Que faire et que voir à Chicago, la Windy City ?

Chicago, c’est le Midwest. Et un peu Gotham City, Al Capone, la Prohibition, Obama, le lac Michigan, le kilomètre 0 de la mythique route 66, une skyline inoubliable. Ce sont les images qui nous viennent tout de suite quand on parle de la capitale de l’Illinois.

En fait, à l’ombre de ses buildings, il nous aura fallu deux visites, en 2012 et en 2018, pour prendre la mesure de cette mégalopole du centre des Etats-Unis, loin des deux océans. Troisième ville des USA, une aire urbaine de 10 millions d’habitants, la “ville des vents” est un “petit” New York pour certains mais Chicago tout simplement selon nous. Cette ville est bâtie sur la fierté de ses habitants, et rarement nous avons croisé des gens aussi fiers de leur cité. Cela transpire partout et c’est contagieux. Pour Sarah Bernhardt, Chicago est “le pouls de l’Amérique”. Mais c’est le journaliste HL Mencken qui en donne la meilleur description : “Je vous donne Chicago. Ce n’est pas Londres et Harvard. Ce n’est pas Paris et le babeurre. C’est américain jusque dans les entrailles. C’est vivant de la tête à la queue”.

 

 

 

 

En 2012, entre la pluie et la claque en venant des plaines du Midwest, on avait embrassé la ville avec plus ou moins de réussite. Une rencontre trop brève, un peu maladroite. En 2018, en revanche, nous avons pris tout ce qu’il y avait à prendre et nous sommes tombés amoureux. Des gratte-ciels du downtown aux rives du lac, en passant par les quartiers branchés et le métro aérien du Loop, Chicago nous a retournés.

Que voir ? Que faire ? Où manger et où dormir ? Que visiter ? On vous dit tout pour réussir votre découverte de Chicago avec ce city-guide.

 

 

 

 

 

 

 

22 choses à faire à Chicago

 

 

 

Les quartiers de Chicago

Avant de se lancer, jetons un oeil aux quartiers de Chicago. Malgré son gigantisme, l’essentiel des sites remarquables se trouvent non loin du lac, à proximité du downtown et de son coeur, le Loop. On vous explique plus bas où dormir pour bien en profiter. Sinon, vous pouvez aussi aller à la découverte d’autres quartiers moins connus comme Wicker Park, Logan Square, Bucktown ou Pilsen. Voici une carte interactive avec tous les lieux que nous recommandons dans le guide ci-dessous.

 

 

 

Par ailleurs, évitez à tout prix le sud de la ville et des quartiers comme Englewood, Riverdale, Fuller Park, Washington Park… Si le centre est totalement safe, les quartiers sud sont parmi les plus dangereux du pays (530 homicides en 2018).

 

 

 

Faire une croisière sur la Chicago River

 

Pour nous, c’est un must pour avoir un premier aperçu de la ville. Découvrir son architecture folle, les gratte-ciels qui se dévoilent à chaque virage pris par la Chicago River, se sentir lilliputien face à ces monstres modernes ou aux buildings racés d’avant la Grande Dépression, apprécier tous les ponts qui enjambent la rivière, zieuter la Trump Tower (4e plus grand building des US), voir ces buildings qui poussent comme des champiognons. Direction le DuSable Bridge, côté sud, pour atterrir à l’embarcadère de Chicago’s First Lady Cruises. Nous avions opté pour l'”architecture tour” : 1h30 sur l’eau à prendre la mesure du Chicago. Un incontournable selon nous.

  • L’adresse : Chicago’s First Lady, 112 E. Wacker Drive Chicago
  • Réservations sur le site officiel. Il existe d’autres croisières, voir sur Viator, Tiqets ou Civitatis. C’est aussi compris dans la GoCard. Prix de la crosière : environ 45$ + taxes

 

 

 

 

 

Parcourir le Magnificent Mile

 

L’artère emblématique de Chi-Town, c’est Michigan Avenue, qui dessert la plupart des sites remarquables avec son orientation nord-sud. C’est un peu la 5th Avenue new-yorkaise. Et il y a une portion célèbre dans sa partie nord, le Magnificent Mile, entre le pont qui enjambe la Chicago River et Oak St. Nommée ainsi par l’homme d’affaires Arthur Rubloff dans les années 1940, la rue est bordée de magasins de luxe, d’hôtels et de restaurants.

On y trouve également pas mal de buildings remarquables. La Water Tower au 806 N Michigan Ave avec son style néo-gothique, la Pumping Station un peu dans la même veine juste en face,  le très classieux Wrigley Building au 410, le 875 North Michigan Avenue (ex-John Hancock Center), ses 344m de haut, son observatoire (on en parle après) et son look très batman avec ses antennes…

 

 

Et notre préférée, la Tribune Tower (435 N Michigan Avenue). Pourquoi ? Un bâtiment fou, gothique flamboyant, inspiré de la tour de Beurre de la cathédrale Notre-Dame-de-Rouen. Construite dans les années 1920, la Tribune Tower a des détails qui nous font fondre. Outre les gargouilles et les arc-boutants, rapprochez vous de sa base. Des pierres ont été incrustées et pas n’importe lesquelles : un morceau du Taj Mahal, un du Parthénon, un de Notre-Dame-de-Paris, un du Palais de Westminster, un bout d’Arc de Triomphe, un de la Grand Muraille de Chine, etc… 136 fragments au total.

  • L’adresse : N Michigan Avenue, entre la Chicago River (DuSable Bridge) et Oak St

 

 

 

 

 

Voir son corps déformé par le Cloud Gate, le haricot brillant puis…

 

Une fois passée la Chicago River en direction du sud, on arrive vite au Millenium Park et à l’un de ses monuments d’entrée, le haricot. Oui, the “bean” ou pour que ça claque un peu plus, le Cloud Gate, la porte des nuages (ça en jette, hein…). Photogénique à mort, même ma grand-mère ferait 1000 likes sur Instagram avec ce bijou signé Anish Kapoor. Le plus grand défi, faire une photo sans personne dessus. Tentez votre chance au lever du soleil. Il se lève dans l’axe du “bean”.

Le haricot est là depuis 2004 mais a pris une place considérable dans le coeur des Chicagoans. Dix mètres de haut, une base de 20m par 13 et une centaine de tonnes qui ressemblent à du mercure liquide. A vous les photos reflétant la skyline et déformant les corps…

  • L’adresse : Millenium Park, proche du croisement entre N Michigan Ave et E Randolph St

 

 

 

 

 

… découvrir la Crown Fountain, la Buckingham Fountain, le Millenium Park et Grant Park

 

Après le haricot, vous pouvez poursuivre la découverte du Millenium Park, ce poumon vert de 10 hectares, compris dans le Grant Park. L’autre lieu sympa, outre le Pritzker Pavilion quand il y a des concerts, c’est la Crown Fountain (2004 aussi). Un autre bijou d’art urbain interactif. Deux dalles de 15m de haut avec un écran led, un miroir d’eau, et, comme dirait Nadiya, c’est parti pour le show. Les visages apparaissent, crachent de l’eau… Quand il fait chaud, c’est incontournable.

Un peu plus loin s’étale le Grant Park. Moins beau, il abrite tout de même une pièce remarquable, la Buckingham Fountain, une des plus grandes fontaines au monde, inaugurée en 1927.

  • L’adresse : Crown Fountain, juste au sud du Cloud Gate. Buckingham Fountain, 301 S Columbus Dr. 

 

 

 

 

 

Briser la malédiction de la Billy Goat Tavern

 

« Them Cubs, they aren’t gonna win no more ». Pour les fans des Cubs, l’un des deux clubs de baseball de la ville, la phrase prononcée par Billy Sianis a longtemps résonné. La malédiction des Cubs, c’est l’une des histoires de Chicago. En octobre 1945, le bon Billy, le propriétaire de la Billy Goat Tavern, se pointe avec un bouc au Wrigley Field pour assister à un match de Série mondiale. Mais vu que ça sent le bouc (seems legit) et que les voisins sont pas fans de la fragrance, on lui demande de décamper. Soupe au lait (de chèvre), Billy balance en quittant le stade : « Them Cubs, they aren’t gonna win no more » (« Ces Cubs, ils ne gagneront plus jamais »). Et la malédiction de la chèvre a duré pendant des décennies, les Cubs perdant des matchs invraisemblables, comme un vulgaire PSG en quart de finale de LDC. Le premier titre des Cubs, en 108 ans, est arrivé seulement en 2016.

Dissimulée sous Michigan Avenue (pas évidente à trouver), c’est ici, à deux pas du panneau “Enter at your own risk”, que l’on a regardé la demi-finale du mondial 2018 France-Belgique (1-0), bravant la malédiction. #casseladémarchecommeumtiti

Sinon, on y boit de la bonne bière et on peut y manger un petit bout (classique US) dans une ambiance taverne. Il y a pas mal de Billy Goat Tavern maintenant mais on vous conseille l’historique, celle de Michigan Avenue.

  • L’adresse : Billy Goat Tavern, 430 N Michigan Ave. Ouvert de 6 heures (sam. 8h, dim. 9h)  à 2 heures du matin. 

 

 

 

 

 

Se venger sur une deep dish pizza

 

Je me souviens de notre rencontre comme si c’était hier. 2012, un jour d’orages sur Chicago. On est entré sans avoir réservé. Elle nous a fait attendre, 30-35 minutes, le temps qu’elle se prépare. La salle était bondée. Elle est arrivée avec lui, un petit brun souriant. Pas un mot. Ronde, elle a rougi encore et s’est installée à table, sous le regard de tous. Sa robe élastique nous a sauté aux yeux. Elle avait du goût, vraiment. Ca a duré une trentaine de minutes. Délicieux mais interminable. On l’a ramenée chez nous… pour finir le lendemain.

