Gatlinburg, la porte d’entrée des Smokies

Lorsqu’on a décidé de rallier le parc national de Great Smoky Mountains (le plus visité des Etats-Unis) lors de notre roadtrip dans le sud, on a hésité entre plusieurs villes-étapes : Cherokee (entrée sud, Caroline du Nord, en pleine réserve indienne), Gatlinburg (entrée nord, côté Tennessee), ou Pigeon Forge. On a opté pour Gatlinburg et, pour avoir vu les deux autres, on la conseille vivement. D’après notre expérience, on ne va pas forcément à Gatlinburg pour Gatlinburg, mais si on est dans le coin, c’est là qu’il faut être (et dormir).

Cette ville « porte d’entrée », entre station de montagne et parc d’attraction, est très touristique et si surprenante qu’elle peut mettre une « claque » à l’arrivée (comme d’autres villes d’entrée des parcs nationaux, qui peuvent paraître construites juste pour ça, comme Estes Park ou Bryce). Gatlinburg, on adore ou on déteste. Malgré son cadre enchanteur, nichée entre les montagnes, elle peut vite grouiller de monde en pleine saison touristique, l’été comme l’hiver, avec le ski. Seulement 4000 habitants et 11 millions de touristes par an !  Destination familiale par excellence, c’est un bric-à-brac d’attractions, de magasins, de musées sur tout et rien, de restaus de chaîne, de néons… parmi lesquels il faut savoir faire le tri pour ne pas rater « son » Gatlinburg. Car la ville n’a pas oublié de garder son âme. Allez, on vous aide un peu.

 

IMG_2020

GatlinburgMap_wadvertisers2016

 

 

Huit idées pour visiter Gatlinburg

Se balader sur Parkway

IMG_1558

 

C’est le point de départ, quasi-obligatoire pour prendre le pouls de la ville. Parkway est la rue principale de Gatlinburg, qui traverse le centre-ville (et qui entre ensuite dans le parc) et sur laquelle se trouvent la majorité des animations, magasins, restaurants… Même si on ne franchit pas les pas de porte, c’est un spectacle à part entière. Attention automobilistes, en raison de la foule certains jours, il faudra de longues minutes pour la parcourir.

 

IMG_1576

 

 

Visiter le musée kitsch et unique au monde des salières poivrières

DSC07240

 

On nous l’a tellement conseillé que notre curiosité a été piquée au vif et qu’à la faveur d’un gros orage, nous y sommes allés. C’est peut-être ce qu’on a préféré : le Salt and Pepper Shaker Museum, un musée insolite qui rassemble une collection familiale de plus de 20 000 paires de salières-poivrières venues de tous les côtés du globe et de toutes les époques. Plus instructif qu’il n’y paraît. On y est resté plus d’une heure.

> Voir la fiche complète du musée des salières poivrières

 

 

Faire une nocturne à l’aquarium des Smokies Ripley

IMG_1139

 

Nous aussi, quand on nous l’a listé parmi les incontournables de Gatlinburg, on a roulé des yeux de merlan frit : que diable venait faire, au milieu des montagnes et presque du continent, un aquarium de la franchise « Ripley’s Believe it or not« , plus connue pour ses musées des records et du bizarre ? Régulièrement classé parmi les meilleurs du pays, cet aquarium (à large amplitude horaire) est effectivement super, très bien aménagé et original. Le petit plus : la visite en nocturne. Par ailleurs, Ripley a plusieurs enseignes en ville.

> Voir la fiche complète de l’Aquarium of the Smokies

 

IMG_1048

 

 

Grimper dans la Space Needle

IMG_1465

 

Elle est bien plus petite que celle de Seattle mais n’en reste pas moins la plus haute construction de la ville. La Space needle (« aiguille de l’espace« ) de Gatlinburg renferme plusieurs attractions au rez-de-chaussée (salle d’arcades, spectacles…) et offre, d’en haut, un beau panorama à 360° sur la ville et les montagnes. Encore mieux au coucher de soleil.

> Voir la fiche complète de la Space Needle de Gatlinburg

 

 

Prendre le téléphérique (ou le télésiège)…

IMG_1957

 

Le long de Parkway, on peut s’envoyer en l’air de deux façons différentes : par le téléphérique ou le télésiège. Tous deux conduisent à la montagne. Mais le télésiège (« chairlift« , dans un double siège en plein air) consiste surtout à faire l’aller-retour tandis que le téléphérique (« aerial tramway« ) est une expérience en elle-même et conduit au complexe de loisirs et à la station de ski (en hiver) d’Ober (lire ci-dessous).

> Voir la fiche complète d’Ober-Gatlinburg

 

IMG_9894

 

 

… et découvrir Ober Gatlinburg

IMG_1771

 

Le tramway aérien monte à « Ober Gatlinburg Amusement Park and Ski Resort« . Une station de ski l’hiver qui se visite aussi l’été et est une destination familiale sympa, avec patinoire, toboggans aquatiques, zoo, mini-golf, manèges…

> Voir la fiche complète d’Ober-Gatlinburg 

 

 

Goûter l’alcool local, le Moonshine

IMG_2068

 

C’est l’une des attractions préférées des visiteurs de Gatlinburg : les dégustations (souvent gratuites) de l’alcool local, le Moonshine. Cet alcool de maïs des Appalaches a connu un grand succès durant la Prohibition, durant laquelle les « bootleggers » (les contrebandiers) se faisaient un plaisir d’arroser la région. Aujourd’hui, la Moonshine est légalisée et les distilleries poussent comme des champignons. Les principales sont sur Parkway et organisent des tours : Sugarlands Distilling Company, Ole Smoky Moonshine Distillery (la première à avoir légalisé la moonshine), Old Forge Distillery, Doc Collier…

N’hésitez pas à entrer pour goûter gratuitement à l’un des nombreux parfums : pêche, pomme, cranberries, myrtilles, mûres, cannelle… A défaut d’être bon, c’est sympa (et gratuit). Et n’oubliez, à consommer avec modération. On est dans les 40°.

 

 

Tester l’une des attractions délirantes ou décalées de Parkway…

IMG_1364 IMG_2092

 

Plus de 200 choses à faire sont recensées à Gatlinburg ! Il y en a pour tous les goûts : randonnées, festivals de musique, salles de spectacle (le Sweet Fanny Adam’s Theatre a dépassé les 40 saisons), boutiques d’artisans et galeries d’art… La ville est fière d’avoir sur ses terres l' »Arrowmont School of Arts and Crafts« , parmi les plus anciennes et prestigieuses écoles d’art des USA, fondée en 1921. On trouve donc une importante communauté d’artistes sur place. Et puis, il y a les attractions et musées en tout genre : Hollywood Star Cars Museum, Ripley’s Believe It or Not, maisons hantées, labyrinthe de miroirs, salles de jeux d’arcade, tyrolienne, rafting… Nous, dans un moment d’absence (on était trop intrigués et il pleuvait), on a testé le musée du Christ of the Smokies (voir la fiche).

Des tickets « combos » avec des réductions à plusieurs de ces attractions existent. Les tickets pour les attractions sont à retrouver ici

 

DSC07268

 

 

Et non loin de Gatlinburg, il y a…

Le Great Smoky Mountains National Park

IMG_0607

 

L’intérêt majeur de Gatlinburg est d’être située juste à l’entrée du parc (moins de 2 kilomètres). Ses principaux points d’intérêt sont aussi à proximité immédiate. A l’arrivée, faites un arrêt au Visitor Center (celui de Sugarlands). Ne manquez pas le Roaring Fork Motor Nature Trail, mais surtout le circuit de Cades Cove, à faire en voiture. C’est une sorte de boucle miraculeuse où la faune est quasi garantie. Nous y avons vu un nombre incroyable d’ours (une quinzaine en deux passages), de coyotes, de dindes sauvages…

Il y a aussi la montée au Clingman’s Dome, le pont culminant des Smokies (dans le brouillard total le jour où nous y sommes allés). On a en revanche eu la chance d’assister aux spectacle des fireflies au mois de juin. C’est l’envol simultané féérique de milliers de lucioles. Pour cet évènement qui s’étale sur seulement deux semaines par an, le GSMNP est l’un des théâtres les plus célèbres du pays. Les deux grandes soirées sont réservées aux gagnants de la loterie et aux campeurs du secteur d’Elkmont.

 

IMG_0921

 

 

Dollywood, le parc de l’idole Dolly Parton

IMG_2266

 

Les Great Smoky sont les terres de la reine de la country, Dolly Parton. A une quinzaine de kilomètres de Gatlinburg, à Pigeon Forge (célèbre pour accueillir chaque année plusieurs centaines de mariages en même temps), la chanteuse a sauvé un parc d’attraction géant de la faillite et l’a développé à son image. Montagnes russes, spectacles et dizaines d’attractions qui donneraient à Mickey l’envie d’aller se rhabiller. C’est l’un des parcs les plus connus du pays. Not kidding.

> Voir la fiche complète de Dollywood 

 

IMG_2687 IMG_2532

 

 

 

 

La carte d’identité de Gatlinburg

Etat : Tennessee

Habitants : environ 4000

Nom : Gatlinburg porte le nom de M. Gatlin, propriétaire du bâtiment où se trouvait la première poste.

Particularités : porte d’entrée des Great Smoky Mountains, destination populaire (comme Pigeon Forge) pour les mariages et lunes de miel, grande communauté d’artistes et d’artisan.

Villes les plus proches : Knoxville (Tennessee, 1h05), Asheville (Caroline du Nord, 1h45)

 

La météo

Quelle que soit la saison, la météo peut être très changeante (et pluvieuse) à Gatlinburg.  » Ce n’est pas pour rien que les Smokeys s’appellent comme ça! « , s’amusent les locaux. Qui en rajoutent: « Il y a quelque chose de vraiment spécial à propos des montagnes sous la pluie. L’air est rafraîchi et les nuages flottent au-dessus des montagnes, d’où leur nom (ndlr : « grandes montagnes brumeuses »). C’est là qu’on peut sentir la merveilleuse odeur de forêts humides… ».  Le temps est généralement agréable (environ 25°) et humide en été, froid en hiver.

 

Combien de temps ?

Au moins deux nuits/trois jours pour partir à la découverte du parc et profiter des matinées et soirée pour découvrir Gatlinburg. En famille, on peut facilement y rester une semaine.

 

IMG_1302

 

Le budget

Tout dépend de la saison, mais le nombre d’hôtels permet de trouver des nuits à bon prix (à partir de 40 euros), le parc national est gratuit et il existe des tickets de réductions pour les activités et attractions. Attention, la tentation sera partout (surtout avec des enfants ! ).

 

Les meilleurs spots photo (au lever et coucher du soleil surtout)

De jolies vues, encore meilleures au lever et/ou au coucher du soleil :

  • Morton Overlook : sur la Hwy 441 près de Newfound Gap (coucher de soleil)
  • Clingman’s Dome : le plus haut point des Smokies
  • Cades Cove : une clairière immense, parfaite pour le safari photo au coucher du soleil
  • Gatlinburg By-Pass : deux points de vue
  • Téléphérique et télésiège : comme indiqué plus haut, la vue est top depuis le tram aérien, le télésiège et depuis le parking d’Ober
  • Foothills Parkway : une route superbe à l’ouest de Gatlinburg. Quatre points de vue mais une route plutôt longue (45 minutes)

 

Où dormir ?

IMG_1360

 

Avec la proximité du parc national, une activité tout au long de l’année, Gatlinburg propose une offre de logements plus que conséquente. Nous, nous avons dormi (deux nuits) au Gatlinburg Inn, le plus ancien hôtel encore ouvert en ville. Il a l’avantage d’être bien placé au centre-ville, au coeur de l’animation sur Parkway. Mais il y a l’embarras du choix et d’autres hôtels, au bord de la rivière notamment, nous ont bien plu aussi. Il est aussi possible de dormir tout en haut, à la station d’Ober Gatlinburg. L’abondance de logements dans le secteur tire les prix vers le bas. Voir tous les logements de Gatlinburg

  • Notre plan : le Gatlinburg Inn, l’hôtel historique de Gatlinburg. Voir la fiche Lost In The USA
  • Le bon plan pas cher : le Motel 6 Gatlinburg, qui est un peu en retrait, tout proche de l’entrée du parc. Sses avantages : son prix, et le fait de ne pas tomber dans les bouchons de Parkway en arrivant du parc
  • Le plan camping (et insolite) : pas de camping directement dans la ville (il y en a plus à Pigeon Forge) mais le Camp Leconte, à l’est, propose un cadre sympa, des cabanes dans les arbres, des tentes safaris et des emplacements classiques.
  • Le plan luxe : le Lodge at Buckberry Creek, chalet en rondins sur les hauteurs de la ville avec vue sur les Smokies.

 

Où manger ?

DSC07283

 

Gatlinburg affiche plus d’une centaine de restaurants, dont beaucoup de chaînes. Voici les plus conseillés : The Pancake Pantry (cash only), The Donut Friar & Coffee & Co, The Wild Plum Tea Room (pour le lunch seulement, dans la communauté d’artistes-artisans), The Cherokee grill (dîner), Zi Olive, le Yukon Health Popcorn Emporium (pop-corn bio maison), The Park Grill, le Three Jimmy’s (off the musique locale en plus), le Davy Crockett’s Breakfast Camp, l’Hungry Bear Barbecue… Il y a aussi un restau panoramique à Ober Gatlinburg. Le spot préféré des locaux : le Mountain Lodge (qui fait aussi hôtel) qui propose une cuisine simple, traditionnelle et plutôt bon marché.

Nous avons testé la brasserie, la Smoky Mountains Brewery. Cadre sympa, concert et menu alléchant (même si ce n’est pas la meilleure qu’on ait faite). Comme nous avons pas mal couru pendant notre séjour, c’est le seul « vrai » repas posé que nous ayons fait au resto.

Attention, malgré l’animation qui règne en journée au centre, les restaus ferment plutôt tôt (c’est compliqué de trouver à s’attabler après 22 h).

 

IMG_1988

 

 

(Dans le cadre d’un partenariat avec l’office du tourisme noué à notre initiative, nous avons été invités à Gatlinburg. Tous les choix éditoriaux et les avis nous reviennent. Un merci tout particulier à Marci pour ses bons conseils et bons plans de locale amoureuse des Smokies).

4 responses à “Gatlinburg, la porte d’entrée des Smokies

  1. Sur les 10 jours de notre voyage en Caroline du Nord en octobre 2009, nous en avons passé 4 dans les Smokies. Et s’il y en avait un de trop, c’était bien celui de Gatlinburg. Notre famille américaine nous avait décrit le secteur comme une villégiature privilégiée, un petit coin de Suisse un rien chicos, et nous avons été très déçus. Faut dire aussi qu’on est loin d’être fan des parcs d’attraction et qu’il n’y a vraiment que ça de Gatlinburg à Pigeon Forge.

    Après ça, Clingman Dome était vraiment une merveille, d’autant que nous avions fait toute la montée sous le brouillard et la pluie pour retrouver le ciel bleu quand on est passé au-dessus des nuages et qu’on a découvert les montagnes par-delà l’horizon.

    C’était peu avant Halloween et nous avons beaucoup apprécié les décos de citrouilles dans Magic Valley. On avait l’impression que chacun essayait de faire plus fort que le voisin et l’on n’aurait pas su à qui donner la médaille. Les feuillages d’automne complétait le cadre dans les mêmes tonalités. On en a eu plein les yeux.

    Quand on s’est dirigé vers Cherokee, on sentait que la crise avait frappé durement. Beaucoup de petits commerces fermés, barricadés, de baraques abandonnées, de panneaux à vendre, de familles abritées dans des caravanes rouillées… Aussi quand on est sorti de la forêt, on était tout étonné du contraste avec des bâtiments qui jaillissaient de terre, un peu partout, genre ville pionnière des temps modernes. Nous avons alors découvert que la manne miraculeuse venait du nouveau casino, tout juste inauguré en face de notre hôtel : on était arrivé en terre indienne.

    Nous avons donc fait à Cherokee notre premier shopping indien, dans d’authentiques boutiques western avec galerie de bois et rocking chairs : couvertures, chapeaux, bijoux … qui venaient tous du Mexique ou du Guatémala. En face, au casino, les voitures commençaient à arriver en masse. On était jeudi soir, le début d’un long week-end pour les gamblers. On a compris alors pourquoi les prix de l’hôtel allaient du simple au triple entre le jeudi et le vendredi, où le remplissage serait au max.

    Le lendemain on est allé visiter le musée Cherokee, on a versé une tite larme au récit de la déportation sur la piste des larmes. C’était trop tard dans la saison pour les spectacles indiens. Partout dans la région, des artistes ont décoré de couleurs très joyeuses de grosses statues d’ours.

    En quittant les Smokies nous avons fait un détour d’une centaine de kilomètres pour aller voir un énorme pétroglyphe gravé par les anciens, le Judakula Rock, dans le comté de Jackson. Ah un peu d’histoire authentique quand même, pour nous consoler de la fausse ville fantôme et sa mine abandonnée, qui n’était en fait qu’un parc d’attraction de plus.

    1. Hello,
      C’est bien notre propos. Gatlinburg, pour les Européens, est un choc. Car c’est le genre de ville, à proximité d’un secteur naturel, que nous n’avons pas l’habitude de gérer. Beaucoup d’attractions, de choses qui nous semblent superficielles. Chez les Américains, c’est très naturel. Estes Park (Colorado), Bryce (Utah) sont un peu sur le même modèle. Et on comprend bien que ça peut ne pas plaire. Mais je préfère de loin Gatlinburg à Pigeon Forge. Ta remarque sur la petite suisse, ça me fait rire car ils adorent ça. Des « petites Suisses », ils en voient de partout : Colorado, Tennessee… Je crois que, ceux qui disent ça, ne sont jamais allés en Suisse

      Pour le Clingmans Dome, nous n’avons pas eu ta chance. Pluie et brouillard, rien au somment. Cherokee, c’est moins attirant. Et on sent le dénuement en réserve indienne, comme un peu partout dans le pays. Le musée, ce devait être quelque chose, notre timing n’était pas bon pour que nous puissions y allés. Le Trail of Tears est un évènement d’une tristesse infinie. On a tendance à oublier que les Cherokee n’ont pas été les seuls touchés. Les Muscogee sont eux partis de Macon, Géorgie, pour un voyage encore plus long et meurtrier. Quel malheur. J’aimerai savoir comment les Américains gèrent cette histoire car nous n’avons jamais vraiment eu l’occasion d’en parler avec eux.

      PS : merci pour le Judakula, on note.

    1. C’est très spécial comme endroit. Je parle de la ville. La région est superbe oui, d’immenses forêts, beaucoup d’animaux. A faire !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *