Roadtrip sur le Turquoise Trail, au Nouveau-Mexique

C’est l’histoire d’une route d’exception, d’une « national scenic byway » américaine, comme il en existe un peu moins de 200 à travers tout les Etats-Unis. Le Turquoise Trail permet de relier Albuquerque et Santa Fe, les deux grandes villes du Nouveau-Mexique, via une langue de bitume de 87 kilomètres offrant des panoramas magnifiques et traversant de jolis villages.

Nous sommes ici dans le coeur du Nouveau-Mexique, là où les indiens pueblos ont extrait, dès le Xe siècle, une pierre à la couleur inoubliable, la turquoise. Là où une ruée vers l’or s’est produite vers 1825, avant celle qui a marqué la Californie. La NM-10 (devenue New Mexico 14), construite en 1927, débute à Tijeras, à la sortie d’Albuquerque, en quittant la route 66, pour serpenter dans les collines via quelques rares villages : Golden , Madrid, Cerrillos, Lone Butte… Elle trouve son nom en 1953 après un concours pour lui trouver un petit nom.

Pour ce trajet, oubliez l’autoroute 25, rapide mais austère, pour prendre cette route de traverse, qui porte un morceau d’histoire des USA.

D’Albuquerque à Santa Fe par la route de la turquoise

Combien de temps faut-il ?

Alors qu’il vous faudra 1 heure entre la plus grande ville du Nouveau-Mexique et sa capitale en passant par l’autoroute 25, comptez 1h30, sans s’arrêter, par le Turquoise Trail. Mais, on commence à vous connaître bande de petits coquinous, vous allez faire quelques arrêts bien sentis avec les conseils qu’on vous donne ci-dessous. Donc partez sur 3 à 4 heures minimum pour en profiter. Une demi-journée donc.

Où dormir ?

Déjà faut-il dormir sur le Turquoise Trail ? Pas nécessairement ! Mais si vous avez à choisir, Madrid est la meilleure option, même si les hébergements sont rares. (à voir sur Airbnb ou à la Mine Shaft Tavern, voir plus bas). Il y a aussi plusieurs campings. Mais clairement, Albuquerque, Santa Fe, voire Taos, suivant votre parcours, sont les premiers choix.

Voici les différentes étapes avec le Turquoise Trail et quelques bonus/détours sur la route.

Source

Les étapes

Tijeras, la route 66 qui chante

Laissons d’abord derrière nous Albuquerque, « Breaking Bad City ». Pour s’engager sur la route 14, il faut d’abord contourner le Sandia Peak, qui domine ABQ (pour les intimes), en prenant l’autoroute 40 puis en sortant à Carnuel (exit 170) pour raccrocher la route 66. Un peu plus loin, au niveau de Tijeras, une petite curiosité : la « route qui chante ». Quand on roule dessus (à moins de 45 miles par heure, soit environ 70 kilomètres/heure), c’est magique : grâce à des ralentisseurs, on entend l’air d' »America the beautiful« , hymne patriotique américain adapté d’un poème très populaire de Katharine Lee Bates.

  • L’adresse : sortie 170 sur l’I 40, prendre la route 66 vers l’est sur 5 kilomètres. Pour en savoir plus

Tinkertown, le musée unique en son genre

C’est justement à Tijeras que vous pouvez tourner sur la 14, le fameux Turquoise Trail. C’est là qu’on vous propose (déjà) de le quitter pour la 536. Car, après à peine deux kilomètres, se cache l’un des petits trésors de l’état du Nouveau-Mexique, Tinkertown. Par deux fois nous nous sommes arrêtés ici et, à chaque fois, c’était un ravissement. Un bric à brac comme on les aime. Ce musée fait de 51 000 bouteilles de verre fait la part belle au monde du cirque et aux automates. C’est l’oeuvre d’une vie, celle de Ross Ward, décédé en 2002. Sa veuve, Carla (en photo), a repris le flambeau. Munissez-vous de quelques quarters pour faire tourner ces vestiges d’un autre temps. Le lieu est bourré d’histoires et vous finirez par un gift-shop au poil. Ah, et guettez les colibris (hummingbirds) à l’extérieur.

  • L’adresse : 121 Sandia Crest Rd, Sandia Park, Nouveau-Mexique

Sandia Crest, pour dominer Albuquerque

Sur votre lancée, si vous avez un peu de temps, faites les 20 km de route qui vous séparent du sommet du Sandia Peak, Sandia Crest. Si elle est ouverte. « Ouais, le Nouveau-Mexique, c’est plat, c’est désertique ». Mais lol gigantesque. Sandia Crest, point culminant des monts Sandia, culmine à 3 255 mètres. Prenez ça, les clichés !

C’est 3$ le parking et, ensuite, à vous la vue incroyable sur Albuquerque. Vous avez un peu de temps ? Une rando vous emmène aux ruines de la Kinawis Cabin, en pierres, construite par le Civilian Conservation Corps (CCC) dans les années 1930. Encore plus loin, c’est le point d’arrivée du Sandia Peak Aerial Tramway. Celui-ci (30 Tramway Rd NE, Albuquerque), pour 25 dollars/AR, vous permet de grimper ici depuis Albuquerque.

  • L’adresse : tout au bout de la Sandia Crest Scenic Highway (route 536), 701 Sandia Crest Rd., Sandia Park, Nouveau-Mexique

Golden, premier arrêt sur le Turquoise Trail

Mais il est temps de vraiment attaquer le Turquoise Trail. Vous le verrez, il n’y a pas mille arrêts sur ce petit plaisir bitumé. Le premier est le hameau de Golden et sa petite quarantaine d’habitants.

Secteur habités par les premiers peuples puis les Espagnols, Golden a connu son âge d’or quand, en 1825, de l’or (gold… golden… normal quoi) a été découvert. 1825, très tôt donc. Bien avant la Californie, le Nevada ou le Colorado, voilà le théâtre de la première ruée vers l’or à l’ouest du Mississippi, avec deux mines : Real de San Francisco et Placer del Tuerto. Aux alentours de 1830, la très mignonne église catholique en adobe San Francisco de Asis est bâtie. Arrêt obligatoire tellement elle est photogénique. Un petit chemin monte vers la droite juste après le hameau de Golden.

Crédit : New Mexico

Golden, proche des deux mines, naît officiellement en 1879. La prospection se poursuit quelques années, et l’économie se maintient grâce au « ranching » (l’élevage). En 1918 ouvre le Golden General Merchandise Store, le seul magasin qui existe encore aujourd’hui sous le nom d’Henderson General Store. Vous y trouverez des bijoux indiens avec de la turquoise et de la poterie.

C’est une renaissance car en 1928, Golden était devenu une ville fantôme, tombant en décrépitude. Les bâtiments sont squattés, dégradés. En 1960, le prêtre Angelico Chavez, qui officie plus au nord, à Los Cerrillos, restaure l’église. L’encéphalogramme de Golden n’est pas totalement plat et la ville se repeuple un peu.

Dernière curiosité du hameau, la Bottle House de Tom Larson. Une vieille maison décorée de milliers de bouteilles, très photogénique. Et ça dure depuis des dizaines d’années.

  • Les adresses : Henderson General Store, 1710 NM-14, Sandia Park. 400 mètres plus loin en direction du nord, une petite route à droite mène à l’église San Francisco de Asis. La Bottle House est en face du General Store, de l’autre côté de la route. Son adresse est 1705 Nm 503 14, Sandia Park

Madrid, l’entrée des artistes

La ville la plus intéressante et plus dynamique de ce Turquoise Trail. Ancienne mine de charbon, Madrid a connu un boom exceptionnel au 19e siècle. Sa population était, à son firmament, plus nombreuse que celle d’Albuquerque ! Mais comme toujours, quand les gisements s’assèchent ou que le marché s’effondre (ce qui est arrivé pour le charbon), la fin de l’histoire guette. Madrid est laissée à l’abandon, et devient une ville fantôme. En 1954, la ville se retrouve en vente sur le Wall Street Journal pour 250 000 $. Elle renaît de ses cendres dans les années 1970 pour devenir un repaire d’artistes à la cool. C’est un endroit parfait pour un arrêt : flâner dans les boutiques, manger un morceau, claquer quelques photos… C’est l’endroit. C’est aussi ici que vous croiserez le plus de monde.

Petit fun fact : Madrid était très connue dans les années 1920 et 30 pour ses illuminations de Noël. Et la tradition se perpétue encore aujourd’hui.

Que vous conseiller ici ? La Mine Shaft Tavern (2846 NM-14) ! Ce bar-restaurant est un incontournable. Des burgers, de la bière et des concerts dans un décor bien « old west ». On s’était installés sur leur rooftop il y a quelques années pour manger un morceau devant un groupe de soixante-huitards assez improbable : « Waiting for what ».

Lieu de tournage des films Paul, Wild Hogs (Bande de sauvages en français), aperçu aussi dans la série Longmire (le Red Pony), la taverne n’est pas seulement un bar-resto apprécié des bikers. Elle propose aussi quelques chambres (et les hébergements son rares ici) et un musée, le Madrid Old Coal Town museum, consacré à l’histoire minière de la ville. Vous y trouverez une vieille loco datant de 1900 et abandonné à Madrid en 1959.

En vous faufilant entre les maisons colorées et les ateliers d’artistes, vous tomberez aussi sur le Maggie’s Diner (2867 NM-14). Ce qui est désormais un magasin de souvenirs a été construit en 2006 spécialement pour le film Wild Hogs. Et la ville est très fière d’avoir été le lieu de tournage principal de ce film au succès plutôt discret.

Enfin, on vous conseille de poursuivre jusqu’au Connie’s Photo Park (2881 NM-14) pour une bonne tranche de rigolade. Les enfants vont adorer (dons bienvenus). Allez, remontez dans la caisse ou enfourchez votre bécane, on file vers Cerrillos.

  • Les adresses : Mine Shaft Tavern au 2846 NM-14, Maggie’s Diner au 2867 NM-14 et le Connie’s Photo Park au 2881 NM-14

L’authentique Cerrillos pour conclure

Même pas six kilomètres au nord de Madrid, il y a Cerrillos (ou Los Cerrillos, les petites collines en espagnol), la dernière « ville » de ce Turquoise Trail. Un peu à l’écart de la NM 14, elle est moins animée que Madrid. Toutefois, il ne faut pas la sous-estimer, elle est aussi très photogénique.

Avant d’arriver, vous pouvez faire un petit stop au Turquoise Trail Trading Post (3117 NM-14, Cerrillos). Vous pouvez pas le rater, on voit du « land art » depuis la route.

Un peu plus loin, tournez à gauche pour rallier Cerrillos (250 habitants environ) et ses quelques rues poussiéreuses. Les indiens Tano y étaient implantés et ont extrait, dans les collines, la fameuse turquoise depuis le Xe siècle. Ce qui en fait l’un des plus vieux sites d’extraction (officiellement documenté) des Etats-Unis. Des archéologues ont trouvé de la turquoise venant de Cerrillos au Canada, en Amérique Centrale ou dans le sud-est des Etats-Unis.

Puis les colons espagnols sont arrivés, ont trouvé de l’or, de l’argent, du plomb… Tano et Espagnols ont cohabité difficilement jusqu’à la Révolte des Pueblos en 1680. En 1879, Cerrillos, désertée, est redécouverte par des mineurs de Leadville (Colorado, une ville qu’on vous conseille d’ailleurs) et c’est une nouvelle ruée. Une ville naît rapidement : poste, 4 hôtels, 21 saloons, le train, etc… Billy The Kid y fait même un tour, tout comme les joailliers de Tiffany. Mais les mines ferment au début du 20e siècle, la ville se vide mais garde quelques habitants pour la faire vivre.

C’est une ville un peu figée dans le temps que vous allez découvrir, mais vraiment mignonne. Arpentez 1st St avec notamment le Mary’s Bar, le Black Bird Saloon puis l’église Saint Joseph. Sur Main St, vous trouverez le Clear Light Opera House, où a joué Sarah Bernhardt lorsque la ville était à son top.

Au bout de Waldo St, vous trouverez le Casa Grande Trading Post, Mining Museum & Petting Zoo avec des milliers d’objets à découvrir sur l’histoire du « Cerrillos Mining District », de la magnifique turquoise…

Vous y trouverez aussi quelques références au film Young Guns, western de la fin des années 1980 notamment tourné à Cerrillos. D’ailleurs, la ville a vu passer quelques équipes de tournage : outre Young Guns, comptez aussi Quand siffle la dernière balle (1971), Une chance pas croyable (1987) ou la série Disney des années 1950 Elfego Baca.

Cerrillos est aussi la porte d’entrée du Cerrillos Hills State Park (accès sur la Country Rd 59, le visitor center est au 37 Main St). Ce parc d’état (5$/véhicule) se trouve dans les collines (des anciens volcans) qui abritaient plusieurs sites d’extraction de turquoise (12) ou d’autres métaux, dont le plus célèbre, le mont Chalchihuitl. Aujourd’hui, c’est un petit parc, avec quelques chemins de randonnée et surtout des vues superbe sur les monts Sandias, Ortiz, Jemez ou Sangre de Cristo.

Crédit : John Phelan
Crédit : Greg Willis
Crédit : Greg Willis

Mieux encore, vous pouvez découvrir le parc à cheval, tel la sublime cowgirl ou le fantastique cowboy que vous êtes. Broken Saddle Riding Co (26 Vicksville Rd) propose cela à partir de 70$ + taxes / personne (voir leur site). Nous n’avons pas encore testé mais l’expérience nous botte bien.

En quittant Cerrillos et en retrouvant le Turquoise Trail, sur votre gauche, vous verrez quelques sculptures du Turquoise Trail Sculpture Garden and Studio, façon origami. Un peu cher (10$), le site est fermé jusqu’au printemps 2023 pour une nouvelle évolution.

  • Les adresses : Turquoise Trail Trading Post au 3117 NM-14, Cerrillos, Mary’s Bar, Black Bird Saloon, église Saint Joseph sur 1st St, Casa Grande Trading Post au 17 Waldo St, Cerrillos Hills State Park sur la Country Rd 59, visitor center au 37 Main St, Broken Saddle Riding Co au 26 Vicksville Rd, Turquoise Trail Sculpture Garden and Studio au 3453 NM-14

Votre voyage sur le Turquoise Trail touche à sa fin. Santa Fe, la capitale de l’Etat, est en vue, via Lone Butte, à une demi-heure d’une route un peu moins jolie que celle que vous venez de parcourir.

Voilà pour ce guide du Turquoise Trail !

Vous aimez ce qu’on fait ? Offrez-nous un petit pourboire sur Tipeee

3 responses à “Roadtrip sur le Turquoise Trail, au Nouveau-Mexique

Répondre à Olivier Blondel Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.