel (joli signe, à réserver en appelant), le My Place, le Motel 6 ou d’autres le long de W Lincolnway. Voir tous les hébergements de Cheyenne sur Booking ou Hotels.com
  • Dans la zone hôtelière le long de l’I-80. Avantage : la proximité du « park’n’ride ». Nous avons dormi à l’Hampton Inn. Accueil adorable, hôtel très pratique avec un bon petit déjeuner. Il en existe de nombreux dans le même secteur. Uniquement des chaînes : Days Inn, Holiday Inn, La Quinta… Voir tous les hébergements de Cheyenne sur Booking ou Hotels.com

 

DSC02114

 

Pour économiser ou trouver des hébergements, les visiteurs s’éloignent et dorment jusque dans d’autres états : le Colorado ou le Nebraska

Coût moyen : c’est un budget et le plus important pour vous. Les hébergements affichent des prix en hausse et sont souvent complets. A partir de 100 euros la nuit, minimum, mais il faut s’y prendre tôt, avant que les tarifs n’augmentent.

 

 

Combien ça coûte ? 

IMG_6432

 

  • Entrée générale : 5$. Sauf si vous avez un billet pour le rodéo, un concert ou si vous avez utilisé le park’n’ride
  • Rodéo : entre 20 et 35 dollars la place par jour
  • Frontier nights : de 30 à 70 dollars par personne

Coût moyen : comptez une centaine d’euros par jour et par personne (en comptant la nourriture, la boisson, les souvenirs à minima). En ajoutant, l’hébergement, on arrive environ à 200 euros par jour et par personne, en étant large

 

 

Où se garer pour les CFD ?

IMG_5828

 

On peut se garer sur le site, mais les places sont chères et ce sont les habitants qui facturent une partie de leur cour (de 20 $ à plus). On vous conseille de prendre le « park’n’ride » qui consiste à se garer le long de l’autoroute et à prendre une navette (un bus scolaire, cool). Il y en a pour moins de 10 minutes, des bus en permanence et ça coûte 10 dollars (par jour et par voiture). Cela donne en plus droit à l’accès au site.

 

PnRMAP_2018

 

 

Que ramener des CFD ?

IMG_9476

 

Tout ! Les trucs des magasins officiels et les autres. Il y a beaucoup d’artisanat et de « made in USA ». Nous, nous avons ramené une plaque de bois avec le logo officiel, un truc en fer forgé « We don’t dial 911″, des boucles d’oreille à tête de buffle…

 

IMG_9470 UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc54 UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc51

 

 

Et voilà, on espère que ce guide vous permettra d’organiser au mieux votre découverte des Frontier Days. N’hésitez pas à donner d’autres bons plans en commentaires. A bientôt

 

UNADJUSTEDNONRAW_thumb_cc64

 

Dans le cadre d’un partenariat avec l’office du tourisme du Wyoming; nous avons été invités aux Cheyenne Frontier Days. Tous les choix éditoriaux et les avis nous reviennent.

 

2 responses à “Yeehaw ! On a vécu les Frontier Days à Cheyenne

  1. Vous m’avez convaincue et vraiment donné envie. Mon prochain road-trip (en espérant que les billets d’avion baissent!!!) : Denver – Las Vegas – Grand Teton – les Badlands – Cheyenne – Denver (1 mois) et chance absolue, on sera à Cheyenne juste dans les dates des Frontiers 2019.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *