Roadtrip dans le Vieux Sud américain #2 : live en Géorgie et en Caroline du Sud

Voilà plus de deux semaines que nous sommes partis d’Austin. Après le Texas, la Louisiane et l’Alabama (et deux petits bouts de Floride et de Mississippi), on arrive en Géorgie, du côté d’Atlanta. L’occasion de repartir d’une page blanche avant de nouveaux états. Notre projet de parcours est ici.

Comme chaque année depuis 4 ans, on vous emmène avec nous en live. Rendez-vous ici pour les résumés au jour le jour, sur Facebook pour les comptes-rendus et albums-photos quotidiens mais aussi sur Twitter, Instagram et (tenez-vous bien) Snapchat (ID : lostinthe-usa), pour du vrai direct. N’hésitez pas à réagir, à partager vos bonnes adresses ou à nous faire coucou, si nos routes sont amenées à se croiser !

 

> La première partie : Texas, Louisiane et Alabama

> La troisième partie : Caroline du Nord, Tennessee, Mississippi & Arkansas

> La quatrième partie : Route 66, Missouri, Kansas, Oklahoma et Texas

 

 

14. Lost à Atlanta (Géorgie)

IMG_6120

 

23/05/16. A un peu plus de deux heures de route de Birmingham (Alabama), et une heure de décalage horaire, on arrive à Atlanta. Cette ville, on l’a déjà visitée en 2013 et on avait très envie de la retrouver pour en connaître d’autres facettes. Alors, on n’a pas perdu de temps. Direction l’East Side. Oui, Atlanta est assez grand, mieux vaut compartimenter et réfléchir à ses déplacements.

Premier arrêt à l’Oakland Cemetery, le plus vieux cimetière de la ville. En plus d’être charmant, il offre une vue sur la Skyline et on y trouve la tombe de Margaret Mitchell, auteur de… « Autant en Emporte le Vent« . On a enchaîné avec le zoo qui est l’un des quatre aux US à avoir des pandas géants. Et ils ont fait le show. Le zoo est très agréable, bien ombragé et pas démesuré. On l’a trouvé proche de celui de San Diego (en un peu plus petit).

La suite se passe à Little Five Points. Qu’est ce que c’est ? L’un des quartiers les plus branchés aux US, pardi (qui est un mot pas très branché je l’avoue) ! Boutiques alternatives, streetart, petits bars et restos. Le tout dans une ambiance décontractée et tatouée. Mention au Junkman’s Daughter, un grand fourbi (hum, pas très branché) de tout et n’importe quoi du moment que c’est coloré, drôle et cool. On a aussi fait un tour chez Criminal Records et au Porter Beer Bar avant de rentrer à notre hôtel, le Hilton Downtown, bien placé pour partir explorer la ville.

 

IMG_6608 IMG_6872 IMG_6148 DSC03174 IMG_7612 IMG_7580 DSC03315

 

24/05/16. On vous l’avoue les Roadies, c’est un peu flagada (sans Jones) qu’on vous écrit. On s’est couchés tard hier soir, on a eu une journée de dingues aujourd’hui, il faisait hyper chaud et elle s’est terminée par une visite de brasserie… Donc nous voilà, mais pas aussi frais qu’à l’habitude…

 

IMG_8567

 

Ce matin, après un petit-déj costaud (et très bon) au Hilton, on est allés visiter la maison de Margaret Mitchell (mais si vous connaissez, c’est elle qui a écrit « Autant en emporte le vent » (« Gone with the wind »  ici). Elle l’a fait dans cette maison, et elle avait l’air d’être une super nana. Notre guide était top. Le niveau d’anglais est assez soutenu, si vous avez envie de vous y risquer.

 

IMG_7947 IMG_8000DSC03501

 

On a ensuite vu le « Fox Theatre » (très photogénique et historique) et la maison natale de Martin Luther King, avant de rejoindre Travis, pour un business-lunch très équilibré au « Metrofresh ». Travis travaille pour l’office du tourisme d’Atlanta et il nous a bien aidé à découvrir le côté underground de la ville, dans une joyeuse et sympathique concertation, donc c’était un vrai plaisir de le rencontrer.

 

IMG_8371 IMG_8398

 

L’après-midi était consacrée aux espaces (encore plus) verts de la ville : Piedmont park (sa vue imprenable sur la skyline et ses multiples installations) puis le Jardin botanique, qu’on voulait vraiment voir. Jusqu’à cet été, il accueille les œuvres en verre du très connu Dale Chihuly pour quelques mois (qu’on avait déjà vues à Seattle). Ne manquez pas la North Goddess (tête de femme géante en fleurs), les jardins face aux gratte-ciel et les serres, qui accueillent de superbes orchidées, entre autres.

 

IMG_8596

 

Las (et oui, quand le rythme est soutenu comme ça et qu’il fait si chaud – 30° – , on fatigue), on est allés faire une pause dans un chouette bar (qui fait aussi restaurant de poisson), dans le quartier de l’université : le Six Feet Under (« 6 pieds sous terre »). Rien à voir avec la série, mais un endroit comme on les adore.