Elle, c’est la deep dish pizza, ou la Chicago-style pizza. La petite variante, un peu plus épaisse, est la stuffed pizza. Pour les fans de pizza, c’est un must, vraiment. En gros, une pizza épaisse, cuite dans un moule. La garniture est au fond, la tomate sur le dessus. Et c’est typiquement chicagoan. Il faut un peu de temps pour la préparer (30-45 minutes) donc pensez à l’attente. Comptez 25-35 $ pour une deep dish (pour deux personnes).

Les adresses sont assez nombreuses en ville. Il y a le créateur Pizza Uno (1943), les célèbres Giordano’s, Gino’s Eat et Lou Malnati’s. On a testé Giordano’s (à Chicago et Orlando) et Gino’s East. Niveau pizza, légère préférence pour Giordano’s. Pour la déco, Gino’s East haut la main. Et on nous a dit vraiment le plus grand bien de Lou Malnati’s. A découvrir donc. A savoir, des restaurants ont ouvert un peu partout dans le pays, dans les grandes villes. Même s’ils sont encore rares, c’est l’occasion de tester ça.

Sinon, autre spécialité de Chicago, les hot dogs de Portillo’s, un peu plus garnis que les new-yorkais.

  • Les adresses : les adresses sont nombreuses. Pour faire simple, on vous donne celles qui sont proches du centre touristique. Lou Malnati’s (439 N Wells St / 805 S State St), Giordano’s (730 N Rush St / 700 E Grand Ave / 223 W Jackson Blvd / 130 E Randolph St), Gino’s East (162 E Superior St / 500 N LaSalle Dr / 521 S Dearborn St), Pizza Uno (29 E Ohio St)

 

 

 

 

 

Aller au bout de la Navy Pier et profiter de ses feux d’artifices

 

Vous connaissez les Américains ? Si il y a une ville, si il y a de l’eau, il y a une jetée. A Chicago, sur l’immense lac Michigan s’étire la Navy Pier. Construite pendant la première guerre mondiale (1914-1916), rénovée à la fin du 20e siècle, elle abrite un parc d’attractions (avec une grande roue), des bars, des restaurants, des magasins, des jardins, des musées (Chicago Children’s Museum, Smith Museum…), des départs de croisière… Bref, un ensemble comme les Américains savent le faire. Une Pier 39 version XXL. La vue sur la skyline est plutôt sympa et de l’autre côté, tout au bout de la jetée de plus d’un kilomètre, on aperçoit le phare de Chicago (1893).

Un endroit sympa pour passer la soirée. Et bonus, la Navy Pier tire tout l’été, les mercredis et samedi soirs entre le Memorial Day et le Labor Day (fin mai à début septembre en gros), un feu d’artifice sur le lac Michigan. Les horaires sont à retrouver ici.

D’où les voir ? Directement depuis la Navy Pier, ou sinon, depuis le Shedd Aquarium, le Lakefront Path, le Maggie Daley Park ou depuis un bateau de croisière.

  • L’adresse : Navy Pier, 600 E Grand Av

 

 

 

 

 

Se faire dorer la pilule sur une plage sur le lac Michigan

 

A Chicago, la densité urbaine est assez folle mais on peut toujours trouver une page au bord du lac Michigan, apportant un contraste assez fou entre les buildings monumentaux et cette ambiance “beach”. Proche du centre, on vous conseille la jeune North Avenue Beach (qui a son parking), Oak Street Beach ou 12th St Beach, près du planetarium. Il en existe des dizaines. A vous de voir celles qui sont proches de vos découvertes. Profitez-en pour découvrir le Lakefront Trail.

  • Les adresses : North Avenue Beach (W LaSalle Dr), Oak Street Beach (Lakefront Trail, au nord du Navy Pier) ou 12th St Beach (1200 S Linn White Dr)

 

 

 

 

 

Chanter Broadway in Chicago 

 

New York a son Broadway, Chicago également. Dans les quartiers du Loop et du downtown, des dizaines de théâtres pour profiter de concerts, de comédies musicales, de spectacles. C’est “Broadway in Chicago”.  On retrouve les spectacles de New York, parfois en avant-première. De notre côté, nous avions testé l’Oriental Theater et le Cher Show, sur la vie de la chanteuse à la magnifique choucroute. Franchement, c’est une expérience et si vous aimez les “musicals”, c’est à faire. Par ailleurs, ne ratez pas la façade magnifique (de jour comme de nuit) de l’iconique Chicago Theater.

 

 

 

 

 

 

Voir Chicago d’en haut : 360 Chicago ou Skydeck ? 

 

On a parlé avant des buildings. Alors, forcément, vous aurez envie de grimper sur l’un d’eux. Il y a deux observatoires hyper connus à Chicago : 360 Chicago dans le John Hancock Tower et le Skydeck dans la Willis Tower. Ok, mais lequel choisir ? Bon, déjà, vous pouvez faire les deux si vous le souhaitez car les accès sont inclus dans la Go Card et le Chicago Pass. Et les vues sont folles dans les deux cas. Petit comparatif rapide.

  • 360 Chicago – La Hancock Tower, 344m de haut, se situe dans le nord du Magnificent Mile. Au 94e étage, la vue sur les skyline, le lac Michigan, la Navy Pier… et la Willis Tower, est sublime par beau temps. Et on peut voir quatre états : Illinois, Indiana, Wisconsin et Michigan. En supplément (8$), le Tilt, qui vous plonge carrément dans le vide. Prix : 25$ par adulte, 15 par enfant

 

  • Skydeck – La Willis Tower, 442m, est à l’ouest du Loop. A 412m, hauteur du dernier étage (le 103e), il n’y a pas grand chose qui vous échappera, même si le lac est un peu plus loin. The Ledge, un balcon en verre qui s’avance dans le vide (inclus), fera son effet. Le Skydeck est un peu plus couru que le 360 donc il faut s’attendre à un peu plus d’attente. Prix : 25$ par adulte, 17 par enfant

 

De notre côté, on préfère 360 Chicago pour les vues sur le lac et ce qui est proposé au sommet (de quoi s’asseoir, manger, une boutique…).Mais les deux valent le coup et un tour au sommet est un incontournable d’une visite à Windy city.

Pas envie de payer aussi cher ? Allez boire une bière (10$) ou manger un morceau au Signature Lounge, au 96e étage de la Hancock. La vue est presque la même. Au rayon des rooftops, on vous conseille le Cindy’s Rooftop Bar (12 S Michigan Ave) avec vue sur le Millenium Park et le lac.

 

 

 

 

 

Se la jouer American Gothic à l’Art Institute

 

Chicago est aussi une ville de musées. Si on n’est pas habituellement très friands de cela en vacances (sauf pour aller voir le musée des salières-poivrières ou celui des sosies d’Elvis), on fait parfois des exceptions quand le jeu en vaut la chandelle. Et c’est le cas avec l’Art Institute of Chicago. Un bonheur. Du Gauguin, du Hopper, du Wahrol et des oeuvres marquantes tels “Un dimanche après-midi à l’Île de la Grande Jatte” de Seurat, “Nighthawks” de Hopper ou “American Gothic” de Grant Wood.

  • L’adresse : Art Institute,  111 S Michigan Ave.
  • Entrée : 20$, gratuit pour les enfants jusqu’à 17 ans. Compris dans la Go Card et le CityPass

 

 

 

 

 

Voir le panneau de début de la route 66 puis aller manger chez Lou Mitchells

 

Le mythe a commencé ici. Dans le sens originel, Chicago est le kilomètre 0 de la Route 66. Pour ceux qui vont parcourir les 3940 km, le panneau de début est un must. Il se trouve à deux pas du Millenium Park, discret, devant un resto de chaîne Panda Express. On vous dit ça mais il se pourrait qu’il soit allé sur le trottoir d’en face depuis notre visite en 2018 (si quelqu’un a la confirmation…). En tout cas, il n’est pas bien loin.

L’autre classique pour ceux qui font la Mother Road, Lou Mitchell’s. Ce diner, inscrit au registre des lieux historiques, situé à 1 mile du panneau, est un rendez-vous pour les roadtrippers. Son surnom ? “Le premier arrêt de la Route 66”.

  • Les adresses : Historic Route 66 Begin Sign, 77 E Adams St ; Lou Mitchell’s, 565 W Jackson Blvd
  • A lire aussi : nos articles sur la route 66

 

 

 

 

 

Parcourir le Loop en métro aérien

 

Voilà un quartier qui mérite le détour. Autrefois mal famé, le Loop, coeur du downtown, est maintenant un haut lieu de la vie chicagoan. On a la Willis Tower dont on a parlé plus haut et aussi les théâtres. Le quartier est surtout transpercé par plusieurs lignes du métro aérien dont le tracé forme une boucle (“loop”, vous l’avez ?) Alors, une manière sympa de faire le tour est de prendre le métro entre les gratte-ciels et de faire cette boucle pour 2,50$. N’oubliez pas de faire un changement ! Sinon, vous allez sortir du Loop. Les vues sont magiques, particulièrement dans les stations (dans le tram, le mieux est d’être dans le dernier wagon, au fond).

Allez, on vous conseille d’attraper le métro, ligne rose, à Washington-Wabash. Descendez à Wells-Washington pour prendre la ligne orange jusqu’au point de départ (Washington Wabash) ou un peu plus loin (Adams-Wabash).

 

 

 

 

 

S’éloigner au Shedd Aquarium et à l’Adler Planetarium et profiter de la vue sur la skyline

 

Au sud du Grant Park se trouve un secteur vert qui regroupe plusieurs attractions : le Field Museum (musée d’histoire naturelle), le Shedd Aquarium, et l’Adler Planetarium, à l’architecture photogénique. Les trois sont compris dans le Chicago CityPass. Nous sommes allés à l’aquarium, assez agréable avec plusieurs mondes organisés autour d’une rotonde centrale. Même l’extérieur est mignon. Il y a de quoi voir, de quoi lire et de quoi apprendre, notamment sur la carpe asiatique qui menace les Grands Lacs par exemple. Tant que vous êtes dans le secteur, allez sur le Skyline Walk et vous aurez une vue à tomber de Chicago.

  • Les adresses : Field Museum, 1400 S Lake Shore Dr ; Shedd Aquarium, 1200 S Lake Shore Dr ; Adler Planetarium, 1300 S Lake Shore Dr
  • Entrées : 40$ pour le Field, 40$ pour le Shedd, à partir de 19$ pour l’Adler Planetarium. Les trois sont compris dans le CityPass et la Go Card.

 

 

 

 

 

Voir un match des White Sox, des Cubs ou des Bulls

 

Bonne nouvelle. Si les boucs ne sont pas les bienvenus au stade (voir plus haut), vous, oui ! A Chicago, le sport pro, ce sont les mythiques Bulls (#23) bien sûr, les Blackhawks (hockey), les Bears (foot am) qui n’ont pas été champions depuis 1985, ou alors, les deux clubs de baseball de la ville, les Cubs, qui évoluent dans le mythique Wrigley Field (nord de la ville) ou les White Sox, dont le camp de base est plus au sud, dans le récent Guaranteed Rate Field.

Ce qui est bien avec le baseball, c’est que ça joue en été. Parfait pour nous lors de notre visite. On a vécu chez les White Sox notre premier match de baseball pro aux US. Et c’est quelque chose. On a d’abord eu la chance de fouler la pelouse, pris en photo par le photographe du club.

Ensuite, c’était parti pour le match. Bon, le baseball, c’est long, c’est laborieux, les fenêtres pour s’enthousiasmer sont plutôt rares. Parfois, on décroche un peu, on connaît pas les joueurs. Alors, le spectacles est autour. On a eu l’impression que le match était plus un prétexte à une immense bouffe. Toutes les travées du stade sont bondées de stands et de monde. Du hot-dogs, de la pizza, du pop-corn, des burgers, des pretzels, de la bière… C’est juste impressionnant. Les va-et-vient des spectateurs sont incessants. On a vécu un hymne national, chanté, où tout le stade s’est figé : les serveuses en train de couler une bière ou les spectateurs en train de mettre du ketchup dans leur dog. Ah, et je crois que les Sox ont gagné.

  • Les adresses : Cubs, Wrigley Field, 1060 W Addison St ; White Sox, Guaranted Rate Field, 333 W 35th St
  • Trouver des places : sur Ticketmaster ou Superbillets

 

 

 

 

 

Faire le plein de graffs

 

Bon, toi même tu sais, on adore “chasser” les graffs dans toutes les villes. Et à Chicago, petite bourgade de 10 millions d’habitants, aux quartiers plus étendus que jamais, il y a de quoi faire. Alors, on vous fait une petite sélection des meilleurs spécimens croisés en 2018 : le très classique “Greetings from Chicago” (2226 N Milwaukee Ave, n’oubliez pas la rue derrière, il y a du rab et notamment le superbe travail de ROA avec ses rats/opossums), l’ours fan de pizza sur la devanture du Pizza Parlor Bar de Wicker Park (1824 W Division St, signé JCRivera), les flamands roses du Flamingo Rum Club (601 N Wells St)…

Notre coup de coeur toutes catégories : le Vivian Maier signé Kobra (1651 W North Ave) !

Il y en a des milliers d’autres, particulièrement dans le secteur de Wicker Park et Bucktown. Ah, et aussi, sur un autre Pizza Parlor, un autre graff signé JCRivera : des ailes (oui, on n a vu 100 000) mais en forme des pizza ! (108 N Green St)

 

 

 

 

 

S’en jeter une à la Revolution Brewing ou à la Goose Island Brewery

 

Après la balade pour voir ces graffs, pourquoi ne pas aller s’en jeter une dans le cornet et découvrir la scène brassicole locale. Deux options au moins. Soit vous optez pour la grosse bertha, Goose Island, qui est déjà connu en dehors des frontières de l’Illinois et des USA, soit vous optez pour une autre production locale qu’on aime beaucoup, Revolution Brewing.

Testez la production locale avec un petit burger (pourquoi petit ?!) ou un fish & chips, c’est un must. Pour Goose Island, rendez-vous à la Brewhouse, non loin de la Chicago River dans le nord de la ville. Deco au top, nourriture au niveau. On s’est retrouvés à côté d’une table de mamies from Chicago qui se mettaient bien en pleine après-midi. Sinon, pour la Revolution, allez au Brewpub sur N Milwaukee Avenue et jetez un oeil aux poignées des tireuses. Magnifaïk !

Et sinon, à consommer avec… oh et puis merde.

  • Les adresses : Goose Island Brewhouse, 1800 N Clybourn Ave ou Revolution Brewpub, 2323 N Milwaukee Ave

 

 

 

 

 

Shopper bizarre chez Secret Agent Supply and Co et Woolly Mammoth

 

Deux magasins étranges que l’on a croisé lors de nos séjours à Chicago, deux cabinets de curiosités dans des styles assez différents. On n’en garde pas un souvenir impérissable donc, si vous passez pas loin, faites un stop. Sinon, ne vous prenez pas la tête avec un détour.

Dans le quartier de Wicker Park, Secret Agent Supply (les fournitures de l’agent secret) propose des livres, des déguisements et des petits objets décalés sur le thème de l’espionnage. C’est mignon et c’est pour une bonne cause. L’argent récoltés sert aux programmes pour la jeunesse.

Parlons ensuite du mammouth laineux, Woolly Mammoth, qui est à Andersonville, tout au nord de Chicago. Si vous ne partez pas sur Milwaukee, vous n’avez pas de raisons d’aller par là-bas. Là, on est sur un vrai cabinet de curiosités. Des animaux empaillés étranges, des mutations, des bestioles à deux têtes, quelques objets vintages. C’est à mi chemin entre le magasin et le musée “weird. Yummy.

  • Les adresses : Secret Agent Supply, 1276 N Milwaukee Ave et Woolly Mammoth, 1513 W Foster Ave

 

 

 

 

 

Réfléchir devant la Shit Fountain

 

Un bronze, dans tous le sens du terme. On ne pensait pas un jour pouvoir découvrir une fontaine en forme de crotte, c’est fait. Merci Chicago ! elle se cache devant une propriété de Wicker Park. Pour la petite histoire, c’est un certain Jerzy S. Kenar qui a installé l’oeuvre, un clin d’oeil à tous les chiens du voisinage qui venaient déposer leur offrande dans ses massifs de fleurs.

  • L’adresse : Shit Fountain, 1001 N Wolcott Ave

 

 

 

 

 

Souffler au cimetière de Graceland

 

Encore dans le nord de la ville, non loin  du Wrigley Field, l’un des plus vieux cimetières de Chicago, le Graceland (1860). C’est la dernière demeure de nombreux architectes. Un endroit reposant loin du tumulte du downtown. On y trouve aussi la tombe d’Allan Pinkerton, qui a créé une célèbre agence de détectives privés à son nom, et son employée, Kate Warne, la première détective des Etats-Unis.

  • L’adresseGraceland Cemetery, 4001 N Clark St

 

 

 

 

 

Marcher sur une rue en bois

 

Bon, en fait, c’est pas vraiment une rue… mais une allée. N’empêche qu’il reste une allée pavée de bois dans Chicago, un vestige du milieu du 19e siècle. La plupart ont disparu lors du “Great Chicago Fire” de 1871. Il en existe encore deux en ville. Misez sur celle qui se trouve vers la Cardinal’s Mansion.

  • L’adresse : Wooden Alley, entre State Parkway et Astor Street, derrière la Cardinal’s Mansion

 

 

 

Quittez le downtown pour Bucktown, Ukrainian Village ou Wicker Park

 

On l’a vu plus haut. De nombreuses visites et sites touristiques sont concentrés dans le downtown et sur le front de lac. Néanmoins, si vous voulez voir un autre Chicago, vous éloigner des gratte-ciels et découvrir d’autres facettes, mettez le cap sur ces quartiers branchés. Nous dormions dans Bucktown mais on recommande surtout Wicker Park, ses murals et ses bonnes adresses. Il y a également Ukrainian Village, Pilsen ou Logan Square qui méritent le détour.

Pour les maisons victoriennes, direction Old Town au nord du downtown. Et sinon, le Chinatown local mérite également le détour (merci Fred pour le rappel).

 

 

 

 

Et aussi…

Bien sûr, en deux visites, on n’a pas pu tout découvrir. Mais on avait noté quelques trucs en plus. Il y a les lieux de tournage du Dark Knight, notre Batman favori (dont le Chicago Theater, à voir ici). Les lieux de tournage d’Urgences également (voir ici). Faites un tour au Lotties Pub (1925 W Cortland St) que l’on voit dans Chicago Med ou Chicago Fire. Il y a aussi le pont des Blues Brothers (sur 95th St) ou l’endroit ou les Obama se sont embrassés pour la première fois (angle 53rd St et Dorchester). Enfin, on avait noté Dusty Groove (1120 N Ashland Ave), un disquaire reconnu à Chicago. On pense également au Lincoln Park Zoo. 

 

 

 

 

La carte d’identité de Chicago

 

Etat : Illinois

Habitants : environ 2 700 000 habitants (Chicagoan(e)s). Population de l’aire urbaine : environ 9 500 000 habitants

Nom : sur ce territoire occupé par les natifs, le nom de la ville proviendrait du mot miami-illinois « sikaakwa », qui a ensuite été déformé par les Français, qui commerçaient dans le secteur, en « Chécagou » ou « Checaguar ». « Sikaakwa » signifie « oignon sauvage »« marécage » ou encore « mouffette »… Autant dire que ça puait dans la coin à l’époque…

Surnom : Windy City, Mud City, Chi-Town, Second City, City by the Lake

Particularités : Chicago est la troisième agglomération des Etats-Unis, après New York et Los Angeles, et un centre financier très important. La ville s’est notamment fait connaître pendant la Prohibition avec un certain Al Capone. La ville est le point de départ de la route 66, qui se termine à Santa Monica. Chicago a aussi influencé Gotham City, la ville imaginaire de Batman.

Villes les plus proches : Milwaukee (Wisconsin, 1h30), Madison (Wisconsin, 2h15), Indianapolis (Indiana, 2h50), Detroit (Michigan, 4h10), Saint Louis (Missouri, 4h20), Minneapolis (Minnesota, 6h)

Festivals : Taste of Chicago (food, mi-juillet), Chicago Blues Festival (musique, juin), Chicago Jazz Festival (musique, fin août, début septembre), Lollapalooza (musique, août)

Personnalités liées à la ville : Walt Disney, Eliot Ness, Al Capone, Quincy Jones, Patty Smith, Common, R. Kelly, Raquel Welch, Harrison Ford, Robin Williams, Michael Mann, Robert Zemeckis, Harold Ramis, Michael Crichton, John Landis, Mister T, Bobby Fischer, Hugh Hefner, Hillary Clinton, Michelle et Barack Obama, Derrick Rose, Dwyane Wade, Anthony Davis, Chris Chelios

 

 

Accès et transports

 

Chicago possède deux aéroports internationaux : O’Hare et Midway. Généralement, les vols venant d’Europe arrivent à O’Hare, qui se situe à 27 kilomètres du downtown.

Plusieurs gares également desservies par le Metra, le RER local et Amtrak, pour les liaisons longues. Enfin, plusieurs autouroutes traversent l’aire urbaine : la 90 dans le sens NO-sud (vers Madison), la 290 vers l’ouest et la 55 direction sud-ouest.

Au niveau des transports en commun, métro et bus à foison, même s’ils sont un peu vétustes. Le réseau de métro est le troisième plus vieux au monde après New York et Londres. Pour vous donner une idée, un billet de bus coûte 2,25 $ et un ticket de métro 2,5 $. Voir les lignes sur le site de la CTA (Chicago Transit Authority)

 

 

 

Situation dans un roadtrip

Comment intégrer Chicago dans un roadtrip ? Il y a plein de possibilités. Tout d’abord, si vous faite la route 66, c’est le point de départ avant de rallier Saint-Louis. Chicago peut également faire office d’arrivée-départ pour un roadtrip dans le Midwest (Milwaukee, Door County, Duluth, Minneapolis, Madison, Des Moines…) ou un tour des grand lacs. Enfin, il aussi possible de filer vers le sud pour rallier Indianapolis puis le Kentycky (coucou le Bourbon) et le Tennessee (coucou la musique).

 

 

La météo

 

A Chicago, c’est un climat continental humide avec été chaud. Le mois le plus froid est janvier (-3,7 C°) et le mois le plus chaud juillet (24,3 C°) et il faut s’attendre à des précipitations plus importantes entre mai et août avec les orages d’été. Les étés sont chauds et humides et les hivers froids voire rigoureux. L’ensoleillement est relativement élevé pour une ville du nord des USA.

La meilleure période pour une visite ? Mai, juin, septembre et octobre. On vous rassure : en été, la visite est agréable aussi.

 

 

Combien de temps ? Quel planning ? 

 

Trois nuits. Selon nous, il faut trois à quatre nuits pour bien profiter de la ville. Entre le Navy Pier, le Loop, les musées, le Millenium Park, le Magnificent Mile et toutes les activités qu’offre la ville (croisières, concerts, festivals, comédies musicales, sport…), ce ne sera pas de trop. Si vous voulez en plus voir quelques quartiers aux alentours, ajoutez une nuit.

Concernant le planning, il peut être assez souple car les points d’intérêt ne sont pas forcément très éloignés les uns des autres. Pourquoi ne pas commencer, jour 1, avec une croisière sur la rivière puis un tour sur le Magnificent Mile, le Millenium Park, avant de finir sur la Navy Pier. Un jour 2 consacré au Loop et à un musée, en finissant dans un spectacle à Broadway. Un jour 3 avec d’autre musées ou l’aquarium, en terminant en beauté avec un match de baseball. En en jour 4, aller voir Wicker Park, Bucktown, Ukrainian Village, Pilsen…

 

 

Le budget

Budget assez élevé, à 3 sur 5 sur l’échelle “je craque mon PEL”. Chicago est une immense métropole et le budget hébergement peut vite grimper. Il vous sera difficile, hors auberges de jeunesse et à moins de sortir du downtown, de trouver en haute saison des nuits à moins de 150 ou 200 euros. La nourriture est à un prix classique. En revanche, les activités peuvent vite représenter un bon budget.

 

 

Trois pass activités, rien que ça ! 

 

Trois possibilités à Chicago. Si vous souhaitez en prendre un, il vous faudra faire un choix entre la Go Card, l’Explorer Pass et le City Pass.

  • Go Card. Celle-ci se prend pour 1, 2, 3 ou 5 jours, avec un premier prix à 114$/adulte. C’est très fourni avec plus de 25 attractions dont le Shedd Aquarium, Skydeck Chicago, 360 Chicago, l’Art Institute, le Field Museum, la croisière Architecture, le planétarium Adler…  Pour voir et réserver

 

  • Explorer Pass. Là, vous choisissez 3, 4 ou 5 attractions, pour composer votre séjour. A partir de 81$. Le choix est proche de ce qu’on a mis aussi. Sauf qu’il n’y a pas le Shedd. Pour voir et réserver

 

  • CityPass. C’est un classique des grandes villes US, le CityPass. Celui-ci (101 euros/adulte, 83/enfant) comprend cinq attractions avec des entrées premium : Shedd Aquarium, Skydeck, Field Museum, Adler Planetarium ou Art Institute, Musée de la Science et de l’Industrie ou 360 Chicago. Pour voir et réserver

 

Notre verdict : les trois ont leurs atouts. On aime bien l’idée de l’Explorer Pass, quand on a un programme calé, surtout avec la présence de la croisière sur la rivière. Sauf si bien sûr le Shedd est indispensable pour vous.

 

 

 

Où dormir ?

 

D’abord, dans quel quartier dormir ?  L’essentiel des hôtels se trouvent dans les quartiers le long du lac Michigan, entre Old Town (au nord) et Chinatown (au sud). La plus grosse concentration est dans le Loop et River North/Magnificent Mile. Deux quartiers très bien placés pour une première découverte de Chicago. Sinon, pour une nouvelle visite, pourquoi ne pas s’excentrer un peu, et vivre à la chicagoan dans un quartier branché comme Wicker Park, Bucktown ou Ukrainian Village.

 

  • Nos plans : Nous avons testé plusieurs hôtels à Chicago. La première fois, nous étions au Millenium Knickerbocker, dans River North, non loin de 360 Chicago. Le Congress Plaza, au pied du Millenium Park est un très bon compromis emplacement/prix. A l’extérieur du centre, pour se sentir comme à la maison, on recommande 100 fois le Ray’s Bucktown (photos) mais pensez à vos déplacements

 

 

  • Le plan camping : Camp Sullivan ou Bullfrog Lake

 

 

 

Où manger ?

On ne va pas vous tout vous redire, mais on vous conseille vraiment de tester la deep-dish pizza dans l’une des enseignes réputées (Gino’s East, Giordano’s, Lou Malnati’s…). Sinon, le hot-dog chicago-style est aussi un must (chez Portillo’s pourquoi pas !). Pensez au Lou Mitchell’s, incontournable pour ceux qui font la route 66, ou à l’historique Berghoff dans le Loop. Plus loin, on a bien aimé le Logan vers Logan Square…

 

 

 

Et voilà, vous êtes parés pour découvrir Chicago !

 

 

Dans le cadre d’un partenariat avec l’office du tourisme noué à notre initiative, nous avons été invités à certaines activités. Tous les choix éditoriaux et les avis nous reviennent.

 

 

4 responses à “Que faire et que voir à Chicago, la Windy City ?

  1. merci pour ce city guide super complet, quel boulot ! je crois que je suis prête à partir visiter Chicago, faut que j’en parle à mon banquier d’abord 😀 L’archi et le street art me semblent vraiment phénoménaux !

    1. Merci ! Oui, l’architecture est vraiment sublime, le top aux US pour la variété et les projets. Pour le street-art, Chicago se défend bien mais on a vu mieux ^^
      Biz

  2. Je suis justement en train de me planifier un Chicago- Nashville- Memphis -New Orleans , tu m’épargne un bon bout de travail

Répondre à Jean-Philippe Lost Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.