On a fait du bénévolat au Best Friends Animal Sanctuary

Comme nous, vous aimez les animaux et avez envie d’enrichir votre roadtrip d’une expérience insolite et hors des sentiers battus ? Si vous êtes du côté des parcs de l’Utah, prévoyez un jour ou deux de plus pour une halte au Best Friends Animal Sanctuary (« le sanctuaire des meilleurs amis »), le plus grand refuge animalier des Etats-Unis (pas loin de 2000 animaux domestiques et sauvages y sont accueillis en attente d’être adoptés ou relâchés y sont accueillis), dans un magnifique canyon de quelque 15 km2. Le site se visite, on peut dormir sur place (y compris avec un animal) et même y faire du bénévolat. On a fait la totale et adoré l’expérience !  Voici 12 étapes pour la vivre à votre tour.

> Voir la fiche du Best Friends Animal Society Sanctuary

 

IMG_5315

 

12 ETAPES POUR DEVENIR BÉNÉVOLE DANS LE PLUS GRAND REFUGE ANIMALIER DES USA

 

 

1. Avant : réserver !

IMG_3713

 

On n’avait jamais entendu parler de ce refuge, pourtant hyper célèbre : existant tel quel depuis les années 1980, c’est le plus grand des Etats-Unis et la plupart des associations de protection des animaux et refuges du pays lui sont affiliés. Le refuge de la Best Friends Animal Society est installé dans un magnifique canyon (« Angel canyon », ex-Kanab canyon). C’est une grosse machine, avec des centaines d’employés, de bénévoles, son propre magazine… On l’a découvert sur un petit prospectus dans un visitor center, et vu au passage qu’on pouvait y passer la nuit avec un animal à adopter. Notre sang de meilleurs amis des animaux n’a fait qu’un tour et c’était dès lors décidé : il fallait qu’on y aille.

La recherche sur leur site internet a été épique (il est aussi complet que compliqué) et on a failli en perdre notre latin (si vous n’êtes pas anglophone, ça risque d’être un poil plus compliqué encore). Mais on y est arrivés : on a eu un coup de pot et réussi à réserver l’une de leurs cabines-appartements (il n’y a que peu de logements sur place et ils sont souvent occupés par des habitués qui réservent d’une année sur l’autre), certainement à la faveur d’une annulation. Il y a des cottages (jusqu’à 6 personnes), des cabines et des emplacements de camping-cars. Les tarifs varient de 30 à 140 dollars la nuit selon le logement et la période de l’année.

> Pour réserver un logement sur place, suivez les liens ici. S’il n’y a plus de place, rabattez-vous sur Kanab (et un hôtel qui accepte les animaux si vous souhaitez vraiment en emmener un avec vous pour la nuit). Voir les hôtels.

 

 

2. Se déclarer bénévole

IMG_3735 IMG_4938

 

En fait, si vous êtes vraiment fixés sur une espère animale en particulier, la 2e étape peut passer en 1. Une fois que vous vous serez dépêtré du site pour la réservation de la nuit, le moment est venu de réfléchir à l’organisation de la visite. Si vous souhaitez vraiment « adopter » un animal pour la nuit (chat, chien ou… lapin), il faut prévoir de faire une demi-journée de bénévolat avant. Et tous les pavillons du refuge ne sont pas ouverts tous les jours (les chats par exemple ne sont visibles que le lundi et le jeudi).

Une fois décidés, il faut réserver son créneau de bénévolat AVANT de passer la nuit avec l’animal (et pas l’inverse). Ce qui nous a conduit a commencer par ça : on a passé la nuit précédente à Kanab et rejoint le refuge dans la journée, commençant par une après-midi de bénévolat. C’est gratuit mais l’inscription est obligatoire. On ne choisit pas son animal en ligne, ça se passe sur place, au feeling et après avis des responsables, après l’immersion bénévole. On peut aussi faire du bénévolat sans pour autant ramener un animal pour la nuit.

> Le formulaire d’inscription et de réservation est ici. Il faut créer un compte utilisateur.

 

 

3. Arriver au Best Friends Animal Sanctuary

IMG_3655

 

Le Best Friends Animal Sanctuary est situé dans un canyon (« Angel canyon »), à une dizaine de kilomètres au nord du centre-ville de Kanab. Il faut encore en faire quelques-uns à l’intérieur avant d’arriver au visitor-center. Il y a un grand parking (gratuit). Une fois sur place, profitez un peu du magnifique décor alentour et présentez-vous à l’accueil, où la marche à suivre vous sera indiqué. Si vous avez réservé un logement sur place, c’est le moment d’en prendre possession (nous on ne l’avait pas, il était 13h30 et notre session bénévolat démarrait à 14 heures, ils nous avaient laissé l’appartement ouvert).

 

 

4. Choisir son camp(ement)

IMG_4296

 

Après nous avoir rapidement expliqué la marche à suivre et donné un kit de bénévole (documentation, badge ou t-shirt à notre nom), on a repris la voiture direction le quartier général des chats. Le site est à peine croyable : on dirait une mini-ville, avec des pavillons rutilants par espèces d’animaux, des cliniques vétérinaires high-tech, des aires de promenade, des panneaux avec des noms de rue…

On est entrés, on s’est présentés et on est allés s’asseoir pour assister à la projection d’un film explicatif sur notre activité et celle de l’association. Sa mission ? « Save them all » : tous les sauver. De l’abandon comme de l’euthanasie, ici le maître-mot est « no kill » (selon BF, 10000 animaux seraient euthanasiés chaque jour dans les refuges américains). Une philosophie profonde, qui ne tolère aucune entorse : ainsi, on peut faire du bénévolat auprès de chiens à pattes et à roulettes ou de chats en couches victimes d’attaques cérébrales… Très sincèrement, on a passé notre tour sur ceux-ci. « Qui veut aller chez les incontinents ?! » clamait la boss en rigolant. Croyez-le ou non, plusieurs mains se sont levées… C’est beau.

Après avoir hésité avec les chatons (ç’eût été trop chou mais trop dur), on a opté pour les chats « normaux » en attente d’adoption. On nous a donc envoyés « chez Mike », au pavillon « Colonel Barrack« . Sous une chaleur harassante, on a repris la voiture et on s’y est garés. Le confort est au top pour nos amis félins, « classés » dans différentes pièces dont toutes comprennent un intérieur climatisée et une grande partie (grillagée) à l’extérieur. L’équipement est haut-de-gamme : branches, tunnels, arbres à chat, jouets de toutes sortes, litières changées en permanence… Tout est d’une propreté irréprochable.

On a demandé à voir Mike, qui nous a d’abord clairement snobés. En fait, tout le monde nous a un peu zieutés comme des touristes venus faire on-ne-sait-quoi ici. Vous voilà prévenus.

 

 

5. Après-midi de bénévolat

IMG_3874 IMG_4095

 

Et c’était parti, nous voilà bénévoles d’un jour (chose qu’on n’avait jamais réellement fait). On avait parié toute la semaine, goguenards, que Jean-Philippe allait sûrement se retrouver préposé aux litières ou à ce genre de travaux « manuels ». Mais non. En fait, on a eu beau demander ce qu’on devait faire, on était surtout là pour s’occuper des animaux : les câliner, les faire jouer, les brosser… On peut aussi les promener en laisse. Participer à les garder « sociabilisés » pour qu’ils restent adoptables. Ce qu’on a fait, de bon coeur.

On n’a pas vu le temps passer, à échanger avec les soigneurs, les autres bénévoles et surtout les petits trésors : Gisele la teigneuse, Wrinkles le roi du couloir (un énorme chat rescapé de l’ouragan Katrina qui porte un noeud papillon), Blackberry, Halo (une élégante chatte blanche atteinte d’une maladie chronique)… Chacun a sa petite fiche mentionnant son histoire, ses préférences, ses (potentielles) pathologies…. Nos chats nous manquant, on les a assaillis de câlins. Puis vint l’heure de la fin et du choix…

 

 

6. Chacun cherche son chat

IMG_4223IMG_4149

 

Après plusieurs heures d’acclimatation, le moment est venu de choisir notre compagnon pour la nuit, en fonction de nos affinités. Mike, qui nous avait regardé en chien de faïence à notre arrivée, avait eu le temps de revoir son jugement et de voir à qui il avait affaire. Non seulement les plus « sauvages » nous suivaient à la trace, mais Sven, une sorte de caïd du coin, s’était littéralement laissé envoûter par JP. Il se roulait sur le dos, lui faisait des « têtes », alors que ses soigneurs n’avaient jamais réellement pu l’approcher. C’est lui qu’on avait choisi pour le « sleepover », bien qu’il n’en ait jamais fait.

Mike a appelé la patronne et d’un ton grave, lui a fait part de son souhait de « faire le test » : ce serait génial pour Sven. On nous a renvoyé à l’accueil, pour en discuter, remplir le formulaire et prendre les affaires de notre compagnon de chambrée pour la nuit. On a rempli des papiers dignes de vrais formulaires d’adoption ou d’un entretien d’embauche, attraper cage de transport, jouets, collier, croquettes et on est repartis chercher Sven, qui avait l’air tout aussi impatient que nous. Mais là, le drame : trop empressé, Mike lui a fait peur et notre Sven est parti tout ébouriffé se planquer sous le plafond, dont il n’a jamais voulu redescendre. On a tout essayé. Mike était encore plus désespéré que nous.

On a dû abandonner. Malgré les conseils des soigneurs qui nous orientaient vers des chats « faciles » habitués aux sorties nocturnes, on a voulu se rabattre sur ce gros patapouf de Wrinkles (on adore les chats gris) et son histoire nous avait plu. Son nom veut dire un truc du genre « pli », « ride ». Né en mars 2005, Wrinkles était un chaton lorsque l’ouragan Katrina s’est abattu sur la Nouvelle-Orléans. Placé dans une famille du Minnesota, il a dû la quitter car il ne supportait pas de cohabiter avec trop d’autres chats (enfin surtout d’être en compétition avec d’autres…). C’est ainsi qu’il est arrivé au refuge de Best Friends de Kanab, au printemps 2012. Star du couloir, il y a des affiches à son effigie (« Je ne suis pas gros, juste facile à voir !« ).  Il a bien profité et pèse 8 kg. Ce pacifiste matou de la race Bleu de Russie n’a opposé aucune résistance et est parti avec nous.

 

IMG_4004

 

 

7. Notre nuit avec Wrinkles

IMG_4820 DSC09669 IMG_4443

 

Quand on met nos propres chats en « boîte », pour partir en week-end ou chez le véto, c’est souvent le drame. Wrinkles n’a pas bronché. Et c’est tel un prince qu’il en est sorti une fois au cottage. Les lieux sont très sécurisés : il y a des parcs pour les chiens et des grilles de sécurité autour pour les chats.

Le logement en lui-même est assez exceptionnel, bien au-dessus de ce qu’on trouve généralement : déco soignée (aux couleurs de BF, jusqu’aux produits de toilette), kitchenette avec vaisselle, wifi, baies vitrées… A l’extérieur, des petites tables. Un gros coup de coeur.

 

DSC09793

 

Comme on n’avait pas « checké-in » (oui, c’est un nouveau mot qu’on aime bien utiliser en roadtrip), on n’avait pas pas de clés. Et de toutes façons, il est formellement interdit de laisser « son » animal seul dans le logement (attention, on signe aussi un document qui stipule qu’en cas de dégradations, c’est l’humain qui est déclaré responsable…). JP est donc parti seul nous chercher de quoi manger (Wrinkles lui avait déjà tout ce qu’il fallait et était bien installé, de la litière à la gamelle). Il est allé dans un petit supermarché familial, pour lequel Best Friends nous avait donné un ticket de réduction.

Moi j’ai attendu à l’intérieur, en papouillant le chat géant.

 

IMG_4867

 

Après avoir pris l’apéro devant le coucher de soleil dans le canyon (sans Wrinkles, resté à l’intérieur, mais avec nos voisins de cottage). Kent et Joette (une sosie de Meryl Streep) nous ont offert du vin rouge en attendant leur famille; ils viennent là tous les ans et avaient l’intention de prendre un chien pour la nuit suivante. Et ont insisté pour rencontrer Wrinkles (« OMG, he’s so bigggggg ! » ).

 

DSC09698 DSC09678

 

On a fini la soirée à l’intérieur et dîné sur le lit. Wrinkles est resté à nos pieds, sans jamais s’approcher des plats (du jamais vu). Il n’en a d’ailleurs pas bougé de la nuit (à part pour se mettre sur mon dos). Ce chat  modèle était presque trop parfait. Il n’a rien mordillé, rien griffé, fait ses besoins au bon endroit… Une crème.

 

DSC09685 DSC09750 IMG_4890

 

Ca a été très dur de le remettre dans sa cage pour le ramener au refuge, tôt le lendemain matin (JP y est allé tout seul, encore à cause des clés); et puis je pleurais trop… :-)

 

DSC09788 DSC09766

 

Il ne faut pas voir cette expérience comme un « caprice » de gens qui se « louent » un animal pour la nuit, mais plutôt comme une façon (insolite) de participer au travail de l’association. Un animal sociabilisé qui aura l’habitude d’être avec des humains, de dormir à l’extérieur et de passer par plusieurs mains aura plus de chance d’être adopté et de ne pas être ramené ensuite.

 

> Toutes les infos sur le « sleepover » sont ici. Attention il n’est pas possible de le faire avec des enfants en bas âge.

 

 

8. La visite guidée

IMG_3768

 

Puis on est allés pointer au visitor center à l’heure de la visite guidée. Il y en a tous les jours, toute l’année (à 8h30, 10 heures et 14h30). Nous on avait choisi l’intermédiaire. On était un assez grand groupe (on a rempli deux minibus) après avoir assisté à une flamboyante vidéo de « propagande » pour Best Friends.

 

IMG_4931 IMG_5016 IMG_5053

 

Notre guide, Kelsey, était très sympa. On a parcouru tout le sanctuaire mais on ne s’est arrêtés qu’à deux pavillons (qu’on avait choisis) : celui des chats de la veille (on a revu « nos » chats : Wrinkles avait toujours la tête dans sa gamelle et Sven n’était toujours pas descendu du haut de la pièce) et celui des chiens, où l’on nous a expliqué les débuts du dressage. Toujours plus facile avec une croquette. Il y a de nombreux autres pavillons, dont certains se visitent uniquement lors des journées de bénévolat ou certains jours de la semaine seulement : les lapins, les cochons, les oiseaux, les grands malades, les chevaux… Best Friends recueille aussi les animaux sauvages mais relâche la majorité après soins. La visite dure environ deux heures.

> Là aussi la réservation est conseillée en avance, en amont ou à l’arrivée à BF. Rendez-vous ici. Cette visite est aussi gratuite.

 

IMG_4982 IMG_5100 IMG_5075 IMG_5159 IMG_5179

 

 

9. Un cadeau pour la bonne cause

IMG_3682

 

Le bus nous a relâchés au point de départ, au visitor center. Un endroit charmant, fleuri, où l’on peut boire un jus de fruits en terrasse ou faire un tour au gift-shop. Ce dernier est absolument génial et compte beaucoup de souvenirs top : bijoux, t-shirts sympas, posters design… L’important, c’est que les bénéfices sont reversés à la cause des animaux. On a pris un t-shirt et un magnet.

 

 

10. Bon plan vegan

IMG_5533

 

Le Best Friends a son restaurant (en fait le self des employés et bénévoles ouvert à tous). Il se trouve dans le secteur de Canyon Village. Pour 5 dollars, tout le monde peut prendre la formule buffet-plat du jour (de la cuisine évidemment végétarienne très travaillée). Le cadre surtout vaut le détour : outre une salle intérieure, le restaurant dispose d’une magnifique terrasse avec vue panoramique sur le canyon. Attention, il n’est ouvert que pour une (courte) pause-déjeuner, autour de midi (c’est comme ça qu’on l’a raté).

 

11. Autotour, la découverte libre

IMG_5292

 

Outre la visite guidée (qui seule, avec le bénévolat, permet l’accès aux pavillons des animaux), il est possible de partir à la découverte d’Angel canyon seul, en autonomie. Ce qu’on a fait. On s’est arrêtés au cimetière (immense et un peu flippant !) d' »Angel’s rest« , à la grange Disney (la grange utilisée dans le film « Un petit indien » (1973) avec Jodie Foster qui sert aujourd’hui d’écurie aux chevaux (dont l’un a une spectaculaire malformation de la colonne vertébrale), le bucolique canyon d’Angel’s Landing (qui se loue pour des événements, un mariage avait par exemple était organisé la veille de notre passage)… Une petite randonnée permet d’accéder à un point de vue superbe (qu’on n’a pas eu le temps de faire) : Angel overlook.

C’est le coeur lourd qu’on a quitté ce havre de paix et nos nouveaux meilleurs amis.

IMG_5395 IMG_5473 IMG_5031 IMG_5430

 

 

12-Rester, adopter, donner, rester fidèle

IMG_3808

 

On repense souvent à cette incroyable expérience, qui nous a vraiment marqués. Si ça vous fait la même chose, il y a plusieurs moyens de la poursuivre :

  • Tout plaquer et rester

J’avoue, j’y ai vraiment pensé, car BF recrute régulièrement, y compris des étrangers. Mais comme souvent, c’est passé (et je ne suis pas sûre d’arriver à gérer autant de deuils de bestioles à l’année). Si vous insistez, les CV sont à déposer ici.

