Cimetières : un tourisme qui n’a rien de macabre

Vous le savez bien, lorsqu’on voyage, il y a certains lieux qu’on affectionne et qu’on recherche à chaque étape, avec le plaisir de les comparer. C’est le cas pour les zoos. Mais cette journée de Toussaint est l’occasion de vous avouer qu’on a aussi un petit penchant pour les… cimetières. Pas de panique, rien de macabre : on ne recherche pas particulièrement la compagnie des défunts, c’est plutôt l’occasion de voir la place qui leur est réservée selon les coutumes de chaque pays. Sociologiquement très intéressant. De découvrir parfois des parcs arborés dédiés à la promenade de la taille d’un petit village ou des lieux ouverts à la plus grande fantaisie. C’est drôle de faire le tour d’un cimetière italien où les tombes rivalisent de taille et de splendeur, comme si tout l’argent de la famille était passé dans ces véritables monuments, et a contrario de se balader aux Etats-Unis dans ce qui ressemble à des champs ou des jardins où tout le monde est à la même enseigne, dans des dernières demeures identiques : une simple pierre blanche gravée d’un nom, et dont l’ensemble représente des lignes dignes d’une oeuvre d’art abstrait. Des lieux qui ressemblent d’ailleurs plus à des parcs qu’on visite en voiture (voire avec une carte qui recense les plus illustres « occupants »).

Etats-Unis 2012, du Pacifique à l’Atlantique : le bilan

Voilà une vingtaine de jours que nous sommes revenus de notre périple américain. Après avoir digéré tout ça, récupéré du décalage et repris une vie normale, le temps est venu de dresser un petit bilan de cette aventure.
Voilà, 9000 kilomètres avalés, quatorze états traversés (Washington, Idaho, Montana, Wyoming, South Dakota, Minnesota, Wisconsin, Illinois, Indiana, Kentucky, Tennessee, Géorgie, Alabama, Floride), d’innombrables arrêts pipi, des gallons et des gallons d’essence, des rencontres, deux océans, une multitude de lacs, des lieux improbables et beaucoup de choses à raconter. Encore une fois, les Etats-Unis nous ont bluffés et tordent magnifiquement le cou de ceux qui, encore trop nombreux, pensent que ce pays se borne aux buildings et aux burgers. Des paysages à couper le souffle, une faune préservée, parfois omniprésente, et des expériences à foison. Une nouvelle claque. Ce voyage nous a confirmé ce que nous savions déjà : il y a une vie, et énormément de choses à voir, en dehors des routes classiques et des sentiers battus et rebattus (Floride, New York, Californie). La route comme on l’aime.