On ne s’est pas éternisés car on avait rendez-vous à 17h30 à la «Monday night brewing ». On pensait que c’était une visite de brasserie de bière comme il en existe plein, mais non. C’était atypique et typique comme on aime ! Il n’y avait que des locaux, c’st l’un des seuls endroits où vous pourrez boire six bières pour 12 dollars, en emportant le verre et en visitant les coulisses. Duck, notre guide, est un showman né, le décor est top, il y a une chouette histoire derrière et, cerise sur le gâteau, on a découvert le « corn hole », sorte de jeu de la pièce avec des petits coussins de maïs… On a tenté (enfin, Delphine) ; le plus merveilleux c’est que ça se joue entre gens qui ne se connaissaient pas avant (il y a même un championnat du genre) .

 

IMG_8991 IMG_9192

 

Un peu gais, on est allés voir le coucher de soleil à un endroit réputé : le pont sur Jackson street, avec une top vue sur la skyline. Encore vite, on a filé au « Cape Dutch », un nouveau restau tendance et prisé (entre Midtwon et Buckhead) où Roadie était invité. Le chef, Philippe Haddad, un Belge francophone qui nous a fait goûter ses meilleures recettes : thon sous toutes les formes, noix de Saint-Jacques, homard du Maine, Loup de Méditerranée relevé par sa sauce made in Atlanta et dessert. Un régal. Si vous avez envie de vous faire plaisir pour une soirée gastronomique , allez-y les yeux fermés.

 

DSC03626 DSC03609

 

On est rentrés tard tard, mais heureux de cette super journée. Nous qui avions visité Atlanta il y a 3 ans, on va en repartir en l’aimant encore plus et en vous conseillant vivement d’y faire un saut.

 

> Nous avons collaboré avec l’Office du tourisme d’Atlanta et certaines de ces visites nous ont été offertes.

 

 

15. Lost d’Atlanta à Macon (Géorgie)

IMG_0247

 

25/05/16. Après deux journées bien remplies, on a quitté Atlanta. Ce n’est qu’un au revoir, car on a vraiment adoré cette ville bouillonnante qui, on en est sûrs, aura encore évolué lorsqu’on y reviendra. Avant de partir, on en a fait un dernier tour, longé le célèbre Centennial park qui a accueilli les JO, le folk art park qui égaye le périphérique, la skyline dont on ne se lasse décidément pas et fait une halte au Terminus que connaissent bien les fans de la série « Walking Dead ». On a surtout testé le plus grand drive-in du monde, l’historique Varsity (il est toujours plein et sa carte défie toute concurrence, avec des sandwiches à quelques dollars). Bye bye Atlanta, on a pris la route en tout début d’après-midi en direction du Sud-Est.

 

IMG_9812 IMG_0002

 

La chaleur était caniculaire (dans les 35°C), avec l’humidité qui va bien… On a fait un arrêt à Juliette, devenue célèbre grâce au film « Beignets de tomates vertes » (1991) avec Kathy Bates et Chris O’Donnell, basé sur le roman d’une habitante. A la base juste parce que cette anecdote nous avait fait rire lors de la préparation de notre roadtrip. On a été épatés, et cette jolie petite ville est entrée direct dans notre top-list des « petites villes de caractère ». Il y a plein de petits commerces, des gens très sympas qui affichent tous « welcome » devant leur commerce, et le train. On n’a pas pu ne pas aller goûter les fameux beignets de tomates vertes au Whistle Stop Cafe, au bord de la voix ferrée. On se serait cru dans un autre temps, et c’était une vraie découverte culinaire, c’est hyper bon (et même pas gras).

 

IMG_0082 IMG_0160

 

Une superbe route, à perte de vue, nous a emmenés jusqu’à Macon (comme en France, mais sans le chapeau sur le « A », elles sont d’ailleurs jumelées). Sous un soleil de plomb, on a rejoint Jennifer et Chandler, de l’office du tourisme de Macon, pour une visite de l’Ocmulgee national monument. Un ancien site indien dont la ville est particulièrement fière, et qui est particulier : contrairement à ce que l’on trouve habituellement dans le sud-ouest (cliff houses ou habitations troglodytiques), il s’agit de monticules de terre (qui ont été reconstitués). Le film était intéressant, et la visite plutôt aussi, malgré la chaleur (on en a fait une partie à pied, l’autre en voiture), réussissant à esquiver tout un car de collégiens. On a même sauvé une tortue qui traversait la route !

 

IMG_0322 IMG_0383

 

Redevenus doublette, on est allés se « perdre » dans Macon plutôt mignonne. Le centre rassemble de magnifiques maisons, le cimetière a vue immédiate sur la rivière (Ocmulgee), et elle est également fière d’avoir bercé un nombre impressionnant de génies de la musique, Otis Redding en tête (sa statue, elle aussi au bord de l’eau, joue ses grands classiques). On est ensuite allés s’installer dans notre Bed & breakfast, une maison antebellum classe au charme fou (ce n’est pas notre type d’hébergement préféré, mais cela fait partie intégrante d’un roadtrip dans le sud et on commence à s’y habituer). Le B&B, le « 1842 Inn » (qui a accueilli toute une pléiade de stars, Oprah Winfrey, un astronaute ou le Dr de  » La Croisière s’amuse ») est merveilleux et l’accueil aux petits oignons : on a grignoté de délicieuses petites choses dans des rocking-chairs avant de partir à la quête du coucher de soleil (plutôt vaine vue la conception de la ville).

 

IMG_0610 IMG_0553

 

On ne va pas se plaindre, mais la fatigue se fait un peu sentir…. On écrit depuis la terrasse de « The Rookery », une sorte de brasserie populaire du centre-ville, où on est en tête devant une petite salade et … des beignets de tomates vertes ! Il est bientôt 22 heures, et le baromètre affiche toujours plus de 30°C !

 

IMG_0847DSC03736

 

 

16. Lost de Macon à Saint Marys

IMG_1532

 

26/05/2016. La nuit dans notre chic bed & breakfast nous a fait un bien fou, et on a rattrapé une bonne partie de la fatigue accumulée pendant le séjour trépidant à Atlanta. Le rythme est plus soutenu ces jours-ci car on travaille en partenariat avec les offices de tourisme locaux. Le programme ne nous est pas imposé, on l’a concocté ensemble. Si à Atlanta on était tout seuls, à Macon le staff a tenu à nous accompagner dans nos visites. On a donc passé une bonne partie de la journée avec Valérie et Chandler, et c’était une assez chouette expérience.

 

DSC03771 IMG_1488

 

On a commencé par la visite de deux maisons historiques, quasi voisines. La première, Hay House, est une superbe demeure du XIXe siècle, habitée par trois grandes familles successives et dont la particularité est d’être décorée à l’européenne (et d’être hyper bien équipée en terme de gestion de la chaleur, avec des portes coulissantes un peu partout et de magnifiques vitraux).

 

IMG_0959

 

La seconde, Cannonball House, a une histoire assez légendaire localement : on ne le voit quasiment plus (à part un petit impact sur la ferronnerie du porche), mais elle reçu un obus pendant la Guerre de Sécession (qui n’a pas explosé). Sa dernière héritière ne pouvant plus l’entretenir, elle a été rachetée par une sororité (confrérie de filles) qui l’a autorisée à rester dans une chambre de l’étage, d’où elle envoyait la clé aux visiteurs qui voulaient entrer dans le musée.

 

IMG_1142

 

Quand on en est sortis, il faisait encore cette chaleur caniculaire. On est allés déjeuner dans une institution de Macon : le « H & H », un restaurant de soul food plus que quinquagénaire, qui sert des formules différentes chaque jour avec viande au choix (leur spécialité est le poulet frit) et plusieurs accompagnement au choix, arrosés de limonade, pour moins de 10 dollars. Un bon plan, l’histoire en plus. L’endroit est aussi étroitement lié à celle du groupe local star de la ville, les Allman Brothers. La copropriétaire du restau, Mama Hill, les a nourris avant qu’ils ne soient connus.

 

DSC03866

 

Pour digérer, on est ensuite retournés au centre de Macon pour voir une échoppe qui nous intéressait : celle de la fondation Otis Redding, un autre enfant du pays. Ici, on organise un festival couru qui a lieu en septembre et un camp d’été musical pour les jeunes ; c’est aussi un mini-musée avec des coupures de presse, des photos et un gift-shop dédié au chanteur du mythique « Sittin’ on the dock of the bay ». Mais ce qui nous intéressait, c’est que le lieu soit tenu par sa famille ! On a donc tchatché avec Justin (Andrews), son petit-fils (le fils de sa fille). Sa femme Yelma est toujours dans la maison aussi. Il nous a montré une rare vidéo d’Otis Redding dans les rues de Macon ou faisant le clown dans son ranch (le « Big O »).

 

DSC03898

 

Sans changer de thème, on a enchaîné avec la « Big House », le musée dédié aux Allman brothers, célèbres ici pour être considérés comme les fondateurs du rock sudiste (en gros connus comme Redding l’est chez nous et inversement). On a énormément aimé : le musée est super bien fait, il y a plein de vieilles affiches, de photos… et leur logo, un champignon psychédélique (devinez pourquoi). Le groupe, composé de plusieurs membres autour des frères Allman, a été au sommet de sa gloire dans les années 1970 puis marqué par plusieurs drames et décès. Seul l’un des frères est encore vivant.

 

IMG_1362

 

L’autre est, avec l’un de ses amis, au cimetière de Rosehill où l’on est retournés en pèlerinage. Ce lieu (conçu de façon assez particulière) a beaucoup marqué la carrière du groupe : outre leurs pierres tombales, il y a celle surmontée d’une statue de petite fille (qui leur a inspiré la chanson « Little Martha »), celle d’Elisabeth, au bord de la voie ferrée et de la rivière, où ils y invitaient leurs petites copines (…) ou celle d’un dénommé Bond, qui s’est retrouvé sur la pochette de l’un de leurs albums.

 

DSC03910 IMG_1633

 

Macon dans le rétroviseur, on a pris une route qui s’annonçait longue (4 heures) jusqu’à Saint Marys. On est sortis de l’autoroute dès qu’on l’a pu, passant par Mount Vernon, Jesup, etc. Buccolique par endroits, elle aussi très (très droite) à d’autres. On a suivi le coucher du soleil sur les Golden Isles avant d’arriver à notre point de chute pour la nuit : le Riverview hotel, dont le meilleur avantage est d’être situé pile en face du ferry. On est allés faire trois courses pour se faire un pique-nique sur l’île de Cumberland où on passe la journée de demain.

 

IMG_1738 IMG_1843

 

 

17. Lost sur Cumberland island, de Saint-Marys à Brunswick

IMG_2325

 

27/05/16. On a une super nouvelle et une très mauvaise, dans l’ordre chronologique. La première est qu’on a passé une journée vraiment exceptionnelle sur l’île de Cumberland island, une île au large de Saint-Marys en Géorgie et l’une des perles de la côte est, sur l’océan atlantique. On a pris le ferry tôt ce matin pour y aller. Il faisait si chaud qu’on a vraiment suffoqué. Mais on s’en est finalement à peine rendus compte (enfin si, quand même) tant on a eu droit à une festival de happenings animaliers et de paysages splendides : forêt quasi-tropicale, mousse espagnole, plages, océan déchaîné, lamantins, dauphins, chevaux sauvages, armadillo, kyrielle de papillons géants et nuages d’oiseaux. Sans exagérer, cette île (un national seashore où le nombre de visites est limité) est un petit paradis, un endroit rare sur terre. Il faut absolument y aller.

 

IMG_1865 IMG_2536 IMG_2154 IMG_3033 IMG_3483 IMG_3678

 

On a pique-niqué sur place (il y a très peu d’installations, de l’eau, un camping, un visitor center sommaire) et marché plus de 10 kilomètres, en rencontrant à peine nos semblables. On y a tellement été bien, heureux, qu’on s’est dit que c’était trop beau pour être vrai et qu’on allait « le payer » (désolé, on est comme ça parce qu’on a l’habitude que ça arrive). Ça n’a pas loupé. Au retour, alors qu’on était prêt à voir le magnifique coucher de soleil sur Jekyll island (la plage et l’aire de pique-nique de St-Andrews est un must), une curieuse barre noire est apparue sur notre appareil photo. Horreur, il nous a fait le coup de la panne (vraisemblablement une casse d’obturateur). On est dépités. C’est un peu comme si notre numéro 3 nous avait lâchés…

 

DSC04360 DSC04156 DSC04303

 

N’ayant plus le coeur à faire grand chose (à part réfléchir à une solution rapide et la moins onéreuse possible si loin de chez nous et de nos garanties), on a cherché un motel. On en a trouvé un très bien pour la circonstance, le Jameson Inn de Brunswick. On a grignoté et, comme un « bonheur » n’arrive jamais seul, on s’est attelés à la captivante tâche de la lessive…

 

DSC04408

 

 

18. Lost sur la route de Savannah

DSC04987

 

28/05/16. Aujourd’hui, la tempête annoncée sur le secteur nous a accompagnés toute la journée… Une bonne partie de cette dernière a consisté à s’occuper de notre linge (et oui, on vit toutes sortes d’aventures…). Grosse galère ici, l’atmosphère est tellement humide qu’il est impossible de le sécher (on a donc tout tenté, du sèche-cheveux à la clim en passant par le repassage, sans réel succès). Après un petit tour dans Brunswick (charmante), on a pris la route de Saint Simons, une station balnéaire plutôt chic.

 

DSC04620 DSC04500

 

Puis on s’est lancés sur la jolie Route 99, qui traverse des marais, d’anciennes villes d’esclaves affranchis, des îles privées… On est arrivés à Savannah (que l’on connaît déjà) en début d’après-midi. Avec une mission : trouver une solution de remplacement pour notre appareil photo, qui nous a lâchés hier. Un petit traumatisme pour tout voyageur et/ou amateur de photo (dont nous sommes), mais qu’on devait vraiment résoudre : on ne peut décemment pas continuer ce roadtrip sans, avec l’exigence de qualité que nous avons pour notre site.

On a tout étudié : faire marcher la garantie (trop compliqué loin de notre pays), en louer un (trop cher), en acheter un par correspondance, pourquoi pas d’occasion (trop risqué quand on est sans cesse en mouvement), en acheter un basique (dommage et galère en termes de compatibilité de matériel…). On s’est finalement décidés pour racheter un boîtier identique. On a eu le pot (?) d’en trouver un au magasin Best buy. Un investissement qui a mis un gros coup à notre budget, mais qui sera tempéré par le sponsoring de gentils mécènes (familiaux) qui le reprendront à notre retour en France. Ouf, un problème soldé !

 

DSC04740

 

Sous un ciel noir, on est allés « fêter » ça au centre de Savannah, dans une brasserie très sympathique (Moon River Brewing Company), beaucoup moins guindée que la plupart des établissements qu’on peut y trouver. La ville a un peu changé depuis notre dernier passage, en 2013. On a refait le tour des fameux squares (dont le Chippewa, où Forrest Gump attend son bus) et d’une bonne partie de la ville, qui s’est parée de couleurs magiques au coucher du soleil. La nuit tombée, on a repris la voiture et laissé Savannah derrière nous. On a fait à cette occasion une chouette découverte : une vue imprenable sur la skyline depuis l’embarcadère du ferry et un hôtel où on rêve désormais d’aller (le Westin).

 

DSC04780 DSC04768 DSC05123 DSC05032 DSC05157

 

Sous une pluie diluvienne, on a rallié notre point d’étape pour la nuit : le Days Inn d’Hardeeville, à une petite demi-heure de là. On vous laisse, on va tenter encore de sécher notre linge ! LOL.

 

DSC05183

 

 

19. Lost en plein tempête, de Savannah à Charleston (Caroline du Sud)

DSC05269

 

29/05/16. La pluie qui s’est abattue sur nous (et plusieurs états de la côte) n’a pas discontinué, et on l’a retrouvée ce matin au réveil (avec une cinquantaine de personnes au petit-déj du motel). Au programme de la journée : la route en direction de Charleston, en refaisant l’itinéraire du tournage du film « Forrest Gump ». Après un stop rapide aux outlets (magasins d’usine) pour y attraper un short, le temps d’être trempés, on a repris la voiture. On a quitté la Géorgie pour la Caroline du Sud.

La route a parfois été ennuyeuse, souvent difficile en raisons de débuts d’inondations (on a même dû faire demi-tour car un train était en panne sur la voie !). On n’arrêtait pas de recevoir des sms d’alerte : « attention flash floods ». Les spots de tournage de Forrest Gump n’étaient pas faciles à trouver : parfois imprécis, souvent détruits ou sur des propriétés privées… On pense quand même tenir son arbre (bien qu’au milieu d’un chemin), Forrestville (Varnville), des marais qui ont accueilli les scènes de guerre du Vietnam ou le port de Bayou-la-Batre (à Port Royal, une charmante petite ville).

 

IMG_0500 IMG_0488 IMG_0389

 

Cette journée avait sincèrement des airs de fin du monde… Mais ô surprise, quand on est arrivés en fin d’après-midi, il faisait presque beau à Charleston. Cette jolie ville, qu’on découvre pour la première fois (ainsi que la Caroline du Sud) a finalement été boycottée par la tempête tropicale Bonnie avec laquelle on a passé la journée (pour l’avoir vue de près, on n’a pas très envie qu’arrive Clyde, LOL). Mais ce ne sera sûrement pas le cas ces prochains jours.

 

IMG_0628

 

On a posé nos valises pour deux nuits au centre historique, au Days Inn Historic downtown. Un standing bien supérieur à celui d’hier et surtout un super coup (grâce à Hotwire) : on va s’en sortir pour 240 dollars les deux nuits, alors que ça peut être bien plus cher dans le secteur (plein centre avec parking).

 

DSC05299

 

Après une petite pause, on est allés faire un tour en ville (calme malgré le lancement du festival Spoleto, qui célèbre les arts classiques, en particulier la musique, depuis 1977, et la veille de Memorial Day). On est allés manger un peu de seafood (avant de quitter la côte) dans une institution : l’Hymans seafood, qui a vu défiler un cartel de stars et a une philosophie assez sympa. C’était plutôt pas mal (crevettes et mahi-mahi). Un dernier tour dans les rues et une petite pluie nous a raccompagnés au motel. On en verra plus demain…

 

DSC05391 IMG_0722 DSC05348

 

30/05/16. Aujourd’hui c’était Memorial Day, un jour férié qui rend hommage aux soldats et marque l’ouverture de la saison touristique. On a été surpris de voir quand même beaucoup d’endroits ouverts à Charleston, même si la foule des grands jours n’était vraisemblablement pas au rendez-vous (selon les gens d’ici, ils ont eu peur de la tempête). On a effectivement joué à cache-cache toute la journée avec cette sacrée Bonnie, qui s’est finalement énervée vers 18h30, nous laissant le temps de découvrir la ville à pied entre les nuages.

 

IMG_1138

 

Charleston est une ville agréable. On la compare souvent à Savannah mais elles ne se ressemblent pas tant que ça. Elle est entourée d’eau (on a eu la surprise de voir des dauphins nager au bord la jetée plusieurs fois !), a aussi des calèches et un énorme attirail touristique, des restaurants gastronomiques et des magasins qui tutoient le luxe. De nombreuses maisons sont classées (certaines sont même des musées), les parcs sont très agréables, on ne compte plus les églises et c’est un bonheur de se perdre à travers ses ruelles…

 

IMG_1697 IMG_1186 IMG_0869 DSC05603

 

Ce soir on a mangé dans une brasserie « gastronomique », la « Craftsmen kitchen and tap room« . Une super découverte. Il y a des dizaines de bières (en particulier locale) à la carte, ainsi qu’un menu qui change : plats à la bière, burgers (évidemment), moules et incroyable poulet frit-gaufre (le péché-mignon de Delphine). On est rentrés sous une pluie battante.

 

DSC05727 DSC05776

 

On a encore une bonne partie de la journée de demain pour découvrir Charleston, si le temps le permet. On commence à flipper car la météo des prochains jours n’augure rien de bon, alors qu’on a des super trucs prévus…

 

 

31/05/16. Quelle belle surprise ce matin : la tempête s’était littéralement évaporée, laissant la place au brûlant soleil qu’on a perdu il y a seulement quelques jours. On a donc décidé de s’éterniser plus que prévu à Charleston, pour la voir, enfin, sous le soleil. En fin de matinée, on est montés à bord de l’une des calèches qu’on regarde passer sans cesse depuis notre arrivée.

 

IMG_2262

 

Plusieurs compagnies se partagent le marché ; on a choisi les Old carriage tours, en costumes, reconnaissables au ruban rouge autour de leur chapeau. On a pris le départ de leur écurie, où les chevaux paraissaient particulièrement en forme. C’était parti pour une heure, en compagnie de Carrie et de Gumbo (et d’autres personnes avec lesquelles on n’a pas eu l’occasion de parler puisqu’on s’était placés sur la banquette arrière). C’était top.

Parce que la visite permet de voir les choses d’un autre angle mais surtout parce que la guide-cochère était absolument incollable sur la ville. On a ainsi vu de petits détails qui nous avaient échappé et appris de petites anecdotes croustillantes. Ces petites toupies orange fluo qu’on voit depuis samedi sur la route ne sont pas des interdictions de stationner mais des marqueurs de pipi de cheval, que les cochers laissent derrière eux pour signaler à un camion de nettoyage spécialisé qu’il y a du job. On ne choisit pas son itinéraire : c’est le hasard qui le fait ! En sortant de l’écurie, chaque calèche se présente à une petite cabane où une sorte de bingo lui sort une boule de couleur, déterminant l’itinéraire (parmi trois) pour que toutes les calèches ne se trouvent pas au même endroit en même temps. Bluffant. La nôtre nous a conduit jusqu’aux White Point Gardens, via le centre-ville.

 

IMG_2632

 

On a enchaîné avec la visite de l’aquarium, au bord de l’eau. Pas immense, il est très intéressant, pédagogique et offre une vue panoramique sur le pont (et la baie où passent les dauphins). On a posé avec un plongeur-showman qui parlait au public depuis l’intérieur de l’aquarium (tordant et pas courant). On a aussi touché les limules qu’on avait vu par dizaines sur la plage de Cumberland Island (elles ont 9 yeux et, dessous, ressemblent à un homard dont on a d’ailleurs vu une espèce géante). Ils ont aussi un alligator albinos, plein de poissons (normal), des oiseaux, des ateliers et un cinéma 4D. Et d’adorables loutres !

 

IMG_2834

 

Laissant le centre historique de Charleston derrière nous (ce n’est qu’un au revoir), on a pris la direction de l’une de ses îles, John’s Island, pour voir (encore) un majestueux chêne, l’Angel Oak. Certainement le plus gros qu’on ait vu depuis le début, magnifique, mais un peu gâché par les panneaux d’interdiction partout et pas mal de gens qui courent partout sous ses branches.

 

IMG_3332

 

Pas très loin, on a fait un arrêt à « Total Wine », un magasin d’alcool qui tient presqu’autant du musée et donne le tournis. Il nous a été conseillé par la serveuse de la brasserie où on a mangé hier soir, pour trouver la toute nouvelle bière à la myrtille qu’on avait adoré. On a fait chou blanc mais on a été très curieux de faire le tour. Si vous avez l’occasion de faire un tour dans l’un de ces « liquor stores » géants, faites-le : pour l’achat c’est souvent moins cher que les grandes surfaces, mais c’est aussi l’occasion de voir ce qui se fait. Les micro-brasserie sont un vrai phénomène de société ici. Les Américains ont développé tout un tas de gadgets autour du vin (dont une incroyable chaussure pour mettre la bouteille sur la table) et aiment ça. Au rayon français, on a trouvé du Beaujolais, du vin de la Loire et de l’alsacien.

 

DSC05831

 

Pas le temps de goûter, on était pressés de rejoindre une autre route des plantations, censée fermée entre 16h30 et 17 h. On a quand même pu faire un petit tour à celle de Magnolia (tout n’est pas payant, mais les activités et visites sur place s’ajoutent et coûtent un peu cher) puis celle de Middleton Place. On ne voulait que visiter les jardins, qui en fait ferment au coucher du soleil. Une véritable merveille, rien que pour nous (il faisait si chaud que tous les visiteurs étaient partis). On a adoré les jardins, mais plus encore les petits lacs miroirs qui jalonnent le parc. On y a rencontré plein d’alligators, souvent à quelques mètres, qui se faisaient chauffer la couenne au bord de l’eau…

 

IMG_3730

 

Retour à la voiture et cap en direction du nord-ouest, vers Columbia et le Congaree National Park, avec entre-temps des arrêts comme on les aime : un centre d’accueil pour les extra-terrestres (petit projet décalé d’une habitante à côté de son bungalow),…. On a ensuite « atterri » à Elloree, une mignonne petite ville qui affiche des proverbes sur ses pots de fleurs (on était venus voir le rare musée de la théière, mais on ne l’a jamais trouvé).

Face à un coucher de soleil torturé par de gros nuages (un peu comme ceux qu’on aime tant au Nouveau-Mexique), on a roulé vers le parc national de Congaree, l’un des rares à accueillir le spectacle de « fireflies », un envol simultané de milliers de lucioles (les « lightning bugs« ). La saison est finie depuis quelques jours, car cette année les demoiselles étaient en avance, mais on a quand même pu en voir plusieurs dizaines. C’était déjà féérique.

 

IMG_4131 IMG_4190

 

Tard et dans la prénombre, on a rejoint Columbia. Ce soir on dort dans un motel d’une chaîne que l’on ne connaît pas (Extended Stay America) qui a, comme beaucoup ici, la bonne idée de coûter une cinquantaine d’euros (petit-déj compris). On écrit depuis la terrasse d’un chouette endroit ouvert jusqu’à minuit, le Henry’s Restaurant and Bar.

 

DSC05892

 

 

20. Lost de Columbia à Blowing Rock, entre les deux Caroline

IMG_6058

 

1/06/16. Encore une grosse et belle journée aujourd’hui, on pourrait presque en oublier. Ce matin on s’est levés tôt, et ça n’a pas été facile : on est rentrés à 3 heures du matin (le bar-restau où on a trouvé à manger tard hier soir était très sympa, et tout le monde voulait « voir les Français » et nous donner des tuyaux pour la suite du roadtrip (et un t-shirt !). Merci Henry’s !

Après un ravitaillement à la station, on a fait un saut au zoo (le Riverbanks, zoo de Columbia, qui a aussi un jardin botanique). Au début, on ne devait pas y aller, mais il avait l’air si bien… Sous une chaleur encore hallucinante (le soleil tape ici), on en a fait le tour. Il nous a enthousiasmé : grands enclos, pédagogie, musique… On l’a adoré. Notre chouchou : le bébé koala, devant lequel tout le monde s’arrêtait pour faire un « ohhhh » dégoulinant d’amour (on n’y a pas échappé). Il y a plein d’activités pour les plus jeunes, il est vraiment sympa.

 

IMG_5063

 

Après un nouveau tour de Columbia, la capitale de la Caroline du Sud (bouche à incendie géante, fresque murale trompe-l’œil de tunnel, Main street, le riverfront park, une chaîne géante entre deux immeubles…), on est allés manger. Non pas qu’on avait très faim (on mange rarement le midi), mais Tommy, le serveur d’hier soir, nous a fait jurer d’aller au spot préféré des locaux pour goûter le barbecue de Caroline du Sud (on adore le texan, mais le sud se targue d’en être aussi champion, avec du porc et des sauces plus moutardées et vinaigrées), une sorte de cantine du coin qui existe depuis 40 ans et propose une buffet all-you-can-eat pour moins de 10 dollars par personne (boissons incluses) ! C’est le Little Pigs BBQ. On y est allés et on a halluciné : des dizaines de sortes de viande, plein d’accompagnements, des sauces… C’était vraiment bon (surtout le pulled pork). Le repas le moins cher de notre séjour (même moins cher que le supermarché), et peut-être l’un des meilleurs plans qu’on ait testé.

 

DSC05912

 

On n’a pas abusé, car on voulait être un peu en forme pour marcher par plus de 30°C (et 97% d’humidité) au parc national de Congaree. Ce petit parc national (qu’on avait aperçu de nuit la veille, pour voir ses lucioles) est très particulier : il renferme un écosystème de marais et de plaines inondées. Il consiste principalement en une randonnée sur un ponton de bois à travers la forêt. On a à peine eu le temps de suer un peu et de voir un serpent (il y en a plein) qu’une averse quasi tropicale nous est tombée dessus. Elle ne s’est jamais arrêtée jusqu’à notre retour au Visitor center, trempés. Mais le spectacle en était presque devenu mystique, avec ces espèces de douches d’eau illuminées de rais de lumière…

 

IMG_5752 DSC06010

 

Ciao Columbia, on t’a vraiment adorée. Cette ville universitaire est dynamique, jeune, animée, jolie, plutôt bon marché et pleine de surprises.

 

IMG_5443

 

Rincés (à tous les sens du terme), on est remontés en voiture, en direction de notre future étape : Blowing Rock (Caroline du Nord), à 3 heures de route de là. Mais avant on a fait un arrêt pour voir une construction métallique en forme d’AT-AT Walker (de « La Guerre des étoiles », qu’on voit notamment au début de « L’Empire contre-attaque« ). L’artiste, John Sharpe, était là, avec un sculpteur à la tronçonneuse du Colorado, tout content de taper la discute. Il a son atelier sur place et vend plein de trucs en poterie (il nous a offert des mugs).

 

IMG_5876

 

Cette fois il fallait vraiment partir. Le baromètre a joué au yo-yo et on a récupéré la pluie jusqu’au coucher de soleil, au niveau de Charlotte. On y a fait un arrêt-éclair, juste pour admirer sa magnifique skyline.

 

IMG_6164

 

Ce soir on dort à Blowing Rock, dans les montagnes, au pied des Appalaches, à l’Holiday Inn Express. On a galéré pour trouver à manger, il n’y a ni lumière ni bruit… Tout est très calme. Et on se les gèle… (on a bien dû perdre 20° C aujourd’hui).

 

DSC05989

Capture d’écran 2016-06-25 à 15.51.37

 

 

What’s happening now ? Demain, après un tour à Blowing Rock et à Boone, on va rencontrer celle qui nous a fait venir dans le coin : la Blue Ridge parkway. Vous pouvez tourner la page.

 

 

> Lire la suite du roadtrip : Caroline du Nord, Tennessee, Mississippi & Arkansas

 

> La première partie : Texas, Louisiane et Alabama

> La quatrième partie : Route 66, Missouri, Kansas, Oklahoma et Texas

 

16 responses à “Roadtrip dans le Vieux Sud américain #2 : live en Géorgie et en Caroline du Sud

  1. Bonjour ,
    je me suis abonne a votre Facebook mais je n’ai pas de notifications de vos articles , comment faire ?
    merci et a bientôt

    1. Bonjour Didier !
      Tu veux recevoir les notifications sur Facebook c’est ça ? C’est très simple, tu vas sur l’accueil de notre page FB. Là où il y a écrit « J’aime déjà » ou « J’aime la page », il faut cliquer. Tu peux activer les notifications ou voir nos posts en premier dans ton fil d’actualité.
      A bientôt !

      1. merci je l’ai fait hier soir car je n’avais pas vu qu’il fallait activer les notifications . en tous les cas merci pour la réponse

  2. Bonjour,
    Vous faites un travail extraordinaire, je me connecte sur votre site quotidiennement depuis quelques mois en tant que passionné des US, et je voulais simplement vous dire bravo, continuez. Votre site, une mine d’informations pertinentes.
    Depuis mon premier voyage au Us en 2008 (j’ai pu y retourner 2 fois depuis) j’ai su instantanément (comme vous ?) que c’était là !
    La passion n’a cessé de grandir depuis, et je me dis que tout ce temps passé de ce coté de l’atlantique, en Europe,…que de temps perdu…
    Bien cordialement,
    Rudy Biasizzo, 51 ans, Provins (77)

    1. Bonjour Rudy et un grand merci pour votre message. Ça fait chaud au coeur. Si le site peut servir à des passionnés comme vous ou à des gens qui veulent découvrir les US plus en profondeur, c’est parfait ! Et oui, nous, c’est une passion énorme, on adore se retrouver ici à chercher les bons plans et les beaux endroits.
      J’espère que le prochain roadtrip est pour bientôt. Et n’hésitez pas à venir échanger ici ou sur les réseaux sociaux.
      A bientôt

  3. Hi, les LITU,

    Vraiment excellent votre « reportage »! Mais …. moi qui patientais gentiment jusqu’au prochain trip en septembre 2017, me v’là énervé par tous ces textes et ces magnifiques photos. Toujours au top les LITU.

    1. Hahaha, sympa. Mais tu vois, en septembre 2017, nous serons cloués au sol et tu seras aux USA. Alors, on sera énervés aussi ^^

  4. Toujours de très belles images du Sud. Ahh Savannah, le Fort Pulaski.. Ahh les Carolines, Sud et Nord. Carolina Beach, les Outer Banks, la visite de « la colonie perdue » (qui précédait celle de Jamestown de 20 ans, histoire extraordinaire), les premiers vols des frères Wright (toujours le rêve américain, arrangé à l’américaine toujours, hein? mais bon en arrangement et mise en scène ils sont bon quand même), les venus flytrap carnivores… Que de souvenirs avec nos deux garçons. Philippe

    1. C’est bon les souvenirs. On adore se rappeler ça, revoir les photos, relire les notes… On s’y projette de suite. Les Outer Banks sont sur notre programme, mais pas cette année.
      A bientôt

  5. Bonjour tous les 2. Je voyage avec vous depuis le départ ( et même avant sur votre site )….Beau voyage, belles photos…j’adore
    Bravo et je continue a vous suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *