Birmingham, l’Alabama revival

Ira repose sa tasse de café, prend sa serviette en tissu, s’essuie la bouche et nous regarde. « Vous savez, ici, en Alabama, il n’y a guère que le Mississippi que nous pouvons regarder de haut  » . Ce n’est un secret pour personne, l’état est l’un des plus modestes du pays, un des plus moqués aussi pour sa relative pauvreté financière et culturelle. Et après y avoir seulement posé nos valises quelques fois, il est difficile d’apporter une contradiction à quelqu’un qui y vit depuis plusieurs décennies.

Epicentre de la lutte pour les droits civiques (le bus de Rosa Parks, c’était à Montgomery, capitale de l’état), marqué au fer rouge par le Ku Klux Klan, dans ce sud qui a connu l’esclavage, l’Alabama se traîne une réputation d’enfant terrible presqu’irrécupérable. Un passé encombrant et encore brûlant. En arrivant à Atlanta, Géorgie, quelque jours plus tard, un vendeur de disques nous demande d’où l’on vient. « On arrive d’Alabama« . « Oh sorry man, glad you make it til Georgia ». « Désolé mec, bien content que vous soyez arrivés en Géorgie« . Ça pose le décor.

 

DSC03005

 

Après une première visite en 2013, qui nous avait laissé un goût d’inachevé, l’image d’un état un peu recroquevillé sur lui, et un accent à couper au couteau, nous voulions lui offrir une véritable place lors de notre roadtrip dans le Sud des USA. Où est le « Sweet Home Alabama » des Lynyrd Skynyrd ? Après des expériences sympas à Mobile ou Dauphin Island, mais de grands moment de solitude à Montgomery, ville qui nous a complètement déprimés, nous sommes arrivés à Birmingham.

Figurant parmi les dix villes US où il faut voyager en 2016 par le Lonely Planet, on vous le garantit, c’est ici que l’état renaît, dans cette ancienne ville industrielle. On vous donne quelques pistes pour profiter de la ville. Bienvenue à Birmingham, l’Alabama revival.

 

IMG_4956

 

 

Que faire à Birmingham, Alabama ?

Se balader dans le quartier de Five Points

IMG_5105

 

A chaque ville qui prend un virage branché, il faut un quartier qui en soit le porte-étendard. A Birmingham, c’est Five Points, au sud du downtown. Bon, on n’y trouve pas encore de magasins hypes, de disquaires à la pointe et le secteur manque un peu d’animation, malgré la proximité d’une fac réputée. Mais les ingrédients sont là. Les bars et le restaurants commencent à être plus nombreux, dont Chez Fonfon, d’inspiration française. On y trouve pas ailleurs une franchise d’une chaîne de pizzérias sympa, qui se développe à vitesse grand V dans le Sud, Mellow Mushroom.

> Five Points : à l’angle de la 11th Ave. S et de 20th St. S, Birmingham

 

IMG_5815 IMG_5198 IMG_5185

DSC02942

 

 

 

S’élever au Vulcan Park

IMG_5441

 

Birmingham n’oublie pas son passé industrieux. Il y a Sloss Furnaces (voir plus bas) et aussi le Vulcan Park, sur une colline surplombant le sud de la ville. En plus, c’est l’occasion de voir  la plus grande statue en fonte au monde (17m de haut) et une vue superbe sur la ville.

On vous conseille de venir en fin de journée profiter du parc (après 18h, c’est 4$ et non 6), du musée (sur l’histoire de Birmingham) si vous le souhaitez, et de finir au sommet de la tour, au pied de Vulcain, à contempler le coucher de soleil. Et en plus, c’est pas tous les jours que vous verrez de près de postérieur du dieu romain de la fonte et patron des forgerons.

Vous pouvez monter en ascenseur ou par les escaliers. On ne recommande pas la grimpette aux personnes sujettes au vertige. En haut, les passerelles laissent peu de place à l’imagination.

> Vulcan Park : 1701 Valley View Dr., Birmingham. Voir la fiche du Vulcan Park pour plus de détails

 

IMG_5421 IMG_5497 IMG_5592 IMG_5480 DSC02975

 

 

 

Aller prendre en photo l’Alabama Theatre

IMG_5241

 

Nous, on est fans des vieux cinémas américains que l’on croise sur la route. Celui-là, datant de 1927, est sublime. Son panneau extérieur mais aussi, si l’on en croit les photos, sa grande salle. On peut y voir un vieil orgue Wurlitzer, utilisé lors des premières années du cinéma, lorsque les films étaient encore muets.

> Alabama Theatre : 1817 3rd Ave. N, Birmingham

 

 

 

Pénétrer l’histoire de la ville à Sloss Furnaces

IMG_5916

 

Vous ne trouverez ça nulle part ailleurs aux USA. Témoignage du passé industrieux de la ville, Sloss Furnaces rassemble des hauts fourneaux construits dès 1881. Désigné National Historic Landmark cent ans plus tard, on peut maintenant s’y promener et prendre des dizaines de clichés en toute liberté. Un bel ensemble rouillé et une découverte façon urbex : qui de mieux pour les photographes ? On y trouve aussi un musée et le site sert à des concerts et des festivals. Le quartier industriel devient peu à peu branché.

> Sloss Furnaces, 20 32nd St. N, Birmingham. Voir la fiche de Sloss Furnaces pour plus de détails

 

IMG_5898 IMG_5940 IMG_5947

IMG_5276

 

 

 

Dormir dans un B&B classieux et visiter un atelier de sculpture

IMG_5109

 

Quitte à se sentir dans le Sud, autant passer la nuit dans l’une des plus belles maisons de la ville. Nous avions choisi la Hassinger Daniels Mansion, juste à côté de Five Points. Construite en 1898, elle a été transformée en B&B par Sheila et Ira Chaffin. On y a passé un moment délicieux, une véritable plongée dans le passé avec, en bonus, un breakfast sympa avec les propriétaires. Ira est un sculpteur de talent et vous pouvez visiter son atelier à la cave. ses oeuvres se trouvent dans toute la batisse. Dans notre chambre, un cheval de bois, comme on peut en voir dans les carrousels. Le couple gère également le Cobb Lane, à quelques pâtés de maison de là.

> Hassinger Daniels Mansion B&B, 2028 Highland Ave., Birmingham. Voir la fiche du Hassinger Daniels Mansion et du Cobb Lane B&B pour plus de détails. Réservez au Cobb Lane

 

DSC02905 DSC03127 IMG_5788

 

 

 

Lever les yeux vers Miss Electra et une autre statue de la liberté

IMG_4953

 

Vulcain a sa statue, Electre aussi. « Diviny of light » quand elle a été sculptée et dévoilée le 10 mai 1926, elle est devenue Miss Electra au fil des années, trônant au sommet du bâtiment de l’Alabama Power (20 étages). Avec sa silhouette dorée de 7 m, ses mains tenant des éclairs, elle est facile à distinguer.

En dehors de Vulcain et Electre, on trouve une statue de la liberté, dans Liberty Park. Une réplique au 1/5e, mesurant 11m. D’abord installée au sommet d’un immeuble appartenant à une compagnie d’assurances en 1958, elle a été installée en 1988 dans Liberty Park (ouvert la journée et gratuit).

> Miss Electra 600 18th St. N, Birmingham

> Statue of Liberty, 516 Liberty Parkway, Birmingham

 

 

 

Se pencher sur l’histoire au Birmingham Civil Rights Institute et au Kelly Ingram Park

IMG_5018

 

Comme on vous l’a dit plus haut, l’Alabama a été marquée par la lutte pour les droits civiques dans les années 50 et 60. A Birmingham, ville à 75 % afro américaine, cette histoire est encore chaude. Pour mieux l’appréhender, direction le remarquable Birmingham Civil Rights Institute.

En face, au Kelly Ingram Park, c’est un autre lieu historique de la ville. Les manifestations de 1963, réprimées dans la violence avec des chiens et des lances à incendie, se déroulaient ici. Aujourd’hui, on trouve dans le parc des sculptures saisissantes expliquant ces évènements tragiques. Parmi elles, une statue de Martin Luther King Jr  (il a été emprisonné à Birmingham pour avoir pris part à une protestation non violente, et a rédigé la célèbre Letter from Birmingham Jail) et une autre appelée « the Four Spirits » (les « Quatre Esprits »), représentant quatre personnages féminins, dont l’un relâchant six colombes.

Cette sculpture dépeint les quatre victimes de l’attentat de la 16th St Baptist Church. Le 15 septembre 1963, trois membres du Ku Klux Klan ont fait exploser l’église, quartier général et lieu de rassemblement des manifestants, à coup de bâtons de dynamite, tuant les quatre jeunes filles noires. D’abord protégés par le FBI, les trois hommes mirent des années avant d’être poursuivis et emprisonnés. Deux d’entre eux le furent seulement au début des années 2000 ! L’église, elle, est toujours debout à côté du musée et est un lieu de pèlerinage des défenseurs des droits civiques.

> Birmingham Civil Rights Institute, 520 16th St N, Birmingham. Ouvert de 10hà 17h du mardi au samedi, de 13h à 17h le dimanche. Fermé le lundi. Tarif : 15$ pour un adulte. Le parc est juste en face, l’église au coin de la rue

 

IMG_4958 IMG_4975 IMG_4967 IMG_5000 IMG_5003 IMG_5026

 

 

 

Monter dans les tours au Barber Motorsports Park

IMG_6026

 

Ici, on n’est pas à proprement parler à Birmingham, mais à Leeds, à une trentaine de kilomètres à l’est. Le Barber Motorsports Park va faire rêver les aficionados de bécanes. Il y a d’abord un circuit, qui accueille chaque année depuis 2010 des compétitions d’IndyCar, et qui a un programme bien chargé. Mais le joyau, c’est surtout le musée, le plus grand consacré aux deux-roues dans le monde. Plus de 1400 spécimens de toutes les époques. George W. Barber, businessman philanthrope , a débuté sa collection dans les années 70, chez lui, à Birmingham, puis a installé son musée à Leeds lorsque le circuit a couvert (2003). Ne ratez pas la sculpture à l’entrée du musée, spectaculaire.

> Barber Motorsports Park, 6030 Barber Motorsports Pkwy, Leeds. Sortie 140 sur l’I-20. Horaires : de 10h à 18h toute la semaine sauf le dimanche, de 12h à 18h. Tarif : 15 $ par adulte. Le site

 

IMG_5983 IMG_5993

 

 

 

Se promener au Railroad Park

Railroad ParkGetty (DR City of Birmingham)

Voilà l’une des autres réussites de la transformation de Birmingham, de son passage de ville industrieuse à ville à vivre. Le Railroad Park est un espace vert de plus de 7 hectares en plein downtown Birmingham. Il célèbre le passé industriel de la ville et reste un chouette endroit pour faire quelques photos.

> Railroad Park,

 

 

 

Et aussi

IMG_5051

 

Birmingham abrite aussi de nombreux musées, des jardins, un zoo : le McWane Science Center (200 19th St. N), le Birmingham Museum of Art (), Birmingham zoo (), Birmingham Botanical Gardens (), Southern Museum of Flight (), Alabama Sports Hall of Fame & Museum ()…

 

 

La carte d’identité de Birmingham

Etat : Alabama

Habitants : environ 213 000 habitants

Fondation : 1871

Surnoms : « The Magic City », « Pittsburgh of the South », « The Ham »

Festivals : Sloss Music and Arts Festival (juillet), Steel City Jazz Festival (juin), Taste of 4th Avenue Jazz Festival (juillet)

Ils y sont nés : Condoleezza Rice (femme politique), Courteney Cox (actrice), Carl Lewis (athlète)

Villes les plus proches : Montgomery (Alabama, 150 km, 1h20), Atlanta (Géorgie, 235 km, 2h15), Chattanooga (Tennessee, 235 km, 2h10)

 

La météo

Trois mots : climat subtropical humide. Etés chauds et humides, hivers doux et une bonne dose de pluie. Les meilleurs mois pour venir à Birmingham : avril, mai, octobre.

 

IMG_5453

 

Combien de temps ?

Facile à aborder, facile à découvrir : visiter Birmingham peut prendre 24 à 48 heures. Une ou deux nuits sur place suivant votre rythme et vos envies. Surtout si vous tombez sur un festival ou que la moto est votre passion. C’est une bonne solution si vous arrivez de l’Alabama et que vous vous rendez à Atlanta par exemple.

 

Le budget

Birmingham étant sur la pente ascendante, les prix ont un peu augmenté ces dernières années. Mais détendons-nous, nous sommes en Alabama ! Si les prix d’une nuit au centre-ville démarrent à 90 euros environs, on trouve bien moins cher quelques kilomètres plus loin (voir ci-dessous). Les activités sont peu onéreuses, comme la nourriture et les sorties. Il faut dire qu’avec trois universités, la ville est jeune et dynamique.

 

IMG_5791

 

Où dormir ?

Ville assez grande, étudiante, accueillant régulièrement des festivals, Birmingham a de quoi faire niveau logement. Nous avions choisi un B&B historique pour une expérience à part, le Daniels Hassinger Mansion B&B, dont nous vous avons parlé plus haut.

 

  • Notre plan : le Daniels Hassinger Mansion B&B ou le Cobb Lane B&B, deux logements historiques et abordables. Voir ici
  • Le bon plan pas cher : tous les motels proches des universités. Vers Samford, on trouve des chambres à partir de 45 euros dans les chaînes classiques. Voir sur Booking
  • Le plan camping : le Tannehill State Park, à une trentaine de kilomètres au sud du downtown, propose un grand camping. Voir ici
  • Le plan luxe : selon nous, le Cobb Lane est le plan luxe à la sudiste. Sinon, on vous recommande la chaîne moderne Aloft

 

IMG_5086

 

Où manger ?

Comme on vous l’a dit, dans le quartier des Five Points, ce peut être une bonne idée. Il y a la chaîne Mellow Mushroom (), très sympa et décalée, Chez Fonfon (), un restaurant d’inspiration française avec un terrain de pétanque à l’arrière, ou le Garage Café () et son joli patio. Dans ce dernier, c’est de la restauration très simple, sur le pouce (des sandwichs à composer) mais l’endroit vaut vraiment le coup.

Enfin, plus au centre, nous avons testé le Paramount Bar (). Ambiance étudiante, bonne bière et des burgers bon marché. On valide. On y a discuté longuement avec un imposant bébé texan. Bloqueur en foot US, il faisait ici ses études de médecine.

 

DSC03089 DSC03099

 

On espère que cette visite de Birmingham vous a donné envie de découvrir cette facette de l’Alabama.

A très bientôt les Roadies

 

 

Photos : toutes Lost In The USA sauf le Railroad Park (Getty)

(Dans le cadre d’un partenariat avec l’office du tourisme de Birmingham noué à notre initiative, nous avons été invités à la plupart des activités citées ci-dessus. Tous les choix éditoriaux et les avis nous reviennent).

One response à “Birmingham, l’Alabama revival

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *