The Chef In A Truck : le meilleur pâtissier du monde sur les routes américaines

« The Chef in a truck » arrive ce 10 juin sur Netflix. Le pitch : une série documentaire sur un pâtissier étoilé qui se retrouve dans un food truck à Los Angeles à revisiter les classiques américains.

Pourquoi on vous en parle ? Pour plein de bonnes raisons ! Parce que Netflix nous régale avec de super documentaires (vous avez vu le Royaume des Fauves, Wild Wild Country, Fyre Festival ou Epstein ?!), parce que ça se passe aux Etats-Unis, mais aussi et surtout parce qu’on connaît très bien ce The Chef in a truck. C’est François Perret, le chef pâtissier du Ritz et grand ami de toujours de Delphine (c’était même son témoin de mariage !) et du coup de JP. Et parce qu’il est « Lost In The USA » !

Comme on connaît François, son amour du métier et son naturel à toute épreuve, on ne pouvait pas ne pas vous le présenter.

 

Quel trac ? Voici la bande annonce rien que pour vous !! Cette série est dédiée à celles qui nous ont transmis cet amour du partage. Celles qui nous ont transmis ce plaisir, ce plaisir de faire plaisir avec la pâtisserie : nos grand-mères ❤ Alors @eric_nebot à nos grand-mères ! Rdv le 10 juin sur @netflixfr pour découvrir les 6 épisodes de @thechefinatruck !#le10juin #onvoyage #onseregale #onseprenddanslesbras #mamiebibine #mamamie Ritz Paris

Publiée par François Perret sur Vendredi 29 mai 2020

 

 

 

 

L’aventure d’un pâtissier étoilé dans un food truck pour Netflix

François Perret est un « jeune » chef de bientôt 40 ans, natif de l’Ain. Monté à Paris, il a enchaîné les palaces : il a travaillé au George V, au Meurice, au Lancaster avec Michel Troisgros, au Shangri-La et est depuis 5 ans le chef pâtissier du Ritz. Il a été élu meilleur pâtissier du monde (en tant que chef de restaurant par les Grandes tables du monde).

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

Ses créations sont dingues, tout en restant comme lui (vous le verrez dans le documentaire) : humbles, sans chichis et incroyablement créatives. « Ma marque de fabrique, c’est une pâtisserie ludique, marrante, qui appelle au souvenir, en particulier de l’enfance, explique celui qui sublime comme personne la barquette et la madeleine. On a un métier qui demande tellement de rigueur que j’aime y apporter de l’humour. Mon objectif est aussi de proposer le maximum de volume avec un minimum de poids, un dessert doit rester très léger ».

 

François, ça fait quoi d’être sur Netflix ?!

« J’ai déjà eu plusieurs expériences avec la télévision, depuis de nombreuses années. J’ai été chef invité dans l’émission Le Meilleur pâtissier, dans Masterchef et Top chef et j’ai même présenté une série d’émissions pour la chaîne Cuisine+.

Moi ce que j’aime c’est vivre des expériences auxquelles, de prime abord, je n’aurais jamais pu participer. Passer à la télé n’est pas une finalité en soi pour moi, ça me permet d’avancer dans mon métier et je me nourris de la dynamique des rencontres.

La pâtisserie a pris une belle envolée. Quand j’ai commencé, je n’aurais jamais imaginé que ça m’emmènerait où je suis déjà, mais aussi sur Netflix avec toute l’aventure qu’il y a derrière! »

 

Justement, comment t’es-tu « retrouvé » sur Netflix ?

« C’est l’histoire d’une rencontre. Avec un gourmand de première, Erci Nebot (le réalisateur). Il est venu un jour au Ritz en famille et a demandé à goûter à tous les desserts. Il m’a mis un message sur Instagram pour me dire « merci François, c’était aussi beau que bon… ce qui n’est pas toujours le cas! » On a discuté (c’était en mars 2018), il m’a appelé et quelques mois plus tard il me proposait cette aventure un peu folle. On est devenus amis.

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

Ce que je trouve intéressant dans ce documentaire, c’est que lui est quelqu’un qui n’a jamais réalisé un film ou un documentaire, c’est moi qui lui ai donné l’envie. Il vit à Los Angeles et travaille dans le placement de produits. C’est un gars hyper simple. Notre gros point commun, c’est la bouffe. « The Chef in a truck » est vraiment né d’une rencontre entre lui et moi, rendue possible par la maison pour laquelle je travaille, le Ritz. »

 

Quel est le pitch ?

« L’objectif était de me sortir de ma zone de confort, de filmer le process créatif, en m’emmenant aux USA dans un lieu réduit et avec une petite équipe et voir comment j’allais réinterpréter les produits américains. Je ne savais rien à l’avance ! J’avais bûché un peu et j’étais persuadé de tomber sur l’apple pie, mais non !

 

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

On allait voir des producteurs ou des produits et je devais les réinterpréter. Les « s’more’s » m’ont beaucoup marqué ! Et ce que j’ai adoré, c’est d’aller à la rencontre des Américains. Ce que j’aime, c’est rencontrer les clients, échanger, avoir l’opportunité de les voit manger. Je l’avoue, souvent je me planque pour les regarder… Quand tu manges, tu ne peux pas mentir! Là c’était magique, j’étais juste devant eux! »

 

Comment s’est passé le tournage ?

« On a tourné 10 jours à Paris et 15 jours à Los Angeles, en février 2019, où l’on est principalement restés. On a fini à Grand Central Market avec 300 couverts ! J’étais dans le dur, dans mes 3 m2 ! »

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

Quels sucreries américaines as-tu revisitées ?

« L’idée était toujours d’inclure un produit français. J’ai par exemple réalisé un tacos sucré, avec du miel, une mousse de yaourt… J’ai fait des choses comme j’aime et c’était divin ! Il y a aussi eu le « s’more’s », un tacos salé à base de pâte à brioche, de confiture de piment, d’oignons caramélisés… On est restés dans le côté pâtissier. J’ai aussi fait un cookie en trompe-l’oeil… »

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

Rien que dans le générique, on voit ce que tout le monde dit de toi : tu es resté d’une incroyable simplicité…

« L’aventure était marrante, c’est un truc feel good ! Tout ce que je voulais, c’était pouvoir être moi-même. Je ne suis pas acteur, je ne voulais pas refaire une seule scène. J’ai dit à Eric, « sois là au bon moment, car je ne referai rien ! »

 

Toi qui as une grande brigade, tu n’es parti qu’avec deux commis…

« Oui, j’ai emmené avec moi Jade et Tom, des gens avec qui je m’entends très bien. Le choix a évidemment été difficile, car il fallait aussi qu’une équipe reste au Ritz pour assurer sur place ! Ce que je voulais, c’était un garçon et une fille, car ces dernières sont très représentées dans ma brigade ».

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

Dans le générique, tu te marres en parlant anglais : ce n’est pas trop ton truc ?

« (Rires) Ah non, je ne parle pas du tout anglais. Ca ne m’a pas empêché de travailler à l’étranger, ni de vivre cette aventure. J’aime la spontanéité des moments, et je ne veux pas me triturer le cerveau…. »

 

Comment as-tu trouvé les Américains ?

« Ce n’était pas la première fois que j’allais aux Etats-Unis, je suis déjà allé deux fois à New York et deux fois à Los Angeles. Ils m’ont réservé un accueil d’enfer, ils ont fait preuve d’une sympathie hors norme… »

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

As-tu des anecdotes, des surprises particulières ?

« Oh il y a eu quelques péripéties! J’ai trouvé des kumquats énormes, je n’en avais jamais vus de tels ! Je réfléchissais à comment les sublimer et quelqu’un a perdu le sac. J’étais comme un dingue ! Je n’ai pas vu tout le documentaire. Après ce n’était pas un championnat du monde, j’étais là-bas pour me faire plaisir. »

 

As-tu des projets, y compris télévisuels ?

« On va dire qu’on n’est pas fermés à une saison 2, moi je suis prêt à repartir! »

 

Vas-tu ajouter tes recettes américaines à la carte du Ritz ?

« Et bien, on a ouvert le Petit comptoir place Vendôme, où on peut les trouver. Comme l’hôtel n’a pas encore rouvert dans le cadre du déconfinement, on est tout seuls au milieu des bijoutiers, et j’en suis très fier. Et il y a la queue ! On vend les « s’more’s » et, dès le 10 juin et le lancement de « The Chef in a truck », le tacos au miel. »

 

Photo DR/The Chef in a truck

 

 

Pratique : « The Chef in a truck ». Sortie le 10 juin 2020 sur Netfflix France.

Photo DR/The Chef in a truck

 

6 épisodes de 26 minutes. Gâteaux en vente place Vendôme au Petit comptoir du Ritz (9 euros le s’more’s, 15 le tacos au miel). Site internet du Ritz.

Pour suivre François sur Instagram: @francoisperretpatisserie 

Et sur Facebook

Son livre sur la Fnac ou Amazon

 

2 responses à “The Chef In A Truck : le meilleur pâtissier du monde sur les routes américaines

  1. On a commencé à regarder après avoir lu votre article !
    C’est vrai qu’il a l’air bien sympa ce chef et on a juste envie de tout manger !
    Je sais pas si ça marcherait avec la friture de carpe et la choucroute qu’on sert dans le resto où je travaille… ou alors il y a un nouveau concept à travailler ? 🙂
    Merci pour la recommandation 🙂

    1. De rien Laeti. Le docu est pas mal. Mais on aurait aimé avec plus de séquences sur la recherche des produits, les visites de fermes et tout. Pour la choucroute, c’est pas évident. Mais ils en mangent dans le nord-est ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.