  • Adopter

Là aussi, c’est compliqué pour les non-Américains (à moins que vous ne soyiez expatriés). Sachez que les tarifs sont incroyablement plus bas qu’à la SPA française. Si vous avez vraiment eu un coup de foudre et êtes prêts à affronter les galères administratives (quarantaine, etc.), cliquez là.

  • Suivre et rester connectés

Best Friends est une « machine de guerre » en matière de communication. Vous pouvez suivre toute son actu via les newsletters et les réseaux sociaux (Facebook, etc). C’est ainsi qu’on a eu des nouvelles de Wrinkles : notre petit protégé a posé pour les cartes de voeux de fin d’année (avec un charmant noeud-papillon en gui). Cet incroyable chéri n’a toujours pas été adopté (ça nous a fait un énorme pincement au coeur de le voir apparaître à l’écran). Leur Facebook.

  • Devenir donateur

Si vous êtes convaincus, amateur de bonnes oeuvres ou vrai ami des animaux, le meilleur moyen de les aider est évidemment de faire un don. Il est possible de le faire de différentes façons (plus d’infos ici).

On peut aussi parrainer l’animal de son choix, à partir de 5 dollars (voir ici).

Ou carrément devenir membre de BF. La cotisation est annuelle et commence à partir de 25 dollars. Elle donne droit à l’envoi du magazine (tous les deux mois), de la newsletter, des réductions au logement sur place et des invitations à des événements et permet d’aider les animaux du refuge de Kanab mais aussi des programmes nationaux. Le formulaire est en ligne ici.

 

 

Le coin pratique

> Best Friends animal sanctuary, 5001 Angel Canyon Road, Kanab, Utah.

> Plus d’informations pratiques sur notre fiche : Best Friends Animal Sanctuary

> Voir une autre expérience chez Cat Depot à Sarasota, Floride

> Leur site internet

 

7 responses à “On a fait du bénévolat au Best Friends Animal Sanctuary

  1. J’ai beaucoup aimé votre article! Je suis une vraie passionnée des animaux et pouvoir les aider tout en voyageant est vraiment géniale. Si je vais dans le coin, je ne manquerai pas d’y passer! Merci pour votre article et vos photos. Je souhaite à Wrinkles de trouver une bonne famille. :)

  2. Information très intéressante qui donne envie de s’y arrêter pour y donner un peu de soi en vacances pour une juste cause. Je retiendrai l’adresse :)

  3. Je n’en avais effectivement jamais entendu parler. Je suis une grande amie des animaux, et je suis végétarienne. J’aimerais beaucoup m’arrêter là-bas si un jour je passe pas loin, aider cette association, découvrir ce cadre idyllique, manger au restaurant, etc. Je rêverai de travailler dans un lieu comme celui-là, passer ma vie à aider les animaux ♥ Après je ne risque pas d’obtenir un visa pour travailler chez eux malheureusement :/ Mais bon, déjà y passer un jour serait bien.
    Merci pour cet article très intéressant !

    1. C’est un endroit pas très connu des voyageurs car il est vrai qu’on est plus là pour découvrir, voir les paysages et pas forcément pour faire du bénévolat dans ce genre de lieu. Mais ça a été un très bon moment et on y retournerait avec plaisir.

  4. J’aime beaucoup vos articles . Apres cette decouverte tu as eu le choix entre rester connecté, adopter ou tout plaquer pour travailler là bas ! Vous on t ils proposé directement pour rester sachant que vous etes étranger? Et si ils vous ont proposé, avez vous necessairement des qualifications envers les animaux ou bien c’est tout simplement la passion qui compte ?

    1. Merci Naomi. En fait, nous nous sommes renseignés lors de notre visite en roadtrip et l’on a appris qu’ils prenaient régulièrement des étrangers pour des stages. Pour les qualifications, pas nécessairement (cela dépend des postes), il faut regarder là https://bestfriends.org/about-best-friends/careers et vous verrez, en cliquant sur les postes, ce qui est requis. Si vous avez un projet avec eux, je vous conseille néanmoins chaudement de leur envoyer un mail
      Bon dimanche
      JP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *