Lost dans les films de Noël

C’est mon péché mignon (à moi, Delphine) lorsque l’hiver approche : les films de Noël, qui fleurissent de plus en plus sur les chaînes TV. Confinement oblige (et comme ça fait un bail que c’était en projet), voilà un petit guide pour être « Lost » dans les christmas movies.

Vous aimez les films de Noël ? Non ?! Attention, j’en ai convaincu plus d’un(e) ! Je les ai toujours adorés, et c’est devenu à la mode comme pas possible, difficile de passer outre ! Et franchement, vue la gueule de 2020, les plus récalcitrants d’entre vous y trouveront forcément un peu de réconfort (voire quelque chose à faire en période de confinement) ! Ca va vous donner envie de surdécorer la maison, de faire des sablés de Noël, de tester le lait de poule, de sauter dans un pull à tête de renne, d’être plein de bons sentiments envers votre prochain (et en ce moment, on en a peut-être un peu besoin)…

Bon déjà, Noël, je suis fan ! Et on a toujours eu la sortie d’un film Disney, une rediff du père Noël est une ordure, de Maman j’ai raté l’avion, du Grinch… Et depuis quelques années, c’est devenu une véritable industrie de téléfilms ! Dès le mois de novembre (voire octobre), les chaînes se livrent une guerre fratricide ! A qui diffusera un inédit, deux de suite, le matin, etc… Avec les copines, on s’échange les bons plans, on adore ! Le marathon peut commencer !

Vive les Christmas movies : notre guide

Si j’aime autant les films de Noël (et que même JP y jette un oeil), c’est que ça nous rappelle les Etats-Unis, bien sûr. Normal : il y a une vraie tradition là-bas. Plus que ça, une véritable industrie, un genre à part entière, avec ses blockbusters, ses distributeurs et chaînes spécialisés (allez checker « Hallmark channel », vous saurez tout en avant-première), ses acteurs-clés… Ça n’a jamais été autant à la mode (comme les pulls moches).

Pourtant, l’origine serait anglaise, et remonterait au XIXe siècle. D’ailleurs, eux aussi savent de quoi ils parlent : Love Actually est un grand classique (je ne passe pas une année sans le remater).

Si vous « binge watchez » des après-midi entières, ne soyez pas étonnés : ils sont parfois triés, sur les chaînes, par titre, thème ou acteur(s). Résultat : vous aurez l’impression de n’en avoir vu qu’un (au lieu de 4 !).

Les ingrédients incontournables d’un film de Noël

Fatalement, tous les films de Noël sont composés des mêmes ingrédients. En voici un petit panel :

  • Les personnages sont tous habillés en rouge, vert ou blanc
  • Il y a de la musique de Noël tout le temps, dès le générique
  • Il y a (souvent) de la neige et elle est toujours duveteuse
  • Ça sent quasiment la cannelle à travers l’écran
  • Une nana de la ville débarque en rase campagne et y trouve l’amour (en général son ex du lycée), tout en changeant sa vision du monde et de Noël…
  • Tout le monde fait des biscuits et des sablés de Noël
  • On a l’impression que personne ne bosse, même s’ils ont un métier clé en cette période de fin d’année
  • Les personnages principaux ont toujours quelque chose à régler : un conflit familial, un challenge professionnel à relever, un gros coup de stress au boulot… et sont souvent solitaires (voire allergiques à Noël, ce dont ils reviennent à la fin)
  • Noël est toujours une date charnière pour boucler un dossier, rentrer au bercail, sauver un lieu emblématique…
  • Ça se passe dans un lieu qui n’existe pas mais au nom évocateur (Snow Falls, Evergreen, l’Aldovie, quelque chose Springs…)
  • Ça finit toujours bien !

Comment reconnaître un bon film de Noël ?

Montage : Slate

Voilà quelque chose qui n’est pas évident, même avec beaucoup d’expérience ! Parfois, le pitch est sympa, mais les personnages aussi charismatiques qu’une bûche de noël Cora qu’on zappe… D’autant qu’avec les inédits, impossible ou presque de trouver une note sur le web… Voici mes conseils (et ceux de mes copines expertes) :

  • Le pitch : visez le sur-traditionnel ou au contraire le très insolite
  • La marque : Hallmark Channel, Disney, Lifetime…
  • Les personnages : visez les stars ! Il y en a une poignée par an, et c’est généralement gage de haute qualité noëllistique : Mariah Carey, David Hasselhoff, Dolly Parton, Alyssa Milano, Kurt Russell… Dès qu’il y a de la star, allez-y les yeux fermés (ou plutôt grand ouverts). Mais pas que de la « grande » star : dès que vous voyez quelqu’un qui vous dit quelque chose, un acteur de série ou un spécialiste du genre, ça sent bon comme un pain d’épices.
  • Attention au titre : en général, c’est un faux ami (mal traduit). Plus c’est kitsch, meilleur c’est.
  • Last but not least : si au bout de 10 minutes, vous n’avez pas accroché et que la magie n’a toujours pas opéré, zappez (il y en aura forcément 3 autres sur d’autres chaînes)

Quelle chaîne ?

TF1 et M6 sont sur le créneau depuis des années, mais tout le monde s’y met. A partir du 1er novembre (voire un peu avant), la grand messe est lancée. TMC vise sur le week-end en matinée, W9 sur le dimanche après-midi. Il y a aussi C8 et TF1 Séries Films. Il y a des oldies, des inédits, des séries…

Mention spéciale à Netflix qui en quelques saisons n’a pas révolutionné le genre mais pas loin, avec une offre géniale à 100% : la série des Christmas Prince, avec un nouveau volet par an (Amber, jeune journaliste, se retrouve en Aldovie pour un reportage et tombe amoureuse du beau prince Richard, miam), ceux avec Vanessa Hudgens (comme La Princesse de Chicago, où elle et son sosie princesse échangent leurs vies pour quelques jours sur fond de mariage royal et de concours de gâteaux), Noël à Snow Falls qui reprend la plus classique des trames (une jeune New-Yorkaise débarque dans un patelin paumé pour les fêtes et y trouve le vrai sens de la vie, avec en prime Andie McDowell en chanteuse patronne de diner) ou Les Chroniques de Noël avec un Kurt Russell en père Noël sexy vêtu de cuir (rouge).

Il y a des rediffusions mais aussi les propres créations de la plateforme, qui en dégaine une par semaine en « haute saison ». Et ils restent à l’année. Vous entendrez sûrement parler de codes secrets pour accéder au catalogue « caché », mais si vous tapez « Noël », vous les trouverez.

Amazon Prime n’est pas plus que ça entré dans la course; quant à la plateforme Disney Plus, elle a naturellement ouvert une « watchlist » dédiée.

Comment kiffer à fond son film de Noël ?

  • Déjà, il y a une saison. Il faut que ça soit l’hiver, sinon ça ne marche pas (Love Actually à part). Ils ont essayé de nous les refourguer pendant le confinement du printemps 2020, mais ça a fait pschhhhhhitttt (même moi je n’ai pas regardé). En gros du 1er novembre au 15 janvier (grand max), après on passe à autre chose.
  • Mettez-vous en condition : pyjama pilou, petite tisane, trucs sucrés à grignoter…
  • Ouvrez vos chakras à l’Esprit de Noël
  • Un téléphone pour tenir les copines au courant en temps réel
  • Un chat (ou plus) à câliner sur le canapé ne peut jamais faire de mal…

Mon top ultime des films de Noël

Petite précision : c’est une sélection de mes films de Noël préférés, surtout des téléfilms coulants d’amour et de guimauve, non exhaustive (sinon j’aurais inclus Miracle sur la 34e rue, Maman j’ai raté l’avion, etc).

C’est hyper dur à se rappeler (faites l’essai lol) : « Ah oui, tu sais y a celui-là, avec machine là et Noël dans le titre ! ». Aucun film de Noël ne ressemble autant à un autre et pourtant ils sont tous bien « différents »…

Love Actually (2003)

Anglais, pas un « vrai » film de Noël mais incontournable en période de fêtes (il se regarde d’ailleurs aussi très bien le reste de l’année). Ça se passe en décembre, c’est romantique, drôle, Hugh Grant est mythique et la BO déchire.

Un Noël sur mesure – « The Christmas consultant » (2012)

Une famille débordée à l’approche des fêtes, un client russe qui va passer Noël à la maison (si si)… Vite, il faut embaucher un spécialiste de Noël pour tout organiser ! Et devinez qui c’est ?! David Hasselhoff ! Alertttte !

Un rêve de Noël – « Holiday Switch » (2007)

Le pitch est à peine vraisemblable, mais s’avère très efficace. Nicole Eggert (Summer dans Alerte à Malibu) « tombe » dans la machine à laver et se retrouve dans une dimension parallèle, dans la vie qu’elle aurait eue avec son ex petit ami, devenu riche et célèbre… Mais est-ce que ça fait vraiment le bonheur ?! (Roulements de tambour… tu l’as ? Machine à laver… tambour…)

Noël à Snow Falls – « Christmas Inheritance » (2017)

Pitch vu et revu, mais très bien incarné. Ellen (Eliza Taylor, Australienne vue dans Les 100) est une riche héritière fêtarde et désinvolte, envoyée par son père dans leur patelin natal, en tout anonymat, pour retrouver le vrai sens de la vie. Ca marche ! En prime: Andie McDowell en patronne de diner chanteuse, neige, bon gars du coin… Dispo sur Netflix

Un fiancé à louer pour Noël – « Mingle all the way » (2018)

Dans l’air du temps, il raconte l’histoire de Molly, qui lance son application pour mettre en contact des gens pour se tenir compagnie à des événements… Elle doit la tester, rencontre le (très) beau Jeff. Au début, c’est électrique entre eux comme une guirlande 1000 ampoules, mais après…

L’héroïne, Jen(nifer) Lilley est à l’affiche d’autres films de Noël et même de The Artist, avec notre « Jean of the Garden » national.

Nuits blanches à Noël – « No sleep ’til Christmas » (2019)

Histoire un peu tirée par les cheveux, mais qui fonctionne : deux insomniaques, Lizzie et Billie, ont du mal à se blairer mais vont se rendre compte qu’allongés l’un à côté de l’autre, ils roupillent du sommeil du juste.

Incarné par un joli couple qui l’est aussi à la ville : Odette (Dr House, Supergirl…) ex Yutsman et Dave Annable (ils se sont rencontrés sur le tournage de la série Brothers & Sisters).

La parade de Noël – « Love at the Thanksgiving day parade » (2012)

Emily doit organiser, comme chaque année, la parade de Noël de Chicago. Mais l’événement est menacé et le maire lui colle un consultant pour calculer la rentabilité de l’événement. Au début (en tout cas), on va dire qu’ils ne partagent pas le même esprit de Noël… J’adore les acteurs.

Les Chroniques de Noël – « Christmas chronicles » (2018)

Un film fantastique dans tous les sens du terme, signé Netflix, qui lui a donné une suite.

Deux enfants qui passent leur premier Noël sans leur père, un pompier décédé dans un incendie, vont tenter de filmer le père Noël, se retrouver dans son traîneau et vivre la plus grande des aventures de Noël. En plus, le père Noël est un Kurt Russell sexy tout en cuir (marié à Goldie Hawn).

Les « Christmas prince » – Le Prince de Noël

Encore Netflix, encore plusieurs volets… L’histoire d’Amber, jeune journaliste envoyée en Aldovie pour enquêter sur la vie présumée dissolue du prince et futur roi, le beau Richard. No spoiler mais ensuite il y a Le mariage royal, Le bébé royal… Un vrai phénomène.

« Noël sur la route de Memphis » – Christmas at Graceland (2019)

On comprend davantage le programme avec le titre originel en anglais: c’est Noël chez Elvis. S’il y est fait référence, c’est surtout sa maison, Graceland, qui est en vedette dans le téléfilm.

Une banquière revient dans sa ville natale pour un contrat, et… se remet à chanter! So Blue Christmas. Tous les ingrédients évoqués plus haut y sont.

Christmasland – « Le Pays de Noël » (2015)

Le pitch perfect : une New-Yorkaise en pleine conquête d’une promotion se retrouve hériter du « Pays de Noël », le parc d’attractions à thème de sa défunte et chérie grand-mère, en Alaska. Elle croit le vendre à quelqu’un de bien, mais se rend compte qu’il a en fait prévu de le détruire et de le vendre par lots… Avec le concours des habitants et de l’avocat charmignon du village, elle va devoir sauver le Pays de Noël !

Le + : des aurores boréales et Nikki DeLoach, une actrice que j’adore (l’Américaine dans Hollywoo avec Florence Foresti), trop chatonne (et qui a plein d’autres films de Noël à sa filmo).

Un Noël entre filles – « Christmas on Holly Lane » (2018)

Valeur sûre conseillée par Vivi, copine experte du genre… Trois amies d’enfance se retrouvent dans la maison de l’une d’elles, qui divorce et a prévu de la vendre. Mais pas dit qu’elles arrivent à laisser partir ainsi leurs souvenirs… « Et en plus c’est avec Sarah Lancaster ! » (Chuck, etc)

Les téléfilms avec Dean Cain

Le mec a été Superman, et depuis il enchaîne les téléfilms, en particulier les Christmas movies… Je trouve qu’il y excelle.

Par exemple : Noël à la TV (Broadcasting Christmas), Le Chien de Noël (1… et 2!), Le miracle des vacances, Un ex mari en cadeau

Mon programme 2020

Voilà un petit florilège de mon programme TV 2020. Ce ne sont que les « gros » titres que j’attends, car mon petit plaisir est de choisir au jour le jour sur le programme TV !

Netflix : Dolly and co

Sur Netflix, je les attends quasi tous ! Surtout les suites : La Princesse de Chicago 2, Les Chroniques de Noël 2, et surtout LE film de Noël de Dolly Parton, C’est Noël chez nous (Dolly Parton’s Christmas on the Square) (tout ça sur Netflix). En plus il y a Christiane Baranski dedans que je vénère (Mamma Mia, The Good Wife et Fight) et c’est en mode comédie musicale.

Dans le même registre, The Prom, avec un casting de dingo : une comédie musicale avec Meryl Streep, Nicole Kidman, Kerry Washington…

Sinon je vais zieuter les rediffs classiques et les inédits sur les autres chaînes…

M6 : people et valeurs sûres

D’un Noël à l’autre (Same Time, Next Christmas) avec Leah Michele (Rachel dans Glee)…

Disney + : le savoir-faire

Chez Disney, on sait de quoi on parle… Et il y a de quoi faire. Celui qui me fait de l’oeil ? Noelle, avec Anna Kendrick (Pitch Perfect), qui joue la fille du père Noël… Elle doit assurer la livraison des cadeaux, etc…

TF1 : une hotte pleine tous les après-midi

TF1 a la hotte pleine comme toujours et balance deux films chaque après-midi en semaine, dont plein d’inédits. Valeur sûre.

J’en ai oublié ?

What ?! J’ai oublié un chef d’oeuvre du genre ? Dites-le nous en commentaire ! D’ailleurs, j’ai prévu de mettre le papier à jour régulièrement !